Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

09 avr. 2015 12h00 HE

26 employés de l'aéroport de Fort McMurray perdent leur emploi à cause de la privatisation et du recours aux travailleurs étrangers temporaires

FORT MCMURRAY, ALBERTA--(Marketwired - 9 avril 2015) - Vingt-six employés du service d'entretien de l'aéroport de Fort McMurray ont reçu un avis de congédiement aujourd'hui. Leurs emplois ont été sous-traités à Bill's General Cleaning, une entreprise qui embauche des travailleurs étrangers temporaires.

« Nous sommes sous le choc. Les travailleurs étrangers temporaires ne sont pas censés prendre la place de Canadiens travaillants qui souhaitent garder leur emploi», a déclaré le président de la section locale 1505 du SCFP, Les Collins.

Selon le site Internet de Bill's General Cleaning, le salaire des employés d'entretien est de seulement 14,50 dollars l'heure, ce qui représente un revenu annuel brut de 30 160 dollars. Or, selon le gouvernement albertain, le coût de la vie moyen à Fort McMurray est de 65 000 dollars par année.

« Cette compagnie propose de rémunérer ses employés à moins de 50 pour cent du coût de la vie. C'est inadmissible. C'est de l'exploitation pure et simple », a ajouté M. Collins.

Bill's General Cleaning partage son adresse civique et son numéro de téléphone avec une autre société, Bill's Recruiting, qui se spécialise dans le recrutement et le placement de travailleurs étrangers temporaires.

La présidente du SCFP-Alberta, Marle Roberts, demande à la ministre fédérale du Travail d'enquêter sur ce recours à des travailleurs étrangers temporaires. « Nous voulons savoir pourquoi on met au chômage des employés de longue date pour les remplacer par des travailleurs étrangers temporaires. En quoi cette stratégie aide-t-elle l'économie canadienne? », a-t-elle lancé.

« Nos syndiqués ont dû se plier à un contrôle de sécurité intensif pour pouvoir travailler à l'aéroport. Puisque la sécurité est une préoccupation majeure, comment peut-on vérifier les antécédents d'individus qui sont au pays depuis quelques jours seulement? », a souligné M. Collins.

Les membres du SCFP et leurs supporteurs ont l'intention de faire du piquetage à l'aéroport et de communiquer avec leurs élus municipaux, provinciaux et fédéraux pour faire échouer ce projet de privatisation.

Renseignements

  • David Loan
    Conseiller en communications
    780-791-3411 bureau
    613-301-7468 cellulaire