Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP)

Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP)

26 févr. 2009 13h04 HE

/R E P R I S E -- 77% des Québécois souhaitent une commission d'enquête à la Caisse de dépôt et placement: une commission parlementaire sera insuffisante/

QUEBEC, QUEBEC--(Marketwire - 26 feb. 2009) - L'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), la principale association indépendante de retraités de l'Etat au Québec, souligne que 77% des répondants à un sondage réalisé par Léger Marketing sont en faveur d'une commission d'enquête à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

"Ce sondage s'ajoute aux positions des principales associations de retraités et d'aînés, dont l'AQRP, la FADOQ et l'AREQ, qui estiment qu'une commission parlementaire ne serait pas le meilleur moyen permettant de faire la lumière sur les pertes à la Caisse de dépôt et placement. Cela nous conforte dans notre demande de commission d'enquête portant sur les responsabilités des répondants des politiques de placement appliquées par la Caisse, répondants qui sont en majorité des représentants du gouvernement et des syndicats", a déclaré Mme Madelaine Michaud, présidente de l'AQRP.

De nombreux commentateurs appuieraient également la tenue d'une commission d'enquête, dont l'ancien premier ministre Bernard Landry et Yves Michaud, le fondateur du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MEDAC). Le MEDAC réclame d'ailleurs "une enquête indépendante".

Dans les secteurs public et parapublic, selon la Loi, les comités de retraite ont notamment pour fonction d'établir les politiques de placement que la Caisse doit appliquer. Selon la Caisse, ce sont les répondants des politiques de placement qui ont la responsabilité d'approuver le niveau de risque qu'elle applique dans la gestion de leurs avoirs. Or, les comités de retraite sont principalement composés de représentants du gouvernement et du milieu syndical.

La commission d'enquête réclamée par l'AQRP devrait notamment avoir l'opportunité d'entendre les membres des comités de retraite du Régime de retraite des employés du gouvernement et des organisations publiques (RREGOP) et du Régime de retraite du personnel d'encadrement (RRPE), qui approuvent le niveau de risque que la Caisse applique dans la gestion des avoirs des participants à ces régimes. La commission d'enquête devrait également avoir accès aux politiques de placement du RREGOP, du RRPE et du FARR, aux procès-verbaux des rencontres des comités de retraite et à tous les documents préparés par la Caisse concernant ces trois fonds.

Selon le réseau FADOQ et la Fédération des associations de retraités du Québec (FARQ), "une commission parlementaire extraordinaire, telle que suggérée par le gouvernement, ne serait d'aucune utilité si elle devait se résumer à un règlement de comptes politique. Avec les déclarations du gouvernement et des partis de l'opposition, on peut en effet douter qu'une telle instance saurait répondre, en quelques séances, aux questions légitimes des retraités".

L'AREQ (CSQ) - Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec, pour sa part, souhaite "un intervenant neutre et compétent, pour faire toute la lumière dans ce dossier." Selon l'AREQ, cet intervenant devrait également pouvoir questionner les dirigeants, actuels et antérieurs, de la Caisse "sur les décisions qu'ils ont prises et les orientations qu'ils ont reçues de la part du gouvernement".

Le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), qui regroupe 300 000 membres issus de cinq organisations syndicales, demande aussi une enquête.

"La crise financière mondiale a montré que les risques encourus par la Caisse de dépôt et placement étaient trop importants. Comme les comités de retraite établissent les politiques de placement et qu'ils sont principalement formés de représentants gouvernementaux et syndicaux, il existe une forte présomption à l'effet que le gouvernement et les syndicats partageraient l'essentiel de la responsabilité des pertes pour 2008 concernant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic. Selon nous, seule une véritable commission d'enquête permettra de faire toute la lumière sur les événements", insiste la présidente de l'AQRP.

L'AQRP est la principale association indépendante représentant l'ensemble des retraités de l'Etat au Québec. Le Québec compte plus de 244 000 retraités des secteurs public et parapublic

Renseignements