La Coop fédérée

La Coop fédérée

26 févr. 2015 12h00 HE

93e Assemblée générale annuelle : Une stratégie de diversification et d'acquisitions gagnante pour La Coop fédérée

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 26 fév. 2015) -

Note aux rédacteurs : Une photo et une vidéo B-roll associées à ce communiqué seront disponibles sur le fil photo de la Presse Canadienne via Marketwired.

Réunis à Montréal pour leur 93e assemblée générale annuelle, les membres de La Coop fédérée ont une fois de plus démontré la vigueur de leur modèle d'affaires qui leur a permis de tirer avantage de leur diversification tout en poursuivant leur croissance par voie d'acquisitions, et ce, dans le contexte de marchés internationaux hautement concurrentiels.

Ainsi, considérant les défis posés par cet environnement en constante évolution et ceux plus spécifiques confrontant l'industrie agroalimentaire et agricole moderne, La Coop fédérée aura, une fois encore, très bien tiré son épingle du jeu tout en maintenant sa position de leader québécois et de chef de file du monde agricole canadien.

La Coop fédérée annonce, pour son exercice terminé le 25 octobre 2014, des ventes records de
5,4 milliards de dollars, en hausse de 4 % par rapport à celles de l'exercice précédent et un excédent avant ristournes et impôts attribuable aux membres de 77,3 millions de dollars, lequel se compare à un excédent avant ristournes et impôts de 23,7 millions de dollars pour l'exercice terminé
le 26 octobre 2013.

La hausse des résultats s'explique en grande partie par une meilleure performance de la filiale Olymel s.e.c., alors que ceux de l'activité Approvisionnement, regroupée désormais sous les Divisions agricole et détail et innovation, sont inférieurs à ceux de l'exercice précédent.

Faits saillants
(Exercices terminés les 25 octobre 2014 et 26 octobre 2013)
(En millions de dollars) 2014 2013 Variation
Excédent avant ristournes et impôts 77,3 23,7 226 %
Produits (ventes ou chiffre d'affaires) 5376,1 5186,0 4 %
Ristournes 25,0 - -
Actif total 1720,5 1615,0 6,5 %

« Dans le contexte de fluctuations importantes et parfois imprévisibles du coût de nos intrants et du prix de plusieurs de nos produits finis, nous avons, au-delà des chiffres réalisés, continué à optimiser nos opérations, en continuant de solidifier nos assises afin de mieux affronter nos concurrents à l'échelle nationale et internationale », a déclaré Monsieur Denis Richard, président de La Coop fédérée.

REVUE SECTORIELLE

Une meilleure performance pour Olymel s.e.c.

Olymel s.e.c. a enregistré en 2014 un revirement important de ses résultats par rapport à 2013, réalisant un profit avant postes exceptionnels comparativement à une perte l'an dernier.

Les ventes nettes de l'exercice totalisent 2,797 milliards de dollars, comparativement à 2,408 milliards l'an dernier, soit une augmentation de 389 millions de dollars. Cette hausse s'explique principalement par une augmentation des prix de vente dans le secteur Porc Frais. Plus spécifiquement, le secteur Porc Frais Est a vu sa perte légèrement augmenter en raison principalement de la fermeture du marché de la Russie en guise de représailles face au Canada concernant le conflit avec l'Ukraine, et ce, à partir du milieu de l'été.

À l'instar du secteur Porc Frais Est, le secteur Porc Frais Ouest a aussi obtenu des résultats négatifs, quoique légèrement supérieurs à ceux observés l'année dernière. L'augmentation du volume ainsi que la hausse du poids des porcs ont eu un effet favorable sur les résultats, mais la contribution favorable de ces facteurs a été amenuisée par une diminution de la marge viande.

Au niveau du Porc Transformé, les résultats sont en baisse, et ce, en raison principalement de la diminution de la marge viande. La hausse du coût des matières premières, en relation avec les prix du vivant en forte augmentation, explique cette réduction.

Pour ce qui est du secteur Bacon, il a enregistré une forte hausse dans la continuation du revirement spectaculaire observé en 2013. De façon générale, la continuation du plan de mécanisation entrepris en 2009, l'investissement dans des trancheurs au niveau du précuit, de même que des ajustements aux prix de vente et l'élagage de la clientèle ont contribué à ces améliorations.

Le secteur Volaille a quant à lui enregistré des résultats en hausse. L'augmentation de la marge viande, causée par la baisse du prix du vivant, ainsi que l'augmentation des volumes de production, ont contribué à l'atteinte de ces résultats.

Le secteur de la Production Porcine Ouest a connu un revirement important de situation, réalisant de bons profits en comparaison d'une perte l'année dernière. Ce revirement est principalement dû à une hausse importante des prix de vente du vivant, ainsi qu'à une baisse marquée du prix du grain.

Finalement, soulignons qu'au cours de l'exercice 2014, la gestion des opérations de Sogeporc et des services de Production Porcine Est a été transférée de La Coop fédérée à Olymel s.e.c.

Une contribution moindre de la Division agricole

La Division agricole de La Coop fédérée bénéficie de la synergie entre trois secteurs essentiels, les productions animales, les productions végétales et les grains. Elle bénéficie également d'un partenariat avec le leader dans la recherche en nutrition animale, Co-operative Research Farms (CRF).

La Division agricole a vu ses ventes diminuer de 178 millions de dollars au cours de l'exercice, voyant son chiffre d'affaires passer de 1,8 milliard à 1,6 milliard de dollars. Cette diminution s'explique principalement par le recul du prix des commodités dans le Secteur des grains, combiné à la diminution des volumes de vente des fertilisants. De façon générale, la hausse des ventes observée dans le Secteur des productions animales n'a pas réussi à compenser pour les ventes moindres observées dans le Secteur des productions végétales et dans le Secteur des grains.

Plus particulièrement, le Secteur des productions animales a enregistré une hausse de ses ventes, laquelle s'explique par la progression de ventes de poussins et l'implantation de trois meuneries monogastriques du réseau au modèle Chrysalide. On se rappellera que cette transformation a permis de compléter l'implantation des usines de fabrication d'aliments pour ruminants l'an dernier et qu'elle se complètera en 2015 par l'ajout des dernières usines monogastriques du réseau. La logistique d'entreposage et de distribution s'est par ailleurs concrétisée en décembre dernier lors de l'inauguration du Centre de distribution de Saint-Romuald.

Dans un contexte de baisse de production de lait au Québec, l'amélioration de la productivité des troupeaux laitiers, combinée à une autre récolte de fourrage de qualité supérieure à la moyenne, a entraîné une légère diminution des ventes d'aliments pour ruminants. Malgré cette réalité de l'industrie, nos parts de marché sont en hausse. À noter que les volumes de ventes d'aliments avicoles sont en hausse, tandis que nos ventes en aliments porcins sont en baisse.

Quant aux résultats du Secteur des productions végétales, ils ont été marqués par une baisse de prix, ainsi que par une demande plus faible de fertilisants suite au printemps particulièrement froid et pluvieux, tant au Québec qu'en Ontario, ainsi que la priorisation de volumes disponibles de fertilisants aux clients agricoles au détriment d'une partie de volume des clients industriels.

En ce qui a trait aux produits de protection des cultures, le chiffre d'affaires et les parts de marché sont en croissance constante.

Quant aux ventes du Secteur des grains, elles ont subi les aléas de la baisse des prix de vente moyens provoquée par l'abondance de la récolte américaine. Aussi, les volumes transigés par Grains Elite s.e.c. ont négativement été affectés par la récolte tardive de soya de l'automne dernier, tout comme les ventes de blé et de fève soya de notre filiale ontarienne Grower Direct Exports. Toutefois, la contribution du Secteur des grains affiche une amélioration importante par rapport à l'an dernier.

À noter que dans un contexte de baisse significative du prix des grains, AgriEst centre agricole Coop a réussi à maintenir sa rentabilité à un niveau comparable à l'an dernier malgré une diminution de son chiffre d'affaires.

De manière générale, la marge brute sectorielle sur les intrants a légèrement augmenté en raison notamment d'une meilleure gestion des risques dans le Secteur des grains, à des programmes d'escomptes fournisseurs plus favorables en protection des cultures ainsi qu'à une stratégie d'achat favorable dans les fertilisants.

Finalement, la hausse de l'ensemble des dépenses s'explique essentiellement par l'ajout d'amortissement pour les frais capitalisés des compensations d'usines dans le Service de l'alimentation animale.

Division détail et innovation

En plus d'opérer dans le secteur agricole, La Coop fédérée œuvre également dans le commerce de détail par le biais de ses secteurs Énergies Sonic et Quincaillerie et machines agricoles.

Ces deux secteurs permettent au réseau La Coop de desservir non seulement les producteurs agricoles et les régions, mais également tous les consommateurs, qu'ils soient membres de la coopérative ou non, par le biais de ses bannières Sonic, Unimat et BMR.

Les ventes de la Division détail et innovation sont demeurées sensiblement au même niveau cette année en comparaison de l'année dernière avec toutefois une diminution de l'excédent avant impôts.

Les activités du Secteur quincaillerie et machines agricoles sont en profondes mutations depuis que
La Coop fédérée s'est portée acquéreur d'une participation minoritaire dans Groupe BMR, en janvier 2013. Pour information, La Coop fédérée a exercé son droit d'option prévu dans la convention pour racheter les parts restantes; l'annonce a été faite le 5 février 2015.

Beaucoup d'efforts furent déployés durant l'année pour intégrer toutes les activités du centre de distribution de Trois-Rivières à celles de Groupe BMR, ce qui fut complété et réalisé en janvier dernier avec grand succès. Des coûts de fermeture et de transition combinés à un marché difficile expliquent toutefois que la contribution de ce secteur est inférieure à l'an passé.

La contribution du Service machines agricoles dégage une croissance positive des ventes, en particulier dans les équipements forestiers.

Le chiffre d'affaires du Secteur Énergies Sonic est en hausse en raison de l'augmentation moyenne des prix des produits pétroliers, de l'augmentation des volumes provoquée par l'hiver froid de 2013-2014, par une forte saison de séchage de maïs à l'automne et par une acquisition dans la région de Montréal. Les sociétés en approvisionnement Groupe pétrolier Norcan inc. et Propane Québec inc. ont aussi contribué de façon marquée, cette année, à la forte progression de la contribution de ce secteur.

Solidité, flexibilité financière et flux de trésorerie

Le bilan consolidé de la Société affichait au 25 octobre 2014, un actif total de plus de 1,7 milliard de dollars, comparativement à 1,6 milliard de dollars à la fin de l'exercice précédent. La hausse de l'actif total est principalement attribuable à l'acquisition en novembre 2013 d'une participation minoritaire dans Groupe BMR par le biais de la bannière Unimat et d'une autre acquisition en décembre 2013 d'un volume d'approvisionnement garanti et du fonds de commerce dans le secteur de la volaille.

L'avoir de la Société, y compris le capital social et la réserve avant participation ne donnant pas le contrôle, a grimpé à 680,6 millions de dollars au 25 octobre 2014 en comparaison à 591,8 millions de dollars au 26 octobre 2013.

Le fonds de roulement a atteint 274 millions de dollars comparativement à 206,6 millions de dollars à la fin de l'exercice précédent, soit des ratios respectifs de 1,5 contre à 1,3. En ce qui concerne le ratio d'endettement de la Société, il se situait à 33:67 à la fin de 2014 contre 29:71 à la fin de l'exercice précédent.

La Coop fédérée disposait par ailleurs au 25 octobre 2014, d'une importante flexibilité financière sous forme d'ententes avec des institutions financières canadiennes. Celles-ci consistent en une facilité de crédit globale de 625 millions de dollars, dont une tranche de 150 millions de dollars est disponible sous certaines conditions. À la fin de l'exercice 2014, un montant totalisant 211,7 millions de dollars avait été prélevé, alors qu'en 2013, il totalisait 109,6 millions de dollars.

Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation après variation nette des éléments hors caisse du fonds de roulement et l'augmentation du crédit reporté ont diminué à 28,1 millions de dollars pour l'exercice terminé le 25 octobre 2014, en comparaison de 113,8 millions de dollars pour l'exercice terminé le 26 octobre 2013.

Considérant les flux de trésorerie de 149,1 millions de dollars générés par les activités de financement, ceci aura permis la continuité du positionnement stratégique de La Coop fédérée qui aura réalisé, en 2013, l'acquisition d'une participation minoritaire dans Groupe BMR. Commentant l'arrivée de BMR, Gaétan Desroches, chef de la direction de La Coop fédérée a déclaré; « Nous sommes très heureux de notre investissement, qui a toujours été considéré sur un horizon long terme. En dépit d'un ralentissement généralisé des activités de rénovation domiciliaire au cours des dernières années, la réalisation des synergies anticipées avec les activités d'Unimat progresse bien. Nous entendons, à court terme, optimiser davantage certains éléments logistiques et ultimement mettre en valeur le rapprochement des deux marques Unimat et BMR. Par ailleurs, face aux défis posés par une concurrence féroce, tant au Canada qu'à l'échelle internationale, La Coop fédérée continuera d'allouer judicieusement son capital vers des projets à fort rendement permettant de concilier les intérêts financiers de ses membres et partenaires et sa vision propre. »

Un modèle de solidarité et de bénéfices partagés

Cette année encore, notre organisation et ses filiales ont remis des bourses, dons et commandites à des organismes sans but lucratif et des jeunes de la relève pour plus de 1,5 million de dollars.

« Nous devons consolider et coopérer pour les générations de demain. La Coop fédérée a à cœur la pérennité de nos fermes et de nos organisations coopératives. L'avenir, nous devons le construire par un modèle d'affaires global. Un modèle d'affaires cohérent, basé sur des valeurs reconnues et partagées mondialement. Un modèle d'affaires basé sur la coopération. Nos réalisations de 2014 et nos projets d'avenir illustrent sans l'ombre d'un doute la capacité de La Coop fédérée à s'adapter à une conjoncture difficile, tout en continuant de bien se positionner afin de répondre adéquatement aux enjeux importants de ses membres et partenaires. Nous entendons continuer ainsi dans le respect des valeurs uniques de notre modèle coopératif qui nous est si cher. », a conclu Denis Richard, président de La Coop fédérée.

Fondée sur des valeurs profondes, La Coop fédérée inspire par son modèle, qui place les valeurs humaines au-dessus des valeurs matérielles et qui reconnaît, dans les limites de saines règles de gestion, la primauté de la personne sur le capital.

À propos de La Coop fédérée

Fondée en 1922, La Coop fédérée est la plus importante organisation agroalimentaire au Québec. Elle est la propriété de plus de 100 000 membres regroupés au sein de 98 coopératives réparties dans plusieurs provinces canadiennes et elle est présente dans la plupart des maillons de la chaîne agroalimentaire. En tant que grossiste, La Coop fédérée fournit aux producteurs agricoles des biens et des services nécessaires à l'exploitation de leur entreprise. Ses activités se séparent en trois divisions : agricole (productions animale et végétale et commercialisation des grains, sous les bannières Elite et La Coop), détail et innovation (énergies, quincaillerie et machines agricoles, sous les bannières Sonic, Unimat et BMR), et viandes (sous les bannières Olymel, Flamingo et Lafleur). La Coop fédérée emploie 10 000 personnes et son chiffre d'affaires s'élève à 5,4 milliards de dollars. En incluant ses coopératives affiliées, La Coop fédérée compte plus de 16 000 employés et un chiffre d'affaires combiné de 9,1 milliards de dollars. www.lacoop.coop twitter.com/LaCoop_federee.

Une vidéo B-roll de l'assemblée générale annuelle de La Coop fédérée sera disponible via satellite jeudi, le 26 février 2015, à 16 h 30 - 16 h 45 HNE.

Satellite: Galaxy 17
Transponder: K 20 Slot D
Satellite Bandwidth: 9 Mhz.
Uplink Freq.: 14413.50 Horizontal
Downlink Freq.: 12113.50 Vertical
Symbol Rate: 7.500
Modulation: DVB-S2 8PSK
FEC: 3/4
Video Format: MPEG 4 4.2.01080i/59.94

Renseignements

  • Source :
    M. Ben Marc Diendéré
    Vice-président communications et affaires publiques
    @Marc_ben

    Renseignements et demandes d'entrevues :
    Marie-Hélène Cliche, Directrice des communications
    marie-helene.cliche@lacoop.coop
    514-384-6450, poste 3440
    Cellulaire - 514-347-5939
    www.lacoop.coop/aga2015