Corporation miniere Alexis
TSX : AMC

Corporation miniere Alexis

01 mars 2010 08h30 HE

Alexis franchit une autre étape importante : la réouverture de l'usine Aurbel

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 1 mars 2010) - CORPORATION MINIÈRE ALEXIS (TSX:AMC) (« Alexis » ou la « Société ») est très heureuse d'annoncer qu'elle a franchi une autre étape dans le cadre de sa stratégie de croissance en complétant le réaménagement de son usine de traitement aurifère Aurbel, détenue à 100 %, établissant du même coup un nouvel actif en opération pour la Société. Aurbel traitera du minerai de la mine d'or Lac Herbin de Val-d'Or, Québec, exploitée par la Société. Le principal élément qui motive la réouverture de l'usine est une réduction anticipée de 10 % des coûts, en lien avec une autre des stratégies de la Société visant à continuellement rechercher des façons d'optimiser les opérations. Un autre avantage à considérer est la possibilité de générer des revenus additionnels par le biais d'occasions locales d'usinage à forfait.

L'usine Aurbel, située sur la propriété Aurbel d'Alexis à environ 1 km à l'est de la mine d'or Lac Herbin, a initialement été acquise de Ressources Aur en 2006 et était en mode de surveillance et maintien. Sa capacité d'usinage de 1400 tonnes par jour (tpj) avait à l'origine servi pour usiner le minerai de la mine d'or Ferderber, au-dessus de laquelle est construite l'usine Aurbel, ainsi que le minerai de la mine d'or Dumont située à proximité. Les deux mines, Ferderber et Dumont, ont été fermées au milieu des années 1990, ainsi que l'usine, et les deux mines sont maintenant détenues par Alexis (voir communiqué du 7 mai 2009 sur les résultats de forage et le potentiel à Dumont). Le coût de remplacement pour l'usine a été évalué de façon indépendante à environ 36 millions $. Alexis a reçu son certificat d'autorisation, de sorte que le concassage de minerai à faible teneur a débuté le 25 février 2010 et la remise en service devrait se poursuivre dans la semaine du 1er mars 2010.

L'usine Aurbel est l'une des deux usines de traitement aurifère détenues par Alexis, l'autre étant l'usine de 2150 tpj située à Snow Lake, Manitoba, qui a été acquise dans le cadre de l'acquisition récente de Garson Gold Corp. (voir communiqué du 20 octobre 2009).

Contrôle de la qualité

Le contenu technique et scientifique du présent communiqué a été révisé par Keith Boyle, ing., chef des opérations d'Alexis et personne qualifiée tel que défini par la norme canadienne 43-101.

À propos d'Alexis

Corporation minière Alexis est une société minière canadienne inscrite à la Bourse de Toronto (symbole « AMC »). Alexis possède une mine d'or en production à Val-d'Or et a le droit d'acquérir un intérêt de 100 % dans la propriété aurifère Lac Pelletier à Rouyn-Noranda, où un programme souterrain d'exploration et d'échantillonnage en vrac est en cours. Alexis fait de l'exploration dans les prolifiques camps miniers de Val-d'Or (212 km2 en propriété exclusive) et Rouyn-Noranda (785 km2 en coentreprise à 50/50 avec Xstrata Copper). Un troisième pôle d'intérêt se trouve dans le camp minier à fort potentiel de Snow Lake au Manitoba, où Alexis prévoit compléter une étude de faisabilité sur la mine Snow Lake (anciennement la mine New Britannia) en 2010 ainsi que des travaux d'exploration sur l'ensemble de ses propriétés. Alexis dispose présentement de quatre foreuses en surface mobilisées pour l'exploration. Pour de plus amples détails sur Corporation minière Alexis, veuillez consulter le site web de la Société au : www.alexisminerals.com.

Informations prospectives

Le présent communiqué comprend des « informations prospectives » au sens des lois canadiennes applicables sur les valeurs mobilières. Les informations prospectives comprennent notamment, sans s'y limiter, des énoncés portant sur l'identification de réserves et de ressources minérales, le coût et le capital requis pour les projets d'exploration, les dépenses d'exploration, la durée prévue des futurs travaux d'exploration, les contestations ou les réclamations liées aux titres et, les enjeux règlementaires. De façon générale, les informations prospectives peuvent être identifiées par l'emploi de terminologie prospective comme « planifie », « prévoit » ou « ne prévoit pas », « est attendu », « budget », « échéancier », « estime », « prévisions », « entend », « anticipe » ou « n'anticipe pas », « est d'avis » ou des variations de ces termes et expressions, ou des formulations qui suggèrent que certaines actions, événements ou résultats « pourraient » ou « devraient » se produire, « seront entreprises », « se produiront » ou « seront atteints ». Les informations prospectives sous-tendent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels, le niveau d'activité, le rendement ou les réalisations de la Société soient sensiblement différents de ceux exprimés ou suggérés par de telles informations prospectives, incluant sans s'y limiter, les risques décrits dans la notice annuelle de la Société. Bien que la Société ait tenté d'identifier les facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats présentés dans les informations prospectives, il pourrait y avoir d'autres facteurs qui auraient pour effet que les résultats ne soient pas tels qu'anticipés, estimés ou prévus. Rien ne garantit que ces informations s'avéreront exactes, et il s'ensuit que les résultats réels et les événements futurs pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans de tels énoncés. Par conséquent, le lecteur ne devrait pas se fier indûment aux informations prospectives. La Société n'assume aucune obligation d'actualiser les informations prospectives, sauf si requis par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Renseignements