Greenpeace Canada

Greenpeace Canada

24 mai 2006 12h06 HE

Appel au gouvernement Harper : «Respectez les engagements du Canada»

À l'ombre de la Maison Blanche, le gouvernement Harper trompe les Canadiens et la communauté internationale Attention: Rédacteur à l'environnement, Rédacteur à l'énergie, Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales BONN/ALLEMAGNE--(CCNMatthews - 24 mai 2006) - Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement Harper a systématiquement copié les stratégies mises en place depuis plusieurs années par la Maison Blanche dans le dossier des changements climatiques, notamment en abandonnant le Protocole de Kyoto, en sabrant férocement les programmes existants, en coupant le soutien financier à la recherche sur la question et en adoptant de petites initiatives sectorielles telle celle sur l'éthanol au lieu d'un plan efficace de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le Réseau Action Climat (CAN/RAC International) a dénoncé aujourd'hui le nouveau gouvernement conservateur canadien, qu'il accuse de tromper les Canadiens et la communauté internationale quant à ses véritables intentions sur la question du Protocole de Kyoto. CAN/RAC International regroupe 365 organisations environnementales présentes dans plus de 90 pays.

« Lorsque je regarde ce qui se passe au Canada, je vois les politiques pro-compagnies pétrolières et anti-environnement de George W. Bush », a déclaré Gary Cook, directeur de CAN-USA. « J'ai l'impression de revoir un mauvais film pour la deuxième fois, une comédie-dramatique qui aura malheureusement des répercussions désastreuses sur la santé et l'environnement ».

« Le gouvernement canadien doit faire preuve de transparence et rendre immédiatement public tous les documents et les communications confidentiels pertinents de manière à nous éclairer sur ses véritables intentions dans le dossier des changements climatiques », a poursuivit Stephen Singer, du Fonds mondial pour la Nature (WWF) International.

« En trompant tout le monde sur ses véritables intentions, le gouvernement Harper suit une partition écrite par George W. Bush. Ce gouvernement met en péril les efforts des Nations Unies pour combattre les changements climatiques et compromet la réputation internationale du Canada », a déclaré pour sa part Steven Guilbeault, de Greenpeace Canada. « Nous saluons le Premier ministre du Québec, Jean Charest, et son engagement à ce que sa province respecte les engagements du Protocole de Kyoto, avec ou sans le gouvernement Harper. Nous invitons les autres provinces et territoires à faire de même ».

En se voulant rassurante sur la question, la ministre canadienne de l'Environnement continue de tromper la population par des déclarations comme celles-ci :

« Un certain nombre de pays, incluant le Canada, devait fournir un rapport sur les progrès accomplis. Dix-neuf pays, dont le Canada, n'ont pas été en mesure de fournir ces données. »

La réalité : Le Canada n'a mis en place aucune des mesures nécessaires pour faire face aux changements climatiques telles des mesures réglementaires, un marché d'échange de crédits, des taxes sur le carbone et des mesures incitatives. Le Canada est également le seul pays industrialisé à prétendre que ses objectifs sont impossible à atteindre.

« Notre stratégie est d'aider la communauté internationale à atteindre un consensus sur les changements climatiques. Nous voulons voir tout le monde à la table »

Réalité : Quelque 189 pays, incluant les Etats-Unis et l'Australie ont ratifié la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et sont autour de la table. Quelque 163 pays, incluant la Chine, l'Inde et le Brésil et d'autres pays en développement, font partis des discussions sous l'égide du Protocole de Kyoto. Le Canada préside ces deux processus. Si le gouvernement Harper désire vraiment une action internationale sur la question des changements climatiques, pourquoi est-il en train de saboter le travail des Nations Unies au profit du Partenariat Asie Pacifique qui ne regroupe que 6 pays et dont les objectifs ne sont que volontaires ?

Le Premier ministre Harper affirme : « Les objectifs du Canada sont maintenant supérieurs de 35% à ce que nous pouvons accomplir »

Réalité : Le gouvernement Harper s'est empressé de sabrer les programmes mis en place justement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et n'ont encore proposé aucun plan pour les remplacer.

La ministre Rona Ambrose affirme que : « Notre gouvernement livrera des résultats véritables et tangibles, comportant des bénéfices réels pour les Canadiens »

Réalité : Dans le dernier budget fédéral, le gouvernement Harper a soustrait 1 milliard de dollars d'un fonds conçu pour réduire de quelque 100 millions de tonnes les gaz à effet de serre. Il s'est empressé de l'investir dans une réduction d'impôt pour les détenteurs de titres de transport en commun, une mesure qui ne livrera que seulement 30 000 tonnes de réductions, au coût de 2000$ la tonne.

Réalité : Alors que l'objectif de 5% d'éthanol annoncé hier par la ministre Ambrose est loin d'obtenir la pleine collaboration des provinces, la mise en œuvre complète de cette mesure ne représenterait que moins de 1% de nos objectifs de réductions.

« Quelques pays industrialisés font face à des défis dans l'atteinte de leurs objectifs, mais je ne vois aucun d'entre eux jeter la serviette », affirme pour sa part Yuri Onodera, de Friends of the Earth Japan.

- 30 -

Sources :

Gary Cook - Climate Action Network: +49-151-549-14406
Steven Guilbeault - Greenpeace Canada +44-7801-857-526
Yuri Onodera - Friends of the Earth, Japan +819-065-049-494
Stephan Singer, World Wildlife Fund +32-496-550-709 IN: ÉNERGIE, ENVIRONNEMENT, POLITIQUE

Renseignements

  • Andrew Male, Communications Coordinator
    Numéro de téléphone: 416-880-2757
    Numéro de téléphone secondaire: 416-597-8408 poste 3030
    Courriel: andrew.male@yto.greenpeace.org