Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP)

Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP)

25 févr. 2009 14h11 HE

/R E P R I S E -- Pertes historiques à la Caisse de dépôt et placement : les retraités de l'Etat exigent une commission d'enquête/

QUEBEC, QUEBEC--(Marketwire - 25 feb. 2009) - L'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), la principale association indépendante de retraités de l'Etat au Québec, réagit au dévoilement des résultats financiers pour l'année 2008 de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Pour le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organisations publiques (RREGOP), le Régime de retraite du personnel d'encadrement (RRPE) et le Fonds d'amortissement des régimes de retraite (FARR), les pertes totaliseraient environ 20 milliards $.

"Les pertes à la Caisse de dépôt et placement pour l'année 2008 sont historiques. Les retraités comme l'ensemble des citoyens du Québec veulent savoir à qui incombe la responsabilité de ces pertes. Selon nous, seule une véritable commission d'enquête permettra de faire toute la lumière sur les événements", a réitéré Mme Madelaine Michaud, présidente de l'AQRP.

Dans les secteurs public et parapublic, selon la Loi, les comités de retraite ont notamment pour fonction d'établir les politiques de placement que la Caisse doit appliquer. Selon la Caisse, ce sont les répondants des politiques de placement qui ont la responsabilité d'approuver le niveau de risque qu'elle applique dans la gestion de leurs avoirs. Or, les comités de retraite sont principalement composés de représentants du gouvernement et du milieu syndical.

"La crise financière mondiale a montré que les risques encourus par la Caisse de dépôt et placement étaient trop importants. Comme les comités de retraite établissent les politiques de placement et qu'ils sont principalement formés de représentants gouvernementaux et syndicaux, il existe une forte présomption à l'effet que le gouvernement et les syndicats partageraient l'essentiel de la responsabilité des pertes attendues pour 2008 concernant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic. Selon nous, seule une véritable commission d'enquête permettra de faire toute la lumière sur les événements", a martelé la présidente de l'AQRP.

La commission d'enquête devrait notamment avoir l'opportunité d'entendre les membres des comités de retraite du Régime de retraite des employés du gouvernement et des organisations publiques (RREGOP) et du Régime de retraite du personnel d'encadrement (RRPE), qui approuvent le niveau de risque que la Caisse applique dans la gestion des avoirs des participants à ces régimes. La commission d'enquête devrait également avoir accès aux politiques de placement du RREGOP, du RRPE et du FARR, aux procès-verbaux des rencontres des comités de retraite et à tous les documents préparés par la Caisse concernant ces trois fonds.

L'AQRP réclame également que cette commission d'enquête ait le mandat de vérifier si l'utilisation de papier commercial adossé à des actifs (PCAA) était conforme aux politiques de placement approuvées par leurs répondants.

Au 31 décembre 2007, environ 55% des 155 milliards $ d'actifs nets gérés par la Caisse de dépôt et placement du Québec étaient liés aux régimes de retraite des secteurs public et parapublic.

L'AQRP est la principale association indépendante représentant l'ensemble des retraités de l'Etat au Québec. Le Québec compte plus de 244 000 retraités des secteurs public et parapublic.

Renseignements