Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

22 janv. 2007 08h00 HE

Avis aux médias/IPFPC : Les archivistes et historiens nationaux manifestent pour obtenir l'équité salariale

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 22 jan. 2007) - Les archivistes et historiens à l'emploi de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) et d'autres ministères fédéraux tiendront une ligne de piquetage d'information pour attirer l'attention sur leur sous-paiement et la sous-évaluation de l'histoire nationale.



Quand : Mardi 23 janvier 2007, à 12 h (midi)

Où : Devant l'édifice de Bibliothèque et Archives Canada
395, rue Wellington, à l'angle de la rue Bay, à Ottawa

Porte-parole : Michèle Demers, présidente de l'Institut professionnel
Invité spécial : Sir John A. Macdonald, premier
Premier ministre du Canada et créateur des Archives
publiques du Canada en 1872.


Les archivistes et historiens sont toujours l'un des groupes professionnels les moins rémunérés du gouvernement fédéral, même si le Conseil du Trésor a déjà reconnu le problème. Les archivistes à BAC gagnent en moyenne 16 000 $ de moins que leurs homologues de l'ensemble du pays.

La sous-évaluation des archivistes est un problème de longue date au gouvernement du Canada, et pose un obstacle constant et croissant au maintien en poste à BAC. En 2006, au cours d'une période de six mois, BAC a perdu un alarmant 8 % de son personnel archivistique.

Le rôle que jouent ces professionnels afin de protéger les documents officiels du pays est inestimable : ils contribuent à préserver l'histoire de nos familles, de nos communautés et de notre pays, et à aider les Canadiennes et les Canadiens à affirmer leurs droits légaux et constitutionnels. Toutefois, en raison du taux élevé de roulement, les connaissances relatives à ces documents s'effritent peu à peu. BAC risque de ne plus pouvoir remplir son mandat législatif à titre de gardien des documents du gouvernement. Le problème de la rémunération a été largement reconnu par toutes les parties, mais le gouvernement continue de nier la nécessité de verser une rémunération équitable aux archivistes et aux historiens nationaux. Son incapacité de régler ce problème démontre bien comment le gouvernement du Canada continue de sous-estimer notre patrimoine national.

Les archivistes et historiens de BAC sont membres du groupe Recherche de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, un syndicat d'échelle nationale qui représente 50 000 membres d'un bout à l'autre du pays.

INFO-FICHE - Historiens et archivistes nationaux

Le maintien en poste des archivistes à Bibliothèque et Archives Canada

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) veille à la préservation de la mémoire collective de notre pays et du gouvernement du Canada en faisant l'acquisition et en conservant des documents d'importance nationale, tout en conseillant le gouvernement fédéral sur la gestion de documents et de renseignements officiels. Plus de 75 % des spécialistes de la recherche historique (HR) du groupe Recherche est à l'emploi de BAC en tant qu'archivistes. Leur niveau de poste est HR-2 et leur rémunération de 56 632 $.

Le maintien en poste du personnel demeure une préoccupation d'importance et le taux de départ y est élevé. En effet, de mai à octobre 2006, 9 archivistes ont quitté le Groupe (soit 8 % du Groupe). D'un total de 115 postes, 90 sont actuellement occupés par des archivistes, alors que 25 sont laissés vacants par des employés en affectation, en congé sans solde ou en absence prolongée. Par conséquent, en octobre 2006, BAC ne fonctionnait qu'avec 78 % de son effectif.

Comparaisons salariales

Archivistes provinciaux et universitaires au Canada - les services provinciaux et universitaires d'archives, qui ont des responsabilités similaires et dont la recherche constitue une bonne part de leur mandat, ont toujours rivalisé avec BAC pour embaucher le meilleur personnel. Une comparaison du niveau de travail des archivistes provinciaux et universitaires avec celui des archivistes (HR-2) comptant de 6 à 12 ans d'expérience à BAC a établi un écart salarial moyen de 16 600 $, soit une différence de 29,3 %.

Musées fédéraux - les salaires des archivistes de BAC, en 2006, étaient inférieurs, en moyenne, de plus de 16 595 $ à ceux des conservateurs de musée, soit un manque à gagner de 29,3 %.

Autres postes au gouvernement fédéral - des collègues occupant des postes semblables et exécutant un travail comparable dans l'ensemble des institutions fédérales, comme gestionnaires de documents et analystes stratégiques, gagnent en moyenne 18 410 $ de plus que les archivistes de BAC, soit une différence de 32,1 %.

Professeurs universitaires - le salaire d'un HR-3 comparé à celui d'un professeur agrégé d'une université canadienne sélectionnée montre une différence d'environ 47 519 $ (72,7 %). Un chercheur qui est promu à un poste HR-5 peut être comparé à un professeur permanent, mais leur salaire diffère de 55 362 $ (63,9 %).

Conclusion

Il est crucial de verser des salaires plus élevés aux archivistes et historiens nationaux à tous les niveaux d'emploi pour enrayer la vague de départs et reconstituer l'essentiel de notre expertise dans l'environnement archivistique complexe du XXIe siècle afin de :



- maintenir en poste le personnel actuel
- réduire les coûts de formation sur le lieu de travail et de
dotation
- reconstituer la mémoire défaillante des connaissances et
d'expertise
- se préparer à la vague prochaine de départs à la retraite
- veiller à l'accessibilité à long terme des Canadiens et Canadiennes
à leur patrimoine documentaire
- relever le défi de la responsabilisation au sein du gouvernement du
Canada
- rendre BAC un employeur de choix et un centre d'excellence

Renseignements

  • IPFPC
    Francine Pressault
    Relations avec les médias
    613 228-6310, poste 2228 ou 613 794-9369
    www.pipsc.ca