BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal

24 août 2010 07h24 HE

BMO Groupe financier annonce de très bons résultats pour le troisième trimestre, dégageant un revenu net de 669 millions de dollars

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 24 août 2010) - BMO Groupe financier (TSX:BMO)(NYSE:BMO) et BMO Banque de Montréal -



Rapport aux actionnaires pour le troisième trimestre de 2010
----------------------------------------------------------------------------

BMO Groupe financier annonce de très bons résultats pour le troisième
trimestre, dégageant un revenu net de 669 millions de dollars

Ses revenus ayant enregistré une hausse appréciable, PE Canada affiche
toujours un excellent rendement

Les résultats de BMO Marchés des capitaux témoignent de conditions plus
difficiles sur les marchés financiers

Les dotations à la provision pour pertes sur créances diminuent encore

A 13,55 %, le ratio du capital de première catégorie demeure solide

----------------------------------------------------------------------------

Points saillants des résultats financiers :

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du troisième trimestre de 2009

- Revenu net de 669 millions de dollars, pour une augmentation de 112
millions depuis un an

- RPA(1) de 1,13 $ et RPA avant amortissement(2) de 1,14 $, tous deux en
hausse de 0,16 $ par rapport à la même période l'an dernier

- Rendement des capitaux propres de 13,7 %, contre 12,1 % pour les trois
mois correspondants de l'exercice précédent

- Dotations à la provision pour pertes sur créances de 214 millions de
dollars, soit 203 millions de moins qu'un an plus tôt

Comparaison des neuf premiers mois de 2010 et des neuf premiers mois de 2009

- Revenu net de 2 071 millions de dollars, contre 1 140 millions il y a un
an

- RPA de 3,51 $, comparativement à 1,97 $, et RPA avant amortissement de
3,55 $, contre 2,01 $


BMO Groupe financier a annoncé un revenu net de 669 millions de dollars, ou de 1,13 $ par action, pour le troisième trimestre terminé le 31 juillet 2010. Les Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada ont encore obtenu un très bon rendement, le revenu net atteignant 426 millions, en hausse de 64 millions ou de 17 % par rapport à la même période l'an dernier.

BMO a annoncé aujourd'hui un dividende de 0,70 $ par action ordinaire pour le quatrième trimestre de l'exercice, soit le même montant que pour le trimestre précédent, ce qui correspond à un dividende annuel de 2,80 $ par action ordinaire.

"Notre désir d'aider notre clientèle à réussir et nos investissements stratégiques dans des activités au potentiel de croissance des plus prometteurs, qui demeurent au coeur de nos priorités, ont permis une hausse appréciable du revenu net depuis un an, ce qui renforce notre position, déjà fort solide, en matière de capital", a déclaré Bill Downe, président et chef de la direction, BMO Groupe financier. "Nos résultats témoignent des bienfaits découlant de la diversité de nos activités."

"Avec un revenu net de 426 millions de dollars, soit 17 % de plus qu'il y a un an, PE Canada demeure le fer de lance de notre entreprise. Stimulés par l'essor des volumes de la plupart de ses produits, ses revenus ont progressé fortement, soit de 9,3 %. Le nombre moyen de catégories de produits qu'utilise notre clientèle des services aux particuliers et aux entreprises a augmenté d'un exercice à l'autre."

"Les investissements dans nos services bancaires aux entreprises nous ont aidés à mieux répondre aux besoins de nos clients et ont catalysé la hausse des revenus et l'élargissement de la part du marché des prêts aux entreprises en regard de la même période il y a un an et du trimestre précédent, part qui se situe désormais à plus de 20 %."

"Les résultats que BMO Marchés des capitaux a obtenus ce trimestre témoignent de conditions moins favorables sur les marchés financiers puisque les revenus de négociation ont grandement baissé et que, pour de nombreux secteurs, les occasions se sont raréfiées. Nous continuons d'élargir nos ressources et avons récemment recruté de nouveaux employés afin d'assurer notre croissance dans des domaines clés au fil de l'amélioration des marchés."

"Le revenu net du groupe Gestion privée a légèrement reculé car, un an plus tôt, ses résultats tenaient compte d'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures. Les résultats de la plupart des secteurs se sont améliorés car nous avons continué d'offrir à nos clients la qualité de services et de conseils à laquelle ils s'attendent."

"PE Etats-Unis se concentre sur le recrutement et la fidélisation de la clientèle. Dans le secteur des services bancaires aux particuliers, nous prenons exemple sur les offres attrayantes au sein de l'entreprise. Ainsi, nous avons lancé le programme Harris Helpful Steps qui s'inspire de la Formule futée BMO, et nous avons réussi à intégrer à notre modèle de services bancaires aux entreprises nos clients américains qui sont de moyennes entreprises et que nous avons transférés, organisant ainsi nos activités selon des secteurs spécialisés."

"En résumé, nous veillons à remplir notre promesse, soit créer une expérience client exceptionnelle, et nous obtenons de bons résultats, compte tenu des conditions d'exploitation actuelles. Malgré les indices signalant un ralentissement de la croissance économique des deux côtés de la frontière, nous sommes encouragés par le fait que, au cours du trimestre à l'étude, les dotations à la provision pour pertes sur créances ont continué de fléchir."

"Durant ces trois mois, les activités à l'échelle internationale de BMO ont atteint le seuil de carboneutralité pour ce qui est de l'énergie et du transport. Nous avons donc réussi - tel que prévu - à tenir parole quant à l'engagement que nous avions pris il y a près de deux ans auprès de nos clients et de nos actionnaires. Le succès et la durabilité sont indissociables, et nous sommes fiers de pouvoir faire notre part", a ajouté M. Downe.



(1) Sauf indication contraire, lorsqu'il est question du résultat par action
(RPA) dans le présent document, il s'agit toujours du résultat dilué par
action.
(2) Les rajustements qui ont pour effet de substituer les résultats avant
amortissement aux résultats selon les principes comptables généralement
reconnus (PCGR) sont exposés dans la section Mesures non conformes aux
PCGR, à la fin du Rapport de gestion, où sont également expliqués ces
mesures non conformes aux PCGR et leurs plus proches équivalents selon
les PCGR.


Revue des résultats des groupes d'exploitation

PE Canada

Le revenu net a été élevé, atteignant 426 millions de dollars, pour une hausse de 64 millions ou de 17 % depuis un an. Les revenus générés par les services aux particuliers, les services aux entreprises et les services de cartes ont tous progressé, ce qui s'explique par l'accroissement des volumes de la plupart des produits, par la prise en compte de Diners Club dans les résultats financiers et par l'élargissement de la marge nette d'intérêts. Alliée à une gestion efficace des dépenses d'exploitation, la saine croissance des revenus s'est traduite par un excellent levier d'exploitation avant amortissement, soit 5,5 %. Nous investissons toujours de manière stratégique afin de rehausser notre position concurrentielle tout en gérant prudemment nos dépenses d'exploitation.

Notre objectif est d'être la banque modèle en matière d'expérience client exceptionnelle. Nous continuons de cerner ce que les clients veulent réellement et ce dont ils ont besoin, et nous avons pris l'engagement de les écouter, de les comprendre et de bien les conseiller. C'est de cette façon que nous avons pu augmenter, d'un exercice à l'autre, le nombre moyen de catégories de produits qu'utilise notre clientèle des services aux particuliers et aux entreprises.

Pour ce qui est des services aux particuliers, les soldes de nos prêts hypothécaires ont, durant le trimestre et pour la première fois depuis que nous avons quitté le marché des courtiers, progressé. Nous avons lancé en mars notre campagne hypothécaire printanière, laquelle a pour objet d'aider notre clientèle à prendre les bonnes décisions de financement hypothécaire en lui donnant de judicieux conseils. Soucieux de combler ses besoins, nous lui proposons une gamme complète de produits attrayants, dont la MargExpress sur valeur domiciliaire et notre nouveau prêt hypothécaire à taux fixe réduit, un produit d'une grande simplicité.

Dans le cas des services aux entreprises, nous offrons toujours la Formule futée BMO pour entreprises afin que les propriétaires de petites entreprises puissent obtenir aisément des conseils sur la façon de mieux gérer leurs affaires. Au cours des trois mois à l'étude, nous avons démontré notre soutien indéfectible au secteur de l'agriculture en lançant le programme Agri-Investissement et le Programme d'aide financière aux victimes d'inondations dans les Prairies. Nous détenons toujours la deuxième part du marché canadien des prêts aux entreprises, et notre but est de devenir la banque de choix des entreprises canadiennes.

Sur la base des volumes de transactions, nous sommes le plus important émetteur de cartes MasterCard du Canada. Nous faisons croître nos services de cartes tout en assurant une gestion prudente du crédit, et nos taux de pertes sur créances sont largement inférieurs à la moyenne de nos pairs. Durant le trimestre, BMO a lancé deux nouvelles cartes de crédit qui offrent aux propriétaires de petites entreprises de faibles taux, des frais modiques et des choix simples. Ces nouvelles cartes procurent l'adhésion gratuite comme membre Privilège du programme Assistance sur mesure BMO, lequel aide ces clients, qui sont très occupés, à diriger et à protéger leur entreprise, tout en leur faisant réaliser des économies substantielles grâce à de meilleures récompenses et à l'abolition des frais de cartes annuels.

PE Etats-Unis (tous les montants sont en dollars américains)

Le revenu net s'est chiffré à 38 millions de dollars, ayant baissé de 14 millions ou de 27 % depuis un an. Sa diminution a découlé essentiellement de la hausse des dotations à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, de l'incidence des prêts douteux et d'un rajustement de la valeur de notre portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion par suite du recul des taux d'intérêt à long terme. Les répercussions favorables de l'amélioration des marges sur les prêts et de l'essor des soldes de dépôts ont été contrebalancées en grande partie par les conséquences du recul des soldes de prêts aux entreprises qu'a causé une utilisation moins grande des prêts de la part de ces clients ainsi que par la compression des marges sur les dépôts.

Après rajustement pour tenir compte de l'incidence des prêts douteux, d'une réduction de la provision constituée au titre du litige impliquant Visa et des coûts d'intégration, le revenu net du trimestre écoulé s'est chiffré à 54 millions de dollars, en baisse de 11 millions ou de 17 % depuis un an. Le ratio de productivité avant amortissement a été de 72,6 %, ou de 66,2 % compte tenu d'un tel rajustement.

Au deuxième trimestre, nous avions annoncé l'acquisition de certains actifs et la prise en charge de certains passifs d'AMCORE Bank N.A., banque située à Rockford, en Illinois. Depuis la clôture de cette opération, nous avons stabilisé les activités ainsi acquises, réalisé d'importants progrès dans l'atteinte d'étapes d'intégration clés et mis de l'avant un programme de communication avec la clientèle afin de rejoindre nos principaux clients. Notre projet de conversion de l'entreprise en vue de l'intégrer à la bannière Harris se déroule comme prévu et devrait être parachevé au cours du quatrième trimestre.

Nous nous rapprochons de notre objectif, soit positionner PE Etats-Unis en vue de sa croissance par le regroupement de moyennes entreprises américaines clientes sous un modèle de services bancaires aux entreprises. Afin de mieux centrer nos efforts et d'offrir à nos clients des conseils d'une qualité supérieure, nous avons accru les ressources affectées au soutien de secteurs précis. Le fait de tirer parti de la notoriété de la marque Harris et de la portée plus vaste qu'offre ce regroupement de services bancaires aux entreprises devrait nous permettre de recruter de nouveaux clients et d'accroître plus rapidement les revenus tout en rehaussant notre productivité globale.

Dans le secteur des services bancaires aux particuliers, nous avons créé un programme appelé Harris Helpful Steps. Lancé en juin, celui-ci propose aux consommateurs cinq moyens fort simples d'économiser, de mieux gérer leurs dépenses et de prendre le contrôle de leurs finances.

Le centre d'appels Harris a, pour la deuxième année d'affilée, obtenu l'accréditation de centre d'excellence de la part de BenchmarkPortal. Parrainé par le Center for Customer-Driven Quality (CCDQ) de l'Université Purdue, BenchmarkPortal est un chef de file reconnu de l'évaluation du rendement et de l'attestation des centres d'appels. Seulement 10 % des centres qui en font la demande obtiennent cette accréditation.

Groupe Gestion privée

Le revenu net a été de 108 millions de dollars, accusant une baisse de 5 millions ou de 5,5 % en regard du même trimestre de l'exercice précédent. Les résultats de cette période tenaient compte d'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures de 23 millions.

Le revenu net du groupe Gestion privée, compte non tenu des activités d'assurance, a été de 74 millions de dollars, affichant une forte progression en regard d'il y a un an, soit 28 millions ou 54 %, ce qui a résulté de la croissance continue de toutes les unités. Le revenu net des activités d'assurance s'est établi à 34 millions pour le trimestre, en baisse de 33 millions ou de 48 %, ce qui s'explique en grande partie par la constatation d'un recouvrement d'impôts un an plus tôt. Les activités d'assurance ont vu leurs primes nettes augmenter fortement, facteur dont l'avantage a été plus que contrebalancé par l'incidence de variations défavorables des taux d'intérêt et des marchés boursiers sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Les revenus du groupe Gestion privée ont augmenté de 23 millions de dollars ou de 4,5 %, ayant fortement progressé dans la majeure partie des unités, ce qui a découlé d'une hausse de 9,5 % (11 % en monnaie d'origine) des actifs de clients sous gestion et sous administration. Les revenus des activités d'assurance ont, dans l'ensemble, baissé car la montée des primes nettes a été plus qu'annulée par l'incidence des variations défavorables des marchés sur les passifs attribuables aux titulaires de police. Nous entendons toujours offrir à nos clients la qualité de services et de conseils à laquelle ils s'attendent, et ce, surtout dans le contexte économique actuel.

Au cours du trimestre, le groupe Gestion privée a lancé huit nouveaux fonds négociables en bourse (FNB), portant ainsi à 30 le nombre de FNB qu'il offre. Les nouveaux fonds diversifient davantage les secteurs visés puisqu'ils englobent ceux des soins de santé et du pétrole et du gaz et témoignent de notre engagement à devenir un chef de file au Canada sur le marché en croissance qu'est celui des FNB et d'offrir aux investisseurs une gamme complète de produits de placement.

BMO Marchés des capitaux

Le revenu net s'est situé à 130 millions de dollars, soit 180 millions ou 58 % de moins qu'il y a un an. Après avoir été fort élevés et soutenus par des conditions favorables au cours des quatre trimestres antérieurs, les revenus ont fléchi durant le trimestre à l'étude. Leur recul depuis un an et depuis le deuxième trimestre est imputable aux conséquences négatives de l'augmentation des écarts de taux, à la baisse des marges sur négociation et à la raréfaction des occasions sur les marchés. Dans le cas des services bancaires aux grandes entreprises, la dégradation de la conjoncture économique a également contribué à la baisse des revenus depuis un an. Nous continuons de bâtir nos ressources et avons récemment recruté de nouveaux employés afin d'assurer notre croissance dans des secteurs clés au fil de l'amélioration des marchés.

BMO Marchés des capitaux a participé à 114 nouvelles émissions au cours du trimestre, soit 34 émissions de titres d'emprunt d'entreprises, 32 émissions de titres d'administrations publiques, 42 émissions d'actions ordinaires et six émissions d'actions privilégiées, pour un total de 51 milliards de dollars, soit 12 milliards de plus qu'au trimestre précédent.

Services d'entreprise

Les Services d'entreprise ont subi une perte nette de 35 millions de dollars pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 251 millions en regard d'il y a un an, amélioration résultant essentiellement de la réduction des dotations à la provision pour pertes sur créances. La progression des revenus a été annulée en grande partie par la hausse des frais. Les dotations à la provision pour pertes sur créances imputées aux Services d'entreprise ont diminué de 272 millions. Aux termes de la méthode que BMO utilise aux fins de la présentation de ses résultats sectoriels, les pertes sur créances prévues sont imputées aux groupes d'exploitation clients, et l'écart entre les pertes prévues et les pertes réelles est porté au débit (ou au crédit) des Services d'entreprise.

Mise en garde

Les sections précédentes renferment des déclarations prospectives. Voir la mise en garde concernant les déclarations prospectives.



Rapport de gestion


Les commentaires contenus dans le présent Rapport de gestion sont en date du 24 août 2010. Sauf indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens et ont été établis à partir d'états financiers préparés conformément aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Le présent Rapport de gestion doit être lu à la lumière des états financiers consolidés non vérifiés pour la période terminée le 31 juillet 2010, qui sont inclus dans le présent document, et du Rapport de gestion de l'exercice terminé le 31 octobre 2009, qui est inclus dans le Rapport annuel 2009 de BMO. L'information qui précède cette section fait partie du présent Rapport de gestion.

La Banque de Montréal utilise une marque unifiée reliant toutes les sociétés membres de l'organisation. La Banque de Montréal et ses filiales sont désignées par l'appellation BMO Groupe financier. Ainsi, dans le présent document, les appellations BMO et BMO Groupe financier désignent la Banque de Montréal et ses filiales.

Sommaire des résultats



(non vérifié) (en millions Augmentation Augmentation
de dollars canadiens, sauf (Diminution) (Diminution)
indication contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 1 571 105 7 % 49 3 %
Revenu autre que d'intérêts 1 336 (176) (12 %) (191) (12 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu 2 907 (71) (2 %) (142) (5 %)
Dotation à la provision
spécifique pour pertes
sur créances 214 (143) (40 %) (35) (14 %)
Hausse de la provision
générale - (60) (+100 %) - -
----------------------------------------------------------------------------
Dotation totale à la
provision pour pertes
sur créances 214 (203) (49 %) (35) (14 %)
Frais autres que
d'intérêts 1 898 25 1 % 68 4 %
Charge d'impôts sur les
bénéfices 107 (5) (5 %) (100) (48 %)
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales 19 - - 1 1 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 669 112 20 % (76) (10 %)

Amortissement des actifs
incorporels liés aux
acquisitions (après
impôts)(1) 9 - - 2 18 %
Revenu net avant
amortissement(2) 678 112 20 % (74) (10 %)

Résultat de base par
action (en dollars) 1,13 0,16 16 % (0,14) (10 %)
Résultat dilué par
action (en dollars) 1,13 0,16 16 % (0,13) (10 %)
Résultat dilué par
action avant
amortissement
(en dollars)(2) 1,14 0,16 16 % (0,14) (11 %)
Rendement des capitaux
propres (RCP) 13,7 % 1,6 % (2,7 %)
RCP avant
amortissement(2) 13,9 % 1,6 % (2,7 %)
Ratio de productivité 65,3 % 2,4 % 5,3 %
Ratio de productivité
avant amortissement(2) 65,0 % 2,5 % 5,3 %
Levier d'exploitation (3,8 %) n.s. n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement(2) (3,9 %) n.s. n.s.
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif 1,88 % 0,14 % -
Taux d'imposition effectif 13,4 % (3,0 %) (8,0 %)

Ratios de capital :
Ratio du capital de
première catégorie 13,55 % 1,84 % 0,28 %
Ratio du capital total 16,10 % 1,78 % 0,41 %

Revenu net :
Services bancaires
Particuliers et
entreprises 466 46 11 % 25 6 %
PE Canada 426 64 17 % 31 8 %
PE Etats-Unis 40 (18) (31 %) (6) (14 %)
Groupe Gestion privée 108 (5) (6 %) (10) (9 %)
BMO Marchés des capitaux 130 (180) (58 %) (130) (50 %)
Services d'entreprise,
y compris Technologie
et opérations (T&O) (35) 251 88 % 39 53 %
----------------------------------------------------------------------------

Revenu net de BMO
Groupe financier 669 112 20 % (76) (10 %)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------




(non vérifié) (en millions Augmentation
de dollars canadiens, sauf Cumul (Diminution)
indication contraire) 2010 c. cumul 2009
--------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 4 625 497 12 %
Revenu autre que d'intérêts 4 356 409 10 %
--------------------------------------------------------
Revenu 8 981 906 11 %
Dotation à la provision
spécifique pour pertes
sur créances 796 (361) (31 %)
Hausse de la provision
générale - (60) (+100 %)
--------------------------------------------------------
Dotation totale à la
provision pour pertes
sur créances 796 (421) (35 %)
Frais autres que d'intérêts 5 567 (35) (1 %)
Charge d'impôts sur
les bénéfices 491 (432) (+100 %)
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales 56 (1) (2 %)
--------------------------------------------------------
Revenu net 2 071 931 82 %

Amortissement des actifs
incorporels liés aux
acquisitions (après
impôts)(1) 23 (4) (23 %)
Revenu net avant
amortissement(2) 2 094 927 79 %

Résultat de base par
action (en dollars) 3,53 1,56 79 %
Résultat dilué par
action (en dollars) 3,51 1,54 78 %
Résultat dilué par
action avant
amortissement
(en dollars)(2) 3,55 1,54 77 %
Rendement des capitaux
propres (RCP) 14,8 % 6,3 %
RCP avant
amortissement(2) 14,9 % 6,2 %
Ratio de productivité 62,0 % (7,4 %)
Ratio de productivité
avant amortissement(2) 61,7 % (7,3 %)
Levier d'exploitation 11,8 % n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement(2) 11,7 % n.s.
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif 1,87 % 0,27 %
Taux d'imposition
effectif 18,8 % 14,1 %

Ratios de capital :
Ratio du capital
de première catégorie 13,55 % 1,84 %
Ratio du capital total 16,10 % 1,78 %

Revenu net :
Services bancaires
Particuliers et
entreprises 1 361 109 9 %
PE Canada 1 224 207 20 %
PE Etats-Unis 137 (98) (42 %)
Groupe Gestion privée 339 86 34 %
BMO Marchés des capitaux 604 (9) (1 %)
Services d'entreprise,
y compris Technologie
et opérations (T&O) (233) 745 76 %
--------------------------------------------------------

Revenu net de BMO Groupe
financier 2 071 931 82 %
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
(1) L'amortissement d'actifs incorporels non liés à des
acquisitions n'est pas ajouté au revenu net pour
déterminer le revenu net avant amortissement.
(2) Montants ou mesures non conformes aux PCGR. Voir la
section Mesures non conformes aux PCGR figurant à
la fin du Rapport de gestion, qui porte sur
l'utilisation des mesures non conformes aux PCGR
dans le présent document.

n.s. - non significatif


Responsabilité de la direction à l'égard de l'information financière

Le chef de la direction et le chef des finances de la Banque de Montréal ont signé des attestations certifiant l'exactitude de l'information financière contenue dans notre Rapport de gestion intermédiaire et dans nos états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés de la période terminée le 31 juillet 2010 et portant également sur la conception de nos contrôles et procédures de communication de l'information et du contrôle interne à l'égard de l'information financière. La direction de la Banque de Montréal, sous la supervision du chef de la direction et du chef des finances, a évalué, au 31 juillet 2010, l'efficacité des contrôles et procédures de communication de l'information de la Banque de Montréal, telles qu'elles sont définies par la Securities and Exchange Commission et par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières, et elle a conclu que ces contrôles et procédures étaient efficaces.

Le contrôle interne de la Banque de Montréal à l'égard de l'information financière comprend des normes et méthodes qui : concernent la tenue de dossiers suffisamment détaillés pour donner une image précise et fidèle des opérations et des cessions d'actifs de BMO; fournissent une assurance raisonnable que les opérations sont comptabilisées comme il se doit pour permettre l'établissement des états financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada et aux exigences de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis, le cas échéant; assurent que les encaissements et décaissements de BMO ne sont faits qu'avec l'autorisation de la direction et des administrateurs de la Banque de Montréal; et fournissent une assurance raisonnable que toute acquisition, utilisation ou cession non autorisée des actifs de BMO qui pourrait avoir une incidence importante sur ses états financiers est prévenue ou détectée à temps.

En raison de ses limites intrinsèques, le contrôle interne à l'égard de l'information financière ne peut fournir qu'une assurance raisonnable et il est possible qu'il ne permette pas de prévenir ou de détecter les inexactitudes. De plus, les projections d'une appréciation d'efficacité sur les périodes futures comportent le risque que les contrôles deviennent inadéquats en raison de changements dans les conditions ou que le degré de conformité aux normes et méthodes se détériore.

Au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010, il n'y a eu aucun changement à notre contrôle interne à l'égard de l'information financière qui a eu un effet important, ou qui est raisonnablement susceptible d'avoir un effet important, sur notre contrôle interne à l'égard de l'information financière.

Comme lors des trimestres précédents, le Comité de vérification de la Banque de Montréal a examiné le présent document, incluant les états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés, et le Conseil d'administration de la Banque de Montréal a approuvé ce document avant sa publication.

On trouvera une analyse détaillée de nos secteurs d'activité, de nos stratégies et de nos objectifs dans la section Rapport de gestion du Rapport annuel 2009 de BMO, accessible sur notre site Web à l'adresse www.bmo.com/relationsinvestisseurs. Nous invitons également les lecteurs à visiter ce site pour y obtenir d'autres renseignements financiers trimestriels.

Mise en garde concernant les déclarations prospectives

Les communications publiques de la Banque de Montréal comprennent souvent des déclarations prospectives, écrites ou verbales. Le présent document contient de telles déclarations, qui peuvent aussi figurer dans d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières canadiens ou de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis ou dans d'autres communications. Toutes ces déclarations sont énoncées sous réserve des règles d'exonération de la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995, et des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables, et elles sont conçues comme des déclarations prospectives aux termes de ces lois. Les déclarations prospectives peuvent comprendre notamment des observations concernant nos objectifs et nos priorités pour l'exercice 2010 et au-delà, nos stratégies ou actions futures, nos cibles, nos attentes concernant notre situation financière ou le cours de nos actions et les résultats ou les perspectives de notre exploitation ou des économies canadienne et américaine.

De par leur nature, les déclarations prospectives exigent la formulation d'hypothèses et comportent des risques et des incertitudes. Il existe un risque appréciable que les prévisions, pronostics, conclusions ou projections se révèlent inexacts, que nos hypothèses soient erronées et que les résultats réels diffèrent sensiblement de ces prévisions, pronostics, conclusions ou projections. Nous conseillons aux lecteurs du présent document de ne pas se fier indûment à ces déclarations, étant donné que les résultats réels, les conditions, les actions ou les événements futurs pourraient différer sensiblement des cibles, attentes, estimations ou intentions exprimées dans ces déclarations prospectives, en raison d'un certain nombre de facteurs.

Les résultats réels ayant trait aux déclarations prospectives peuvent être influencés par de nombreux facteurs, notamment la situation économique générale et la conjoncture des marchés dans les pays où nous sommes présents, les fluctuations des taux d'intérêt et de change, les changements de politique monétaire, l'intensité de la concurrence dans les secteurs géographiques et les domaines d'activité dans lesquels nous oeuvrons, les changements de législation, les procédures judiciaires ou démarches réglementaires, l'exactitude ou l'exhaustivité de l'information que nous obtenons sur nos clients et nos contreparties, notre capacité de mettre en oeuvre nos plans stratégiques, de conclure des acquisitions et d'intégrer les entreprises acquises, les estimations comptables critiques, les risques opérationnels et infrastructurels, la situation politique générale, les activités des marchés financiers internationaux, les répercussions de guerres ou d'activités terroristes sur nos activités, les répercussions de maladies sur les économies locales, nationales ou mondiale, les répercussions de perturbations des infrastructures publiques telles que les perturbations des services de transport et de communication et des systèmes d'alimentation en énergie ou en eau et les changements technologiques.

Nous tenons à souligner que la liste de facteurs qui précède n'est pas exhaustive. D'autres facteurs pourraient influer défavorablement sur nos résultats. Pour de plus amples renseignements, le lecteur peut se reporter aux pages 32 et 33 du Rapport annuel 2009 de BMO, qui décrivent en détail certains facteurs clés susceptibles d'influer sur les résultats futurs de BMO. Les investisseurs et les autres personnes qui se fient à des déclarations prospectives pour prendre des décisions à l'égard de la Banque de Montréal doivent tenir soigneusement compte de ces facteurs, ainsi que d'autres incertitudes et événements potentiels et de l'incertitude inhérente aux déclarations prospectives. La Banque de Montréal ne s'engage pas à mettre à jour les déclarations prospectives, verbales ou écrites, qui peuvent être faites, à l'occasion, par elle-même ou en son nom, sauf si la loi l'exige. L'information prospective contenue dans le présent document est présentée dans le but d'aider nos actionnaires à comprendre notre situation financière aux dates indiquées ou pour les périodes terminées à ces dates ainsi que nos priorités et objectifs stratégiques, et peut ne pas convenir à d'autres fins.

Pour conclure que nous procéderons à la conversion des établissements acquis dans le cadre de l'opération réalisée au deuxième trimestre et visant une banque située à Rockford, en Illinois, nous avons supposé qu'il ne surgirait aucun événement de nature prioritaire qui aurait préséance sur la dotation en personnel et les ressources techniques requises et que la conversion ne causerait aucun problème majeur touchant les systèmes.

Les hypothèses relatives au comportement des économies canadienne et américaine ainsi qu'aux conditions de marché générales et à l'ensemble de leurs répercussions sur nos activités, incluant ce qui est décrit sous la rubrique intitulée Perspectives économiques et survol, sont des facteurs importants dont nous tenons compte lors de l'établissement de nos priorités stratégiques, de nos objectifs et de nos attentes pour ce qui est de nos activités. Pour élaborer nos prévisions en matière de croissance économique, en général et dans le secteur des services financiers, nous utilisons principalement les données économiques historiques fournies par les administrations publiques du Canada et des Etats-Unis et leurs agences.

Documents déposés auprès des organismes de réglementation

Nos documents d'information continue, y compris nos documents intermédiaires, Rapport de gestion annuel, Etats financiers consolidés vérifiés, Notice annuelle et Avis de convocation à l'assemblée annuelle des actionnaires et circulaire de sollicitation de procurations, sont accessibles sur notre site Web, au www.bmo.com/relationsinvestisseurs, sur le site des Autorités canadiennes en valeurs mobilières, au www.sedar.com et dans la section EDGAR du site Web de la SEC, au www.sec.gov.

Perspectives économiques et survol

La reprise économique se poursuit au Canada, mais son rythme est plus lent qu'en début d'année. L'emploi augmente fortement et les entreprises ont recommencé à investir. En revanche, les dépenses à la consommation ralentissent et les activités du secteur de l'habitation ne sont plus aussi soutenues que celles, fort intenses, de l'an passé. Depuis la fin de la récession, à l'été 2009, presque tous les emplois perdus ont été recréés et les compressions de production ont été comblées. Stimulée par des taux d'intérêt toujours faibles, des politiques budgétaires expansionnistes et la stabilité de la demande des produits de base à l'échelle mondiale, la croissance de l'emploi et de la production devrait se poursuivre à un rythme modéré cette année. Par contre, les perspectives d'une hausse des taux d'intérêt, du resserrement des règlements visant les prêts hypothécaires et de l'entrée en vigueur de la nouvelle taxe de vente harmonisée en Ontario et en Colombie-Britannique ont catalysé la demande, ce qui donne à penser que le secteur de l'habitation s'essoufflera. Une baisse des exportations est à prévoir en raison de l'appréciation du dollar canadien. Selon les prévisions, l'économie devrait croître de 3,2 % en 2010 et de 2,8 % en 2011, ce qui ramènerait à 7,4 % le taux de chômage à la fin de 2011. Il y a fort à parier que la Banque du Canada continuera de resserrer graduellement sa politique monétaire au cours de l'année à venir. Des taux d'intérêt plus élevés devraient freiner l'essor du crédit aux particuliers et des prêts hypothécaires à l'habitation. Toutefois, la hausse des investissements des entreprises soutiendra leur demande de prêts.

Aiguillonnée par des politiques d'expansion budgétaire et monétaire et la vigueur de la demande à l'échelle mondiale, l'économie américaine continue d'afficher un certain taux de croissance. Les investissements des entreprises demeurent fort élevés et leurs bénéfices sont en nette progression. Cependant, une création d'emplois anémique, le resserrement des conditions de crédit et le désendettement des ménages freinent la consommation des particuliers. Le marché des immeubles commerciaux demeure au ralenti, les taux d'inoccupation étant toujours élevés, et les ventes de maisons ont littéralement chuté après le retrait, en avril dernier, du crédit d'impôt offert à l'achat d'une habitation. De faibles taux d'intérêt et une politique budgétaire encore plus stricte l'an prochain devraient permettre à l'économie américaine d'enregistrer un taux de croissance de 2,9 % en 2010 et de 2,7 % en 2011. On peut s'attendre à ce que la demande de prêts de la part des consommateurs et des entreprises se raffermisse lentement au fil de l'assouplissement des normes de crédit. Un taux de chômage élevé et un faible taux d'inflation devraient inciter la Réserve fédérale à maintenir ses taux d'intérêt à des niveaux très bas au moins jusqu'en 2011. Les marchés financiers devraient bénéficier de la poursuite de l'expansion économique, les entreprises profitant de la faiblesse des taux d'intérêt pour émettre de nouveaux titres d'emprunt ou procéder à un refinancement.

Aux Etats-Unis, nos établissements bancaires sont situés en grande partie dans le Midwest, région qui suit généralement les tendances nationales en matière de croissance. Le secteur manufacturier et les dépenses à la consommation ont connu un certain ralentissement en regard de ce qu'ils étaient en début d'année, tandis que les marchés de l'habitation et des immeubles commerciaux manquent toujours de tonus. A l'instar du reste du pays, l'économie du Midwest devrait connaître une croissance modérée dans l'année à venir.

La présente section qui traite des perspectives économiques contient des déclarations prospectives. Voir la mise en garde concernant les déclarations prospectives.

Change

Les équivalents en dollars canadiens du revenu net, des revenus, des frais, des dotations à la provision pour pertes sur créances et des impôts sur les bénéfices en dollars américains de BMO ont baissé par rapport au troisième trimestre de 2009 en raison du recul du dollar américain, mais ils se sont renforcés en regard du deuxième trimestre de 2010 à la faveur de l'appréciation du dollar américain depuis cette période. Le taux de change moyen du dollar canadien et du dollar américain, exprimé par le coût d'un dollar américain en dollars canadiens, a fléchi de 6 % depuis un an, mais a dépassé de 2 % le taux moyen du deuxième trimestre de 2010. Le tableau suivant fait état des taux de change moyens des dollars canadien et américain et de l'incidence de leurs fluctuations.

Effets des fluctuations du taux de change par rapport au dollar américain sur les résultats de BMO



(en millions de dollars
canadiens, sauf T3-2010 Cumul 2010
indication contraire) c. T3-2009 c. T2-2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------------------------------
Taux de change entre les
dollars canadien et
américain (moyenne)
Période courante 1,0453 1,0453 1,0439
Période précédente 1,1102 1,0273 1,1925
Revenu augmenté (diminué) (45) 12 (329)
Frais diminués (augmentés) 29 (8) 191
Dotation à la provision
pour pertes sur créances
diminuée (augmentée) 7 (1) 63
Impôts sur les bénéfices
et part des actionnaires
sans contrôle diminués
(augmentés) - - 17
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net augmenté (diminué) (9) 3 (58)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Au début de chaque trimestre, BMO détermine s'il doit ou ne doit pas prendre part à des opérations de couverture qui sont censées compenser partiellement l'effet avant impôts des fluctuations du taux de change au cours du trimestre sur son revenu net libellé en dollars américains prévu pour ces trois mois. Ainsi, les activités de couverture atténuent l'incidence des fluctuations du taux de change au cours d'un trimestre. Cependant, elles ne visent pas à annuler les répercussions de telles fluctuations d'un exercice à l'autre ou d'un trimestre à l'autre. Le dollar américain s'est apprécié au cours du trimestre à l'étude, passant de 1,0158 $ canadien au 30 avril 2010 à une moyenne de 1,0453 $ canadien. Au cours des périodes à venir, les gains ou pertes résultant de telles opérations dépendront à la fois des fluctuations des monnaies et du montant des opérations de couverture sous-jacentes, car celles-ci sont conclues chaque trimestre en fonction du revenu net prévu en dollars américains pour les trois mois suivants. Les opérations de couverture se sont soldées par un gain après impôts de 5 millions de dollars depuis le début de l'exercice.

Les effets des fluctuations du taux de change sur nos investissements dans des établissements étrangers sont analysés dans la section Impôts sur les bénéfices.

Autres mesures de la valeur

Le profit économique net s'est établi à 158 millions de dollars (voir la section Mesures non conformes aux PCGR), comparativement à 264 millions au deuxième trimestre et à 79 millions au troisième trimestre de 2009.

Pour la période de cinq ans terminée le 31 juillet 2010, le rendement total des capitaux propres annuel moyen de BMO a été de 5,6 %.

Revenu net

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du troisième trimestre de 2009

Le revenu net s'est chiffré à 669 millions de dollars pour le troisième trimestre de 2010, en hausse de 112 millions, ou de 20 %, par rapport à la même période de l'exercice précédent. Le résultat par action a été de 1,13 $, contre 0,97 $. Les résultats du même trimestre de 2009 avaient été réduits par une hausse de 60 millions (39 millions après impôts et 0,07 $ par action) de la provision générale pour pertes sur créances, tel qu'il est indiqué dans la section Eléments notables qui figure à la fin du Rapport de gestion.

Depuis un an, les dotations à la provision pour pertes sur créances ont baissé de 203 millions de dollars grâce à de meilleures conditions de crédit aux Etats-Unis et au fait qu'un an plus tôt, la provision générale avait été augmentée.

Le revenu net de PE Canada a fortement augmenté, progressant de 64 millions de dollars ou de 17 %. La hausse des revenus a été catalysée par l'essor des volumes de la plupart des produits, par la prise en compte des revenus de Diners Club dans nos résultats financiers et par l'élargissement de la marge nette d'intérêts. Les frais se sont accrus en raison de l'inclusion des résultats de Diners Club et des sommes consacrées aux initiatives visant à favoriser l'essor de nos activités.

Le revenu net de PE Etats-Unis a baissé de 18 millions de dollars canadiens, ou de 14 millions de dollars américains, pour se situer à 38 millions de dollars américains. Ce recul a découlé essentiellement de l'accroissement de la dotation à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, de l'incidence des prêts douteux et d'un rajustement de la valeur de notre portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion par suite du recul des taux d'intérêt à long terme. La progression des marges sur les prêts et des soldes de dépôts ont favorisé l'essor des revenus, ce qui a été contrebalancé en partie par le recul des soldes de prêts aux entreprises, celles-ci ayant réduit leur recours à du crédit, et par la compression des marges sur les dépôts. L'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, a accru les revenus de 18 millions de dollars américains, les charges, de 16 millions de dollars américains, compte non tenu des coûts d'intégration, et le revenu net, de 1 million de dollars américains.

Le revenu net du groupe Gestion privée a baissé de 5 millions de dollars ou de 5,5 %. Les résultats un an plus tôt tenaient compte d'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures par les activités d'assurance. Hormis ce facteur, les résultats se sont améliorés car la majeure partie des unités ont continué de réaliser une forte croissance. Les activités d'assurance ont vu leurs primes nettes augmenter fortement, facteur dont l'avantage a été plus que contrebalancé par l'incidence qu'ont eue des variations défavorables des taux d'intérêt et des marchés boursiers sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Le revenu net de BMO Marchés des capitaux a baissé de 180 millions de dollars ou de 58 %. Après l'excellent rendement financier engendré par un contexte favorable dans la première moitié du présent exercice, les revenus ont été faibles au cours du trimestre à l'étude. Ils ont reculé en regard de leurs niveaux fort élevés un an plus tôt, ce qui a découlé de conditions de négociation difficiles. Les dotations à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, ont augmenté et les frais liés au personnel ont régressé au cours du trimestre, ce qui reflète le rendement au chapitre des revenus.

La perte nette des Services d'entreprise, d'un montant de 35 millions de dollars, a baissé de 251 millions depuis un an grâce essentiellement à la diminution des dotations à la provision pour pertes sur créances.

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2010

Le revenu net s'est contracté de 76 millions de dollars ou de 10 % depuis le deuxième trimestre. Les revenus ont baissé et les frais se sont accrus. Les dotations à la provision pour pertes sur créances ont diminué de 35 millions de dollars.

Le revenu net de PE Canada s'est amélioré de 31 millions de dollars ou de 7,7 %, ce qui a résulté en grande partie du fait que le trimestre à l'étude a compté davantage de jours et qu'un petit montant de recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures a été constaté.

Le revenu net de PE Etats-Unis a reculé de 6 millions de dollars canadiens, ou de 7 millions de dollars américains, pour s'établir à 38 millions de dollars américains. Cette baisse a découlé essentiellement d'un rajustement de la valeur du portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion qu'a motivé une baisse des taux d'intérêt à long terme et des coûts d'intégration.

Le revenu net du groupe Gestion privée s'est comprimé de 10 millions de dollars ou de 8,8 % en raison de la détérioration des résultats des activités d'assurance, les variations défavorables des marchés ayant eu des conséquences sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Après avoir été fort élevé au deuxième trimestre, le revenu net de BMO Marchés des capitaux a baissé de 130 millions de dollars ou de 50 %. Les revenus ont fléchi par suite de la forte baisse de ceux tirés des activités de négociation, ce qui a été atténué par l'amélioration du rendement de nos secteurs sensibles aux taux d'intérêt et des commissions de prise ferme de titres d'emprunt.

La perte nette des Services d'entreprise, d'un montant de 35 millions de dollars, a diminué de 39 millions, ce qui est essentiellement imputable à la réduction des dotations à la provision pour pertes sur créances.

Comparaison des neuf premiers mois de 2010 et des neuf premiers mois de 2009

Le revenu net s'est amélioré de 931 millions de dollars, pour s'établir à 2 071 millions. Le revenu net de la même période de 2009 avait été affaibli par des éléments notables totalisant 440 millions après impôts et ayant trait à des charges liées à la conjoncture des marchés financiers et à des indemnités de licenciement ainsi qu'à une hausse de la provision générale pour pertes sur créances, tel qu'il est indiqué dans la section Eléments notables.

Le revenu net de PE Canada s'est renforcé de 207 millions de dollars ou de 20 % grâce à l'essor des volumes de la plupart des produits, à l'élargissement de la marge nette d'intérêts et à la prise en compte des résultats financiers de Diners Club pour sept mois au cours du présent exercice.

Le revenu net de PE Etats-Unis, soit 131 millions de dollars américains, a reculé de 64 millions de dollars américains ou de 33 %. L'élargissement des marges sur les prêts a été plus qu'annulé par la baisse des soldes de prêts aux entreprises, ce qui a résulté d'une diminution de leur recours à des prêts et de la compression des marges sur les dépôts. Il s'est également produit une hausse des dotations à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, une augmentation des frais liés aux prêts douteux et un rajustement de la valeur de notre portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion par suite du recul des taux d'intérêt à long terme.

Le revenu net du groupe Gestion privée a progressé de 86 millions de dollars ou de 34 % depuis un an. Les résultats reflètent l'essor des revenus de toutes les unités. Les revenus des activités d'assurance ont augmenté grâce à la hausse des primes nettes, compte tenu de l'incidence favorable de l'acquisition de BMO Société d'assurance-vie vers la fin du deuxième trimestre de 2009, ce qui a été contrebalancé en partie par les conséquences de l'évolution négative des marchés sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Le revenu net de BMO Marchés des capitaux a baissé de 9 millions de dollars ou de 1,4 %, pour s'établir à 604 millions. Les revenus ont enregistré une hausse de 170 millions ou de 7,4 % grâce à des gains sur les titres de placement au cours de l'exercice à l'étude, alors qu'il y a un an, des pertes importantes avaient été inscrites à ce chapitre en raison de la mauvaise tenue des marchés financiers. Les commissions sur les fusions et acquisitions et celles de prise ferme de titres d'emprunt se sont également améliorées. Par contre, le revenu net d'intérêts a reculé en raison de la forte baisse des revenus provenant de nos secteurs sensibles aux taux d'intérêt et de la diminution du revenu net d'intérêts des services bancaires aux grandes entreprises qu'a causée la baisse des actifs, ce qui a été compensé en partie par l'amélioration du revenu net d'intérêts lié aux activités de négociation. Le total des revenus provenant de ces activités a fléchi depuis l'exercice précédent.

La perte nette des Services d'entreprise a diminué de 745 millions de dollars depuis un an. Cette amélioration a découlé de la progression marquée des revenus, de la forte baisse des dotations à la provision pour pertes sur créances ainsi que du recul des frais. La hausse des revenus a résulté de la diminution du portage négatif de certaines positions de taux d'intérêt d'actifs ou de passifs par suite des mesures prises par la direction et de conditions de marché plus stables. Les revenus de 2009 avaient été affaiblis par des activités de financement ayant servi à rehausser notre situation de trésorerie, déjà excellente. Des charges de 118 millions (80 millions après impôts) au titre des indemnités de licenciement avaient été constatées au deuxième trimestre de 2009, tel qu'il est indiqué dans la section Eléments notables.

Revenus

BMO analyse ses revenus consolidés selon les PCGR. Cependant, comme plusieurs autres banques, BMO analyse les revenus de ses groupes d'exploitation, et les ratios connexes établis d'après leurs revenus, sur une base d'imposition comparable (bic). Selon cette méthode, on augmente les revenus calculés selon les PCGR et la charge d'impôts sur les bénéfices déterminée selon les PCGR d'un montant qui porterait les revenus tirés de certains éléments exonérés d'impôt à un niveau auquel ces revenus seraient assujettis à l'impôt, au taux d'imposition prévu par la loi. La compensation des rajustements sur une base d'imposition comparable des groupes est reflétée dans les résultats des Services d'entreprise.

Pour le trimestre à l'étude et les périodes correspondantes des exercices précédents, nous avons constaté certaines opérations de BMO Marchés des capitaux en fonction de leur bic. Nous croyons que de tels rajustements sont utiles et reflètent la façon dont BMO Marchés des capitaux gère ses activités puisqu'ils améliorent la comparabilité des revenus imposables et des revenus bénéficiant d'avantages fiscaux. Ce changement s'est traduit par des hausses du revenu net d'intérêts et des impôts sur les bénéfices de BMO Marchés des capitaux, des montants compensatoires ayant été constatés par les Services d'entreprise. Il ne s'est produit aucun changement dans le revenu net global de l'un ou l'autre de ces groupes d'exploitation.

Le revenu total a baissé de 71 millions de dollars ou de 2,4 % par rapport à la même période l'an dernier en raison surtout du recul marqué de ceux de BMO Marchés des capitaux. Les revenus de PE Canada et des Services d'entreprise ont été nettement supérieurs. L'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, a accru les revenus du trimestre. La dépréciation du dollar américain a comprimé l'essor des revenus de 45 millions ou de 1,5 point de pourcentage, ce qui a touché principalement BMO Marchés des capitaux et PE Etats-Unis.

Les revenus ont diminué de 142 millions de dollars ou de 4,7 % depuis le deuxième trimestre de 2010, en raison surtout du recul de ceux de BMO Marchés des capitaux. L'appréciation du dollar américain a accru les revenus de 12 millions ou de 0,4 point de pourcentage.

Les variations du revenu net d'intérêts et du revenu autre que d'intérêts sont analysées dans les sections qui suivent.

Revenu net d'intérêts

Le revenu net d'intérêts a augmenté de 105 millions de dollars ou de 7,2 % par rapport à il y a un an en raison principalement des hausses enregistrées par PE Canada et les Services d'entreprise. Dans le cas de BMO Marchés des capitaux, le revenu net d'intérêts a fléchi. Tel qu'il est indiqué ci-dessus, certains montants de BMO Marchés des capitaux présentés dans des périodes antérieures ont été retraités en fonction de leur bic, un rajustement compensatoire ayant été constaté par les Services d'entreprise.

La marge nette d'intérêts globale de BMO s'est élargie de 14 points de base depuis un an pour s'établir à 1,88 %. PE Canada et PE Etats-Unis ont affiché des hausses à ce chapitre. Dans le cas de PE Canada, l'amélioration a découlé surtout du fait que les marges sur les produits de dépôt ont été plus élevées que celles, exceptionnellement faibles, enregistrées un an plus tôt. Quant à PE Etats-Unis, la progression est imputable à l'élargissement des marges sur les prêts et à l'essor des soldes des dépôts, ce qui a été atténué par la compression des marges sur ceux-ci. Pour ce qui est de BMO Marchés des capitaux, la baisse a résulté principalement du rétrécissement des marges sur les prêts, ce qui a été contrebalancé en partie par la hausse de celles dégagées par les actifs détenus à des fins de négociation. La hausse du revenu net d'intérêts des Services d'entreprise a résulté essentiellement du fait que le portage négatif de certaines positions de taux d'intérêt d'actifs ou de passifs a diminué par suite des mesures prises par la direction et de conditions de marché plus stables.

L'actif productif moyen a régressé de 4 milliards de dollars ou de 1,2 % en regard d'il y a un an, mais a progressé de 3 milliards après rajustement afin d'exclure l'effet du recul du dollar américain. En dollars canadiens, sa baisse a résulté d'une réduction de l'actif productif moyen de BMO Marchés des capitaux par suite principalement d'une diminution des actifs du marché monétaire et des prêts aux grandes entreprises. L'actif productif moyen de PE Etats-Unis a lui aussi baissé car la croissance sous-jacente des montages a été plus qu'annulée par la moins grande utilisation de prêts par les clients et par la vente de nouveaux prêts hypothécaires sur le marché secondaire. Les volumes de PE Canada et du groupe Gestion privée se sont élargis.

Par rapport au deuxième trimestre, le revenu net d'intérêts a monté de 49 millions de dollars ou de 3,2 %, ce qui s'explique principalement par les jours supplémentaires qu'a comptés le trimestre à l'étude ainsi que par l'augmentation des marges de PE Canada et de PE Etats-Unis. La marge de PE Canada s'est accrue en raison surtout de la progression des volumes des produits les plus rentables et des frais de refinancement hypothécaire. Quant à la marge nette d'intérêts de PE Etats-Unis, sa croissance est imputable à l'élargissement des marges sur les prêts. La marge nette d'intérêts globale de BMO n'a pas changé. L'amélioration des marges de PE Canada et de PE Etats-Unis a été contrebalancée par la baisse du revenu net d'intérêts des Services d'entreprise et par le repli de la marge de BMO Marchés des capitaux en raison de la diminution des marges sur les actifs détenus à des fins de négociation. L'actif productif moyen a régressé de 0,5 milliard de dollars car le recul des actifs détenus à des fins de négociation de BMO Marchés des capitaux a contrebalancé l'essor enregistré par PE Canada. L'appréciation du dollar américain durant le trimestre a accru de 2 milliards l'actif productif total de la Banque.

Depuis le début de l'exercice, le revenu net d'intérêts a augmenté de 497 millions de dollars, ou de 12 %, grâce essentiellement à la hausse de celui de PE Canada et des Services d'entreprise.

La marge nette d'intérêts globale de BMO s'est élargie de 27 points de base depuis le début de l'exercice, pour s'établir à 1,87 %. L'amélioration de la marge de PE Canada a découlé surtout des mesures prises en 2009 pour atténuer l'incidence de la montée des frais de financement à long terme et de l'essor des volumes des produits les plus rentables. Quant à PE Etats-Unis, l'élargissement des marges sur les prêts a été contrebalancé, mais en partie seulement, par la diminution des revenus générés par les dépôts à laquelle ont donné lieu des marges et des soldes moins élevés. La hausse du revenu net d'intérêts des Services d'entreprise a résulté essentiellement du recul du portage négatif de certaines positions de taux d'intérêt d'actifs ou de passifs qu'ont engendré les mesures prises par la direction et des conditions de marché plus stables. En 2009, les revenus avaient été réduits par les activités de financement ayant servi à rehausser notre situation de trésorerie, déjà solide. La marge de BMO Marchés des capitaux est demeurée la même puisque la hausse de celles générées par les actifs détenus à des fins de négociation a été contrebalancée par le rétrécissement des marges sur les actifs du marché monétaire et sur les prêts aux grandes entreprises.

Pour les neuf premiers mois de l'exercice, l'actif productif moyen a fléchi de 15 milliards de dollars ou de 4,3 % en regard d'il y a un an, mais a augmenté de 1 milliard après rajustement pour exclure l'incidence du repli du dollar américain. En dollars canadiens, la baisse a résulté avant tout d'une réduction de l'actif productif moyen de BMO Marchés des capitaux par suite principalement d'une diminution des actifs du marché monétaire et des prêts aux grandes entreprises. L'actif productif moyen de PE Etats-Unis a également reculé, en raison notamment de l'affaiblissement du dollar américain. PE Canada a vu son actif productif moyen augmenter, ce qui est principalement attribuable à la forte progression du crédit aux particuliers et à l'ajout des soldes de cartes Diners Club. L'actif productif moyen du groupe Gestion privée s'est lui aussi renforcé, ce qui a découlé principalement de l'acquisition de BMO Société d'assurance-vie.

Marge nette d'intérêts (bic)(i)



Augmentation Augmentation Augmentation
(en points (Diminution) (Diminution) (Diminution)
de base) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010 Cumul 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------------------------------
PE Canada 296 9 5 294 14
PE Etats-Unis 370 59 15 353 41
----------------------------------------------------------------------------
Services
bancaires
Particuliers
et
entreprises 308 17 5 305 18
Groupe
Gestion
privée(ii) 277 (16) (3) 279 (73)
BMO Marchés
des capitaux 95 (1) (6) 96 (1)
Services
d'entreprise,
y compris
Technologie
et opérations
(T&O)(iii) n.s. n.s. n.s. n.s. n.s.
----------------------------------------------------------------------------
Total de BMO 188 14 - 187 27
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Total des
services de
détail au
Canada(iv) 295 5 7 293 8
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
(i) La marge nette d'intérêts est calculée et présentée par rapport à
l'actif productif moyen plutôt que par rapport à l'actif total. Cette
méthode produit une mesure plus pertinente des marges et de leurs
variations. Les marges des groupes d'exploitation sont présentées sur
une base d'imposition comparable (bic), tandis que la marge globale
de BMO est présentée selon les PCGR.
(ii) L'acquisition par le groupe GP, au deuxième trimestre de 2009, de BMO
Société d'assurance-vie, a donné lieu à l'ajout d'actifs productifs
de revenu autre que d'intérêts, ce qui compte pour une réduction de
66 points de base au cumul annuel. Compte tenu du rajustement visant
à exclure l'incidence de l'acquisition, la marge nette d'intérêts du
groupe GP a diminué de 7 points de base pour la période de neuf mois
considérée par rapport à celle de la période correspondante de
l'exercice précédent.
(iii) Le revenu net d'intérêts des Services d'entreprise est négatif et
abaisse la marge nette d'intérêts globale de BMO dans une plus grande
mesure en 2009 qu'en 2010.
(iv) La marge totale des services de détail au Canada représente la marge
nette d'intérêts des activités combinées des secteurs canadiens de
PE Canada et du groupe GP.

n.s. - non significatif


Revenu autre que d'intérêts

Les états financiers consolidés non vérifiés ci-joints donnent plus de détails au sujet du revenu autre que d'intérêts, lequel a baissé de 176 millions de dollars ou de 12 % depuis un an. Cette baisse a résulté de la réduction des revenus de BMO Marchés des capitaux.

Les revenus de négociation ont accusé un recul important en raison des conséquences négatives de l'augmentation des écarts de taux, de la contraction des marges sur négociation et de la raréfaction des occasions sur les marchés. Les revenus de titrisation, ceux générés par les activités d'assurance et les commissions de prise ferme ont également baissé. Par contre, les revenus des fonds d'investissement, les commissions sur titres et les gains sur titres de placement ont augmenté. Les frais de cartes se sont eux aussi améliorés, en grande partie grâce à l'acquisition de Diners Club au premier trimestre de 2010.

Les revenus de titrisation se sont repliés de 35 millions de dollars par rapport aux trois mêmes mois de l'exercice précédent, pour s'établir à 167 millions. Une diminution de 1,6 milliard de dollars des actifs titrisés est survenue. Les revenus incluent des gains de 20 millions réalisés à la vente de prêts dans le cadre de nouvelles titrisations, gains en hausse de 5 millions par rapport à la période correspondante de 2009, ainsi que des gains de 107 millions générés par la vente de prêts à des entités de titrisation à rechargement, soit 42 millions de moins qu'il y a un an. L'incidence combinée des titrisations d'actifs au cours de la période considérée et des périodes antérieures a réduit de 21 millions le revenu avant impôts du trimestre à l'étude. Nous avons constaté des revenus de titrisation de 167 millions. Nous avons inscrit un montant réduit au titre du revenu d'intérêts (126 millions de moins), des frais de cartes de crédit (112 millions de moins) et des dotations à la provision pour pertes sur créances (50 millions de moins). Nous titrisons des prêts essentiellement dans le but d'avoir accès à des sources de financement de substitution économiques. Au cours du trimestre, nous avons titrisé 1,7 milliard de dollars de prêts hypothécaires à l'habitation. Les opérations de titrisation sont expliquées en détail à la note 3 afférente aux états financiers consolidés non vérifiés ci-joints.

Par rapport au deuxième trimestre, le revenu autre que d'intérêts s'est dégradé de 191 millions de dollars ou de 12 %, ce qui est essentiellement imputable à BMO Marchés des capitaux et à la baisse moins importante qu'a enregistrée le groupe Gestion privée.

Les revenus de négociation ont fortement diminué en raison des conséquences négatives de l'augmentation des écarts de taux, de la contraction des marges sur négociation et de la raréfaction des occasions sur les marchés. Les gains sur titres de placement et les revenus tirés des activités d'assurance ont eux aussi fléchi. Les revenus de titrisation, les commissions sur prêts et les autres revenus se sont accrus.

Depuis le début de l'exercice, le revenu autre que d'intérêts a augmenté de 409 millions de dollars ou de 10 %, grâce essentiellement à BMO Marchés des capitaux. Cette amélioration a découlé en grande partie de la charge de 471 millions inscrite l'exercice précédent en lien avec l'entité canadienne de protection de crédit, tel qu'il est indiqué dans la section Eléments notables. Les gains sur titres de placement ont augmenté fortement car des pertes élevées avaient été subies il y a un an. Les revenus tirés des services de cartes, les commissions sur titres et sur fusions et acquisitions et celles de prise ferme de titres d'emprunt ont affiché de bonnes augmentations grâce à une meilleure conjoncture économique. Le revenu autre que d'intérêts de PE Canada a crû de manière considérable grâce à l'essor des revenus provenant des cartes, ce qui a découlé en grande partie de l'inclusion, au cours de l'exercice à l'étude, des résultats financiers de Diners Club pour sept mois. Les revenus de titrisation et ceux de négociation ont chuté depuis un an.

Frais autres que d'intérêts

Les frais autres que d'intérêts sont présentés de manière plus détaillée dans les états financiers consolidés non vérifiés ci-joints. Ces frais se sont accrus de 25 millions de dollars ou de 1,4 % par rapport à la même période l'an dernier, s'établissant ainsi à 1 898 millions. Le repli du dollar américain les a réduits de 29 millions ou de 1,6 point de pourcentage. L'accroissement des frais est en grande partie attribuable à l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, au deuxième trimestre, ainsi qu'à la hausse des sommes affectées aux initiatives et des taxes de vente provinciales. Les frais associés aux locaux et au matériel, notamment les frais informatiques engagés en lien avec la mise au point de logiciels, ainsi que les honoraires professionnels ont augmenté, ce qui a résulté essentiellement du soutien accordé à la croissance des activités. Les frais liés à la rémunération du personnel ont diminué du fait principalement de la baisse de la rémunération liée au rendement. Ce facteur a été atténué par la hausse des salaires qu'a engendré l'élargissement du personnel dans tous les groupes d'exploitation, ce qui reflète nos investissements stratégiques.

Par rapport au deuxième trimestre, les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 68 millions de dollars ou de 3,8 %. L'appréciation du dollar américain les a accrus de 8 millions ou de 0,5 point de pourcentage. Le fait que le trimestre ait compté plus de jours a également causé une hausse de ces frais. Tel qu'il est indiqué ci-dessus, les investissements dans la technologie, les honoraires professionnels, les taxes de vente provinciales et les taxes sur le capital ont augmenté. Les coûts associés aux entreprises acquises ont également contribué à l'accroissement de ces frais. Les frais liés à la rémunération du personnel ont quelque peu baissé en raison de réductions des coûts associés au rendement et des indemnités de licenciement, réductions réalisées en dépit de l'augmentation du nombre d'employés puisque nous investissons toujours dans nos activités.

Depuis le début de l'exercice, les frais autres que d'intérêts ont fléchi de 35 millions de dollars ou de 0,6 %, se chiffrant à 5 567 millions. La dépréciation du dollar américain les a réduits de 191 millions ou de 3,4 points de pourcentage. Les frais liés à la rémunération du personnel se sont repliés étant donné que les résultats inscrits un an plus tôt tenaient compte d'une charge de 118 millions au titre des indemnités de licenciement qu'avaient constatée les Services d'entreprise. Après rajustement pour tenir compte de cette charge, les frais associés à la rémunération du personnel tiennent compte d'une rémunération liée au rendement plus élevée, ce qui traduit l'amélioration des résultats. Ce facteur a été annulé en partie par la diminution des salaires et des coûts des avantages sociaux. De plus, les frais liés aux locaux, dont les frais informatiques, les honoraires professionnels et l'assurance-dépôt, ont baissé. Ces réductions ont été atténuées par les répercussions qu'ont eues les entreprises acquises. Le levier d'exploitation avant amortissement s'est établi à 11,7 % pour les neuf premiers mois du présent exercice. Nous continuons de gérer nos frais avec soin tout en élargissant nos activités et en investissant dans celles-ci.

Le 1er juillet 2010, une taxe de vente harmonisée a été instaurée en Ontario et en Colombie-Britannique, ce qui a augmenté le montant de cette taxe exigible dans ces deux provinces. Il devrait en résulter une hausse nette des frais de nos établissements canadiens, mais celle-ci devrait être négligeable.

Gestion des risques

Les principaux risques auxquels nous sommes exposés sont toujours liés aux incertitudes quant à la vigueur de la reprise économique, et ce, surtout aux Etats-Unis. Bien que la migration du crédit soit moins importante dans la plupart des portefeuilles, la lenteur de la création d'emplois et l'atonie du marché immobilier au sud de la frontière continuent de peser sur le portefeuille de prêts immobiliers à l'habitation. Les marchés immobilierscommerciaux américains sont toujours chancelants. De plus, les craintes que suscite l'endettement souverain des pays d'Europe pourraient rendre encore plus volatile une reprise déjà fragile.

Les pertes sur créances du portefeuille de prêts continuent de fléchir. Au cours du troisième trimestre de 2010, les dotations à la provision spécifique pour pertes sur créances ont totalisé 214 millions de dollars, ou un résultat annualisé de 50 points de base du solde net moyen des prêts et acceptations, comparativement à 249 millions ou 59 points de base au deuxième trimestre de 2010 et à 357 millions ou 81 points de base au troisième trimestre de 2009. La diminution des dotations durant le trimestre à l'étude a résulté surtout de la réduction de la migration du portefeuille qu'a permise la reprise économique, ainsi que de reprises et de recouvrements plus élevés qu'il y a un an.

Sur le plan géographique, les dotations à la provision spécifique au Canada et dans d'autres pays ont été de 110 millions de dollars au troisième trimestre de 2010, de 126 millions au deuxième trimestre de 2010 et de 164 millions au troisième trimestre de 2009. Quant à celles constatées aux Etats-Unis durant ces mêmes périodes, elles se sont établies à 104 millions, à 123 millions et à 193 millions, respectivement.

Aucune dotation à la provision générale n'a été inscrite au cours du trimestre à l'étude ni du précédent. Une hausse de la provision générale de 60 millions de dollars avait été comptabilisée au troisième trimestre de 2009. La faible augmentation de la provision générale au cours du trimestre à l'étude a découlé des fluctuations des taux de change.

Aux termes de la méthode que BMO utilise pour présenter ses résultats sectoriels, les pertes sur créances prévues sont imputées chaque trimestre aux groupes d'exploitation clients en fonction de leur quote-part de telles pertes. L'écart entre les charges trimestrielles calculées en fonction des pertes prévues et les dotations à la provision trimestrielles requises, compte tenu des pertes réelles, est porté au débit (ou au crédit) des Services d'entreprise. Les paragraphes qui suivent indiquent les pertes sur créances par groupes d'exploitation client et en fonction de leurs pertes sur créances réelles et non d'après leur quote-part des pertes sur créances prévues.

Au troisième trimestre de 2010, les montants réels des pertes sur créances ont été de 171 millions de dollars pour PE Canada et de 103 millions pour PE Etats-Unis. Par contre, un recouvrement de 10 millions a été inscrit par BMO Marchés des capitaux. Les pertes de 171 millions de PE Canada tiennent compte de celles de 50 millions qui sont liées aux actifs titrisés et présentées en tant que réduction du revenu autre que d'intérêts des Services d'entreprise selon notre mode de présentation des opérations de titrisation et qui ne sont donc pas incluses dans les dotations à la provision spécifique de BMO, d'un montant de 214 millions.

Au deuxième trimestre de 2010, les montants réels des pertes sur créances avaient été de 205 millions de dollars pour PE Canada (incluant des pertes de 55 millions sur des actifs titrisés inscrites en tant que réduction du revenu autre que d'intérêts des Services d'entreprise), de 101 millions pour PE Etats-Unis et de 2 millions pour le groupe Gestion privée. Cependant, un recouvrement de 4 millions avait été constaté par BMO Marchés des capitaux.

Au troisième trimestre de 2009, les montants réels des pertes sur créances avaient été de 177 millions de dollars pour PE Canada (incluant des pertes de 43 millions sur des actifs titrisés inscrites en tant que réduction du revenu autre que d'intérêts des Services d'entreprise), de 132 millions pour PE Etats-Unis, de 7 millions pour le groupe Gestion privée et de 84 millions pour BMO Marchés des capitaux.

Les nouveaux prêts douteux ont baissé pour le trimestre à l'étude, leur solde ayant totalisé 242 millions de dollars, ce qui est inférieur aux 366 millions du trimestre précédent et aux 549 millions constatés il y a un an. Les nouveaux prêts douteux aux Etats-Unis ont représenté plus de la moitié de l'ensemble de ceux de BMO. Le solde brut des prêts douteux totalisait 3 128 millions à la fin de la période à l'étude, comparativement à 3 405 millions à la fin du deuxième trimestre et à 2 913 millions à la fin du troisième trimestre de 2009. Les prêts douteux du troisième trimestre de 2010 comprennent des prêts de 327 millions de dollars (ce qui est inférieur à l'estimation préliminaire de 437 millions au trimestre précédent) qui ont été acquis dans le cadre de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, et réalisée au cours du deuxième trimestre. Aucune provision n'a dû être constituée en lien avec l'acquisition durant le deuxième trimestre puisque les prêts ont été inscrits à leur juste valeur de marché. Aux termes de cette opération, Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) absorbe 80 % des pertes subies sur les prêts acquis. Compte non tenu de ces prêts durant les deux périodes, le solde brut des prêts douteux s'est établi à 2 801 millions, ce qui est inférieur aux 2 968 millions constatés à la fin du deuxième trimestre. Les prêts douteux découlant de l'acquisition n'ont pas été pris en compte dans les nouveaux prêts douteux indiqués ci-dessus.

La provision totale pour pertes sur créances s'établissait à 1 879 millions de dollars à la fin du trimestre, contre 1 885 millions au trimestre précédent. Les provisions sont constituées d'une provision spécifique de 577 millions et d'une provision générale de 1 302 millions. La provision générale vise à couvrir toute perte de valeur du portefeuille de crédit qui ne peut être associée à des prêts précis, et elle est réévaluée chaque trimestre. Les ventes de prêts douteux se sont situées à 13 millions pour le trimestre à l'étude, à 5 millions au deuxième trimestre de 2010 et à 40 millions au troisième trimestre de l'exercice précédent.

Le portefeuille de prêts de BMO demeure composé de prêts aux particuliers et de prêts aux entreprises et est bien diversifié. Les prêts aux particuliers et les prêts aux entreprises représentaient au total 86,1 % du portefeuille de prêts à la fin du trimestre, contre 86,0 % au trimestre précédent et 78,7 % il y a un an. Les prêts garantis constituent environ 88,2 % du portefeuille total de prêts aux particuliers. Exclusion faite des prêts sur cartes de crédit, quelque 90,7 % des prêts aux particuliers sont garantis.

Aux Etats-Unis, le portefeuille de prêts aux particuliers totalise 14,8 milliards de dollars américains et comprend essentiellement trois grandes catégories d'actifs, soit des prêts hypothécaires de premier rang à l'habitation (33 %), des prêts sur valeur domiciliaire (33 %) et des prêts automobiles indirects (29 %). Ce portefeuille demeure soumis aux tensions qu'exerce le manque de vigueur des marchés de l'emploi et de l'habitation. Le marché immobilier commercial des Etats-Unis est toujours léthargique.

Pour ce qui est de la zone euro, les risques auxquels BMO est exposé en Grèce, en Irlande, en Italie, au Portugal et en Espagne relèvent essentiellement de produits de financement du commerce international, de produits de prêts et de produits de négociation d'institutions financières. Au cours du trimestre à l'étude, il ne s'est produit aucun changement majeur dans les positions de BMO ou des entités de gestion de placements structurés qu'il gère les exposant à des risques dans cette zone. Les positions demeurent peu élevées, mais nous continuons de surveiller de près ce portefeuille.

Le cadre de gestion des risques de liquidité, de financement, de marché et d'assurance de BMO et les principales mesures de ces risques sont exposés aux pages 82 à 88 du Rapport annuel 2009.

L'ampleur des risques de liquidité et de financement n'a pas varié de façon significative durant le trimestre. Nous sommes toujours convaincus que notre cadre de gestion de ces risques nous procure une situation de trésorerie des plus saines. A la fin du trimestre, le ratio de l'encaisse et des valeurs mobilières à l'actif total était de 34,6 % et les dépôts des clients et le capital représentaient 105,7 % du total des prêts, ayant baissé de 1,2 % et de 1,6 %, respectivement, depuis le deuxième trimestre de 2010. Notre vaste base de dépôts de clients ainsi que notre situation des plus solides en matière de capital réduisent nos besoins en financement de gros.

Au premier trimestre de 2010, des organismes de réglementation à l'échelle internationale ont publié, à des fins de consultation, des propositions sur la liquidité qui, si elles sont adoptées, se traduiront par une hausse des coûts de gestion des risques de liquidité et de financement. Au cours du deuxième trimestre, BMO et d'autres banques canadiennes ont transmis au BSIF des informations afin que ces organismes puissent évaluer les conséquences de leurs propositions. Vers la fin de juillet, ces organismes ont publié une mise à jour de ces propositions, laquelle comporte plusieurs changements qui atténueront la hausse des coûts. Nous prévoyons que les organismes de réglementation à l'échelle internationale feront connaître leurs exigences finales et le plan de transition connexe plus tard au cours de la présente année civile.

Les expositions au risque lié à la valeur de marché de nos activités de négociation et de prise ferme ont diminué d'un trimestre à l'autre, ce qui a découlé essentiellement de la diminution du risque de taux d'intérêt, surtout dans le cas des portefeuilles évalués à la valeur de marché. Les autres facteurs de risque n'ont que peu changé. Nous n'avons apporté aucune modification importante à nos méthodes de gestion du risque inhérent à nos activités de négociation et de prise ferme durant le trimestre.

De plus, aucun changement majeur n'a été apporté à nos pratiques de gestion du risque structurel de marché durant le trimestre. Le risque lié au revenu net structurel a diminué depuis la fin de l'exercice, en grande partie grâce à un recalibrage du modèle. Le profil de l'actif et du passif de BMO à la fin du trimestre fait en sorte que les hausses de taux d'intérêt favorisent le revenu net structurel et que leur baisse crée un risque lié à ce revenu.

De plus, aucun changement d'envergure n'est survenu, durant le trimestre, dans nos pratiques de gestion du risque ou dans les degrés de risque de nos activités d'assurance. Sur le plan de la gestion de l'actif et du passif, ces activités sont exposées avant tout au risque de taux d'intérêt. Elles sont également exposées, mais à un degré moindre, au risque lié aux titres de participation. Nos activités de réassurance couvrent également les pertes de biens causées par des catastrophes naturelles. Relativement à de telles catastrophes, la perte maximale pour tout exercice est plafonnée à moins de 75 millions de dollars.

La présente section sur la gestion des risques contient des déclarations prospectives. Voir la mise en garde concernant les déclarations prospectives.



Dotations à la provision pour pertes sur créances

(en millions de dollars
canadiens, sauf
indication contraire) T3-2010 T2-2010 T3-2009 Cumul 2010 Cumul 2009
----------------------------------------------------------------------------
Nouvelles dotations à
la provision spécifique 316 358 415 1 077 1 317
Reprises sur provisions
établies précédemment (57) (69) (23) (149) (57)
Recouvrement de prêts
radiés précédemment (45) (40) (35) (131) (103)
----------------------------------------------------------------------------
Dotation à la provision
spécifique pour pertes
sur créances 214 249 357 796 1 157
Hausse de la provision
générale - - 60 - 60
----------------------------------------------------------------------------
Dotation à la provision
pour pertes sur créances 214 249 417 796 1 217
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Dotation à la provision
spécifique pour pertes
sur créances en
pourcentage du solde
net moyen des prêts et
acceptations (annualisée) 0,50 % 0,59 % 0,81 % 0,62 % 0,83 %
Dotation à la provision
pour pertes sur créances
en pourcentage du solde
net moyen des prêts et
acceptations (annualisée) 0,50 % 0,59 % 0,94 % 0,62 % 0,88 %


Variation du solde brut des prêts et acceptations douteux (SBPAD)

(en millions de dollars
canadiens, sauf
indication contraire)
----------------------------------------------------------------------------
SBPAD au début de la
période 3 405 3 134 2 972 3 297 2 387
Augmentation des prêts
et acceptations douteux 242 366 549 1 064 1 955
Augmentation (diminution)
des prêts douteux
découlant d'acquisitions (110) 437 - 327 -
Diminution des prêts et
acceptations douteux(2) (129) (242) (233) (636) (272)
Radiations (280) (290) (375) (924) (1 157)
----------------------------------------------------------------------------

SBPAD à la fin de la
période(1) 3 128 3 405 2 913 3 128 2 913
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

SBPAD en pourcentage
du solde brut des prêts
et acceptations (compte
non tenu des
acquisitions) 1,61 % 1,73 % 1,66 % 1,61 % 1,66 %
SBPAD en pourcentage
du solde brut des prêts
et acceptations (compte
tenu des acquisitions) 1,78 % 1,98 % 1,66 % 1,78 % 1,66 %
SBPAD en pourcentage du
total des capitaux
propres et des
provisions pour pertes
sur créances (compte
non tenu des
acquisitions) 11,47 % 12,50 % 12,74 % 11,47 % 12,74 %
SBPAD en pourcentage du
total des capitaux
propres et des
provisions pour pertes
sur créances (compte
tenu des acquisitions) 12,81 % 14,34 % 12,74 % 12,81 % 12,74 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
(1) Le SBPAD du T3-2010 comprend un montant de 327 millions
de dollars (437 millions au T2-2010) lié au portefeuille des Etats-Unis
acquis au T2-2010. Ces actifs ont été comptabilisés à la valeur de
marché et, par conséquent, aucune provision n'a été inscrite à leur
égard. Tous les prêts de ce portefeuille sont assujettis à une
convention de partage des pertes aux termes de laquelle FDIC absorbe
80 % des pertes sur prêts.
(2) Comprend le montant des prêts douteux classés de nouveau dans les prêts
productifs, les ventes de prêts, les remboursements, l'incidence des
fluctuations du taux de change et les compensations des radiations des
prêts aux particuliers qui n'ont pas été comptabilisées dans les
nouveaux prêts douteux (187 millions de dollars au T3-2010, 204 millions
de dollars au T2-2010 et 187 millions de dollars au T3-2009).



Sommaire du risque total lié à la valeur de marché - Négociation et prise
ferme (en millions de dollars)(i)

Pour le trimestre terminé Au Au
le 31 juillet 2010 30 avril 31 octobre
(équivalent en 2010 2009
dollars canadiens A la fin du A la fin du A la fin du
avant impôts) trimestre Moyenne Haut Bas trimestre trimestre
--------------------------------------------------- ----------- ------------
Risque lié aux
produits de base (0,2) (0,3) (0,4) (0,2) (0,2) (0,7)
Risque lié aux
actions (6,0) (6,6) (10,1) (5,2) (5,3) (10,2)
Risque lié au
change (2,3) (2,6) (5,1) (0,7) (3,4) (0,8)
Risque lié aux
taux d'intérêt
(évaluation à
la valeur de
marché)(1) (7,0) (8,6) (14,3) (6,6) (11,0) (18,4)
Diversification 5,6 6,5 n.s. n.s. 7,5 11,4
--------------------------------------- ---------- ------------
Risque global (9,9) (11,6) (14,9) (8,7) (12,4) (18,7)
Risque lié
aux taux
d'intérêt
(comptabilité
d'exercice) (2,8) (4,1) (4,9) (2,8) (4,9) (7,3)
Risque lié à
l'émetteur (2,7) (3,1) (4,4) (1,9) (3,4) (1,9)
--------------------------------------- ---------- ------------
Risque total
lié à la
valeur de marché (15,4) (18,8) (22,7)(15,2) (20,7) (27,9)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

n.s. - non significatif

(i) Mesure sur un jour selon un niveau de confiance de 99 %. Les pertes sont
indiquées par des montants entre parenthèses et les gains, par des
montants positifs.
(1) Les mesures excluent les titres transférés dans le portefeuille de
titres disponibles à la vente.



Exposition du portefeuille structurel inscrit au bilan à la valeur de marché
et volatilité du revenu net (en millions de dollars)(i)
----------------------------------------------------------------------------
31 juillet 30 avril 31 octobre
(équivalent en dollars canadiens) 2010 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------

Exposition à la valeur de marché
(avant impôts) (553,1) (560,2) (543,2)
Volatilité du revenu net sur 12 mois
(après impôts) (55,3) (54,2) (69,0)
----------------------------------------------------------------------------
(i) Les pertes sont entre parenthèses. Elles sont mesurées selon un niveau
de confiance de 99 %.



Sensibilité du revenu net et de la valeur du portefeuille structurel
inscrits au bilan à l'évolution des taux d'intérêt (en millions de
dollars)(i)(ii)

Sensibilité du
revenu net au cours
(équivalent en Sensibilité de la valeur des 12 mois à venir
dollars canadiens) économique (avant impôts) (après impôts)
----------------------------------------------------------------------------
31 30 31 31 30 31
juillet avril octobre juillet avril octobre
2010 2010 2009 2010 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Hausse de 100 points
de base (415,7) (381,6) (353,2) 14,3 32,9 11,0
Baisse de 100 points
de base 311,8 309,0 254,2 (25,8) 3,1 (75,6)

Hausse de 200 points
de base (876,2) (816,1) (779,2) 8,3 29,6 (10,6)
Baisse de 200 points
de base 710,2 550,7 392,8 (17,2) (6,5) (62,9)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
(i) Les pertes sont indiquées par des montants entre parenthèses et les
gains, par des montants positifs.
(ii) Une hausse de 100 points de base des taux d'intérêt donne lieu à une
augmentation de 75 millions de dollars du revenu net après impôts et à
une augmentation de 254 millions de la valeur économique avant impôts
(82 millions et 240 millions de dollars, respectivement, au
30 avril 2010) pour les activités d'assurance de la Banque. Une baisse
de 100 points de base des taux d'intérêt donne lieu à une diminution
de 68 millions de dollars du revenu net après impôts et à une
diminution de 260 millions de la valeur économique avant impôts
(68 millions et 237 millions de dollars, respectivement, au
30 avril 2010). Ces incidences ne sont pas reflétées dans le tableau
ci-dessus.


Impôts sur les bénéfices

Comme il est expliqué à la section Revenus, la direction évalue les résultats consolidés de BMO ainsi que les charges d'impôts sur les bénéfices connexes selon les PCGR. Nous évaluons le rendement des groupes d'exploitation et présentons leurs résultats ainsi que les impôts sur les bénéfices connexes sur une bic.

La charge d'impôts sur les bénéfices s'est comprimée de 5 millions de dollars depuis le troisième trimestre de 2009 et de 100 millions depuis le deuxième trimestre de 2010, pour s'établir à 107 millions. Le taux d'imposition effectif pour le trimestre à l'étude a été de 13,4 %, comparativement à 16,4 % au troisième trimestre de 2009 et à 21,4 % au deuxième trimestre de 2010. La baisse du taux d'imposition effectif au cours du trimestre à l'étude a résulté essentiellement de la montée proportionnelle du revenu exonéré d'impôts et des recouvrements d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures. En cumul annuel, la charge d'impôts sur les bénéfices a augmenté de 432 millions depuis un an et s'est établie à 491 millions, ce qui représente un taux effectif de 18,8 %, contre 4,7 % pour la même période de l'exercice précédent. La hausse du taux d'imposition effectif entre les neuf premiers mois de 2009 et la période correspondante du présent exercice a découlé essentiellement de la proportion moins élevée du revenu dégagé dans les territoires où les taux sont plus bas et de la baisse du revenu exonéré d'impôts.

BMO couvre le risque de change qui découle de ses investissements dans des établissements aux Etats-Unis en finançant ces investissements en dollars américains. Dans le cadre de ce programme, le gain ou la perte découlant des opérations de couverture et le gain ou la perte non réalisé découlant de la conversion des investissements dans des établissements aux Etats-Unis viennent diminuer ou augmenter les capitaux propres. Aux fins de l'impôt sur les bénéfices, le gain ou la perte généré par les opérations de couverture entraîne une charge ou une économie d'impôts sur les bénéfices durant la période en cours, ce qui vient réduire ou augmenter les capitaux propres, tandis que le gain ou la perte non réalisé sur les investissements dans des établissements aux Etats-Unis n'est pas assujetti aux impôts sur les bénéfices avant la réalisation de ces investissements. La charge ou l'économie d'impôts qui découle d'un gain ou d'une perte sur des opérations de couverture est tributaire des fluctuations des taux aux Etats-Unis d'une période à l'autre. Les opérations de couverture des investissements dans des établissements aux Etats-Unis ont entraîné un recouvrement d'impôts sur les bénéfices imputé aux capitaux propres de 45 millions de dollars pour le trimestre et à une charge d'impôts de 175 millions depuis le début de l'exercice. L'état consolidé de la variation des capitaux propres, qui fait partie des états financiers consolidés non vérifiés, contient plus de détails à ce sujet.



Sommaire des tendances trimestrielles relatives aux résultats
----------------------------------------------------------------------------
(en millions
de dollars
canadiens,
sauf
indication
contraire) T3-2010 T2-2010 T1-2010 T4-2009 T3-2009 T2-2009 T1-2009 T4-2008
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 2 907 3 049 3 025 2 989 2 978 2 655 2 442 2 813
Dotation à
la
provision
pour
pertes sur
créances
- spécifique 214 249 333 386 357 372 428 315
Dotation à
la provision
pour pertes
sur créances
- générale - - - - 60 - - 150
Frais autres
que
d'intérêts 1 898 1 830 1 839 1 779 1 873 1 888 1 841 1 818
Revenu net 669 745 657 647 557 358 225 560
----------------------------------------------------------------------------
Résultat de
base par
action
(en dollars) 1,13 1,27 1,12 1,12 0,97 0,61 0,39 1,06
Résultat
dilué par
action
(en dollars) 1,13 1,26 1,12 1,11 0,97 0,61 0,39 1,06
Marge nette
d'intérêts
sur
l'actif
productif(%) 1,88 1,88 1,85 1,73 1,74 1,55 1,51 1,71
Taux
d'imposition
effectif(%) 13,4 21,4 20,8 19,2 16,4 4,4 (41,0) (9,2)
Taux de change
entre les
dollars
canadien et
américain
(moyenne) 1,05 1,03 1,06 1,08 1,11 1,24 1,23 1,11

Revenu net :
PE Canada 426 395 403 398 362 340 315 297
PE
Etats-Unis 40 46 51 51 58 81 96 48
----------------------------------------------------------------------------
Services
bancaires
Particuliers
et
entreprises 466 441 454 449 420 421 411 345
Groupe
Gestion
privée 108 118 113 106 113 72 68 77
BMO Marchés
des capitaux 130 260 214 260 310 188 115 255
Services
d'entreprise,
y compris T&O (35) (74) (124) (168) (286) (323) (369) (117)
----------------------------------------------------------------------------
BMO Groupe
financier 669 745 657 647 557 358 225 560
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Les tendances trimestrielles du revenu net de BMO sont examinées en détail aux pages 93 et 94 du Rapport annuel 2009. Nous invitons les lecteurs à se reporter à cette analyse pour obtenir des explications plus complètes de ces tendances et des facteurs qui ont influé sur les résultats trimestriels passés, dont la légère influence des variations saisonnières sur les résultats. Le tableau ci-dessus présente un sommaire des résultats obtenus du quatrième trimestre de 2008 au troisième trimestre de 2010, inclusivement.

Au cours du deuxième trimestre de 2010, nous avons repéré des moyennes entreprises américaines clientes qui pouvaient bénéficier d'un modèle de services bancaires aux entreprises et avons transféré leurs comptes de BMO Marchés des capitaux à PE Etats-Unis. Les chiffres des périodes antérieures ont été retraités afin de refléter l'incidence de ce transfert et le mode de présentation adopté pour le trimestre à l'étude.

Des éléments notables ont eu une incidence sur les revenus de BMO Marchés des capitaux en 2008 ainsi qu'en 2009. Les résultats de la période allant du quatrième trimestre de 2008 au quatrième trimestre de 2009, inclusivement, tenaient compte de charges liées à la détérioration des marchés financiers, charges qui ont été peu importantes dans la dernière moitié de 2009. Les résultats de BMO Marchés des capitaux ont été excellents en 2009 puisque les conditions de négociation étaient alors très bonnes. Au cours du premier trimestre de 2010, une volatilité moins prononcée et le repli des marges ont affaibli les revenus de négociation, mais les activités de banque d'investissement se sont intensifiées. Les résultats des activités de négociation se sont améliorés au deuxième trimestre de 2010 et, dans l'ensemble, les résultats ont été meilleurs, même si les activités de banque d'investissement ont ralenti. Ces résultats ont grandement baissé au troisième trimestre de 2010 en raison surtout des conséquences négatives de l'augmentation des écarts de taux, du repli des marges sur négociation et d'occasions moins nombreuses sur les marchés.

PE Canada a continué de bénéficier de la forte croissance des volumes depuis 2009, et la part de marché de plusieurs de ses unités clés s'est accrue. Au cours des neuf premiers mois de 2010, PE Canada a encore affiché un très bon rendement, ayant enregistré de fortes hausses des revenus tirés de la plupart de ses produits et haussé sa marge nette d'intérêts. Les résultats reflètent également l'acquisition, au premier trimestre de 2010, de la franchise de Diners Club.

PE Etats-Unis évolue dans un contexte économique difficile depuis 2007, et l'incidence des prêts douteux, laquelle diminue les revenus et augmente les frais, a pesé de plus en plus lourd sur ses résultats en 2009 et en 2010. Le contexte économique actuel a également entraîné une baisse du recours à des prêts, ce qui a freiné l'essor des revenus et a réduit le revenu net. Les résultats que PE Etats-Unis a enregistrés au quatrième trimestre de 2008 ont été affaiblis par la phase finale de l'intégration des acquisitions au Wisconsin. Au cours du deuxième trimestre de 2010, nous avons annoncé l'acquisition de certains actifs et la prise en charge de certains passifs d'une banque située à Rockford, en Illinois, auprès de FDIC. Cette opération, d'une grande importance stratégique, stimulera notre croissance en nous dotant d'établissements de qualité et d'une bonne clientèle, et elle a étendu notre réseau de succursales dans des villes du nord de l'Illinois et du sud du Wisconsin, régions où notre présence en tant que fournisseur de services bancaires aux entreprises est solide et de plus en plus imposante.

Les résultats du groupe Gestion privée témoignent d'une baisse du revenu net au quatrième trimestre de 2008, période où la croissance des revenus a ralenti par suite de la diminution des actifs sous gestion et sous administration qu'a engendrée une conjoncture fort difficile. Les niveaux de ces actifs sont demeurés faibles dans la première moitié de 2009, mais se sont quelque peu redressés au cours du semestre qui a suivi ainsi que dans les neuf premiers mois de 2010 grâce au raffermissement des marchés boursiers. Les charges associées aux mesures prises pour aider certains de nos clients des Etats-Unis à composer avec la dérive des marchés financiers ont affaibli les résultats du quatrième trimestre de 2008 et du premier trimestre de 2009. Depuis le deuxième trimestre de 2009, les résultats tiennent compte de ceux de BMO Société d'assurance-vie. Au troisième trimestre de 2009, les résultats des activités d'assurance tiennent compte d'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures de 23 millions de dollars. Les résultats du plus récent trimestre indiquent que la croissance de la majeure partie de nos unités se poursuit. Dans le cas de celles d'assurance, l'avantage de la montée des primes nettes a été plus qu'annulé par les conséquences des fluctuations défavorables des taux d'intérêt et des marchés boursiers sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Les résultats des Services d'entreprise se sont améliorés dans la première moitié de 2009 en raison de la baisse des dotations à la provision pour pertes sur créances et de l'amélioration des revenus. Les résultats des neuf premiers mois de 2009 ont été touchés par le recul des revenus lié au portage négatif de certaines positions de taux d'intérêt d'actifs ou de passifs, ce qui a résulté des conséquences de l'évolution des taux d'intérêt du marché, et lié à l'incidence des activités de financement qui ont rehaussé notre situation de trésorerie, déjà excellente, cette incidence ayant diminué au fil du temps en raison des mesures instaurées par la direction et de conditions de marché plus stables. Les résultats ont également été touchés par des charges de 118 millions de dollars au titre des indemnités de licenciement au deuxième trimestre de 2009 et par une hausse de 60 millions de la provision générale pour pertes sur créances au troisième trimestre de 2009.

Le dollar américain s'est déprécié dans la seconde moitié de 2009 ainsi que dans les six premiers mois de l'exercice 2010, mais il s'est renforcé au cours du trimestre à l'étude. Un dollar américain plus faible diminue les valeurs, après conversion, des revenus et des frais de BMO qui sont libellés dans cette devise.

Bilan

L'actif total, qui se chiffre à 397,4 milliards de dollars, a augmenté de 8,9 milliards depuis le 31 octobre 2009. La dépréciation du dollar américain a réduit de 4,7 milliards, après conversion, les actifs libellés en dollars américains. L'accroissement de 8,9 milliards reflète la hausse des valeurs mobilières (8,5 milliards), du solde net des prêts et acceptations (5,7 milliards), de la trésorerie et des équivalents de trésorerie ainsi que des dépôts productifs d'intérêts à d'autres banques (4,9 milliards) et des autres actifs (1,5 milliard). Ces éléments ont été contrebalancés en partie par le recul des titres pris en pension ou empruntés (11,7 milliards).

La hausse de 8,5 milliards de dollars des valeurs mobilières a découlé essentiellement d'augmentations de 7,2 milliards des titres détenus à des fins de négociation et de 1,6 milliard de ceux disponibles à la vente. L'augmentation des titres détenus à des fins de négociation traduit l'intensification des activités ayant trait à l'émission de billets liés à des titres de participation et à des swaps sur rendement total, ce qui a accru les positions en actions sous-jacentes ainsi que les positions en titres, garantis ou non, qu'ont émis des administrations publiques.

La progression de 5,7 milliards de dollars du solde net des prêts et acceptations a découlé d'une hausse de 4,6 milliards des prêts aux particuliers et de 1,6 milliard des prêts hypothécaires à l'habitation. L'essor des prêts indiqué ci-dessus, prêts qui tiennent compte des soldes de 1,5 milliard découlant de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, ainsi que des prêts de 1,0 milliard résultant de l'acquisition de Diners Club, a été contrebalancé en partie par une baisse de 0,5 milliard des prêts et acceptations aux entreprises et aux administrations publiques. Cette baisse est essentiellement imputable au fait que les prêts à de grandes entreprises du Canada et des Etats-Unis ont reculé, les emprunteurs ayant réduit l'utilisation de leurs facilités de crédit.

L'accroissement de 4,9 milliards de dollars de la trésorerie et des équivalents de trésorerie ainsi que des dépôts productifs d'intérêts à d'autres banques est imputable à l'essor de l'encaisse investie à court terme auprès de la Réserve fédérale des Etats-Unis par suite de la progression des dépôts et du recul des soldes de prêts.

Le repli de 11,7 milliards de dollars des titres pris en pension ou empruntés s'explique par des activités de négociation moins intenses. Ce ralentissement a résulté de la baisse de l'endettement sur le marché et de la réduction de diverses positions fort importantes de clients.

Le passif et les capitaux propres se sont accrus de 8,9 milliards de dollars depuis le 31 octobre 2009. Le recul du dollar américain a réduit de 4,7 milliards, après conversion, les passifs libellés dans cette monnaie. La hausse de 8,9 milliards reflète surtout l'accroissement des dépôts (6,6 milliards), des titres vendus à découvert (6,4 milliards) et des capitaux propres (1,0 milliard), ce qui a été contrebalancé en partie par des diminutions de 4,1 milliards des titres mis en pension ou prêtés, de 0,5 milliard de la dette subordonnée et de 0,3 milliard des titres d'une fiducie de capital.

Les dépôts des particuliers, qui représentent 41 % ou 99,6 milliards de dollars du total des dépôts, ont augmenté de 0,2 milliard, ou de 1,2 milliard en monnaie d'origine, et tiennent compte du montant de 1,6 milliard ajouté par suite de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois. Les dépôts des entreprises et des administrations publiques, qui constituent 51 % ou 123,9 milliards du total des dépôts, se sont accrus de 10,1 milliards, afin de financer l'essor des titres détenus à des fins de transaction et de remplacer les dépôts des banques venant à échéance. Les dépôts des banques, qui forment les 8 % restants ou 19,3 milliards du total des dépôts, ont baissé de 3,7 milliards.

La hausse nette des titres vendus à découvert est attribuable à l'intensification des activités de négociation pour le compte de clients en raison des occasions que recelaient les marchés.

La diminution de la dette subordonnée est le résultat du remboursement, au premier trimestre, de la totalité de nos billets à moyen terme, série C, tranche 1 à 4,0 % qui étaient en cours.

La baisse des titres d'une fiducie de capital a résulté du rachat, durant le trimestre à l'étude, de la totalité des BoaTS

BMO - série A qui étaient en circulation.

L'accroissement de 1,0 milliard de dollars des capitaux propres reflète principalement l'augmentation des bénéfices non répartis et l'émission d'actions ordinaires dans le cadre de notre programme de réinvestissement des dividendes ainsi que l'exercice d'options sur actions, ce qui a été contrebalancé en partie par la hausse du cumul des autres éléments de la perte étendue.

Les obligations contractuelles par année d'échéance sont présentées dans le tableau 20 figurant à la page 106 du Rapport annuel 2009. Aucun changement important dans les obligations contractuelles n'est survenu hors du cours normal des activités.

Gestion du capital

Au 31 juillet 2010, le ratio du capital de première catégorie de BMO s'établissait à 13,55 %, le capital de première catégorie se situant à 21,2 milliards de dollars et l'actif pondéré en fonction des risques, à 156,6 milliards. Ce ratio demeure solide et a augmenté de 28 points de base en regard de 13,27 % au 30 avril 2010 et de 131 points de base en comparaison des 12,24 % qu'il affichait au 31 octobre 2009, ce qui a découlé de la hausse du capital et de la baisse de l'actif pondéré en fonction des risques.

Notre excellente situation en matière de capital nous procure une marge de manoeuvre dans l'exécution de nos stratégies visant la croissance et nous permettra de nous conformer aux changements réglementaires qui pourraient être apportés et d'adopter les Normes internationales d'information financière (IFRS) dans les années à venir (voir le paragraphe traitant du passage aux IFRS dans la section Changements comptables pour d'autres détails à ce sujet). Dans des communiqués de presse diffusés en décembre 2009 et en juillet 2010, des organismes de réglementation à l'échelle internationale ont proposé des changements aux exigences en matière de capital réglementaire. Afin de se conformer aux nouvelles exigences, les banques devront détenir un capital plus élevé que celui que requièrent actuellement ces organismes. Il est prévu que ceux-ci fixeront leurs exigences finales et le plan de transition connexe plus tard au cours du présent exercice.

La progression de 749 millions de dollars du capital de première catégorie depuis le 31 octobre 2009 est essentiellement attribuable à la hausse des bénéfices non répartis ainsi qu'à l'émission d'actions ordinaires aux termes du Régime de réinvestissement des dividendes et d'achat d'actions destiné aux actionnaires et à l'exercice d'options sur actions. Ces facteurs ont été atténués par le rachat, d'un montant de 350 millions, des titres d'une fiducie de capital - série A ("BOaTS BMO") qui a été réalisé en juin.

L'actif pondéré en fonction des risques a baissé de 10,6 milliards de dollars depuis le 31 octobre 2009 en raison surtout des conséquences de la dépréciation du dollar américain et de la diminution de cet actif lié aux prêts aux entreprises et aux grandes entreprises, ce qui a été atténué par la hausse de l'actif pondéré en fonction des risques qui est lié aux prêts à la clientèle de détail. En regard du deuxième trimestre, l'actif pondéré en fonction des risques a fléchi de 2,5 milliards, ce qui traduit surtout la diminution de cet actif lié aux prêts aux entreprises et aux grandes entreprises et d'autres actifs exposés au risque de crédit.

Le ratio du capital total de BMO s'établissait à 16,10 % au 31 juillet 2010. Ce ratio a augmenté de 123 points de base par rapport à 14,87 % au 31 octobre 2009. Le capital total a monté de 343 millions de dollars pour s'établir à 25,2 milliards en raison surtout de l'augmentation du capital de première catégorie dont il est fait mention ci-dessus, ce qui a été atténué par un remboursement de 500 millions sur la dette subordonnée en janvier. Notre ratio de l'actif corporel net attribuable aux actionnaires ordinaires à l'actif pondéré en fonction des risques a été de 10,39 %, ayant progressé de 118 points de base par rapport à 9,21 % à la fin de l'exercice 2009.

Au cours du trimestre, 2 745 000 actions ordinaires ont été émises aux termes du Régime de réinvestissement des dividendes et d'achat d'actions destiné aux actionnaires et de l'exercice d'options sur actions. Pendant ces trois mois, nous n'avons racheté aucune action ordinaire de la Banque de Montréal en vertu de notre programme de rachat d'actions ordinaires.

Le 24 août 2010, nous avons annoncé que le Conseil d'administration de BMO avait déclaré un dividende trimestriel de 0,70 $ par action, payable aux détenteurs d'actions ordinaires, soit un dividende équivalant à celui d'il y a un an et à celui du trimestre précédent. Ce dividende doit être versé le 26 novembre 2010 aux actionnaires inscrits le 1er novembre 2010. Les détenteurs d'actions ordinaires peuvent choisir de le réinvestir dans des actions ordinaires supplémentaires en vertu du Régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions destiné aux actionnaires de BMO. A l'heure actuelle, il est prévu que les actions ordinaires achetées aux termes de ce régime seront émises sans qu'un escompte ne soit accordé sur le prix moyen du marché des actions ordinaires (terme défini dans le Régime).

La présente section sur la gestion du capital renferme des déclarations prospectives. Voir la mise en garde concernant les déclarations prospectives.



Capital réglementaire admissible

Accord de Bâle II sur le capital réglementaire et actif pondéré en fonction
des risques
(en millions de dollars canadiens) T3-2010 T4-2009
----------------------------------------------------------------------------
Capitaux propres attribuables aux actionnaires
ordinaires 18 270 17 132
Actions privilégiées à dividende non cumulatif 2 571 2 571
Instruments novateurs inclus dans le capital
de première catégorie 2 543 2 907
Part des actionnaires sans contrôle dans des filiales 23 26
Ecarts d'acquisition et actifs incorporels
excédentaires (1 627) (1 569)
Cumul des pertes nettes non réalisées après impôts
sur titres de participation disponibles à la vente - (2)
----------------------------------------------------------------------------
Capital net de première catégorie 21 780 21 065
Déductions liées à la titrisation (169) (168)
Perte prévue excédant la provision - Approche
NI avancée - (61)
Investissements importants (400) (374)
----------------------------------------------------------------------------
Capital de première catégorie rajusté 21 211 20 462
----------------------------------------------------------------------------
Dette subordonnée 3 747 4 236
Billets de fiducie secondaires 800 800
Cumul des gains nets non réalisés après impôts
sur titres de participation disponibles à la vente 9 -
Provision générale pour pertes sur créances
admissibles 385 296
----------------------------------------------------------------------------
Total du capital de deuxième catégorie 4 941 5 332
Déductions liées à la titrisation (26) (7)
Perte prévue excédant la provision - Approche
NI avancée - (60)
Investissements importants/placements dans des
filiales du secteur de l'assurance (924) (868)
----------------------------------------------------------------------------
Capital de deuxième catégorie rajusté 3 991 4 397
----------------------------------------------------------------------------
Capital total 25 202 24 859
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Actif pondéré en fonction des risques
(en millions de dollars canadiens) T3-2010 T4-2009
----------------------------------------------------------------------------
Risque de crédit 132 031 143 098
Risque de marché 5 514 6 578
Risque opérationnel 19 034 17 525
----------------------------------------------------------------------------
Total de l'actif pondéré en fonction des risques 156 579 167 201
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------



Actions en circulation et titres convertibles en actions ordinaires

Nombre d'actions ou
Au 18 août 2010 montant en dollars
----------------------------------------------------------------------------

Actions ordinaires 562 898 000
Actions privilégiées de catégorie B
Série 5 200 000 000 $
Série 13 350 000 000 $
Série 14 250 000 000 $
Série 15 250 000 000 $
Série 16 300 000 000 $
Série 18 150 000 000 $
Série 21 275 000 000 $
Série 23 400 000 000 $
Convertibles en actions ordinaires
Actions privilégiées de catégorie B(1)
Série 10 $US 300 000 000 $
Options sur actions
- droits acquis 8 273 000
- droits non acquis 7 714 000
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
(1) Les actions privilégiées convertibles pourront être échangées au
prorata contre des actions ordinaires à des dates précises sur une base
de 95 % du prix de négociation moyen de l'action ordinaire sur une
période de 20 jours se terminant quatre jours avant la date de
l'échange.
La note 21 afférente aux états financiers vérifiés, aux pages 144 et
145 du Rapport annuel 2009, traite en détail du capital-actions.


Désignation des dividendes admissibles

Aux fins de la Loi de l'impôt sur le revenu (Canada) et de toute autre loi provinciale ou territoriale similaire et à moins d'indication contraire, BMO désigne tous les dividendes versés ou jugés comme ayant été versés sur ses actions ordinaires et privilégiées après le 31 décembre 2005, comme étant des "dividendes admissibles".

Cotes de crédit

Les cotes de crédit que des agences de notation externes attribuent aux titres d'emprunt de premier rang de BMO jouent un rôle important dans sa capacité à se procurer du capital et à obtenir le financement que requiert le soutien de ses activités commerciales. Le fait de maintenir d'excellentes cotes de crédit nous permet d'avoir accès à des fonds sur les marchés financiers, à des taux attrayants. Si ces cotes se détérioraient de manière importante, il est probable que notre coût des fonds augmenterait fortement et qu'il nous serait plus difficile d'obtenir du financement et du capital sur les marchés financiers. Un abaissement majeur de nos cotes aurait également d'autres conséquences, dont celles décrites à la note 10 afférente à nos états financiers consolidés annuels.

Les cotes de crédit de la dette de premier rang de BMO sont demeurées inchangées durant le trimestre, et des perspectives stables y sont rattachées. Les quatre cotes sont celles d'émissions de premier ordre et de grande qualité et sont les suivantes :

AA pour DBRS, AA- pour Fitch, Aa2 pour Moody's et A+ pour Standard & Poor's. La section qui traite des points saillants des résultats financiers et qui se trouve dans les premières pages de ce document donne également des détails sur ces cotes de crédit.

Opérations entre apparentés

Dans le cours normal des affaires, nous fournissons certains services bancaires à nos administrateurs, à nos dirigeants et aux entités qui leur sont affiliées, ainsi qu'à nos coentreprises et à nos sociétés satellites selon les mêmes modalités que celles que nous offrons à nos clients. Nous proposons à nos employés un éventail précis de produits de prêts hypothécaires et autres prêts qui sont assortis des taux que nous accordons généralement à nos clients privilégiés. Nous offrons également aux employés une subvention à l'égard des frais annuels de cartes de crédit basée sur ces frais.

Les options sur actions et les unités d'actions différées qui sont attribuées aux administrateurs ainsi que les contrats de prêt à taux réduit conclus avec les dirigeants, par suite de mutations effectuées à notre demande, sont analysés à la note 28 afférente aux états financiers consolidés vérifiés, à la page 156 de notre Rapport annuel 2009.

Arrangements hors bilan

Dans le cours normal de ses activités, BMO conclut un certain nombre d'arrangements hors bilan, dont les plus importants sont les instruments de crédit et les entités à détenteurs de droits variables, lesquels sont décrits à la page 70 de notre Rapport annuel 2009 et aux notes 4 et 6 afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés ci-joints. La section qui porte sur les instruments financiers désignés donne plus de détails sur les changements importants de nos arrangements hors bilan survenus au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010.

Conventions comptables et principales estimations comptables

Les notes afférentes à nos états financiers consolidés vérifiés du 31 octobre 2009 renferment un résumé de nos principales conventions comptables.

Le Rapport annuel 2009 contient, aux pages 71 à 73, des explications sur certaines estimations comptables qui sont considérées comme particulièrement importantes puisqu'elles exigent que la direction pose des jugements importants, dont certains portent sur des questions qui sont inévitablement incertaines. Nous invitons les lecteurs à prendre connaissance de ces explications.

Instruments financiers désignés

Les pages 65 à 69 du Rapport annuel 2009 de BMO présentent de l'information supplémentaire sur certains instruments financiers qui, à compter de 2008, ont commencé à être perçus par les marchés comme comportant un risque accru. Nous invitons les lecteurs à passer en revue cette information qui les aidera à comprendre la nature et l'ampleur des expositions de BMO.

Nos prêts aux particuliers, incluant notre exposition restreinte aux prêts hypothécaires à haut risque et aux prêts hypothécaires Alt-A de premier rang, sont décrits dans notre Rapport annuel. Bien que nos prêts hypothécaires en souffrance aux Etats-Unis aient augmenté, leur évolution a été négligeable par rapport à l'ensemble de nos actifs et le risque que posent ces prêts n'est que légèrement supérieur à ce qu'il était au 31 octobre 2009 et au 30 avril 2010.

Au cours du trimestre et depuis le début de l'exercice, il ne s'est produit aucun changement majeur dans notre exposition aux prêts à levier financier, aux assureurs spécialisés, aux sociétés d'instruments dérivés de crédit ainsi qu'à d'autres instruments financiers précis, dont les titres garantis par des créances, ni dans le degré de risque qui y est associé.

Le Rapport annuel et la note 4 afférente aux états financiers consolidés non vérifiés ci-joints donnent des détails sur notre exposition aux entités de titrisation soutenues par BMO, dont des entités de titrisation de la Banque, des entités de titrisation canadiennes des clients, une entité de titrisation américaine des clients et une entité canadienne de protection de crédit. On y trouve également des renseignements sur notre exposition à deux entités de gestion de placements structurés que nous gérons. Exception faite de ce qui est décrit ci-dessous, il ne s'est produit, au cours du trimestre et depuis le début de l'exercice, aucun changement majeur dans notre exposition à ces entités ni dans le degré de risque auquel elles nous exposent.

BMO a fourni à l'entité de titrisation américaine des clients des facilités de soutien de trésorerie, facilités sur lesquelles aucun montant n'a été prélevé et qui totalisent 4,0 milliards de dollars américains, comparativement à 5,7 milliards de dollars américains au 31 octobre 2009. Leur baisse a découlé essentiellement de remboursements d'emprunts, de la résiliation de certaines facilités de crédit de l'entité et du fait que, dans la première moitié de l'exercice, BMO a financé directement certains comptes d'entreprise de cette entité.

Le montant prélevé sur les facilités de soutien de trésorerie que BMO a consenties aux entités de gestion de placements structurés était passé à 4,8 milliards de dollars américains et à 513 millions d'euros à la fin du trimestre, contre 5,8 milliards de dollars américains et 597 millions d'euros à la fin de l'exercice 2009. Ces baisses ont découlé des ventes et des échéances d'actifs.

Faits nouveaux concernant la législation américaine

Le 21 juillet 2010, le président Obama a promulgué la loi américaine intitulée Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act. Cette loi est d'une vaste portée et nous sommes actuellement en voie d'évaluer quelles répercussions elle aura sur nos activités. Des règlements devront être établis à l'égard de nombreux aspects de cette loi, ce qui prendra plusieurs années. C'est pourquoi il est difficile pour le moment d'en estimer l'incidence financière sur nos activités et sur le secteur financier en général. Nous prévoyons une hausse des coûts de conformité et veillerons à gérer la complexité et l'étendue des changements réglementaires. La "taxe sur la responsabilité de la crise financière" que l'administration Obama propose d'imposer aux institutions financières américaines dont les actifs dépassent une certaine limite a été ignorée dans la loi précitée. Selon les propositions annoncées, certains, sinon la totalité, de nos établissements américains pourraient être assujettis à cette taxe. Pour l'heure, il est incertain que cette taxe sera entérinée par la loi dans sa forme actuelle ni même qu'elle le sera.

Changements comptables

Passage aux Normes internationales d'information financière

Les sociétés ouvertes canadiennes seront tenues d'établir leurs états financiers selon les IFRS, publiées par l'International Accounting Standards Board (IASB), pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Le 1er novembre 2011, nous adopterons les IFRS comme référentiel pour la préparation de nos états financiers consolidés. Nous présenterons nos résultats financiers du trimestre se terminant le 31 janvier 2012 conformément aux IFRS. Nous fournirons également des données comparatives établies selon les IFRS, dont un bilan d'ouverture au 1er novembre 2010.

Plan de transition aux IFRS et état d'avancement

Pour satisfaire aux exigences relatives au passage aux IFRS, nous avons élaboré un projet à l'échelle de l'organisation et formé un comité de direction. Notre plan de transition comporte trois étapes, soit l'examen et l'évaluation diagnostiques servant à définir les différences potentielles entre les IFRS et les conventions actuelles, la mise en oeuvre des IFRS et la formation, ce qui signifie notamment confirmer les différences réelles entre ces normes et celles actuellement en vigueur, et la réalisation de tous les changements d'intégration relativement aux différences cernées.

Etape I : Examen et évaluation diagnostiques

Le principal objectif de l'étape I était une analyse exhaustive des exigences des IFRS en vue de leur comparaison avec les conventions comptables que suit la Banque afin d'établir les différences éventuelles. Cette analyse a permis de délimiter l'étendue des travaux requis et d'élaborer un plan de mise en oeuvre détaillé, dont l'échéancier des travaux et les besoins en ressources.

Etat d'avancement

Un plan de mise en oeuvre détaillé a été conçu et approuvé en 2009 par le comité de direction de la transition aux IFRS. Les différences potentielles entre les IFRS et les conventions comptables que suit actuellement la Banque ont toutes été consignées.

Etape II : Mise en oeuvre et formation

Les principales composantes de l'étape II englobent la confirmation des différences entre les IFRS et les conventions actuelles, la sélection des conventions autorisées par les IFRS, la définition et l'instauration des changements requis aux procédés existants de présentation de l'information financière et de collecte des données ainsi qu'à la technologie, l'évaluation des conséquences pour le contrôle interne à l'égard de l'information financière et sa présentation, la conception et la mise en oeuvre d'une solution informatique permettant de faire un suivi et d'enregistrer les renseignements financiers établis selon les IFRS au cours de l'exercice 2011 et à des fins de comparaison, la mise au point et la conduite de programmes internes de formation et de sensibilisation afin d'assurer le degré requis de compétences et de gouvernance en matière de présentation de l'information financière. Les activités de l'étape II devraient être parachevées en quasi-totalité au cours du premier trimestre de 2011.

Etat d'avancement

Confirmation des différences réelles et exigences en matière de mise en oeuvre

Les activités de mise en oeuvre ont été réparties en champs de travaux (25 au total). Nous avons pour ainsi dire terminé neuf d'entre eux, soit ceux portant sur les immobilisations corporelles, les contrats de location, la rémunération à base d'actions, les actifs incorporels, la constatation des revenus, la conversion des devises, le résultat par action, les coûts des emprunts et les immeubles de placement. Ces travaux n'ont révélé aucune différence majeure par rapport aux méthodes comptables qu'emploie actuellement BMO. Des détails sur le déroulement des champs de travaux associés aux principaux changements comptables sont donnés ci-après.

Selon le plan de transition, tous les champs de travaux devraient être parachevés en quasi-totalité d'ici le premier trimestre de 2011. Nous continuons cependant de surveiller de près les travaux de l'IASB sur les changements aux IFRS existantes et d'ajuster notre plan en fonction de ceux-ci. Le Rapport annuel 2009 contient, à la page 73, des informations sur les projets de l'IASB concernant des modifications futures aux IFRS existantes, dont certaines porteront sur des questions qui, le jugeons-nous, pourraient nécessiter des changements comptables. Les lecteurs sont priés de prendre connaissance de ces informations.

Etablissement des différences entre les conventions comptables que suit actuellement la Banque et celles requises par les IFRS

D'après notre analyse à ce jour, les principaux changements comptables attribuables à l'adoption des IFRS toucheront la titrisation d'actifs, la consolidation ainsi que les prestations de retraite et autres avantages sociaux futurs. Les IFRS qui portent sur ces questions diffèrent des conventions comptables actuelles de BMO, ce qui devrait sans doute avoir des répercussions sur le bilan et l'état des résultats de la Banque. Ces répercussions se manifesteront également au chapitre de nos ratios de capital. Le BSIF a publié un avis concernant les IFRS qui permet l'instauration graduelle, en cinq trimestres, du rajustement des bénéfices non répartis découlant de la première application de certaines IFRS aux fins du calcul de divers ratios. Une dispense transitoire eu égard à l'incidence sur le ratio actif au capital sera également offerte et permettra d'ignorer l'incidence de la constatation au bilan de tout prêt hypothécaire vendu aux termes de programmes de la SCHL jusqu'au 31 mars 2010 et qui, selon les conventions actuelles, n'est pas inscrit au bilan de la Banque. Nous pourrions déceler d'autres différences importantes avant l'adoption des IFRS.

Titrisation d'actifs

Les critères de décomptabilisation de l'IFRS qui porte sur les instruments financiers (IAS 39) pourraient exiger la présentation, au bilan, de prêts que nous vendons à des entités ou à des fiducies (entités de titrisation) hors bilan. Actuellement, nous retirons du bilan des prêts qui sont considérés comme vendus aux fins comptables et constatons dans les revenus de titrisation les gains s'y rapportant au moment de la vente. Au moment de la transition, tout prêt vendu à une entité ou une fiducie hors bilan devant être constaté au bilan selon les IFRS donnera lieu à une hausse de l'actif et du passif figurant dans cet état et pourrait diminuer les bénéfices non répartis en raison de la contrepassation du gain sur la vente déjà porté aux résultats. Au lieu du gain sur la vente, les intérêts et droits touchés auprès des clients, déduction faite du rendement versé aux investisseurs de l'entité de titrisation, seront constatés dans le revenu net d'intérêts au moyen de la méthode du taux d'intérêt effectif sur la durée des créances titrisées. Les pertes sur créances seront prises en compte dans la dotation à la provision pour de telles pertes. Toute répercussion, sur nos ratios de capital, d'une baisse éventuelle des bénéfices non répartis serait atténuée par la dispense transitoire décrite dans l'avis du BSIF au sujet des IFRS. Nous avions prévu que les nouvelles exigences comptables relativement à la titrisation d'actifs seraient en vigueur au moment de notre transition aux IFRS et avions procédé à notre analyse en tenant compte de ces exigences. Au cours du trimestre, l'IASB a annoncé qu'elle suspendait temporairement son projet de révision des critères de décomptabilisation actuels. Par conséquent et à moins que l'IASB redémarre ce projet sous peu, les critères de décomptabilisation énoncés dans l'IAS 39 seront toujours en vigueur au moment où nous adopterons les IFRS. Ainsi, nous effectuons maintenant notre analyse en nous fondant sur les exigences des IFRS existantes et prévoyons en arriver à des conclusions définitives au cours du quatrième trimestre de 2010.

Consolidation

Les exigences de l'IFRS qui porte sur les états financiers consolidés et individuels (IAS 27) pourraient influer sur la comptabilisation de certaines entités à détenteurs de droits variables (EDDV) que la Banque soutient. Aux termes des IFRS, une entité doit consolider une EDDV lorsqu'il est présumé qu'elle la contrôle, selon les critères énoncés dans l'IAS 27. Actuellement, nous consolidons les EDDV si, en raison de nos investissements dans celles-ci ou de nos liens avec elles, nous courons le risque de devoir assumer la majorité de leurs pertes prévues ou avons la possibilité de bénéficier de la majorité de leurs rendements résiduels prévus, ou les deux. Nous sommes actuellement en voie d'analyser toutes nos EDDV afin d'établir s'il nous faudra les consolider aux termes des IFRS. Si nous concluons qu'une telle consolidation est nécessaire, cela augmentera l'actif et le passif et diminuera les bénéfices non répartis dans la mesure où nos passifs dépasseront nos actifs au 1er novembre 2010. Les conséquences sur nos ratios de capital seraient atténuées par la dispense transitoire énoncée dans l'avis du BSIF. Nous nous attendions à ce que les nouvelles exigences comptables relatives à la consolidation soient en vigueur au moment de la transition aux IFRS et procédions à une analyse en tenant compte de ces exigences. Cependant, par suite de changements au plan de travail de l'IASB, nous effectuons notre analyse en nous appuyant sur les exigences des IFRS existantes et prévoyons en tirer des conclusions définitives au quatrième trimestre de 2010.

L'IASB est censée publier de nouvelles normes de consolidation entre le quatrième trimestre de l'année civile 2010 et le premier trimestre de 2011. La date à laquelle leur adoption sera requise n'est pas encore connue. Cependant, il est probable que les normes de consolidation actuelles seront toujours en vigueur au moment où la Banque passera aux IFRS en 2012.

Prestations de retraite et autres avantages sociaux futurs

Aux termes de l'IFRS qui porte sur les avantages sociaux (IAS 19), nous continuerons de constater dans la charge de retraite le coût des prestations constituées durant l'exercice ainsi que les intérêts débiteurs de l'obligation, déduction faite du rendement prévu des actifs. L'IFRS offre alors deux options pour la comptabilisation des gains ou pertes non réalisés et liés aux marchés sur les actifs des caisses de retraite et de l'incidence des changements de taux d'actualisation sur les obligations aux termes des régimes de retraite ("montants liés au marché"). Nous pouvons comptabiliser ces montants liés au marché directement dans les capitaux propres ou les reporter dans notre bilan et amortir ceux qui représentent plus de 10 % des soldes de nos actifs ou de nos passifs au titre des prestations par voie d'imputations à la charge de retraite, et ce, sur une période d'environ 12 ans, comme nous le faisons actuellement. Au moment de la transition aux IFRS, nous devrons également soit recalculer la charge depuis l'entrée en vigueur des régimes comme si nous avions toujours appliqué l'IAS 19, soit inscrire tout montant lié au marché au 1er novembre 2010 directement dans les bénéfices non répartis (comptabilité "nouveau départ"). Nous n'avons pas encore décidé ce que nous ferons. Si nous choisissons d'imputer aux bénéfices non répartis tout gain ou perte lié au marché et reporté au moment de la transition, le rajustement sera fondé sur l'évaluation actuarielle au 1er novembre 2010. La dispense transitoire accordée aux termes de l'avis du BSIF concernant les IFRS atténuerait les répercussions pour nos ratios de capital.

IFRS 1 - Première application des IFRS

L'IFRS 1 est une norme de présentation de l'information financière qui établit le cadre de la transition aux IFRS. Le principe général qui sous-tend l'IFRS 1 est l'application rétroactive de ces normes de sorte que le bilan d'ouverture des états financiers de l'exercice de comparaison soit retraité comme si la Banque avait toujours appliqué les IFRS. Cependant, l'IFRS 1 prescrit certaines exceptions obligatoires et autorise certaines exemptions facultatives à l'application rétroactive de l'ensemble de ces normes. Les exceptions obligatoires portent notamment sur la comptabilité de couverture. Nous n'analyserons pas nos résultats passés afin d'établir si nous respections ou non les exigences de la comptabilité de couverture selon les IFRS avant la transition. Tant que nous nous y conformerons en date du 1er novembre 2010, nous pourrons continuer d'appliquer ce mode de comptabilité de manière continue. Nous sommes actuellement en voie d'évaluer les exemptions facultatives aux termes de l'IFRS 1, exemptions dont les plus importantes sont les suivantes :

Regroupements d'entreprises

L'IFRS qui porte sur les regroupements d'entreprises (IFRS 3) renferme des recommandations sur l'évaluation et la constatation des regroupements d'entreprises qui diffèrent de celles en vigueur aux termes des PCGR du Canada. L'IFRS exige que tous les frais connexes à l'acquisition et à la restructuration soient passés en charges. Les PCGR du Canada autorisent l'inscription au bilan de certains de ces frais. De plus, lorsque la contrepartie est versée au vendeur sous forme d'actions émises par l'acquéreur, elle est évaluée en fonction du cours des actions à la date de clôture alors que selon les PCGR du Canada, il faut utiliser le cours des actions pendant une période raisonnable avant et après la date à laquelle les modalités de l'acquisition sont convenues et annoncées. Ces différences pourraient influer sur la répartition du coût d'acquisition, incluant le montant de l'écart d'acquisition constaté.

L'IFRS 1 autorise l'application des exigences de l'IFRS 3 aux acquisitions d'entreprises réalisées après la transition aux IFRS (soit le 1er novembre 2010) ou de manière rétroactive à partir de la date de notre choix. Si nous choisissons d'adopter et d'appliquer l'IFRS 3 de manière rétroactive, nous devrons retraiter toutes les acquisitions antérieures et conclues entre la date que nous choisirons et la date de transition.

Prestations de retraite et autres avantages sociaux futurs

Tel qu'il est indiqué précédemment, l'IFRS 1 permet de constater directement dans les bénéfices non répartis tout gain ou perte non réalisé à la date de transition et établi selon les PCGR du Canada. L'autre option est l'application rétroactive de la totalité des exigences des IFRS.

Ecarts de conversion

L'IFRS 1 permet d'imputer aux bénéfices non répartis les pertes de change des établissements étrangers qui sont incluses dans le cumul des autres éléments de la perte étendue. L'autre option, soit le retraitement rétroactif, exigerait une analyse historique détaillée permettant de recalculer les écarts de conversion conformément aux IFRS.

Nous n'avons pas encore décidé si nous nous prévaudrons ou non des exemptions facultatives à l'application rétroactive qu'autorise l'IFRS 1.

Contrôle interne à l'égard de l'information financière et présentation

Nous avons déterminé que notre contrôle interne à l'égard de l'information financière et nos contrôles et procédures de communication de l'information ne seront pour ainsi dire pas touchés par le passage aux IFRS. Les répercussions se limiteront essentiellement à la mise au point de contrôles internes pour le suivi et la communication de l'information selon les IFRS pour l'exercice de comparaison, aux changements éventuels au traitement comptable des EDDV et des prêts titrisés de la Banque et à la présentation de certains renseignements supplémentaires dans les notes afférentes aux états financiers. Les changements requis feront l'objet d'une attention particulière au cours de la troisième et dernière étape de la transition, laquelle débutera au premier trimestre de 2011.

Activités commerciales

Au fil de nos activités de mise en oeuvre, nous évaluons constamment si la transition aux IFRS influera sur nos activités commerciales, ce qui signifie entre autres analyser les conventions de prêt et les ratios exigés par leurs clauses restrictives lorsque nos clients emprunteurs sont en voie d'adopter eux aussi les IFRS. Jusqu'à présent, nous n'avons cerné aucune conséquence importante que pourrait avoir l'adoption des IFRS sur nos activités commerciales.

Technologies de l'information

Nous avons terminé l'évaluation détaillée de notre architecture technologique relative à l'information financière et avons conclu qu'aucun changement important ne sera nécessaire par suite de notre transition aux IFRS. Nous avons mis au point une solution technologique, à savoir un outil servant à la présentation de données correspondantes, qui nous permettra de faire un suivi des informations financières selon les IFRS durant l'exercice de comparaison. Cet outil n'exigera aucune modification importante à nos systèmes de présentation des informations financières et fait actuellement l'objet d'une mise à l'essai. Il sera opérationnel d'ici le premier trimestre de 2011. Les rajustements liés aux IFRS pour l'exercice de comparaison 2011 seront apportés à nos principaux systèmes financiers au cours du trimestre se terminant le 31 janvier 2012.

Compétences et gouvernance en matière de présentation des informations financières

Un programme interne de formation sur les IFRS a été mis de l'avant en 2009 afin d'assurer que notre personnel ait les compétences requises lorsque nous commencerons à présenter des renseignements selon les IFRS et qu'une structure de gouvernance soit alors en place. En 2009, des séances de formation technique détaillée ayant trait aux résultats des travaux de l'étape I ont été tenues à l'intention de tous les membres des services de la comptabilité et des finances ainsi que de certains autres groupes fonctionnels dans l'entreprise qui pourraient être touchés par la transition aux IFRS. Nous avons également commencé, en 2009, à dispenser des programmes de formation et de sensibilisation à notre personnel responsable du crédit qui se doit de comprendre l'incidence des IFRS sur les affaires de nos clients emprunteurs qui sont en voie d'adopter eux aussi les IFRS. Des séances de mise à jour technique ont également été tenues au cours des deuxième et troisième trimestres de 2010 à l'intention de la majeure partie du personnel des services de la comptabilité et des finances de la Banque. D'autres séances destinées au reste du personnel de ces services sont prévues au quatrième trimestre de 2010. Des séances de formation trimestrielles portant sur des sujets précis relevant des IFRS ont été tenues à l'intention du Comité de vérification de la Banque en 2009 ainsi qu'au cours des trois premiers trimestres de 2010.

Etape III : Réalisation des changements d'intégration

Nous sommes en voie d'élaborer le plan détaillé de la troisième et dernière étape de la transition, à savoir la réalisation de tous les changements d'intégration, laquelle devrait débuter en 2011. Ce plan englobera l'élaboration des contrôles et procédures nécessaires au retraitement du bilan d'ouverture de 2011 et des résultats financiers selon les IFRS en vue de la conversion à ces normes à l'exercice 2012, le choix définitif des options quant aux méthodes qu'autorisent les IFRS, notamment la possibilité de ne pas appliquer certaines IFRS de manière rétroactive, l'élaboration de plans de communication avec nos parties prenantes internes et externes et l'évaluation des conséquences sur les procédés internes de présentation de l'information de gestion de la Banque, incluant ceux de planification et d'établissement de prévisions.

Quantification des principales répercussions

Les différences entre les conventions comptables de la Banque et celles exigées par les IFRS ainsi que nos décisions quant aux exemptions facultatives de l'IFRS 1 concernant l'application rétroactive des IFRS se traduiront par des différences d'évaluation et de constatation au moment de la transition aux IFRS. Ces différences seront prises en compte dans les bénéfices non répartis, ce qui influera sur les capitaux propres.

Le montant de cette incidence sur les capitaux propres sera fonction des conditions de marché et de la conjoncture économique au moment de la transition ainsi que des choix de méthodes que nous ferons alors. Par conséquent, nous ne sommes actuellement pas en mesure de quantifier l'incidence transitoire. Puisque nous prévoyons avoir parachevé certaines activités de nos principaux champs de travaux d'ici le quatrième trimestre de 2010, nous pensons quantifier certaines répercussions de l'adoption des IFRS existantes dans notre Rapport annuel 2010.

Mise en garde

Les sections précédentes renferment des déclarations prospectives. Voir la mise en garde concernant les déclarations prospectives.

Analyse des résultats des groupes d'exploitation

Etat sommaire des résultats et statistiques des groupes d'exploitation pour le troisième trimestre de 2010



T3-2010
---------------------------------------------------------
(en millions de
dollars canadiens, Services
sauf indication Services d'entreprise, Total
contraire) bancaires PE Groupe GP BMO MC y compris T&O BMO
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net
d'intérêts
(bic)(1) 1 340 92 355 (216) 1 571
Revenu autre
que d'intérêts 511 452 326 47 1 336
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total
(bic)(1) 1 851 544 681 (169) 2 907
Dotation à la
provision pour
pertes sur
créances 160 1 66 (13) 214
Frais autres que
d'intérêts 1 031 402 421 44 1 898
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 660 141 194 (200) 795
Impôts sur les
bénéfices
(recouvrement)
(bic)(1) 194 33 64 (184) 107
Part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales - - - 19 19
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net T3-2010 466 108 130 (35) 669
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net T2-2010 441 118 260 (74) 745
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net T3-2009 420 113 310 (286) 557
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Autres statistiques
----------------------------------------------------------------------------
Profit économique net 292 83 14 (231) 158
Rendement des
capitaux
propres 28,3 % 34,9 % 11,8 % n.s. 13,7 %
Rendement des
capitaux
propres avant
amortissement 28,8 % 35,4 % 11,8 % n.s. 13,9 %
Levier d'exploitation 2,7 % 4,3 % (16,3)% n.s. (3,8)%
Levier d'exploitation
avant amortissement 2,4 % 4,5 % (16,3)% n.s. (3,9)%
Ratio de productivité
(bic) 55,7 % 73,8 % 61,9 % n.s. 65,3 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 55,3 % 73,5 % 61,9 % n.s. 65,0 %
Marge nette
d'intérêts sur
l'actif productif
(bic) 3,08 % 2,77 % 0,95 % n.s. 1,88 %
Capitaux propres
moyens attribuables
aux actionnaires
ordinaires 6 337 1 203 4 057 6 789 18 386
Actif productif moyen
(en milliards
de dollars) 172,5 13,3 148,3 (3,2) 330,9
Effectif - équivalent
de durée normale 21 073 4 868 2 265 9 981 38 187
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Cumul 2010
---------------------------------------------------------
(en millions de
dollars canadiens, Services
sauf indication Services d'entreprise, Total
contraire) bancaires PE Groupe GP BMO MC y compris T&O BMO
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net
d'intérêts
(bic)(1) 3 872 266 1 095 (608) 4 625
Revenu autre
que d'intérêts 1 483 1 386 1 350 137 4 356
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total
(bic)(1) 5 355 1 652 2 445 (471) 8 981
Dotation à la
provision pour
pertes sur
créances 463 5 198 130 796
Frais autres
que d'intérêts 2 937 1 198 1 359 73 5 567
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant
impôts sur les
bénéfices et
part des
actionnaires
sans contrôle
dans des
filiales 1 955 449 888 (674) 2 618
Impôts sur les
bénéfices
(recouvrement)
(bic)(1) 594 110 284 (497) 491
Part des
actionnaires
sans contrôle
dans des filiales - - - 56 56
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net T3-2010 1 361 339 604 (233) 2 071
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net T2-2010 895 231 474 (198) 1 402
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net T3-2009 1 252 253 613 978 1 140
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Autres statistiques
----------------------------------------------------------------------------
Profit économique
net 836 265 248 (756) 593
Rendement des
capitaux propres 27,6 % 35,9 % 18,4 % n.s. 14,8 %
Rendement des
capitaux propres
avant amortissement 28,0 % 36,4 % 18,4 % n.s. 14,9 %
Levier d'exploitation 4,1 % 9,8 % 6,0 % n.s. 11,8 %
Levier d'exploitation
avant amortissement 3,8 % 9,9 % 6,0 % n.s. 11,7 %
Ratio de productivité
(bic) 54,8 % 72,5 % 55,6 % n.s. 62,0 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 54,5 % 72,2 % 55,6 % n.s. 61,7 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 3,05 % 2,79 % 0,96 % n.s. 1,87 %
Capitaux propres
moyens attribuables
aux actionnaires
ordinaires 6 394 1 245 4 191 5 984 17 814
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 170,0 12,8 152,0 (4,4) 330,4
Effectif - équivalent
de durée normale
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
n.s. - non significatif
(1) Les revenus, les impôts sur les bénéfices et la marge nette d'intérêts
des groupes d'exploitation sont présentés sur une base d'imposition
comparable (bic). Les rajustements bic des groupes s'annulent dans le
revenu des Services d'entreprise, et le revenu total de BMO, les impôts
sur les bénéfices et la marge nette d'intérêts sont présentés selon
les PCGR.


Les sections ci-après présentent une analyse des résultats financiers de chacun de nos groupes et unités d'exploitation pour le troisième trimestre de 2010.

De temps à autre, il arrive que la responsabilité de certains secteurs d'activité et de certaines unités sous-jacentes soit transférée d'un groupe client à un autre afin d'harmoniser plus étroitement la structure organisationnelle de BMO et ses priorités stratégiques.

Au cours du premier trimestre, nous avons changé la façon dont nous présentons les actifs titrisés dans nos informations sectorielles. Antérieurement, certains actifs hypothécaires titrisés n'étaient pas présentés dans le bilan de PE Canada. Désormais, nous présentons tous les actifs hypothécaires titrisés dans les résultats de PE Canada, les montants compensatoires étant inclus dans ceux des Services d'entreprise, et le revenu net d'intérêts qui est gagné sur tous ces actifs est pris en compte dans celui de PE Canada. Auparavant, le revenu net d'intérêts généré par certains actifs hypothécaires titrisés était inclus dans le revenu autre que d'intérêts de PE Canada. Ces changements ont eu une incidence négligeable sur le revenu net de PE Canada. Les résultats des périodes antérieures ont été retraités en fonction du mode de présentation adopté pour le trimestre à l'étude.

Au deuxième trimestre, nous avons repéré des moyennes entreprises américaines clientes qui pouvaient bénéficier d'un modèle de services bancaires aux entreprises et avons transféré leurs comptes de BMO Marchés des capitaux à PE Etats-Unis. Les chiffres des périodes antérieures ont été retraités afin de refléter l'incidence de ce transfert et le mode de présentation adopté pour le trimestre à l'étude.

Au cours du trimestre à l'étude, nous avons établi que certaines opérations de BMO Marchés des capitaux devaient être présentées d'une manière reflétant leur bic. Des opérations semblables avaient été enregistrées au cours des périodes antérieures et les montants présentés à leur égard au cours de ces périodes ont été retraités en fonction du mode de présentation actuel, ce qui a accru le revenu net d'intérêts, la marge nette d'intérêts et les impôts sur les bénéfices de BMO Marchés des capitaux, les montants compensatoires ayant été pris en compte par les Services d'entreprise.

La note 15 afférente aux états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés ci-joints explique comment les éléments de l'état des résultats qui requièrent une répartition sont distribués entre les groupes d'exploitation, ce qui englobe la répartition des dotations à la provision pour pertes sur créances. Les écarts entre les dotations à la provision pour pertes sur créances de la période qui sont imputées aux groupes clients et calculées selon la méthode des pertes prévues et celles exigées par les PCGR sont généralement imputés (ou crédités) aux Services d'entreprise.



Services bancaires Particuliers et entreprises (PE)

(en millions de
dollars canadiens, Augmentation Augmentation
sauf indication (Diminution) (Diminution)
contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 1 340 89 7 % 92 7 %
Revenu autre que
d'intérêts 511 37 8 % 15 3 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) 1 851 126 7 % 107 6 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 160 40 32 % 8 5 %
Frais autres que
d'intérêts 1 031 45 5 % 76 8 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 660 41 7 % 23 3 %
Impôts sur les
bénéfices (bic) 194 (5) (2 %) (2) (1 %)
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - -
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 466 46 11 % 25 6 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions
(après impôts) 7 (3) (16 %) 1 25 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 473 43 10 % 26 6 %
----------------------------------------------------------------------------

Rendement des capitaux
propres 28,3 % 4,2 % 0,7 %
Rendement des capitaux
propres avant
amortissement 28,8 % 4,2 % 0,8 %
Levier d'exploitation 2,7 % n.s. n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 2,4 % n.s. n.s.
Ratio de productivité
(bic) 55,7 % (1,4 %) 1,0 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 55,3 % (1,3 %) 1,0 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 3,08 % 0,17 % 0,05 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 173 2 1 % 3 2 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


(en millions de
dollars canadiens, Augmentation
sauf indication Cumul (Diminution)
contraire) 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 3 872 97 3 %
Revenu autre que
d'intérêts 1 483 136 10 %
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) 5 355 233 5 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 463 109 30 %
Frais autres que
d'intérêts 2 937 14 1 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 1 955 110 6 %
Impôts sur les
bénéfices (bic) 594 1 -
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - -
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 1 361 109 9 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions
(après impôts) 18 (8) (28 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 1 379 101 8 %
----------------------------------------------------------------------------

Rendement des
capitaux propres 27,6 % 4,8 %
Rendement des
capitaux propres
avant amortissement 28,0 % 4,8 %
Levier d'exploitation 4,1 % n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 3,8 % n.s.
Ratio de productivité
(bic) 54,8 % (2,3 %)
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 54,5 % (2,0 %)
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 3,05 % 0,18 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 170 (6) (3 %)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

n.s. - non significatif


Les Services bancaires Particuliers et entreprises (Services bancaires PE) englobent nos deux unités d'exploitation de services bancaires aux particuliers et aux entreprises : Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada (PE Canada) et Services bancaires Particuliers et entreprises - Etats-Unis (PE Etats-Unis). Ces unités d'exploitation sont passées en revue séparément dans les sections ci-après.



Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada (PE Canada)

(en millions de
dollars canadiens, Augmentation Augmentation
sauf indication (Diminution) (Diminution)
contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 1 065 90 9 % 76 8 %
Revenu autre que
d'intérêts 425 38 10 % 6 2 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) 1 490 128 9 % 82 6 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 129 32 31 % 8 6 %
Frais autres que
d'intérêts 763 28 4 % 43 6 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 598 68 13 % 31 5 %
Impôts sur les
bénéfices (bic) 172 4 3 % - -
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - -
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 426 64 17 % 31 8 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux
acquisitions
(après impôts) 2 (1) (69 %) - -
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 428 63 17 % 31 8 %
----------------------------------------------------------------------------

Revenus des services
aux particuliers 706 49 7 % 42 6 %
Revenus des services
aux entreprises 420 28 7 % 28 7 %
Revenus des services
de cartes 364 51 17 % 12 4 %
Levier d'exploitation 5,4 % n.s. n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 5,5 % n.s. n.s.
Ratio de productivité
(bic) 51,2 % (2,7 %) 0,1 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 51,1 % (2,7 %) 0,1 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 2,96 % 0,09 % 0,05 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 143 8 6 % 3 2 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------



(en millions de
dollars canadiens, Augmentation
sauf indication Cumul (Diminution)
contraire) 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 3 073 254 9 %
Revenu autre que
d'intérêts 1 236 151 14 %
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) 4 309 405 10 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur
créances 370 85 30 %
Frais autres que
d'intérêts 2 192 61 3 %
----------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 1 747 259 17 %
Impôts sur les
bénéfices (bic) 523 52 11 %
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - -
----------------------------------------------------
Revenu net 1 224 207 20 %
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux
acquisitions (après
impôts) 5 1 35 %
----------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 1 229 208 20 %
----------------------------------------------------

Revenus des services
aux particuliers 2 043 162 9 %
Revenus des services
aux entreprises 1 215 111 10 %
Revenus des services
de cartes 1 051 132 15 %
Levier d'exploitation 7,5 % n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 7,6 % n.s.
Ratio de productivité
(bic) 50,9 % (3,7 %)
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 50,8 % (3,7 %)
Marge nette
d'intérêts sur
l'actif productif
(bic) 2,94 % 0,14 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 140 5 4 %
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------

n.s. - non significatif


Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du troisième trimestre de 2009

Le revenu net a été élevé, atteignant 426 millions de dollars, ce qui traduit une hausse de 64 millions ou de 17 % par rapport à la même période l'an dernier.

Les revenus ont progressé de 128 millions de dollars ou de 9,3 %. Cette hausse s'explique par l'accroissement des volumes de la plupart des produits, par l'inclusion, dans les résultats financiers, des revenus de Diners Club, et par l'élargissement de la marge nette d'intérêts.

La marge nette d'intérêts a augmenté de 9 points de base, ce qui est essentiellement attribuable au fait que les marges sur les produits de dépôt ont été plus élevées que celles, exceptionnellement faibles, d'il y a un an.

Dans l'unité des Services bancaires aux particuliers, les revenus ont augmenté de 49 millions de dollars ou de 7,1 % grâce à l'essor des volumes des prêts et au fait que les marges sur les produits de dépôt ont été plus élevées que celles, exceptionnellement faibles, d'il y a un an. La popularité croissante de la MargExpress sur valeur domiciliaire a entraîné une progression des prêts aux particuliers de 16 % depuis un an, la part de marché s'étant accrue par rapport à l'année précédente.

Les soldes de prêts hypothécaires ont augmenté de 0,5 % puisque nous avons réussi à remplacer les prêts provenant de courtiers en voie de liquidation par des prêts octroyés par nos succursales et, comme prévu, notre part du marché des prêts hypothécaires s'est repliée depuis un an. Notre campagne du printemps a donné d'excellents résultats et nous sommes toujours satisfaits du succès que remporte notre nouveau produit hypothécaire à taux fixe réduit de 5 ans. Notre objectif est d'augmenter notre part de ce marché et nous continuons de mettre l'accent sur l'amélioration de ces activités en investissant dans notre personnel de vente et sur l'accroissement de sa productivité tout en continuant de porter une attention soutenue à la qualité du crédit de ce portefeuille.

Reflétant les préférences des investisseurs, les dépôts des particuliers ont fléchi de 0,5 % sur douze mois. Notre part de marché a également diminué durant cette période en raison de la vive concurrence.

Pour ce qui est de l'unité des Services bancaires aux entreprises, ses revenus se sont renforcés de 28 millions de dollars ou de 7,2 % d'un exercice à l'autre grâce à l'essor des volumes de prêts et de dépôts. Les soldes de prêts ont augmenté de 4,0 % car notre part de marché s'est élargie depuis un an, et au chapitre des prêts à la PME, nous avons continué de détenir la deuxième plus grande part du marché canadien des services bancaires aux entreprises. Les soldes des dépôts ont monté de 10 %, ce qui traduit les efforts que nous déployons afin de combler tous les besoins bancaires de nos clients. Nous accroissons toujours la taille et les compétences de notre personnel affecté à la clientèle commerciale afin d'offrir à cette dernière encore plus de conseils judicieux.

Les revenus tirés des services de cartes et de paiement ont augmenté de 51 millions de dollars ou de 17 % grâce à l'inclusion, dans nos résultats financiers, des revenus de Diners Club, à l'essor des soldes de prêts et à l'élargissement des marges, ce qui a été atténué par la baisse des frais de cartes.

Les dotations à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, ont monté de 32 millions de dollars en raison de l'essor du portefeuille et de l'incidence de la migration du crédit.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 28 millions de dollars ou de 3,9 % par suite de la prise en compte de Diners Club dans nos résultats ainsi que de la montée des sommes consacrées aux initiatives. Les frais liés au personnel sont demeurés sensiblement les mêmes puisque la majoration des salaires et des avantages qui a résulté de l'accroissement du personnel a été contrebalancée par l'incidence des charges au titre des indemnités de licenciement liées à la rationalisation de notre structure de gestion qui avaient été constatées au cours de l'exercice précédent. Le levier d'exploitation avant amortissement du groupe a été de 5,5 %, ce qui est excellent. Nous continuons d'investir de manière stratégique afin de rehausser notre position concurrentielle tout en gérant avec rigueur nos dépenses d'exploitation.

Les résultats du troisième trimestre tiennent compte d'un faible montant au titre d'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures.

Le solde moyen des prêts et acceptations, y compris les prêts titrisés, a progressé de 8,0 milliards de dollars ou de 5,9 % depuis un an, et les dépôts des particuliers et des entreprises se sont accrus de 2,5 milliards ou de 2,6 %.

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2010

Le revenu net a monté de 31 millions de dollars ou de 7,7 % en raison surtout du fait que le trimestre a compté trois jours de plus et qu'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures a été constaté.

Les revenus se sont accrus de 82 millions de dollars ou de 5,7 % étant donné qu'il y a eu trois jours de plus dans le trimestre et que le volume de la plupart des produits a augmenté. La marge nette d'intérêts s'est élargie de 5 points de base en raison surtout de l'augmentation des volumes des produits les plus rentables et de la hausse des frais de refinancement hypothécaire.

Les frais autres que d'intérêts ont monté de 43 millions de dollars ou de 6,1 % en raison essentiellement de la hausse des frais associés à diverses initiatives et au personnel. Les frais liés au personnel ont été plus élevés étant donné que le trimestre a compté davantage de jours, que le personnel était plus nombreux et que la rémunération liée au rendement a augmenté.

Le solde moyen des prêts et acceptations, y compris les prêts titrisés, s'est accru de 3,2 milliards de dollars ou de 2,3 % depuis le dernier trimestre, alors que les dépôts des particuliers et des entreprises ont progressé de 1,7 milliard ou de 1,7 %.

Comparaison des neuf premiers mois de 2010 et des neuf premiers mois de 2009

Le revenu net a augmenté de 207 millions de dollars ou de 20 %.

Les revenus ont progressé de 405 millions de dollars ou de 10 % grâce à l'accroissement des volumes de la plupart des produits, à l'élargissement de la marge nette d'intérêts et à l'inclusion de sept mois de résultats financiers de Diners Club dans la période à l'étude.

La marge nette d'intérêts a augmenté de 14 points de base, ce qui est essentiellement attribuable aux mesures prises en 2009 pour atténuer l'incidence de la hausse des frais de financement à long terme et à l'essor des volumes des produits les plus rentables.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 61 millions de dollars ou de 2,9 % en raison de la prise en compte de sept mois de résultats financiers de Diners Club dans le présent exercice et de la hausse des sommes consacrées aux initiatives, ce qui a été contrebalancé en partie par l'incidence des charges au titre des indemnités de licenciement associées à la rationalisation de notre structure de gestion qui avaient été constatées l'exercice précédent.

Services bancaires Particuliers et entreprises - Etats-Unis (PE Etats-Unis)




(en millions de
dollars canadiens, Augmentation Augmentation
sauf indication (Diminution) (Diminution)
contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 275 (1) - 16 7 %
Revenu autre que
d'intérêts 86 (1) (1 %) 9 11 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) 361 (2) - 25 8 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 31 8 35 % - -
Frais autres que
d'intérêts 268 17 7 % 33 14 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 62 (27) (29 %) (8) (11 %)
Impôts sur les
bénéfices (bic) 22 (9) (26 %) (2) (7 %)
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - -
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 40 (18) (31 %) (6) (14 %)
----------------------------------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions
(après impôts) 5 (2) (27 %) 1 23 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 45 (20) (30 %) (5) (10 %)
----------------------------------------------------------------------------

Levier d'exploitation (7,0 %) n.s. n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement (8,3 %) n.s. n.s.
Ratio de productivité
(bic) 74,3 % 4,9 % 4,4 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 72,6 % 5,6 % 4,2 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 3,70 % 0,59 % 0,15 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 30 (6) (16 %) - -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu net d'intérêts
(bic) 263 15 6 % 11 5 %
Revenu autre que
d'intérêts 82 3 5 % 7 10 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) 345 18 6 % 18 6 %
Frais autres que
d'intérêts 257 31 13 % 29 12 %
Revenu net 38 (14) (27 %) (7) (15 %)
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars américains) 29 (3) (11 %) - -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


(en millions de
dollars canadiens, Augmentation
sauf indication Cumul (Diminution)
contraire) 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 799 (157) (16 %)
Revenu autre que
d'intérêts 247 (15) (5 %)
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) 1 046 (172) (14 %)
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 93 24 34 %
Frais autres que
d'intérêts 745 (47) (6 %)
----------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 208 (149) (41 %)
Impôts sur les
bénéfices (bic) 71 (51) (41 %)
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - -
----------------------------------------------------
Revenu net 137 (98) (42 %)
----------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux
acquisitions (après
impôts) 13 (9) (37 %)
----------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 150 (107) (41 %)
----------------------------------------------------

Levier d'exploitation (8,1 %) n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement (9,2 %) n.s.
Ratio de productivité
(bic) 71,2 % 6,1 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 69,6 % 6,7 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 3,53 % 0,41 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 30 (11) (26 %)
----------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu net d'intérêts
(bic) 765 (34) (4 %)
Revenu autre que
d'intérêts 237 17 8 %
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) 1 002 (17) (2 %)
Frais autres que
d'intérêts 714 50 7 %
Revenu net 131 (64) (33 %)
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars américains) 29 (5) (16 %)
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------

n.s. - non significatif


Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du troisième trimestre de 2009

Le revenu net a baissé de 18 millions de dollars canadiens ou de 31 %, pour s'établir à 40 millions de dollars canadiens. Les montants indiqués dans le reste de la présente section sont en dollars américains. En dollars américains, le revenu net a reculé de 14 millions ou de 27 % depuis un an et s'est chiffré à 38 millions. Sa diminution a découlé essentiellement de la hausse des pertes sur créances, selon les pertes prévues, de l'incidence des prêts douteux et d'un rajustement de la valeur du portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion par suite de la baisse des taux d'intérêt à long terme. L'opération, au deuxième trimestre, portant sur une banque située à Rockford, en Illinois, a accru les revenus de 18 millions, les charges, de 16 millions, exclusion faite des coûts d'acquisition, et le revenu net, de 1 million.

Après rajustement pour tenir compte de l'incidence des prêts douteux, d'une réduction de la provision constituée au titre du litige impliquant Visa et des coûts d'intégration, le revenu net du trimestre à l'étude s'est chiffré à 54 millions de dollars, en baisse de 11 millions ou de 17 % par rapport aux résultats ainsi rajustés d'il y a un an. Compte tenu d'un tel rajustement, le ratio de productivité avant amortissement s'est établi à 66,2 %.

Les revenus se sont situés à 345 millions de dollars, ayant augmenté de 18 millions ou de 5,9 %, ce qui a découlé surtout de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois. Les revenus générés par l'amélioration des marges sur les prêts et l'essor des soldes des dépôts ont été annulés par le recul des soldes de prêts aux entreprises qu'a causé une utilisation moins grande des prêts de la part de ces clients, ainsi que par la compression des marges sur les dépôts.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 31 millions de dollars ou de 13 %, ce qui est essentiellement imputable à l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, à la hausse des prêts douteux et au rajustement de la valeur du portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion lié au recul des taux d'intérêt à long terme. Ces facteurs ont été atténués par une réduction de la provision constituée au titre du litige impliquant Visa.

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2010

Le revenu net s'est replié de 6 millions de dollars canadiens ou de 14 % depuis le trimestre précédent. En dollars américains, il a reculé de 7 millions ou de 15 % pour s'établir à 38 millions. Les montants indiqués dans le reste de la présente section sont en dollars américains.

Les revenus ont monté de 18 millions de dollars ou de 5,8 % en raison surtout de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 29 millions de dollars ou de 12 %, ce qui est essentiellement imputable à l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, à la hausse des coûts liés aux prêts douteux et au rajustement de la valeur du portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion lié au recul des taux d'intérêt à long terme. Ces facteurs ont été atténués par une réduction de la provision constituée au titre du litige impliquant Visa.

L'attention continue que nous accordons à l'expérience client se reflète dans nos taux de fidélité, lesquels sont fort élevés. Notre taux de recommandation net a été de 41 pour le troisième trimestre de 2010, contre 39 pour le trimestre précédent. Notre taux de recommandation net demeure très haut en regard de ceux des grandes banques qui nous font concurrence.

Comparaison des neuf premiers mois de 2010 et des neuf premiers mois de 2009

Le revenu net s'est dégradé de 98 millions de dollars canadiens ou de 42 % par rapport aux neuf mêmes mois de l'exercice précédent, pour se chiffrer à 137 millions de dollars canadiens. En dollars américains, il a été de 131 millions, ayant fléchi de 64 millions ou de 33 % depuis un an. Les montants indiqués dans le reste de la présente section sont en dollars américains.

Après rajustement pour tenir compte de l'incidence des prêts douteux, des changements dans la provision constituée au titre du litige impliquant Visa et des coûts d'intégration, le revenu net du trimestre à l'étude s'est chiffré à 178 millions de dollars, en baisse de 51 millions, ou de 22 %, par rapport aux résultats d'il y a un an, une fois rajustés. Compte tenu d'un tel rajustement, le ratio de productivité avant amortissement s'est établi à 63,5 %.

Les revenus se sont situés à 1 002 millions de dollars, ayant baissé de 17 millions ou de 1,6 %. Après rajustement pour tenir compte de l'incidence de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, et des conséquences des prêts douteux, les revenus ont fléchi de 38 millions ou de 4,5 %, l'avantage de l'amélioration des marges sur les prêts ayant été plus qu'annulé par la baisse des soldes de prêts aux entreprises qu'a causée une utilisation moins grande des prêts de la part de ces clients ainsi que par la compression des marges sur les dépôts.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 50 millions de dollars ou de 7,4 % en raison surtout de l'opération visant une banque située à Rockford, en Illinois, de la hausse des coûts liés aux prêts douteux, des changements dans la provision constituée au titre du litige impliquant Visa et du rajustement de la valeur de notre portefeuille de prêts hypothécaires sous gestion par suite de la baisse des taux d'intérêt à long terme.



Groupe Gestion privée (groupe GP)

(en millions de
dollars canadiens, Augmentation Augmentation
sauf indication (Diminution) (Diminution)
contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 92 5 6 % 5 7 %
Revenu autre que
d'intérêts 452 18 4 % (19) (4 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) 544 23 4 % (14) (2 %)
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 1 - - (1) n.s.
Frais autres que
d'intérêts 402 - - 4 1 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices 141 23 19 % (17) (10 %)
Impôts sur les
bénéfices (bic) 33 28 +100 % (7) (15 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 108 (5) (6 %) (10) (9 %)
----------------------------------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions
(après impôts) 1 (1) (50 %) - -
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 109 (6) (5 %) (10) (9 %)
----------------------------------------------------------------------------

Rendement des capitaux
propres 34,9 % 0,8 % (3,5 %)
Rendement des capitaux
propres avant
amortissement 35,4 % 1,1 % (3,6 %)
Levier d'exploitation 4,3 % n.s. n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 4,5 % n.s. n.s.
Ratio de productivité
(bic) 73,8 % (3,1 %) 2,3 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 73,5 % (3,2 %) 2,3 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 2,77 % (0,16 %) (0,03 %)
Actif productif moyen 13 274 1 471 12 % 607 5 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)
Revenu total
(bic) 60 3 4 % 1 1 %
Frais autres que
d'intérêts 51 (5) (8 %) (3) (5 %)
Revenu net 4 4 +100 % 1 61 %
Revenu net
avant amortissement 5 4 +100 % 2 53 %
Actif productif moyen 2 053 (202) (9 %) (42) (2 %)
----------------------------------------------------------------------------

(en millions de
dollars canadiens, Augmentation
sauf indication Cumul (Diminution)
contraire) 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 266 1 1 %
Revenu autre que
d'intérêts 1 386 184 15 %
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) 1 652 185 13 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 5 1 38 %
Frais autres que
d'intérêts 1 198 32 3 %
----------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices 449 152 51 %
Impôts sur les
bénéfices (bic) 110 66 +100 %
----------------------------------------------------
Revenu net 339 86 34 %
----------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions
(après impôts) 4 1 33 %
----------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 343 87 34 %
----------------------------------------------------

Rendement des
capitaux propres 35,9 % 7,7 %
Rendement des
capitaux propres
avant amortissement 36,4 % 8,0 %
Levier d'exploitation 9,8 % n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 9,9 % n.s.
Ratio de productivité
(bic) 72,5 % (7,0 %)
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 72,2 % (7,0 %)
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 2,79 % (0,73 %)
Actif productif moyen 12 759 2 691 27 %
----------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu total (bic) 181 33 22 %
Frais autres que
d'intérêts 159 1 1 %
Revenu net 12 19 +100 %
Revenu net avant
amortissement 13 19 +100 %
Actif productif moyen 2 100 (167) (7 %)
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------

n.s. - non significatif


Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du troisième trimestre de 2009

Le revenu net, soit 108 millions de dollars, a baissé de 5 millions ou de 5,5 % depuis un an. Après rajustement pour tenir compte du fait que les activités d'assurance avaient constaté un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures de 23 millions au troisième trimestre de l'exercice précédent, le revenu net a augmenté de 18 millions ou de 19 %. Le revenu net du groupe Gestion privée, compte non tenu des activités d'assurance, a été de 74 millions, affichant une forte progression, soit 28 millions ou 54 %, ce qui a résulté de l'essor de toutes les unités. Le revenu net des activités d'assurance s'est établi à 34 millions pour le trimestre, ayant fléchi de 33 millions ou de 48 % en raison surtout du recouvrement d'impôts. Les activités d'assurance ont vu leurs primes nettes augmenter fortement, facteur dont l'avantage a été plus que contrebalancé par l'incidence de variations défavorables des taux d'intérêt et des marchés boursiers sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Les revenus ont augmenté de 23 millions de dollars ou de 4,5 %, ayant fortement progressé dans la majeure partie des unités. Pour le groupe Gestion privée, exclusion faite des activités d'assurance, la forte croissance des revenus a découlé d'une hausse de 9,5 % (11 % en monnaie d'origine) des actifs de clients sous gestion et sous administration puisque nous entendons toujours offrir à nos clients la qualité de services et de conseils à laquelle ils s'attendent. Les revenus provenant des activités d'assurance ont, dans l'ensemble, baissé car la progression des primes nettes a été plus qu'annulée par l'incidence des variations défavorables des marchés sur les passifs attribuables aux titulaires de police. Le revenu net d'intérêts a augmenté depuis un an, en raison surtout de l'essor des soldes des dépôts et des marges de nos services de courtage ainsi que de la montée des soldes des dépôts et des prêts des services de gestion bancaire privée. La dépréciation du dollar américain a réduit les revenus de 4 millions ou de 0,8 %.

Les frais autres que d'intérêts sont demeurés relativement inchangés, car la hausse de ceux liés aux revenus et découlant de la forte progression des revenus du groupe Gestion privée, exclusion faite des activités d'assurance, a été compensée par les avantages d'une gestion active des dépenses. Le repli du dollar américain a abaissé les frais de 3 millions de dollars ou de 0,8 %. Le ratio de productivité avant amortissement, soit 73,5 %, a progressé de 320 points de base depuis l'exercice précédent.

Après rajustement pour exclure l'incidence de la dépréciation du dollar américain, les actifs sous gestion et sous administration ont progressé de 26 milliards de dollars ou de 11 % à la faveur de l'ajout, par le groupe Gestion privée, de nouveaux actifs de clients et de l'embellie des marchés boursiers.

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2010

Le revenu net s'est comprimé de 10 millions de dollars ou de 8,8 % depuis le deuxième trimestre. La faible hausse, soit 1 million, du revenu net du groupe Gestion privée, exclusion faite des activités d'assurance, a été plus que contrebalancée par la diminution de 11 millions du revenu net des activités d'assurance qu'a causée l'incidence de variations défavorables des marchés sur les passifs attribuables aux titulaires de police.

Les revenus ont baissé de 14 millions de dollars ou de 2,3 % puisque la hausse des revenus générés par les fonds d'investissement a été plus qu'annulée par le recul de ceux sous forme de commissions des services de courtage et de ceux tirés des activités d'assurance. Les revenus provenant des activités d'assurance ont, dans l'ensemble baissé, car la progression des revenus qu'a engendrée la hausse des primes nettes ayant été plus qu'annulée par l'incidence qu'ont eue les variations défavorables des taux d'intérêt et des marchés boursiers sur les passifs attribuables aux titulaires de police. Le revenu net d'intérêts a augmenté en raison surtout de l'essor des soldes des prêts et des dépôts des services de gestion bancaire privée et de la hausse des marges sur les dépôts de nos services de courtage, lesquels ont bénéficié de la majoration des taux d'intérêt à court terme.

Les frais autres que d'intérêts se sont accrus de 4 millions de dollars ou de 0,8 % en raison essentiellement de l'accroissement de notre personnel de vente puisque nous investissons toujours afin d'assurer la croissance de nos revenus dans l'avenir. Ce facteur a contribué à l'augmentation, depuis le trimestre précédent, de 230 points de base du ratio de productivité avant amortissement, lequel s'est situé à 73,5 %.

Les actifs sous gestion et sous administration se sont repliés de 2 milliards de dollars ou de 0,9 % en raison principalement du manque de tonus des marchés boursiers.

Comparaison des neuf premiers mois de 2010 et des neuf premiers mois de 2009

Le revenu net a augmenté fortement, soit de 86 millions de dollars ou de 34 % depuis un an. Le revenu net du groupe Gestion privée, exclusion faite des activités d'assurance, a été de 217 millions, ayant augmenté de 93 millions ou de 74 %, ce qui est excellent. Le revenu net des activités d'assurances s'est situé à 122 millions, accusant une baisse de 7 millions ou de 5,2 % en regard de la même période de l'exercice précédent. Les résultats d'il y a un an tenaient compte d'une charge de 17 millions de dollars (11 millions après impôts) liée à la décision d'aider certains de nos clients américains à composer avec la mauvaise tenue des marchés financiers en achetant certains titres à enchères qu'ils détenaient ainsi que d'un recouvrement d'impôts sur les bénéfices de périodes antérieures de 23 millions constaté par les activités d'assurance.

Les revenus ont augmenté de 185 millions de dollars ou de 13 % grâce surtout à la croissance de ceux de toutes les unités. Les revenus des activités d'assurance ont augmenté grâce à la hausse des primes nettes, ce qui inclut l'incidence favorable de l'acquisition de BMO Société d'assurance-vie vers la fin du deuxième trimestre de 2009. Ce facteur a été atténué par l'incidence qu'ont eue les variations défavorables des taux d'intérêt et des marchés boursiers sur les passifs attribuables aux titulaires de police. Le revenu net d'intérêts n'a que peu augmenté puisque la croissance des dépôts et des prêts de nos services de courtage et de nos services de gestion bancaire privée a été en grande partie annulée par la contraction des marges des services de courtage. La dépréciation du dollar américain a affaibli les revenus de 30 millions.

Les frais autres que d'intérêts ont monté de 32 millions de dollars ou de 2,8 % en raison surtout de la progression des frais liés aux revenus, ce qui reflète l'amélioration du rendement. L'acquisition de BMO Société d'assurance-vie a accru les frais de 32 millions. Le groupe continue de miser sur une gestion active des dépenses. Le repli du dollar américain a abaissé les frais de 23 millions. Le ratio de productivité avant amortissement, soit 72,2 %, a progressé de 700 points de base depuis la même période de l'exercice précédent.



BMO Marchés des capitaux (BMO MC)


(en millions de
dollars canadiens, Augmentation Augmentation
sauf indication (Diminution) (Diminution)
contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 355 (35) (9 %) (25) (7 %)
Revenu autre que
d'intérêts 326 (242) (43 %) (214) (40 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) 681 (277) (29 %) (239) (26 %)
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 66 29 81 % (1) (1 %)
Frais autres que
d'intérêts 421 (61) (13 %) (47) (10 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices 194 (245) (56 %) (191) (50 %)
Impôts sur les
bénéfices (bic) 64 (65) (52 %) (61) (50 %)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 130 (180) (58 %) (130) (50 %)
----------------------------------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux
acquisitions
(après impôts) 1 1 n.s. 1 n.s.
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 131 (179) (58 %) (129) (50 %)
----------------------------------------------------------------------------

Revenu de produits
de négociation 397 (291) (42 %) (220) (36 %)
Revenu d'Investissements
et services aux
grandes entreprises 284 14 5 % (19) (6 %)
Rendement des capitaux
propres 11,8 % (10,8 %) (13,1 %)
Rendement des capitaux
propres avant
amortissement 11,8 % (10,8 %) (13,1 %)
Levier d'exploitation (16,3 %) n.s. n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement (16,3 %) n.s. n.s.
Ratio de productivité
(bic) 61,9 % 11,6 % 11,0 %
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 61,9 % 11,6 % 11,0 %
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 0,95 % (0,01 %) (0,06 %)
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 148 (14) (8 %) (6) (4 %)
----------------------------------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu total (bic) 230 (24) (10 %) (9) (4 %)
Frais autres que
d'intérêts 171 24 16 % (15) (8 %)
Revenu net 11 (47) (82 %) 8 +100 %
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars américains) 49 (7) (13 %) 4 8 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------



(en millions de
dollars canadiens, Augmentation
sauf indication Cumul (Diminution)
contraire) 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) 1 095 (150) (12 %)
Revenu autre
que d'intérêts 1 350 320 31 %
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) 2 445 170 7 %
Dotation à la provision
pour pertes sur
créances 198 85 77 %
Frais autres
que d'intérêts 1 359 19 1 %
----------------------------------------------------
Revenu avant impôts
sur les bénéfices 888 66 8 %
Impôts sur les bénéfices
(bic) 284 75 35 %
----------------------------------------------------
Revenu net 604 (9) (1 %)
----------------------------------------------------

Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions
(après impôts) 1 1 n.s.
----------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement 605 (8) (1 %)
----------------------------------------------------

Revenu de produits
de négociation 1 541 18 1 %
Revenu d'Investissements
et services aux
grandes entreprises 904 152 20 %
Rendement des capitaux
propres 18,4 % 4,2 %
Rendement des capitaux
propres avant
amortissement 18,4 % 4,2 %
Levier d'exploitation 6,0 % n.s.
Levier d'exploitation
avant amortissement 6,0 % n.s.
Ratio de productivité
(bic) 55,6 % (3,3 %)
Ratio de productivité
avant amortissement
(bic) 55,6 % (3,3 %)
Marge nette d'intérêts
sur l'actif productif
(bic) 0,96 % (0,01 %)
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars) 152 (21) (12 %)
----------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu total (bic) 743 (127) (15 %)
Frais autres que
d'intérêts 518 73 17 %
Revenu net 65 (197) (75 %)
Actif productif moyen
(en milliards de
dollars américains) 47 (10) (17 %)
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------

n.s. - non significatif


Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du troisième trimestre de 2009

Le revenu net s'est élevé à 130 millions de dollars, soit 180 millions ou 58 % de moins que celui d'il y a un an, résultat qui avait alors été fort élevé. Les revenus ont reculé et les dotations à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, ont augmenté. Les frais liés au personnel ont baissé, ce qui reflète le rendement au chapitre des revenus, ce qui a abaissé l'ensemble des frais. Le RCP a été de 11,8 %, comparativement à 22,6 % il y a un an.

Les revenus se sont repliés de 277 millions de dollars ou de 29 %, pour s'établir à 681 millions. Les revenus de négociation ont accusé un recul important en raison de conditions de négociation plus difficiles, ce qui a découlé de l'incidence négative de l'augmentation des écarts de taux, de la baisse des marges sur négociation et de la raréfaction des occasions sur les marchés. Même si les activités de fusion et d'acquisition se sont intensifiées depuis un an, la mauvaise tenue des marchés a aussi contribué à la baisse des revenus tirés des prêts en raison de la diminution du montant des actifs et des activités d'octroi de prêts aux grandes entreprises au Canada et aux Etats-Unis. Les commissions de prise ferme d'actions ont diminué depuis un an alors que celles tirées de la prise ferme de titres d'emprunt n'ont pour ainsi dire pas changé. Le repli du dollar américain a réduit les revenus de 16 millions depuis un an.

Le revenu net d'intérêts a baissé en raison de la diminution du revenu net d'intérêts des services bancaires aux grandes entreprises, leurs actifs ayant été moins élevés, et du fléchissement des revenus provenant de nos secteurs sensibles aux taux d'intérêt, ce qui a été contrebalancé en partie par la progression du revenu net d'intérêts provenant des activités de négociation. La marge nette d'intérêts s'est comprimée de 1 point de base et s'est établie à 0,95 %, ce qui est imputable à la réduction des marges sur les prêts qui a été contrebalancée en partie par l'élargissement des marges dégagées par les actifs détenus à des fins de négociation.

Les frais autres que d'intérêts ont baissé de 61 millions de dollars à cause surtout du recul des coûts de la rémunération variable, ce qui reflète le rendement au chapitre des revenus. Le repli du dollar américain a entraîné une baisse des frais de 9 millions par rapport à il y a un an.

Comparaison du troisième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2010

Le revenu net a fléchi de 130 millions de dollars ou de 50 % en regard de celui du trimestre précédent, lequel avait été fort élevé. Les revenus se sont repliés de 239 millions ou de 26 %, ce qui est imputable à la forte diminution de ceux de négociation, les conditions de négociation ayant été moins propices, mais a été contrebalancé en partie par la hausse des revenus générés par nos secteurs sensibles aux taux d'intérêt et des commissions de prise ferme de titres d'emprunt. Le repli des revenus depuis le deuxième trimestre a découlé de l'incidence négative de l'augmentation des écarts de taux, de la baisse des marges sur négociation et de la raréfaction des occasions sur les marchés. Les revenus générés par les services bancaires aux grandes entreprises et les commissions de prise ferme de titres d'emprunt ont augmenté, alors que les gains sur titres de placement, les commissions de prise ferme d'actions et celles liées aux fusions et acquisitions ont reculé.

Les frais autres que d'intérêts ont baissé de 47 millions de dollars par suite du recul de la rémunération variable, ce qui reflète les résultats obtenus au chapitre des revenus, ainsi que de la diminution des charges au titre des indemnités de licenciement.

Comparaison des neuf premiers mois de 2010 et des neuf premiers mois de 2009

Le revenu net s'est situé à 604 millions de dollars, ayant diminué de 9 millions de dollars. Les revenus ont monté de 170 millions ou de 7,4 %, des gains sur titres de placement ayant été inscrits dans le présent exercice alors que de fortes pertes avaient été constatées à ce chapitre il y a un an par suite de la léthargie qui caractérisait alors les marchés financiers. Les commissions sur fusions et acquisitions et celles de prise ferme de titres d'emprunt se sont renforcées. Par contre, les revenus provenant de nos secteurs sensibles aux taux d'intérêt ont grandement baissé et le revenu net d'intérêts des services bancaires aux grandes entreprises a fléchi car leurs actifs ont régressé. Les revenus de négociation ont également fléchi malgré l'excellent rendement obtenu au cours de la première moitié de l'exercice.

Les dotations à la provision pour pertes sur créances, selon les pertes prévues, ont largement dépassé celles de la même période de l'exercice précédent.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 19 millions de dollars depuis un an, en raison notamment de la montée des coûts de rémunération du personnel, incluant ceux des indemnités de licenciement.



Services d'entreprise, y compris Technologie et opérations

(en millions de
dollars canadiens, Augmentation Augmentation
sauf indication (Diminution) (Diminution)
contraire) T3-2010 c. T3-2009 c. T2-2010
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) (216) 46 18 % (23) (12 %)
Revenu autre que
d'intérêts 47 11 29 % 27 +100 %
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total (bic) (169) 57 26 % 4 2 %
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances (13) (272) (+100 %) (41) (+100 %)
Frais autres que
d'intérêts 44 41 +100 % 35 +100 %
----------------------------------------------------------------------------
Perte avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 200 (288) (59 %) (10) (5 %)
Recouvrement
d'impôts sur les
bénéfices (bic) 184 (37) (16 %) 30 19 %
Part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 19 - - 1 -
----------------------------------------------------------------------------
Perte nette 35 (251) (88 %) (39) (53 %)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu total (bic) (61) (23) (60 %) (42) (+100 %)
Dotation à la
provision pour pertes
sur créances 18 (164) (91 %) (17) (52 %)
Frais autres que
d'intérêts (14) (9) (+100 %) (1) (12 %)
Recouvrement d'impôts
sur les bénéfices (bic) 28 (58) (69 %) 13 87 %
Perte nette 42 (92) (68 %) 12 40 %
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


(en millions de
dollars canadiens, Augmentation
sauf indication Cumul (Diminution)
contraire) 2010 c. cumul 2009
----------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
(bic) (608) 549 (47 %)
Revenu autre que
d'intérêts 137 (231) (63 %)
----------------------------------------------------
Revenu total (bic) (471) 318 40 %
Dotation à la provision
pour pertes sur
créances 130 (616) (83 %)
Frais autres que
d'intérêts 73 (100) (58 %)
----------------------------------------------------
Perte avant impôts
sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 674 (1 034) (61 %)
Recouvrement d'impôts
sur les bénéfices
(bic) 497 (290) (37 %)
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales 56 (1) (3 %)
----------------------------------------------------
Perte nette 233 (745) (76 %)
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------

Etats-Unis - Points
saillants (en millions
de dollars américains,
sauf indication
contraire)

Revenu total (bic) (115) 121 51 %
Dotation à la provision
pour pertes sur créances 160 (407) (72 %)
Frais autres que
d'intérêts (47) (40) (+100 %)
Recouvrement d'impôts
sur les bénéfices (bic) 93 (210) (69 %)
Perte nette 149 (358) (71 %)
----------------------------------------------------
----------------------------------------------------


Services d'entreprise

Les Services d'entreprise sont constitués des unités fonctionnelles qui offrent à l'échelle de l'entreprise une expertise et un soutien en matière de gouvernance dans plusieurs domaines, dont la planification stratégique, la gestion des risques, les finances, le droit et la conformité, les communications et les ressources humaines. Les résultats d'exploitation tiennent compte des revenus et des frais inhérents à certaines activités de titrisation et de gestion de l'actif et du passif, de l'élimination des rajustements sur une bic et de l'incidence de la méthode des pertes prévues que nous utilisons pour calculer les dotations à la provision pour pertes sur créances.

Les écarts entre les dotations à la provision pour pertes sur créances imputées aux groupes d'exploitation clients et calculées selon la méthode des pertes prévues et celles requises pour l'ensemble de l'organisation conformément aux PCGR sont imputés (ou crédités) aux Services d'entreprise.

Technologie et opérations

Le groupe Technologie et opérations (T&O) assure à BMO Groupe financier la prestation de services de gestion, de soutien et de gouvernance en matière de technologie de l'information, de services d'exploitation, d'opérations immobilières et d'impartition. Le groupe axe ses efforts sur les priorités établies à l'échelle de l'organisation afin de maximiser la qualité et l'efficience de l'exploitation et de permettre aux clients de vivre une excellente expérience.

Analyse des résultats financiers

Aux fins de la communication de l'information financière, les résultats d'exploitation de Technologie et opérations sont inclus dans ceux des Services d'entreprise. Cependant, les coûts des services de T&O sont transférés aux groupes d'exploitation clients (Services bancaires PE, groupe Gestion privée et BMO Marchés des capitaux), et seules des sommes peu élevées sont conservées dans les résultats de T&O. Par conséquent, les résultats de la présente section reflètent en grande partie les résultats des activités fonctionnelles susmentionnées.

Les Services d'entreprise ont subi une perte nette de 35 millions de dollars au cours du trimestre, ce qui a découlé de la faiblesse des revenus. Cette perte représente une amélioration de 251 millions en regard de celle d'il y a un an, amélioration résultant essentiellement de la réduction des dotations à la provision pour pertes sur créances. La hausse des revenus a été en grande partie contrebalancée par celle des frais. Les revenus se sont renforcés de 57 millions ou de 26 % en raison principalement du recul du portage négatif de certaines positions de taux d'intérêt d'actifs ou de passifs qu'ont engendré les mesures prises par la direction et des conditions de marché plus stables.

Les frais se sont accrus de 41 millions de dollars, principalement en raison de l'augmentation des sommes consenties aux investissements dans la technologie ainsi que des taxes de vente provinciales et des taxes sur le capital.

Les dotations à la provision pour pertes sur créances imputées aux Services d'entreprise et calculées au moyen de la méthode de constitution des provisions selon les pertes prévues ont baissé de 272 millions de dollars.

La perte nette du trimestre à l'étude a reculé de 39 millions de dollars depuis le deuxième trimestre de 2010 en raison surtout de la baisse des dotations à la provision pour pertes sur créances.

La perte nette des neuf premiers mois de 2010 a été de 233 millions de dollars, ce qui dénote une amélioration de 745 millions depuis un an. Celle-ci a résulté de revenus nettement plus élevés, de la forte réduction des dotations à la provision pour pertes sur créances et de la baisse des frais, baisse engendrée en grande partie par le fait que des charges plus importantes au titre des indemnités de licenciement avaient été constatées en 2009. La progression des revenus a découlé essentiellement des mêmes facteurs que ceux qui sont à l'origine de l'amélioration pour le trimestre à l'étude en regard des trois mêmes mois il y a un an.



Eléments notables

(en millions de dollars
canadiens, sauf
indication contraire) T3-2010 T2-2010 T3-2009 Cumul 2010 Cumul 2009
----------------------------------------------------------------------------

Charges liées à la
détérioration de la
conjoncture des marchés
financiers - - 8 - 471
Impôts sur les bénéfices
connexes - - 3 - 150
----------------------------------------------------------------------------
Incidence nette des
charges liées à
la détérioration de la
conjoncture des marchés
financiers a) - - 5 - 321
----------------------------------------------------------------------------

Charges au titre des
indemnités de licenciement - - - - 118
Impôts sur les bénéfices
connexes - - - - 38
----------------------------------------------------------------------------
Incidence nette des
charges au titre des
indemnités de
licenciement b) - - - - 80
----------------------------------------------------------------------------

Augmentation de la
provision générale - - 60 - 60
Impôts sur les bénéfices
connexes - - 21 - 21
----------------------------------------------------------------------------
Incidence nette de
l'augmentation de la
provision générale c) - - 39 - 39
----------------------------------------------------------------------------
Incidence nette des
éléments notables (a+b+c) - - 44 - 440
----------------------------------------------------------------------------


Eléments notables

Comme nous l'avons précisé dans le Rapport annuel, nous avons choisi de redéfinir les éléments notables de l'exercice 2009. Ceux indiqués pour les trimestres antérieurs reflètent les changements qui ont été apportés.

Troisième trimestre de 2010

Aucune charge liée à la conjoncture des marchés financiers n'est considérée comme un élément notable pour le trimestre écoulé, les montants en cause étant relativement négligeables.

Deuxième trimestre de 2010

Aucune charge liée à la conjoncture des marchés financiers n'était considérée comme un élément notable au deuxième trimestre, les montants en cause ayant été relativement négligeables.

Troisième trimestre de 2009

Le revenu net du troisième trimestre de 2009 avait été réduit par des charges de 68 millions de dollars (44 millions après impôts et 0,08 $ par action) composées d'un montant de 8 millions associé à une entité canadienne de protection de crédit (5 millions après impôts) et d'une hausse de 60 millions (39 millions après impôts) de la provision générale pour pertes sur créances qu'avaient constatée les Services d'entreprise.

Neuf premiers mois de 2010

Aucune charge liée à la conjoncture des marchés financiers n'est considérée comme un élément notable en 2010, les montants en cause étant relativement négligeables.

Neuf premiers mois de 2009

Le revenu net des neuf premiers mois de 2009 avait été réduit par des charges d'un total de 649 millions de dollars (440 millions après impôts et 0,82 $ par action) liées à la conjoncture des marchés financiers et à des indemnités de licenciement et par une hausse de la provision générale pour pertes sur créances. BMO avait constaté des charges liées à la conjoncture des marchés financiers en lien avec une entité canadienne de protection de crédit et se chiffrant à 471 millions (321 millions après impôts). Les Services d'entreprise avaient inscrit des charges de 118 millions (80 millions après impôts) au titre d'indemnités de licenciement ainsi qu'une hausse de 60 millions (39 millions après impôts) de la provision générale pour pertes sur créances.

Les charges de 471 millions de dollars indiquées précédemment avaient réduit le revenu autre que d'intérêts des neuf premiers mois de 2009. Des baisses étaient survenues au chapitre du revenu autre que d'intérêts provenant des activités de négociation (294 millions) et des gains sur titres de placement (177 millions).

Mesures conformes aux PCGR et mesures connexes non conformes aux PCGR utilisées dans le Rapport de gestion



(en millions de dollars
canadiens, sauf
indication contraire) T3-2010 T2-2010 T3-2009 Cumul 2010 Cumul 2009
----------------------------------------------------------------------------
Total des frais autres
que d'intérêts a) 1 898 1 830 1 873 5 567 5 602
Amortissement des actifs
incorporels liés aux
acquisitions (note 1) (9) (8) (11) (26) (34)
----------------------------------------------------------------------------
Frais autres que
d'intérêts avant
amortissement b)
(note 2) 1 889 1 822 1 862 5 541 5 568
----------------------------------------------------------------------------

Revenu net 669 745 557 2 071 1 140
Amortissement des
actifs incorporels
liés aux acquisitions,
déduction faite des
impôts sur les bénéfices 9 7 9 23 27
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net avant
amortissement (note 2) 678 752 566 2 094 1 167
Dividendes sur actions
privilégiées (33) (34) (33) (102) (82)
Charge au titre du
capital (note 2) (487) (454) (454) (1 399) (1 312)
----------------------------------------------------------------------------
Profit économique net
(note 2) 158 264 79 593 (227)
----------------------------------------------------------------------------

Revenu c) 2 907 3 049 2 978 8 981 8 075
Croissance du
revenu (%) d) (2,4) 14,8 8,4 11,2 9,2
Ratio de productivité (%)
((a/c) x 100) 65,3 60,0 62,9 62,0 69,4
Ratio de productivité
avant amortissement (%)
((b/c) x 100) (note 2) 65,0 59,7 62,5 61,7 69,0
Croissance des frais
autres que
d'intérêts (%) e) 1,4 (3,1) 5,1 (0,6) 10,4
Croissance des frais
autres que d'intérêts
avant amortissement (%)
f) (note 2) 1,5 (2,9) 5,1 (0,5) 10,4
Levier d'exploitation (%)
(d-e) (3,8) 17,9 3,3 11,8 (1,2)
Levier d'exploitation
avant amortissement (%)
(d-f) (note 2) (3,9) 17,7 3,3 11,7 (1,2)
RPA (à partir du revenu
net) (en dollars) 1,13 1,26 0,97 3,51 1,97
RPA avant amortissement
(note 1) (à partir du
revenu net avant
amortissement) (en
dollars) (note 2) 1,14 1,28 0,98 3,55 2,01
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Note 1 : L'amortissement d'actifs incorporels non liés à des acquisitions
n'est pas ajouté au revenu net pour déterminer le revenu net avant
amortissement.
Note 2 : Montants ou mesures non conformes aux PCGR.


Mesures non conformes aux PCGR

Pour évaluer ses résultats, BMO utilise à la fois des mesures conformes aux PCGR et certaines mesures non conformes aux PCGR. Les organismes de réglementation du commerce des valeurs mobilières exigent que les entreprises préviennent les lecteurs que les résultats et autres mesures rajustés en fonction de critères autres que les PCGR n'ont pas une signification standard selon les PCGR et sont difficilement comparables avec des mesures similaires qu'utilisent d'autres entreprises. Le tableau ci-dessus rapproche les mesures non conformes aux PCGR, que la direction surveille régulièrement, et leurs équivalents selon les PCGR.

Nous indiquons parfois que certains montants et mesures excluent les effets de ces éléments, mais lorsque nous le faisons, nous indiquons généralement aussi la mesure conforme aux PCGR la plus semblable et donnons des détails sur l'élément de rapprochement. Les montants et mesures établis sur une telle base sont considérés comme utiles puisqu'ils sont susceptibles de mieux refléter les résultats d'exploitation courants ou de contribuer à la compréhension du rendement par les lecteurs. Pour aider ceux-ci, nous présentons également, à la page précédente, un tableau qui résume les éléments notables ayant eu une incidence sur les résultats des périodes indiquées.

Les mesures du revenu net avant amortissement, du ratio de productivité avant amortissement et du levier d'exploitation avant amortissement peuvent faciliter la comparaison de deux périodes où il s'est produit une acquisition, surtout parce que l'amortissement des actifs incorporels liés à l'acquisition peut ne pas avoir été considéré comme une charge pertinente au moment de la décision d'achat. Les mesures du RPA avant amortissement sont aussi fournies parce que les analystes s'y intéressent souvent et que le RPA avant amortissement est utilisé par Thomson First Call pour surveiller les prévisions de résultats faites par des tiers et dont les médias font souvent état. Les mesures avant amortissement ajoutent l'amortissement après impôts des actifs incorporels liés aux acquisitions aux résultats selon les PCGR pour en tirer les mesures du revenu net avant amortissement (et du RPA avant amortissement correspondant) et retranchent l'amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions des frais autres que d'intérêts pour en tirer les mesures de la productivité et du levier d'exploitation avant amortissement.

Le profit économique net est le revenu net avant amortissement attribuable aux actionnaires ordinaires, moins une charge au titre du capital, et constitue une mesure efficace de la valeur économique ajoutée.

RENSEIGNEMENTS A L'INTENTION DES INVESTISSEURS ET DES MEDIAS

Documents destinés aux investisseurs

Les parties intéressées peuvent consulter notre Rapport annuel 2009, le présent communiqué, les présentations qui l'accompagnent et des données financières complémentaires sur notre site au www.bmo.com/relationsinvestisseurs.

Téléconférence et cyberconférence trimestrielles

Les parties intéressées sont également invitées à se joindre à notre téléconférence trimestrielle, le mardi 24 août 2010 à 14 h 00 (HAE). A cette occasion, les hauts dirigeants de BMO commenteront les résultats du trimestre et répondront aux questions des investisseurs. La conférence sera accessible par téléphone, au 416-695-9753 (région de Toronto) ou au 1-888-789-0089 (extérieur de Toronto, sans frais). L'enregistrement de la téléconférence sera accessible jusqu'au lundi 6 décembre 2010, au 416-695-5800 (région de Toronto) ou au 1-800-408-3053 (extérieur de Toronto, sans frais) (code d'accès 7878814).

La cyberconférence trimestrielle sera accessible en direct à l'adresse suivante : www.bmo.com/relationsinvestisseurs. Elle sera accessible en différé sur notre site jusqu'au lundi 6 décembre 2010.



Relations avec les médias

Ralph Marranca, Toronto, ralph.marranca@bmo.com, 416-867-3996
Ronald Monet, Montréal, ronald.monet@bmo.com, 514-877-1873

Relations avec les investisseurs

Viki Lazaris, première vice-présidente, viki.lazaris@bmo.com, 416-867-6656
Steven Bonin, directeur général, steven.bonin@bmo.com, 416-867-5452
Andrew Chin, directeur principal, andrew.chin@bmo.com, 416-867-7019

Chef des finances

Russel Robertson, chef des finances
russ.robertson@bmo.com, 416-867-7360

Secrétaire général

Blair Morrison, premier vice-président, conseil général délégué,
Affaires générales, et secrétaire général
corp.secretary@bmo.com, 416-867-6785


----------------------------------------------------------------------------

Régime de réinvestissement des dividendes Les actionnaires qui désirent
et d'achat d'actions destiné aux obtenir de plus amples
actionnaires renseignements sont priés de
Prix moyen du marché s'adresser à la :
Mai 2010 60,53 $ (59,32 $(i)) Banque de Montréal
Juin 2010 59,81 $ Relations avec les actionnaires
Juillet 2010 62,69 $ Secrétariat général
(i) reflète un escompte de 2 % au titre One First Canadian Place, 21st
du réinvestissement des dividendes Floor
Toronto, Ontario M5X 1A1
Pour obtenir des renseignements sur les Téléphone : 416-867-6785
dividendes ou signaler un Télécopieur : 416-867-6793
changement d'adresse ou un envoi en Courriel : corp.secretary@bmo.com
double, prière de s'adresser à la :
Société de fiducie Computershare du Canada Pour de plus amples informations
100 University Avenue, 9th Floor sur ce rapport, prière de
Toronto, Ontario M5J 2Y1 s'adresser à la :
Téléphone : 1-800-340-5021 (Canada et Banque de Montréal
Etats-Unis) Relations avec les investisseurs
Téléphone : 514-982-7800 (international) P.O. Box 1, One First Canadian
Télécopieur : 1-888-453-0330 (Canada et Place, 18th Floor
Etats-Unis) Toronto, Ontario M5X 1A1
Télécopieur : 416-263-9394 (international)
Courriel : service@computershare.com Pour consulter les
résultats financiers en ligne,
visitez notre site Web,
à l'adresse
www.bmo.com
----------------------------------------------------------------------------

(MD) Marque déposée de la Banque de Montréal

Assemblée annuelle de 2011
La prochaine assemblée annuelle des actionnaires aura lieu
le mardi 22 mars 2011 à Vancouver, en Colombie-Britannique.



Faits saillants

(non vérifié)
(en millions
de dollars
canadiens, sauf
indication
contraire) Pour les périodes de trois mois terminées le
----------------------------------------------------------------------------
Variation
31 30 31 31 31 par rapport
juillet avril janvier octobre juillet au 31 juillet
2010 2010 2010 2009 2009 2009
----------------------------------------------------------------------------
Points
saillants
de l'état
des
résultats
Revenu total 2 907 $ 3 049 $ 3 025 $ 2 989 $ 2 978 $ (2,4)%
Dotation à
la provision
pour pertes
sur créances 214 249 333 386 417 (48,7)
Frais autres
que
d'intérêts 1 898 1 830 1 839 1 779 1 873 1,4
Revenu net 669 745 657 647 557 20,1
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net
par unité
d'exploitation
Services
bancaires
Particuliers
et
entreprises
- Canada 426 $ 395 $ 403 $ 398 $ 362 $ 17,3 %
Services
bancaires
Particuliers
et
entreprises
- Etats-Unis 40 46 51 51 58 (30,9)
Groupe
Gestion
privée 108 118 113 106 113 (5,5)
BMO Marchés
des capitaux 130 260 214 260 310 (58,0)
Services
d'entre-
prise a) (35) (74) (124) (168) (286) 88,0
----------------------------------------------------------------------------
Données
relatives
aux actions
ordinaires
(en dollars)
Résultat
dilué par
action 1,13 $ 1,26 $ 1,12 $ 1,11 $ 0,97 $ 0,16 $
Résultat
dilué par
action
avant
amortis-
sement b) 1,14 1,28 1,13 1,13 0,98 0,16
Dividendes
déclarés
par action 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70 0,00
Valeur
comptable
d'une action 33,13 32,04 32,51 31,95 31,26 1,87
Cours de
clôture de
l'action 62,87 63,09 52,00 50,06 54,02 8,85
Valeur
marchande
globale
des actions
ordinaires
(en
milliards
de dollars) 35,4 35,3 28,9 27,6 29,6 5,8
----------------------------------------------------------------------------


(non vérifié)
(en millions
de dollars
canadiens,
sauf
indication Pour les périodes de
contraire) neuf mois terminées le
--------------------------------------------
Variation
par
rapport
31 31 au 31
juillet juillet juillet
2010 2009 2009
--------------------------------------------
Points
saillants
de l'état
des
résultats
Revenu
total 8 981 $ 8 075 $ 11,2 %
Dotation à
la provision
pour pertes
sur créances 796 1 217 (34,6)
Frais autres
que
d'intérêts 5 567 5 602 (0,6)
Revenu net 2 071 1 140 81,7
--------------------------------------------
Revenu net
par unité
d'exploitation
Services
bancaires
Particuliers
et
entreprises
- Canada 1 224 $ 1 017 $ 20,3 %
Services
bancaires
Particuliers
et
entreprises
- Etats-Unis 137 235 (41,8)
Groupe
Gestion
privée 339 253 33,7
BMO Marchés
des capitaux 604 613 (1,4)
Services
d'entre-
prise a) (233) (978) 76,1
--------------------------------------------
Données
relatives
aux actions
ordinaires
(en dollars)
Résultat
dilué par
action 3,51 $ 1,97 $ 1,54 $
Résultat
dilué par
action
avant
amortis-
sement b) 3,55 2,01 1,54
Dividendes
déclarés
par action 2,10 2,10 0,00
Valeur
comptable
d'une action 33,13 31,26 1,87
Cours de
clôture de
l'action 62,87 54,02 8,85
Valeur
marchande
globale des
actions
ordinaires
(en
milliards
de dollars) 35,4 29,6 5,8
--------------------------------------------



Au
----------------------------------------------------------------------------
Variation
31 30 31 31 31 par rapport
juillet avril janvier octobre juillet au 31 juillet
2010 2010 2010 2009 2009 2009
----------------------------------------------------------------------------
Points
saillants
du bilan
Actif 397 386 $ 390 166 $ 398 623 $ 388 458 $ 415 356 $ (4,3)%
Solde net
des prêts
et
accep-
tations 173 555 169 753 169 588 167 829 173 553 (0,0)
Dépôts 242 791 239 260 240 299 236 156 244 953 (0,9)
Capitaux
propres
attribuables
aux
actionnaires
ordinaires 18 646 17 944 18 054 17 626 17 144 8,8
----------------------------------------------------------------------------

Pour les périodes de trois mois terminées le
----------------------------------------------------------------------------

31 30 31 31 31
juillet avril janvier octobre juillet
2010 2010 2010 2009 2009
----------------------------------------------------------------------------
Mesures et
ratios
financiers
(% sauf
indication
contraire) c)
Rendement
total des
capitaux
propres
annualisé
sur cinq ans 5,6 7,2 3,5 1,8 4,0
Croissance
du résultat
dilué par
action 16,5 +100 +100 4,7 (1,0)
Croissance
du résultat
dilué par
action,
avant
amortis-
sement b) 16,3 +100 +100 4,6 (2,0)
Rendement
des
capitaux
propres 13,7 16,4 14,3 14,0 12,1
Rendement
des
capitaux
propres,
avant
amortis-
sement b) 13,9 16,6 14,4 14,2 12,3
Croissance
du profit
économique
net b) +100 +100 +100 10,4 (35,1)
Levier
d'exploi-
tation (3,8) 17,9 24,0 8,5 3,3
Levier
d'exploi-
tation,
avant
amortis-
sement b) (3,9) 17,7 23,9 8,3 3,3
Croissance
du revenu (2,4) 14,8 23,9 6,3 8,4
Croissance
des frais
autres que
d'intérêts 1,4 (3,1) (0,1) (2,2) 5,1
Croissance
des frais
autres que
d'intérêts,
avant
amortis-
sement b) 1,5 (2,9) 0,0 (2,0) 5,1
Ratio des
frais
autres que
d'intérêts
au revenu 65,3 60,0 60,8 59,5 62,9
Ratio des
frais
autres que
d'intérêts
au revenu,
avant
amortis-
sement b) 65,0 59,7 60,5 59,2 62,5
Dotation à
la provision
pour pertes
sur créances
en
pourcentage
du solde
moyen des
prêts et
acceptations
(annualisée) 0,50 0,59 0,79 0,89 0,94
Solde brut
des prêts
et
acceptations
douteux en
pourcentage
du total
des capitaux
propres et
de la
provision
pour pertes
sur créances 12,81 14,34 13,11 14,06 12,74
Encaisse et
valeurs
mobilières
en
pourcentage
de l'actif
total 34,6 35,8 33,9 31,9 30,0
Ratio du
capital de
première
catégorie 13,55 13,27 12,53 12,24 11,71
Ratio du
capital
total 16,10 15,69 14,82 14,87 14,32
Cote de
crédit d)
DBRS AA AA AA AA AA
Fitch AA- AA- AA- AA- AA-
Moody's Aa2 Aa2 Aa2 Aa1 Aa1
Standard
& Poor's A+ A+ A+ A+ A+
Rendement
total des
capitaux
propres
sur douze
mois 22,4 68,7 67,1 25,1 21,4
Rendement
de l'action 4,45 4,44 5,38 5,59 5,18
Ratio
cours-
bénéfice
(nombre de
fois) 13,6 14,1 13,6 16,3 17,8
Ratio
cours-
valeur
comptable
(nombre de
fois) 1,90 1,97 1,60 1,57 1,73
Profit
(perte)
économique
net (en
millions
de
dollars) b) 158 264 171 159 79
Rendement
de l'actif
moyen 0,67 0,78 0,66 0,63 0,52
Marge nette
d'intérêts
sur l'actif
productif
moyen 1,88 1,88 1,85 1,73 1,74
Revenu autre
que
d'intérêts
en
pourcentage
du revenu
total 46,0 50,1 49,3 51,7 50,8
Ratio des
capitaux
propres à
l'actif 5,3 5,3 5,2 5,2 4,7
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Pour les périodes de
neuf mois terminées le
-----------------------------------
31 31
juillet juillet
2010 2009
-----------------------------------
Mesures et
ratios
financiers
(% sauf
indication
contraire) c)
Rendement
total des
capitaux
propres
annualisé
sur cinq
ans 5,6 4,0
Croissance
du résultat
dilué par
action 78,2 (27,0)
Croissance
du résultat
dilué par
action,
avant
amortis-
sement b) 76,6 (26,9)
Rendement
des
capitaux
propres 14,8 8,5
Rendement
des
capitaux
propres,
avant
amortis-
sement b) 14,9 8,7
Croissance
du profit
économique
net b) +100 (+100)
Levier
d'exploi-
tation 11,8 (1,2)
Levier
d'exploi-
tation,
avant
amortis-
sement b) 11,7 (1,2)
Croissance
du revenu 11,2 9,2
Croissance
des frais
autres que
d'intérêts (0,6) 10,4
Croissance
des frais
autres que
d'intérêts,
avant
amortis-
sement b) (0,5) 10,4
Ratio des
frais
autres que
d'intérêts
au revenu 62,0 69,4
Ratio des
frais
autres que
d'intérêts
au revenu,
avant
amortis-
sement b) 61,7 69,0
Dotation à
la provision
pour pertes
sur créances
en
pourcentage
du solde
moyen des
prêts et
acceptations
(annualisée) 0,62 0,88
Solde brut
des prêts et
acceptations
douteux en
pourcentage
du total
des capitaux
propres et
de la
provision
pour pertes
sur
créances 12,81 12,74
Encaisse et
valeurs
mobilières
en
pourcentage
de l'actif
total 34,6 30,0
Ratio du
capital
de première
catégorie 13,55 11,71
Ratio du
capital
total 16,10 14,32
Cote de
crédit d)
DBRS AA AA
Fitch AA- AA-
Moody's Aa2 Aa1
Standard
& Poor's A+ A+
Rendement
total des
capitaux
propres
sur douze
mois 22,4 21,4
Rendement
de l'action 4,45 5,18
Ratio
cours-
bénéfice
(nombre de
fois) 13,6 17,8
Ratio
cours-valeur
comptable
(nombre de
fois) 1,90 1,73
Profit (perte)
économique
net (en
millions de
dollars) b) 593 (227)
Rendement
de l'actif
moyen 0,70 0,34
Marge nette
d'intérêts
sur l'actif
productif
moyen 1,87 1,60
Revenu autre
que
d'intérêts
en
pourcentage
du revenu
total 48,5 48,9
Ratio des
capitaux
propres
à l'actif 5,3 4,7
-----------------------------------
-----------------------------------

Tous les ratios figurant dans ce rapport ont été établis d'après des
chiffres non arrondis.
a) Les Services d'entreprise comprennent l'unité Technologie et opérations.
b) Se reporter à la section "Mesures non conformes aux PCGR" dans le
Rapport de gestion pour une explication des résultats avant amortissement
et du profit économique net. Les organismes de réglementation du commerce
des valeurs mobilières exigent que les entreprises préviennent les
lecteurs de ces analyses que les résultats et autres mesures rajustés en
fonction de critères autres que les principes comptables généralement
reconnus (PCGR) n'ont pas une signification standard selon les PCGR et
sont difficilement comparables avec des mesures similaires utilisées
par d'autres entreprises.
c) Résultats pour la période terminée à la date indiquée ou situation à
cette date, selon le cas.
d) Se reporter à la section "Cotes de crédit", à la page 18 du Rapport de
gestion, pour une analyse de l'importance de ces cotes de crédit.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.



Etats financiers consolidés intermédiaires

Etat consolidé des résultats

(non vérifié)
(en millions de
dollars canadiens,
sauf indication
contraire) Pour les périodes de trois mois terminées le
----------------------------------------------------------------------------
31 30 31 31 31
juillet avril janvier octobre juillet
2010 2010 2010 2009 2009
----------------------------------------------------------------------------
Revenu d'intérêts,
de dividendes et
de commissions
Prêts 1 845 $ 1 737 $ 1 763 $ 1 835 $ 1 920 $
Valeurs mobilières 543 510 518 448 494
Dépôts à d'autres
banques 18 16 17 19 23
----------------------------------------------------------------------------
2 406 2 263 2 298 2 302 2 437
----------------------------------------------------------------------------
Frais d'intérêts
Dépôts 610 527 559 672 789
Dette subordonnée 30 28 29 32 24
Titres d'une fiducie de
capital et actions
privilégiées 18 19 20 20 20
Passifs divers 177 167 158 136 138
----------------------------------------------------------------------------
835 741 766 860 971
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net
d'intérêts 1 571 1 522 1 532 1 442 1 466
Dotation à la provision
pour pertes sur
créances (note 2) 214 249 333 386 417
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts,
déduction faite de la
dotation à la
provision pour pertes
sur créances 1 357 1 273 1 199 1 056 1 049
----------------------------------------------------------------------------
Revenu autre que
d'intérêts
Commissions et droits
sur titres 258 261 263 250 240
Frais de service -
Dépôts et ordres de
paiement 206 197 200 205 206
Revenus (pertes) de
négociation (1) 213 126 163 273
Commissions sur prêts 148 138 142 149 140
Frais de services de
cartes 67 66 35 29 35
Frais de gestion de
placements et de
garde de titres 90 86 88 87 85
Revenus tirés de fonds
d'investissement 139 134 133 128 119
Revenus de
titrisation 167 151 172 201 202
Commissions de prise
ferme et de consultation 91 97 122 116 101
Gains (pertes) sur
titres, autres que de
négociation 9 54 47 14 (12)
Revenus de change, autres
que de négociation 22 28 21 14 1
Revenus d'assurance 70 86 82 86 85
Autres 70 16 62 105 37
----------------------------------------------------------------------------
1 336 1 527 1 493 1 547 1 512
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts
et revenu autre que
d'intérêts 2 693 2 800 2 692 2 603 2 561
----------------------------------------------------------------------------
Frais autres que
d'intérêts
Rémunération du
personnel (note 8) 1 062 1 071 1 111 1 047 1 122
Bureaux et matériel 337 319 308 302 313
Amortissement des
actifs incorporels 52 55 50 50 48
Déplacements et
expansion des
affaires 85 77 72 81 73
Communications 61 58 50 58 55
Taxes d'affaires et
impôts sur le capital 19 12 11 (3) 19
Honoraires 98 79 77 97 91
Autres 184 159 160 147 162
----------------------------------------------------------------------------
1 898 1 830 1 839 1 779 1 883
----------------------------------------------------------------------------
Reprise au titre de
la restructuration - - - - (10)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant charge
d'impôts sur les
bénéfices et part
des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales 795 970 853 824 688
Charge d'impôts sur
les bénéfices 107 207 177 158 112
----------------------------------------------------------------------------
688 763 676 666 576
Part des actionnaires
sans contrôle dans des
filiales 19 18 19 19 19
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 669 $ 745 $ 657 $ 647 $ 557 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Dividendes sur
actions privilégiées 33 $ 34 $ 35 $ 38 $ 33 $
Résultat net attribuable
aux actionnaires
ordinaires 636 $ 711 $ 622 $ 609 $ 524 $
Nombre moyen d'actions
ordinaires
(en milliers) 561 839 558 320 553 992 550 495 547 134
Nombre moyen d'actions
ordinaires compte tenu
des titres dilutifs
(en milliers) 565 196 561 868 557 311 554 151 549 968
----------------------------------------------------------------------------
Résultat par action
(en dollars canadiens)
(note 12)
De base 1,13 $ 1,27 $ 1,12 $ 1,12 $ 0,97 $
Dilué 1,13 1,26 1,12 1,11 0,97
Dividendes déclarés par
action ordinaire 0,70 0,70 0,70 0,70 0,70
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
(non vérifié) (en
millions de dollars
canadiens, sauf
indication Pour les périodes de
contraire) neuf mois terminées le
-------------------------------------------
31 31
juillet juillet
2010 2009
-------------------------------------------
Revenu d'intérêts,
de dividendes et de
commissions
Prêts 5 345 $ 6 125 $
Valeurs mobilières 1 571 1 979
Dépôts à d'autres
banques 51 167
-------------------------------------------
6 967 8 271
-------------------------------------------
Frais d'intérêts
Dépôts 1 696 3 369
Dette subordonnée 87 103
Titres d'une fiducie
de capital et actions
privilégiées 57 60
Passifs divers 502 611
-------------------------------------------
2 342 4 143
-------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 4 625 4 128
Dotation à la provision
pour pertes sur créances
(note 2) 796 1 217
-------------------------------------------
Revenu net d'intérêts,
déduction faite de la
dotation à la provision
pour pertes sur créances 3 829 2 911
-------------------------------------------
Revenu autre que
d'intérêts
Commissions et droits
sur titres 782 723
Frais de service -
Dépôts et ordres de
paiement 603 615
Revenus (pertes) de
négociation 338 560
Commissions sur
prêts 428 407
Frais de services de
cartes 168 92
Frais de gestion de
placements et de
garde de titres 264 257
Revenus tirés de
fonds
d'investissement 406 339
Revenus de
titrisation 490 728
Commissions de prise
ferme et de
consultation 310 281
Gains (pertes) sur
titres, autres que
de négociation 110 (368)
Revenus de change,
autres que de
négociation 71 39
Revenus d'assurance 238 209
Autres 148 65
-------------------------------------------
4 356 3 947
-------------------------------------------
Revenu net
d'intérêts et
revenu autre que
d'intérêts 8 185 6 858
-------------------------------------------
Frais autres que
d'intérêts
Rémunération du
personnel (note 8) 3 244 3 338
Bureaux et matériel 964 979
Amortissement des
actifs incorporels 157 153
Déplacements et
expansion des
affaires 234 228
Communications 169 163
Taxes d'affaires et
impôts sur le
capital 42 47
Honoraires 254 265
Autres 503 439
-------------------------------------------
5 567 5 612
-------------------------------------------
Reprise au titre de
la restructuration - (10)
-------------------------------------------
Revenu avant charge
d'impôts sur les
bénéfices et part
des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales 2 618 1 256
Charge d'impôts sur
les bénéfices 491 59
-------------------------------------------
2 127 1 197
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales 56 57
-------------------------------------------
Revenu net 2 071 $ 1 140 $
-------------------------------------------
-------------------------------------------

Dividendes sur
actions privilégiées 102 $ 82 $
Résultat net
attribuable aux
actionnaires
ordinaires 1 969 $ 1 058 $
Nombre moyen
d'actions
ordinaires (en
milliers) 558 047 536 855
Nombre moyen
d'actions
ordinaires compte
tenu des titres
dilutifs (en
milliers) 561 454 538 332
-------------------------------------------
Résultat par action
(en dollars
canadiens)
(note 12)
De base 3,53 $ 1,97 $
Dilué 3,51 1,97
Dividendes déclarés
par action
ordinaire 2,10 2,10
-------------------------------------------
-------------------------------------------
Les notes afférentes aux états financiers consolidés
intermédiaires en font partie intégrante.



Etats financiers consolidés intermédiaires

Bilan consolidé

(non vérifié)
(en millions de
dollars canadiens) Au
----------------------------------------------------------------------------
31 30 31 31 31
juillet avril janvier octobre juillet
2010 2010 2010 2009 2009
----------------------------------------------------------------------------
Actif
Trésorerie et
équivalents de
trésorerie 15 083 $ 13 623 $ 12 341 $ 9 955 $ 10 758 $
----------------------------------------------------------------------------
Dépôts productifs
d'intérêts à
d'autres banques 3 121 2 741 3 563 3 340 3 809
----------------------------------------------------------------------------
Valeurs mobilières
Titres de négociation 66 300 70 978 64 874 59 071 66 152
Titres disponibles à
la vente 51 899 50 886 52 644 50 257 42 559
Titres divers 1 151 1 534 1 552 1 485 1 436
----------------------------------------------------------------------------
119 350 123 398 119 070 110 813 110 147
----------------------------------------------------------------------------
Titres pris en
pension ou empruntés 24 317 25 053 34 498 36 006 45 250
----------------------------------------------------------------------------
Prêts
Prêts hypothécaires
à l'habitation 47 097 46 671 46 535 45 524 48 760
Prêts à tempérament
et autres prêts aux
particuliers 49 741 47 774 46 813 45 824 44 466
Prêts sur cartes de
crédit 3 304 3 318 3 324 2 574 2 383
Prêts aux
entreprises et aux
administrations
publiques 68 407 66 894 67 690 68 169 70 705
----------------------------------------------------------------------------
168 549 164 657 164 362 162 091 166 314
Engagements de
clients aux termes
d'acceptations 6 885 6 981 7 169 7 640 9 042
Provision pour
pertes sur créances
(note 2) (1 879) (1 885) (1 943) (1 902) (1 803)
----------------------------------------------------------------------------
173 555 169 753 169 588 167 829 173 553
----------------------------------------------------------------------------
Autres actifs
Instruments dérivés 47 947 41 469 45 702 47 898 59 580
Bureaux et matériel 1 565 1 552 1 628 1 634 1 642
Ecarts d'acquisition 1 627 1 609 1 584 1 569 1 551
Actifs incorporels 748 749 712 660 647
Actifs divers 10 073 10 219 9 937 8 754 8 419
----------------------------------------------------------------------------
61 960 55 598 59 563 60 515 71 839
----------------------------------------------------------------------------
Total de l'actif 397 386 $ 390 166 $ 398 623 $ 388 458 $ 415 356 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passif et capitaux
propres
Dépôts
Banques 19 262 $ 24 399 $ 22 318 $ 22 973 $ 23 211 $
Entreprises et
administrations
publiques 123 882 115 251 119 568 113 738 122 269
Particuliers 99 647 99 610 98 413 99 445 99 473
----------------------------------------------------------------------------
242 791 239 260 240 299 236 156 244 953
----------------------------------------------------------------------------
Autres passifs
Instruments dérivés 45 110 39 523 42 867 44 765 58 570
Acceptations 6 885 6 981 7 169 7 640 9 042
Titres vendus
à découvert 18 424 16 475 15 953 12 064 12 717
Titres mis en pension
ou prêtés 42 237 46 323 50 226 46 312 48 816
Passifs divers 16 175 16 257 16 592 15 938 16 144
----------------------------------------------------------------------------
128 831 125 559 132 807 126 719 145 289
----------------------------------------------------------------------------
Dette subordonnée
(note 9) 3 747 3 682 3 742 4 236 4 249
----------------------------------------------------------------------------
Titres d'une
fiducie de capital
(note 10) 800 1 150 1 150 1 150 1 150
----------------------------------------------------------------------------
Capitaux propres
Capital-actions
(note 11) 9 311 9 161 8 939 8 769 8 626
Surplus d'apport 90 88 89 79 78
Bénéfices non
répartis 12 539 12 299 11 981 11 748 11 525
Cumul des autres
éléments de la
perte étendue (723) (1 033) (384) (399) (514)
----------------------------------------------------------------------------
21 217 20 515 20 625 20 197 19 715
----------------------------------------------------------------------------
Total du passif et
des capitaux propres 397 386 $ 390 166 $ 398 623 $ 388 458 $ 415 356 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Les notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires en font
partie intégrante.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.


Etats financiers consolidés intermédiaires

Etat consolidé du résultat étendu (de la perte étendue)

(non vérifié) Pour les périodes Pour les périodes
(en millions de de trois mois de neuf mois
dollars canadiens) terminées le terminées le
----------------------------------------------------------------------------
31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 669 $ 557 $ 2 071 $ 1 140 $
Autres éléments du
résultat étendu
Variation nette des
gains (pertes) non
réalisés sur les
titres disponibles
à la vente 39 107 (64) 354
Variation nette des
gains (pertes) non
réalisés sur les
couvertures de flux
de trésorerie 217 (363) (54) (144)
Gain net (perte)
provenant de la
conversion du montant
net des
investissements dans
des établissements
à l'étranger 54 (423) (206) (473)
----------------------------------------------------------------------------
Total du résultat
étendu (de la perte
étendue) 979 $ (122)$ 1 747 $ 877 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Etat consolidé de la variation des capitaux propres

(non vérifié) Pour les périodes Pour les périodes
(en millions de de trois mois de neuf mois
dollars canadiens) terminées le terminées le
----------------------------------------------------------------------------
31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Actions privilégiées
Solde au début de la
période 2 571 $ 2 171 $ 2 571 $ 1 746 $
Actions émises au
cours de la période
(note 11) - 400 - 825
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période 2 571 2 571 2 571 2 571
----------------------------------------------------------------------------
Actions ordinaires
Solde au début de la
période 6 590 5 928 6 198 4 773
Actions émises au
cours de la période
(note 11) - - - 1 000
Actions émises en
vertu du régime de
réinvestissement de
dividendes et d'achat
d'actions destiné aux
actionnaires 124 93 381 231
Actions émises en
vertu du régime
d'options sur actions 26 34 161 51
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période 6 740 6 055 6 740 6 055
----------------------------------------------------------------------------
Surplus d'apport
Solde au début de la
période 88 77 79 69
Frais liés aux options
sur actions 2 1 11 7
Prime sur les actions
autodétenues - - - 2
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période 90 78 90 78
----------------------------------------------------------------------------
Bénéfices non répartis
Solde au début de la
période 12 299 11 391 11 748 11 632
Revenu net 669 557 2 071 1 140
Dividendes
- Actions privilégiées (33) (33) (102) (82)
- Actions ordinaires (393) (384) (1 175) (1 144)
Frais d'émission
d'actions (3) (6) (3) (32)
Actions autodétenues - - - 11
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période 12 539 11 525 12 539 11 525
----------------------------------------------------------------------------
Cumul des autres
éléments du résultat
étendu attribuable
aux titres disponibles
à la vente
Solde au début de la
période 377 173 480 (74)
Gains (pertes) non
réalisés sur les
titres disponibles
à la vente survenus au
cours de la période
(déduction faite
(d'une charge) d'un
recouvrement d'impôts
sur les bénéfices de
(19)$, (43)$, 7 $ et
(161)$) 36 111 (12) 278
Reclassement des (gains)
pertes dans le résultat
au cours de la période
(déduction faite
(d'une charge) d'un
recouvrement d'impôts
sur les bénéfices de
(1)$, 2 $, 23 $ et
(31)$) 3 (4) (52) 76
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période 416 280 416 280
----------------------------------------------------------------------------
Cumul des autres
éléments du résultat
étendu (de la perte
étendue) attribuable
aux couvertures de
flux de trésorerie
Solde au début de la
période (257) 477 14 258
Gains (pertes) sur
couvertures de flux
de trésorerie survenus
au cours de la période
(déduction faite
(d'une charge) d'un
recouvrement d'impôts
sur les bénéfices de
(124)$, 125$, (15)$ et
33 $) 261 (305) 29 (92)
Reclassement des gains
sur couvertures de flux
de trésorerie dans le
résultat (déduction
faite d'un recouvrement
d'impôts sur les
bénéfices de 20 $,
28 $, 38 $ et 26 $) (44) (58) (83) (52)
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période (40) 114 (40) 114
----------------------------------------------------------------------------
Cumul des autres
éléments de la perte
étendue attribuable
à la conversion du
montant net des
investissements dans
des établissements à
l'étranger
Solde au début de la
période (1 153) (485) (893) (435)
Gain (perte) non réalisé
provenant de la
conversion du montant
net des investissements
dans des établissements
à l'étranger 157 (1 238) (628) (1 373)
Incidence de la
couverture du gain (de
la perte) non réalisé
provenant de la
conversion du montant
net des investissements
dans des établissements
à l'étranger (déduction
faite (d'une charge)
d'un recouvrement
d'impôts sur les
bénéfices de 45 $,
(356)$, (175)$ et
(394)$) (103) 815 422 900
----------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de la
période (1 099) (908) (1 099) (908)
----------------------------------------------------------------------------
Cumul total des autres
éléments de la perte
étendue (723) (514) (723) (514)
----------------------------------------------------------------------------
Total des capitaux
propres 21 217 $ 19 715 $ 21 217 $ 19 715 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Les notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires en font
partie intégrante.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.


Etats financiers consolidés intermédiaires

Etat consolidé des flux de trésorerie

(non vérifié) Pour les périodes Pour les périodes
(en millions de de trois mois de neuf mois
dollars canadiens) terminées le terminées le
----------------------------------------------------------------------------
31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie
liés aux activités
d'exploitation
Revenu net 669 $ 557 $ 2 071 $ 1 140 $
Rajustements en vue
de déterminer les
flux de trésorerie
nets provenant des
(affectés aux)
activités
d'exploitation
Réduction de valeur
pour dépréciation
de titres, autres
que de négociation 8 24 36 282
Perte (gain net)
sur titres, autres
que de négociation (17) (12) (146) 86
(Augmentation)
diminution nette
des titres de
négociation 4 926 (4 423) (8 140) (2 329)
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 214 417 796 1 217
(Gain) à la vente de
prêts titrisés
(note 3) (127) (164) (374) (554)
Variation des
instruments dérivés
- (Augmentation)
diminution des
actifs dérivés (6 738) 14 656 (1 266) 2 233
- Augmentation
(diminution) des
passifs dérivés 5 509 (11 643) 1 976 4 294
Amortissement des
bureaux et du
matériel 66 79 195 209
Amortissement des
actifs incorporels 52 48 157 153
(Augmentation)
diminution nette de
l'actif d'impôts
futurs (93) (73) 1 (161)
(Augmentation)
diminution nette de
l'actif d'impôts
exigibles 225 317 (838) 507
Variation des intérêts
courus
- Diminution des
intérêts à recevoir 124 239 73 537
- Augmentation
(diminution) des
intérêts à payer 33 (237) (176) (421)
Variation nette des
autres éléments et
charges à payer 1 262 1 539 171 (346)
(Gain) à la vente de
terrains et de
bâtiments - (1) (4) (6)
----------------------------------------------------------------------------
Montant net des flux
de trésorerie
provenant des (affecté
aux) activités
d'exploitation 6 113 1 323 (5 468) 6 841
----------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés
aux activités de
financement
Augmentation
(diminution) nette des
dépôts 2 644 7 845 9 957 (1 599)
Augmentation
(diminution) nette des
titres vendus à
découvert 1 877 (1 094) 6 608 (5 786)
Augmentation
(diminution) nette des
titres mis en pension
ou prêtés (4 226) 5 144 (2 895) 20 063
Augmentation
(diminution) nette du
passif des filiales 25 (1) 25 (114)
Remboursement de la
dette subordonnée
(note 9) - - (500) (140)
Rachat d'actions
privilégiées classées
dans le passif
(note 11) - - - (250)
Produit de l'émission
d'actions privilégiées
(note 11) - 400 - 825
Produit de l'émission
d'actions ordinaires
(note 11) 27 34 165 1 051
Rachat de titres d'une
fiducie de capital
(note 10) (350) - (350) -
Frais d'émission
d'actions (3) (6) (3) (32)
Dividendes en espèces
versés (303) (324) (900) (995)
----------------------------------------------------------------------------
Montant net des flux
de trésorerie
provenant des (affecté
aux) activités de
financement (309) 11 998 12 107 13 023
----------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés
aux activités
d'investissement
(Augmentation)
diminution nette des
dépôts productifs
d'intérêts à d'autres
banques (206) (129) 477 8 187
Achats de titres, autres
que de négociation (6 308) (6 337) (21 716) (30 664)
Echéances de titres,
autres que de
négociation 1 698 2 907 6 300 9 060
Produit de la vente de
titres, autres que de
négociation 4 421 2 453 14 554 13 726
(Augmentation) nette
des prêts (6 303) (2 272) (13 387) (2 354)
Produit de la
titrisation de prêts
(note 3) 1 691 417 3 534 5 998
(Augmentation)
diminution nette des
titres pris en pension
ou empruntés 805 (8 914) 10 549 (20 261)
Produit de la vente de
terrains et de
bâtiments - 1 5 12
Bureaux et matériel -
achats nets (70) (78) (140) (165)
Logiciels achetés et
développés - achats
nets (45) (52) (166) (140)
Acquisitions (note 7) (107) - (1 029) (316)
----------------------------------------------------------------------------
Montant net des flux
de trésorerie (affecté
aux) activités
d'investissement (4 424) (12 004) (1 019) (16 917)
----------------------------------------------------------------------------
Incidence des variations
du taux de change sur
la trésorerie et les
équivalents de
trésorerie 80 (806) (492) (1 323)
----------------------------------------------------------------------------
Augmentation nette de
la trésorerie et des
équivalents de
trésorerie 1 460 511 5 128 1 624
Trésorerie et
équivalents de
trésorerie au début
de la période 13 623 10 247 9 955 9 134
----------------------------------------------------------------------------
Trésorerie et
équivalents de
trésorerie à la fin
de la période 15 083 $ 10 758 $ 15 083 $ 10 758 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Composition :
Trésorerie et dépôts non
productifs d'intérêts à
la Banque du Canada et
à d'autres banques 14 102 9 541 14 102 9 541
Chèques et autres effets
en transit, montant net 981 1 217 981 1 217
----------------------------------------------------------------------------
15 083 $ 10 758 $ 15 083 $ 10 758 $
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Autres renseignements
sur les flux de
trésorerie
Intérêts versés au cours
de la période 803 $ 1 226 $ 2 529 $ 4 578 $
Impôts sur les bénéfices
payés (recouvrés) au
cours de la période 85 $ (243)$ 1 153 $ (249)$
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Les notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires en font
partie intégrante.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.

Notes afférentes aux états financiers consolidés
31 juillet 2010 (non vérifié)
----------------------------------------------------------------------------


Note 1 : Normes de présentation

Les présents états financiers consolidés intermédiaires doivent être lus en tenant compte des notes afférentes à nos états financiers consolidés annuels de l'exercice terminé le 31 octobre 2009, telles qu'elles figurent aux pages 114 à 164 de notre Rapport annuel 2009. Les présents états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés en conformité avec les principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada, selon les mêmes conventions comptables et méthodes de calcul que celles utilisées pour nos états financiers consolidés annuels de l'exercice terminé le 31 octobre 2009, et comprennent tous les rajustements normaux et récurrents qui, de l'avis de la direction, sont essentiels à la présentation fidèle des résultats des périodes présentées.

Note 2 : Provision pour pertes sur créances

La provision pour pertes sur créances inscrite à notre bilan consolidé est maintenue à un montant que nous considérons adéquat pour éponger les pertes sur créances liées à nos prêts, aux engagements de clients aux termes d'acceptations et à nos autres instruments de crédit. La portion liée aux autres instruments de crédit est comptabilisée dans les passifs divers inscrits à notre bilan consolidé. Au 31 juillet 2010 et au 31 juillet 2009, aucune provision pour pertes sur créances liée aux autres instruments de crédit n'était comptabilisée dans les passifs divers.

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de notre provision pour pertes sur créances :



(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
Prêts sur cartes de
crédit, prêts à Prêts aux
tempérament et entreprises et aux
Prêts hypothécaires autres prêts aux administrations
à l'habitation particuliers 1) publiques 1)
----------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes de 31 31 31 31 31 31
trois mois juillet juillet juillet juillet juillet juillet
terminées le 2010 2009 2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Provision spécifique
au début de la
période 39 21 54 43 491 447
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 2 8 144 163 68 181
Recouvrements - - 33 27 12 8
Radiations (3) - (184) (188) (93) (187)
Ecarts de change et
autres - - - - 4 (28)
----------------------------------------------------------------------------
Provision spécifique
à la fin de la
période 38 29 47 45 482 421
----------------------------------------------------------------------------
Provision générale
au début de la
période 20 21 314 236 912 1 009
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 2 (2) 24 11 (21) 45
Ecarts de change et
autres - - - - 11 (71)
----------------------------------------------------------------------------
Provision générale à
la fin de la
période 22 19 338 247 902 983
----------------------------------------------------------------------------
Provision totale 60 48 385 292 1 384 1 404
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


--------------------------------------------------------
Engagements
de clients aux
termes
d'acceptations Total
--------------------------------------------------------
Pour les périodes de 31 31 31 31
trois mois juillet juillet juillet juillet
terminées le 2010 2009 2010 2009
--------------------------------------------------------
Provision spécifique
au début de la
période 10 - 594 511
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances - 5 214 357
Recouvrements - - 45 35
Radiations - - (280) (375)
Ecarts de change et
autres - - 4 (28)
--------------------------------------------------------
Provision spécifique
à la fin de la
période 10 5 577 500
--------------------------------------------------------
Provision générale
au début de la
période 45 48 1 291 1 314
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances (5) 6 - 60
Ecarts de change et
autres - - 11 (71)
--------------------------------------------------------
Provision générale à
la fin de la
période 40 54 1 302 1 303
--------------------------------------------------------
Provision totale 50 59 1 879 1 803
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------


----------------------------------------------------------------------------
Prêts sur cartes de
crédit, prêts à Prêts aux
tempérament et entreprises et aux
Prêts hypothécaires autres prêts aux administrations
à l'habitation particuliers 1) publiques 1)
----------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes 31 31 31 31 31 31
de neuf mois juillet juillet juillet juillet juillet juillet
terminées le 2010 2009 2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Provision spécifique
au début de la
période 33 13 51 2 507 411
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 12 17 473 461 306 674
Recouvrements - - 96 77 35 26
Radiations (7) (1) (573) (495) (344) (661)
Ecarts de change et
autres - - - - (22) (29)
----------------------------------------------------------------------------
Provision spécifique
à la fin de la
période 38 29 47 45 482 421
----------------------------------------------------------------------------
Provision générale
au début de la
période 18 8 266 242 968 1 030
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 4 11 48 5 (38) 31
Ecarts de change et
autres - - 24 - (28) (78)
----------------------------------------------------------------------------
Provision générale à
la fin de la
période 22 19 338 247 902 983
----------------------------------------------------------------------------
Provision totale 60 48 385 292 1 384 1 404
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


--------------------------------------------------------
Engagements
de clients aux
termes
d'acceptations Total
--------------------------------------------------------
Pour les périodes 31 31 31 31
de neuf mois juillet juillet juillet juillet
terminées le 2010 2009 2010 2009
--------------------------------------------------------
Provision spécifique
au début de la
période 5 - 596 426
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 5 5 796 1 157
Recouvrements - - 131 103
Radiations - - (924) (1 157)
Ecarts de change et
autres - - (22) (29)
--------------------------------------------------------
Provision spécifique
à la fin de la
période 10 5 577 500
--------------------------------------------------------

Provision générale
au début de la
période 54 41 1 306 1 321
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances (14) 13 - 60
Ecarts de change et
autres - - (4) (78)
--------------------------------------------------------
Provision générale à
la fin de la
période 40 54 1 302 1 303
--------------------------------------------------------
Provision totale 50 59 1 879 1 803
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------

1) Au 31 juillet 2010, les prêts sur cartes de crédit, prêts à
tempérament et autres prêts aux particuliers de même que les
prêts aux entreprises et aux administrations publiques
comprenaient 23 millions de dollars et 9 millions de dollars,
respectivement, au titre de l'acquisition du montant net des
sommes à recouvrer auprès des titulaires de cartes de la
franchise nord-américaine de Diners Club (se reporter
à la note 7).

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de
la présentation adoptée pour la période à l'étude.


Note 3 : Titrisation

Les tableaux suivants résument nos activités de titrisation relatives à nos actifs et leur incidence sur notre état consolidé des résultats, pour les périodes de trois mois et de neuf mois terminées le 31 juillet 2010 et 2009 :




(en millions de dollars canadiens)
---------------------------------------------------------------------------
Prêts Prêts
hypothécaires sur cartes
à l'habitation de crédit Total
---------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes 31 31 31 31 31 31
de trois mois juillet juillet juillet juillet juillet juillet
terminées le 2010 2009 2010 2009 2010 2009
---------------------------------------------------------------------------
Produit net en
espèces 1) 1 677 417 - - 1 677 417
Prix d'achat
différé 51 14 - - 51 14
Passif de gestion (11) (1) - - (11) (1)
---------------------------------------------------------------------------
1 717 430 - - 1 717 430
Prêts vendus 1 697 415 - - 1 697 415
---------------------------------------------------------------------------
Gain à la vente de prêts
provenant de nouvelles
opérations de titrisation 20 15 - - 20 15
---------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------
Gain à la vente de prêts
vendus à des entités de
titrisation à
rechargement 14 33 93 116 107 149
---------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------


Prêts Prêts
hypothécaires sur cartes
à l'habitation de crédit Total
---------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes 31 31 31 31 31 31
de neuf mois juillet juillet juillet juillet juillet juillet
terminées le 2010 2009 2010 2009 2010 2009
---------------------------------------------------------------------------
Produit net en
espèces 1) 3 500 5 966 - - 3 500 5 966
Prix d'achat
différé 135 161 - - 135 161
Passif de gestion (25) (25) - - (25) (25)
---------------------------------------------------------------------------
3 610 6 102 - - 3 610 6 102
Prêts vendus 3 554 6 025 - - 3 554 6 025
---------------------------------------------------------------------------
Gain à la vente de prêts
provenant de nouvelles
opérations de titrisation 56 77 - - 56 77
---------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------
Gain à la vente de prêts
vendus à des entités de
titrisation à
rechargement 44 124 274 353 318 477
---------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------
1) Le produit net en espèces représente le produit en espèces, déduction
faite des frais d'émission.

Les moyennes pondérées des hypothèses clés utilisées pour évaluer le prix
d'achat différé de ces opérations de titrisation sont les suivantes :

---------------------------------------------------------------------------
Prêts Prêts
hypothécaires sur cartes
à l'habitation de crédit 1)
---------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes de trois 31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
mois terminées le 2010 2009 2010 2009
---------------------------------------------------------------------------
Durée de vie moyenne
pondérée (en années) 4,16 3,48 1,00 0,99
Taux de remboursement
anticipé (%) 18,70 14,60 35,58 35,63
Taux d'intérêt (%) 3,85 4,60 21,39 21,85
Pertes prévues sur créances
(%) 2) - - 4,40 4,44
Taux d'actualisation (%) 2,42 6,35 9,49 9,22
---------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------


Prêts Prêts
hypothécaires sur cartes
à l'habitation de crédit 1)
---------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes de neuf 31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
mois terminées le 2010 2009 2010 2009
---------------------------------------------------------------------------
Durée de vie moyenne
pondérée (en années) 4,47 3,41 1,00 1,00
Taux de remboursement
anticipé (%) 17,21 21,45 35,42 36,32
Taux d'intérêt (%) 4,01 4,44 21,35 21,64
Pertes prévues sur créances
(%) 2) - - 4,40 4,44
Taux d'actualisation (%) 2,61 4,15 9,27 9,94
---------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------
1) Il n'y a pas eu d'opérations de titrisation de prêts sur cartes de
crédit au cours des périodes de trois mois et de neuf mois terminées
le 31 juillet 2010 et 2009.
2) Comme les prêts hypothécaires à l'habitation sont entièrement
garantis, il n'y a pas de pertes prévues sur créances.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.


Note 4 : Entités à détenteurs de droits variables

L'actif total dans nos entités à détenteurs de droits variables (EDDV) et notre risque de perte sont résumés dans le tableau suivant. Pour obtenir de plus amples renseignements sur nos EDDV, il y a lieu de se reporter à la note 9 aux pages 127 à 129 de notre Rapport annuel 2009.



(en millions de dollars canadiens) 31 juillet 2010
----------------------------------------------------------------------------
Actif
Risque de perte total
--------------------------------------------------------------
Facilités
Facilités utilisées
non et prêts Titres Actifs
utilisées 1) accordés 2) détenus dérivés Total
----------------------------------------------------------------------------
EDDV non
consolidées
dans
lesquelles
nous
détenons
d'importants
droits
variables
Entités de
titrisation
canadiennes
des clients 3) 3 848 - 186 21 4 055 3 983
Entité de
titrisation
américaine
des clients 4 143 301 - 7 4 451 4 227
Entités de
titrisation
de la
Banque 3) 5 100 - 584 86 5 770 9 469
Entités de
protection de
crédit -
Apex 4)5) 1 030 - 1 020 786 2 836 2 204
Entités de
gestion de
placements
structurés 6) 194 5 631 - 22 5 847 5 607
Entités à
financement
structuré s.o. s.o. 3 048 - 3 048 4 002
Fiducies de
capital et de
financement 43 12 2 - 57 1 265
----------------------------------------------------------------------------
Total 14 358 5 944 4 840 922 26 064 30 757
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
EDDV
consolidées
Entités de
titrisation
canadiennes
des clients 3)7) 334 - 328 - 662 328
Entités à
financement
structuré s.o. s.o. 34 - 34 34
Fiducies de
capital et de
financement 6 009 4 991 740 56 11 796 7 625
----------------------------------------------------------------------------
Total 6 343 4 991 1 102 56 12 492 7 987
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


(en millions de dollars canadiens) 31 octobre 2009
----------------------------------------------------------------------------
Actif
Risque de perte total
--------------------------------------------------------------
Facilités
Facilités utilisées
non et prêts Titres Actifs
utilisées 1) accordés 2) détenus dérivés Total
----------------------------------------------------------------------------
EDDV non
consolidées
dans
lesquelles
nous détenons
d'importants
droits
variables
Entités de
titrisation
canadiennes
des clients 3) 5 819 - 328 44 6 191 5 674
Entité de
titrisation
américaine
des clients 6 214 158 - 2 6 374 4 943
Entités de
titrisation de
la Banque 3) 5 100 - 625 94 5 819 9 719
Entités de
protection de
crédit -
Apex 4)5) 918 112 833 1 236 3 099 2 322
Entités de
gestion de
placements
structurés 6) 247 7 230 - 12 7 489 6 968
Entités à
financement
structuré s.o. s.o. 1 762 - 1 762 2 451
Fiducies de
capital et de
financement 43 12 2 - 57 1 270
----------------------------------------------------------------------------
Total 18 341 7 512 3 550 1 388 30 791 33 347
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
EDDV consolidées
Entités de
titrisation
canadiennes
des clients 3)7) 733 - 719 - 1 452 719
Entités à
financement
structuré s.o. s.o. 54 - 54 54
Fiducies de
capital et de
financement 9 013 1 987 880 45 11 925 5 190
----------------------------------------------------------------------------
Total 9 746 1 987 1 653 45 13 431 5 963
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
1) Ces facilités comprennent les facilités de financement de premier rang
qui ont été fournies à notre entité de protection de crédit et à nos
entités de gestion de placements structurés ainsi que les concours de
trésorerie accordés à nos entités de titrisation canadiennes des clients
et à notre entité de titrisation américaine des clients. Aucun concours
de trésorerie ne visait un soutien de crédit à nos entités de
titrisation canadiennes des clients au 31 juillet 2010 et au 31
octobre 2009. La section ci-après traite des concours de trésorerie
accordés à notre entité de titrisation américaine, qui comprennent un
soutien au crédit.
2) Les montants en cours sur les concours de trésorerie et les facilités
de financement de premier rang sont classés dans les prêts aux
entreprises et aux administrations publiques.
3) Les titres détenus dans nos entités de titrisation de la Banque
sont constitués de 40 millions de dollars de papier commercial
(55 millions en 2009) classé dans les titres de négociation, ainsi que
d'un prix d'achat différé de 272 millions (293 millions en 2009) et de
titres adossés à des actifs de 272 millions (277 millions en 2009)
qui sont classés dans les titres disponibles à la vente. Les titres
détenus dans nos entités de titrisation canadiennes des clients sont
constitués de papier commercial et sont classés dans les titres de
négociation. Les actifs détenus par toutes ces entités sont situés au
Canada.
4) Les instruments dérivés conclus avec cette entité sont classés comme
instruments de négociation. Les variations de leur juste valeur sont
contrebalancées par les instruments dérivés conclus avec des
contreparties indépendantes, instruments qui, eux aussi, sont classés
comme instruments de négociation.
5) Les titres détenus sont classés dans les titres de négociation et ont
une valeur nominale de 1 415 millions de dollars. Notre exposition à
ces titres est couverte au moyen d'instruments dérivés.
6) Les titres détenus sont constitués de billets de capital qui sont
classés dans les titres disponibles à la vente. La valeur de ces
billets a été ramenée à néant au cours des exercices terminés le 31
octobre 2007 et 2008.
7) L'actif total détenu au 31 juillet 2010 était constitué d'un prêt de
227 millions de dollars (560 millions au 31 octobre 2009) et d'actifs
divers totalisant 101 millions de dollars (159 millions en 2009).
s.o. - sans objet


Entité de titrisation américaine des clients

Le risque auquel nous expose notre entité de titrisation américaine des clients est résumé dans le tableau ci-dessus. Notre risque comprend les concours de trésorerie que nous consentons. Nous avons recours à notre processus d'octroi de crédit afin de décider de fournir un concours de trésorerie, tout comme nous le faisons dans le cas de prêts. Du montant de 304 millions de dollars américains fourni au cours de la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010 conformément aux modalités de ces facilités de trésorerie, un montant de 213 millions de dollars américains (219 millions) est toujours en cours. Ce montant est compris dans le tableau précédent.

Note 5 : Instruments financiers

Modification d'une convention comptable

Le 1er août 2008, nous avons choisi de transférer de la catégorie des titres de négociation à la catégorie des titres disponibles à la vente les titres pour lesquels nous avons changé notre intention de nous en défaire ou de les négocier à court terme, selon la conjoncture prévalant alors, et avons plutôt décidé de les conserver dans un avenir prévisible.

Le tableau qui suit présente l'évolution des titres transférés :



(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes
de trois mois 31 juillet 30 avril 31 janvier 31 octobre 31 juillet
terminées le 2010 2010 2010 2009 2009
----------------------------------------------------------------------------
Juste valeur des
titres au début
de la période 791 1 038 1 378 1 493 1 732
(Ventes/échéances)
achats nets (183) (227) (343) (162) (175)
Variation de la
juste valeur
comptabilisée
dans les autres
éléments du
résultat étendu (5) 24 38 46 62
Moins-value durable
comptabilisée
dans le revenu - (8) (9) (18) (23)
Incidence du taux
de change 3 (36) (26) 19 (103)
----------------------------------------------------------------------------
Juste valeur
des titres
à la fin de
la période 606 791 1 038 1 378 1 493
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------
Pour les périodes
de neuf mois 31 juillet 31 juillet
terminées le 2010 2009
----------------------------------------
Juste valeur des
titres au début
de la période 1 378 1 955
(Ventes/échéances)
achats nets (753) (451)
Variation de la
juste valeur
comptabilisée
dans les autres
éléments du
résultat étendu 57 186
Moins-value durable
comptabilisée
dans le revenu (17) (81)
Incidence du taux
de change (59) (116)
----------------------------------------
Juste valeur
des titres
à la fin de
la période 606 1 493
----------------------------------------
----------------------------------------


Valeur comptable et juste valeur des instruments financiers

Le tableau ci-dessous fait état des montants qui seraient présentés si tous nos actifs et passifs qui sont des instruments financiers étaient comptabilisés à leur juste valeur. Pour plus de renseignements sur la détermination de la juste valeur, il y a lieu de se reporter aux pages 116, 157 et 158 des notes afférentes à nos états financiers consolidés annuels figurant dans notre Rapport annuel 2009.



(en millions de dollars canadiens)
31 juillet 31 octobre
2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Ecart Ecart
positif positif
(négatif) (négatif)
de la de la
juste juste
valeur valeur
par par
rapport à rapport à
Valeur Juste la valeur Valeur Juste la valeur
comptable valeur comptable comptable valeur comptable
----------------------------------------------------------------------------
Actif
Trésorerie et
équivalents de
trésorerie 15 083 15 083 - 9 955 9 955 -
Dépôts
productifs
d'intérêts à
d'autres
banques 3 121 3 121 - 3 340 3 340 -
Valeurs
mobilières 119 350 119 350 - 110 813 110 813 -
Titres pris en
pension ou
empruntés 24 317 24 317 - 36 006 36 006 -
Prêts
Prêts
hypothécaires
à l'habitation 47 097 47 577 480 45 524 46 067 543
Prêts à
tempérament et
autres prêts
aux
particuliers 49 741 49 766 25 45 824 45 913 89
Prêts sur
cartes de
crédit 3 304 3 304 - 2 574 2 574 -
Prêts aux
entreprises et
aux
administrations
publiques 68 407 68 125 (282) 68 169 67 895 (274)
----------------------------------------------------------------------------
168 549 168 772 223 162 091 162 449 358
Engagements de
clients aux
termes
d'acceptations 6 885 6 897 12 7 640 7 642 2
Provision pour
pertes sur
créances (1 879) (1 879) - (1 902) (1 902) -
----------------------------------------------------------------------------
Total des prêts
et des
engagements de
clients aux
termes
d'acceptations,
déduction
faite de la
provision pour
pertes sur
créances 173 555 173 790 235 167 829 168 189 360
Instruments
dérivés 47 947 47 947 - 47 898 47 898 -
Bureaux et
matériel 1 565 1 565 - 1 634 1 634 -
Ecarts
d'acquisition 1 627 1 627 - 1 569 1 569 -
Actifs
incorporels 748 748 - 660 660 -
Actifs divers 10 073 10 073 - 8 754 8 754 -
----------------------------------------------------------------------------
397 386 397 621 235 388 458 388 818 360
----------------------------------------------------------------------------
Passif
Dépôts 242 791 243 284 493 236 156 237 046 890
Instruments
dérivés 45 110 45 110 - 44 765 44 765 -
Acceptations 6 885 6 885 - 7 640 7 640 -
Titres vendus à
découvert 18 424 18 424 - 12 064 12 064 -
Titres mis en
pension ou
prêtés 42 237 42 237 - 46 312 46 312 -
Passifs divers 16 175 16 236 61 15 938 15 976 38
Dette
subordonnée 3 747 4 072 325 4 236 4 591 355
Titres d'une
fiducie de
capital 800 830 30 1 150 1 218 68
Capitaux
propres 21 217 21 217 - 20 197 20 197 -
----------------------------------------------------------------------------
397 386 398 295 909 388 458 389 809 1 351
----------------------------------------------------------------------------
Total des
rajustements à
la juste
valeur (674) (991)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.


Evaluation de la juste valeur

Nous utilisons une hiérarchie de la juste valeur pour classer par catégorie les données que nous utilisons dans nos techniques d'évaluation pour mesurer la juste valeur. Notre utilisation des cours du marché (niveau 1), des modèles internes fondés sur des données du marché observables (niveau 2) et des modèles internes ne comportant pas de données du marché observables (niveau 3) pour évaluer les titres, les passifs à la juste valeur, les actifs dérivés et les passifs dérivés est présentée dans le tableau ci-dessous :



(en millions de
dollars canadiens) 31 juillet 2010
----------------------------------------------------------------------------
Evaluation
Evaluation selon selon
Evaluation selon des modèles des modèles
les cours du (avec données (sans données
marché observables) observables)
----------------------------------------------------------------------------
Titres de négociation
Titres émis ou
garantis par :
l'administration
fédérale canadienne 13 933 - -
des provinces et
municipalités
canadiennes 3 795 - -
l'administration
fédérale américaine 6 333 - -
des municipalités,
agences et Etats
américains 864 154 32
d'autres
administrations
publiques 2 119 - -
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires 875 - 205
Obligations
d'entreprises 9 477 2 287 330
Actions d'entreprises 25 896 - -
----------------------------------------------------------------------------
63 292 2 441 567
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Titres disponibles à
la vente
Titres émis ou
garantis par :
l'administration
fédérale canadienne 14 336 - -
des provinces et
municipalités
canadiennes 1 510 - -
l'administration
fédérale américaine 5 196 - -
des municipalités,
agences et Etats
américains 2 310 2 207 47
d'autres
administrations
publiques 10 984 9 -
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires 717 9 052 23
Obligations
d'entreprises 1 968 1 166 1 664
Actions d'entreprises 191 178 341
----------------------------------------------------------------------------
37 212 12 612 2 075
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs inscrits à la
juste valeur
Titres vendus à
découvert 18 424 - -
Passifs au titre des
billets structurés - 3 836 -
----------------------------------------------------------------------------
18 424 3 836 -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 24 30 840 261
Contrats de change 62 10 559 -
Contrats sur produits
de base 2 004 369 -
Contrats sur titres de
participation 1 473 715 9
Swaps sur défaillance - 1 473 158
----------------------------------------------------------------------------
3 563 43 956 428
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 43 30 293 39
Contrats de change 22 9 686 -
Contrats sur produits
de base 1 919 512 -
Contrats sur titres de
participation 48 1 266 66
Swaps sur défaillance - 1 213 3
----------------------------------------------------------------------------
2 032 42 970 108
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


(en millions
de dollars canadiens) 31 octobre 2009
----------------------------------------------------------------------------
Evaluation
Evaluation selon selon
Evaluation selon des modèles des modèles
les cours du (avec données (sans données
marché observables) observables)
----------------------------------------------------------------------------
Titres de négociation
Titres émis ou
garantis par :
l'administration
fédérale canadienne 16 607 - -
des provinces et
municipalités
canadiennes 2 882 - -
l'administration
fédérale américaine 3 021 - -
des municipalités,
agences et Etats
américains 54 653 49
d'autres
administrations
publiques 1 712 - -
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires 584 238 204
Obligations
d'entreprises 8 368 2 293 421
Actions d'entreprises 21 985 - -
----------------------------------------------------------------------------
55 213 3 184 674
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Titres disponibles à
la vente
Titres émis ou
garantis par :
l'administration
fédérale canadienne 17 359 - -
des provinces et
municipalités
canadiennes 1 688 - -
l'administration
fédérale américaine 1 111 - -
des municipalités,
agences et Etats
américains 4 584 1 418 86
d'autres
administrations
publiques 8 220 9 -
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires 826 9 530 39
Obligations
d'entreprises 1 499 1 078 1 960
Actions d'entreprises 303 236 311
----------------------------------------------------------------------------
35 590 12 271 2 396
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs inscrits à la
juste valeur
Titres vendus à
découvert 12 064 - -
Passifs au titre des
billets structurés - 3 073 -
----------------------------------------------------------------------------
12 064 3 073 -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 42 30 062 1
Contrats de change 61 9 323 -
Contrats sur produits
de base 1 160 2 330 -
Contrats sur titres
de participation 618 1 353 11
Swaps sur défaillance - 2 370 567
----------------------------------------------------------------------------
1 881 45 438 579
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 61 28 781 73
Contrats de change 8 9 161 -
Contrats sur produits
de base 744 2 201 -
Contrats sur titres
de participation - 1 480 97
Swaps sur défaillance - 2 156 3
----------------------------------------------------------------------------
813 43 779 173
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.


L'analyse de sensibilité pour les éléments les plus importants évalués selon les modèles internes sans données observables est présentée ci-dessous.

Au 31 juillet 2010, les titres de négociation, les titres adossés à des créances hypothécaires et les titres garantis par des créances hypothécaires comprenaient des titres adossés à des créances immobilières commerciales de 205 millions de dollars désignés comme des titres de négociation aux termes de l'option de la juste valeur. L'évaluation de ces billets a été déterminée par la direction en fonction des prévisions quant à la valeur actualisée des flux de trésorerie. La détermination des rendements sur le marché utilisés dans le modèle d'actualisation des flux de trésorerie est ce qui influe le plus sur l'évaluation des titres. L'incidence de l'hypothèse que le rendement sur le marché augmente ou diminue de 50 points de base serait une variation de la juste valeur de (4) millions et de 5 millions de dollars, respectivement.

Les titres de créance de sociétés disponibles à la vente comprennent un prix d'achat différé de 653 millions de dollars relatif à nos activités de titrisation hors bilan. Nous avons déterminé l'évaluation du prix d'achat différé (marge excédentaire) en fonction des prévisions quant à la valeur actualisée des flux de trésorerie, laquelle est établie au moyen d'hypothèses relatives au taux de remboursement anticipé et au taux d'intérêt. La détermination du taux d'intérêt utilisé dans le modèle d'actualisation des flux de trésorerie est ce qui influe le plus sur l'évaluation du prix d'achat différé. L'incidence de l'hypothèse que le taux d'intérêt affiche une augmentation ou une diminution de 10 % serait une variation de la juste valeur de 92 millions de dollars et de (92) millions, respectivement.

Les actifs dérivés et les passifs dérivés comprenaient, au 31 juillet 2010, les sommes de 419 millions et de 42 millions de dollars, respectivement, relatives à l'évaluation à la valeur de marché de swaps sur défaillance et de swaps sur rendement total à l'égard de produits structurés. L'évaluation de ces instruments dérivés a été déterminée par la direction en fonction d'estimations quant aux écarts actuels du marché pour des produits structurés similaires. L'incidence de l'hypothèse que l'écart augmente ou diminue de 10 points de base serait une variation de la juste valeur de (4) millions et de 4 millions de dollars, respectivement.

Instruments financiers désignés comme étant détenus à des fins de transaction

Une partie de nos passifs au titre des billets structurés ont été désignés comme titres de négociation en vertu de l'option de la juste valeur et sont comptabilisés à leur juste valeur, ce qui permet de mieux harmoniser le résultat comptable avec la façon dont le portefeuille est géré. La variation de la juste valeur de ces billets structurés a donné lieu à une diminution de 74 millions de dollars des revenus (pertes) de négociation à la rubrique Revenu autre que d'intérêts, pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010 (70 millions pour la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010), incluant une augmentation de 4 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010 (15 millions pour la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010) imputable aux fluctuations de nos écarts de taux (une augmentation de 53 millions de dollars des revenus de négociation à la rubrique Revenu autre que d'intérêts et une charge de 158 millions, respectivement, pour la période de douze mois terminée le 31 octobre 2009). Nous avons constaté des montants correspondants sur les dérivés et les autres instruments financiers détenus pour couvrir les variations de la juste valeur de ces billets structurés.

La variation de la juste valeur attribuable aux fluctuations de nos écarts de taux, qui a été comptabilisée entre le moment où les billets structurés ont été désignés comme étant détenus à des fins de transaction et le 31 juillet 2010, correspond à une perte non réalisée de 28 millions de dollars. Depuis 2009, nous couvrons l'exposition aux fluctuations de nos écarts de taux.

Au 31 juillet 2010, la juste valeur et le montant dû à l'échéance contractuelle des billets structurés comptabilisés comme étant détenus à des fins de transaction étaient respectivement de 3 836 millions et de 4 007 millions de dollars (3 073 millions et 3 377 millions, respectivement, au 31 octobre 2009).

Nous désignons certains investissements détenus à des fins de transaction selon l'option de la juste valeur étant donné que le calcul actuariel des passifs d'assurance est fondé sur la juste valeur des investissements qui les soutiennent. Le choix de cette option permet de mieux harmoniser le résultat comptable avec la façon dont le portefeuille est géré. La juste valeur de ces titres était de 3 864 millions de dollars au 31 juillet 2010 (3 167 millions au 31 octobre 2009). L'incidence de leur comptabilisation comme titres de négociation a été une augmentation du revenu autre que d'intérêts, au poste revenus d'assurance, de 46 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010 (174 millions pour la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010 et 415 millions pour la période de douze mois terminée le 31 octobre 2009).

Principaux transferts

Des éléments sont transférés d'un niveau de la hiérarchie de la juste valeur à un autre en raison de changements dans la disponibilité des cours du marché ou des données de marché observables par suite de l'évolution des conditions de marché. Ce qui suit indique les principaux éléments qui ont été transférés d'un niveau à un autre au cours de la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010.

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2010, une partie du papier commercial adossé à des actifs émis par les conduits et assujetti à l'Accord de Montréal a été transférée du niveau 3 au niveau 2 puisque nos évaluations sont désormais fondées sur des cotes provenant de courtiers plutôt que sur des modèles internes, la liquidité des billets utilisés dans notre modèle s'étant améliorée en raison de la négociation accrue du titre par les courtiers.

Au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010, certains de nos titres adossés à des créances hypothécaires émis par diverses sociétés ont été transférés du niveau 2 au niveau 1, étant donné que le volume des cours du marché s'est accru.

Evolution des instruments classés dans le niveau 3 de la hiérarchie de la juste valeur

Les tableaux suivants présentent un rapprochement de tous les instruments financiers qui étaient classés dans le niveau 3 au cours du trimestre et de la période de neuf mois terminés le 31 juillet 2010, incluant les gains (pertes) réalisés et non réalisés inclus dans le revenu net et dans les autres éléments du résultat étendu.



(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------

Variation de la juste valeur
----------------------------
Inclus
dans les
autres
Solde éléments
Pour la période de au Inclus du
trois mois terminée le 30 avril dans le résultat
31 juillet 2010 2010 revenu net étendu Achats Ventes
----------------------------------------------------------------------------
Titres de négociation
Titres émis ou garantis
par :
des municipalités,
agences et Etats
américains 41 (8) - - (1)
Titres adossés à des
créances hypothécaires
et titres garantis par
des créances
hypothécaires 199 2 - 6 (1)
Obligations
d'entreprises 263 6 - 62 -
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres de
négociation 503 - - 68 (2)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Titres disponibles à la
vente
Titres émis ou garantis
par :
des municipalités,
agences et Etats
américains 66 1 (11) - (9)
Titres adossés à des
créances hypothécaires
et titres garantis par
des créances
hypothécaires 23 - - - -
Obligations
d'entreprises 1 724 (68) (30) 86 (7)
Actions d'entreprises 308 (1) 3 31 -
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres
disponibles à la vente 2 121 (68) (38) 117 (16)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 233 28 - - -
Contrats sur titres de
participation 6 3 - - -
Swaps sur défaillance 140 18 - - -
----------------------------------------------------------------------------
Total des actifs dérivés 379 49 - - -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 36 - - - -
Contrats sur titres de
participation 145 (79) - - -
Swaps sur défaillance 3 - - - -
----------------------------------------------------------------------------
Total des passifs
dérivés 184 (79) - - -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


----------------------------------------------------------------------------
Juste
valeur Gains
Pour la période de au 31 (pertes)
trois mois terminée le juillet non
31 juillet 2010 Echéances 1) 2010 réalisés 2)
----------------------------------------------------------------------------
Titres de négociation
Titres émis ou
garantis par :
des municipalités,
agences et Etats
américains - 32 3
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires (1) 205 -
Obligations
d'entreprises (1) 330 6
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres de
négociation (2) 567 9
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Titres disponibles à
la vente
Titres émis ou
garantis par :
des municipalités,
agences et Etats
américains - 47 -
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires - 23 -
Obligations
d'entreprises (41) 1 664 (68)
Actions d'entreprises - 341 -
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres
disponibles à la vente (41) 2 075 (68)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt - 261 261
Contrats sur titres de
participation - 9 9
Swaps sur défaillance - 158 158
----------------------------------------------------------------------------
Total des actifs dérivés - 428 428
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 3 39 (39)
Contrats sur titres
de participation - 66 (66)
Swaps sur
défaillance - 3 (3)
----------------------------------------------------------------------------
Total des passifs
dérivés 3 108 (108)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
1) Inclut le règlement en espèces d'actifs dérivés et de passifs dérivés.

2) Représente des gains ou des pertes non réalisés, compris dans les
revenus, survenus au cours du trimestre ayant trait à des actifs et
passifs toujours détenus au 31 juillet 2010.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.



(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
Variation de la juste valeur
----------------------------
Inclus
dans les
autres
Solde au éléments
Pour la période de 31 Inclus dans du
neuf mois terminée octobre le revenu résultat
le 31 juillet 2010 2009 net étendu Achats Ventes
----------------------------------------------------------------------------
Titres de négociation
Titres émis ou garantis
par :
des municipalités,
agences et Etats
américains 49 (16) - - (1)
Titres adossés à des
créances hypothécaires et
titres garantis par des
créances hypothécaires 204 24 - 8 (2)
Obligations d'entreprises 421 (15) - 72 -
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres de
négociation 674 (7) - 80 (3)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Titres disponibles à la
vente
Titres émis ou garantis
par :
des municipalités,
agences et Etats
américains 86 3 (23) - (19)
Titres adossés à des
créances hypothécaires et
titres garantis par des
créances hypothécaires 39 - - 1 -
Obligations d'entreprises 1 960 (214) 7 205 (156)
Actions d'entreprises 311 (4) (16) 46 (1)
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres
disponibles à la vente 2 396 (215) (32) 252 (176)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actifs dérivés
Contrats de taux d'intérêt 1 21 - - -
Contrats sur titres de
participation 11 (33) - - -
Swaps sur défaillance 567 (52) - - -
----------------------------------------------------------------------------
Total des actifs dérivés 579 (64) - - -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs dérivés
Contrats de taux d'intérêt 73 - - - -
Contrats sur titres de
participation 97 (63) - - -
Swaps sur défaillance 3 - - - -
----------------------------------------------------------------------------
Total des passifs dérivés 173 (63) - - -
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------
Juste
valeur Gains
Pour la période de Transférés Transférés au 31 (pertes)
neuf mois terminée dans le hors du juillet non
le 31 juillet 2010 Echéances 1) niveau 3 niveau 3 2010 réalisés 2)
----------------------------------------------------------------------------

Titres de négociation
Titres émis ou
garantis par :
des municipalités,
agences et Etats
américains - - - 32 6
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires (29) - - 205 7
Obligations
d'entreprises (2) 14 (160) 330 1
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres de
négociation (31) 14 (160) 567 14
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Titres disponibles à
la vente
Titres émis ou
garantis par :
des municipalités,
agences et Etats
américains - - - 47 -
Titres adossés à des
créances
hypothécaires et
titres garantis par
des créances
hypothécaires (17) - - 23 -
Obligations
d'entreprises (138) - - 1 664 (227)
Actions d'entreprises (1) 6 - 341 -
----------------------------------------------------------------------------
Total des titres
disponibles à la vente (156) 6 - 2 075 (227)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt 239 - - 261 261
Contrats sur titres de
participation 31 - - 9 9
Swaps sur défaillance (357) - - 158 158
----------------------------------------------------------------------------
Total des actifs
dérivés (87) - - 428 428
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Passifs dérivés
Contrats de taux
d'intérêt (34) - - 39 (39)
Contrats sur titres de
participation 32 - - 66 (66)
Swaps sur défaillance - - - 3 (3)
----------------------------------------------------------------------------
Total des passifs
dérivés (2) - - 108 (108)
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
1) Inclut le règlement en espèces d'actifs dérivés et de passifs dérivés.

2) Représente des gains ou des pertes non réalisés, compris dans les
revenus, survenus au cours de la période de neuf mois ayant trait
à des actifs et passifs toujours détenus au 31 juillet 2010.

Certains chiffres comparatifs ont été reclassés en fonction de la
présentation adoptée pour la période à l'étude.



Autres éléments évalués à la juste valeur

Certains actifs comme les biens saisis sont évalués à la juste valeur au moment de la constatation initiale, mais ne sont pas tenus d'être évalués à la juste valeur de façon continue.

Au 31 juillet 2010, la Banque détenait des biens saisis de 175 millions de dollars évalués à la juste valeur au moment de la constatation initiale, lesquels étaient tous classés dans le niveau 2. La perte de valeur comptabilisée à l'égard de ces actifs dans l'état consolidé des résultats pour la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010 s'élevait à 79 millions de dollars.

Note 6 : Garanties

Dans le cours normal de nos activités, nous utilisons divers types de garanties, les principaux étant présentés ci-dessous.

Lettres de crédit de soutien et cautionnements bancaires

Les lettres de crédit de soutien et les cautionnements bancaires représentent notre engagement à effectuer des paiements à des tiers pour le compte d'une autre partie, si cette dernière n'est pas en mesure d'effectuer les paiements requis ou d'exécuter d'autres engagements contractuels. Le montant maximal à payer en vertu des lettres de crédit de soutien et des cautionnements bancaires était de 10 533 millions de dollars au 31 juillet 2010 (11 384 millions au 31 octobre 2009). Aucune des lettres de crédit de soutien ni aucun des cautionnements bancaires n'était coté au 31 juillet 2010 et au 31 octobre 2009.

Les sûretés exigées relativement aux lettres de crédit de soutien et aux cautionnements bancaires sont conformes aux sûretés que nous exigeons pour les prêts. La grande majorité de ces engagements arrivent à échéance avant d'avoir été utilisés. Par conséquent, le montant contractuel total peut ne pas être représentatif du financement qui sera vraisemblablement requis dans le cadre de ces engagements.

Au 31 juillet 2010 et au 31 octobre 2009, aucun montant n'était inclus dans notre bilan consolidé relativement à ces lettres de crédit de soutien et cautionnements bancaires.

Concours et autres facilités de trésorerie

Les concours de trésorerie sont fournis à des programmes de papier commercial adossé à des actifs (PCAA), qui sont administrés par nous ou par des tiers, et constituent une source de financement de substitution pour les programmes en question lorsque ceux-ci ne peuvent accéder aux marchés du PCAA ou lorsque les actifs financiers détenus par ces programmes n'atteignent pas les objectifs de rendement prédéterminés. Les modalités des concours de trésorerie ne nous obligent pas à avancer des sommes aux programmes en question en cas de faillite de l'emprunteur. La durée des concours de trésorerie ne dépasse habituellement pas une année, mais elle peut être de plusieurs années.

Le montant maximal à payer en vertu de ces concours et autres facilités de trésorerie totalisait 15 191 millions de dollars au 31 juillet 2010 (19 108 millions au 31 octobre 2009), dont un montant de 11 855 millions de dollars avait trait à des facilités de catégorie investissement, un montant de 860 millions était de catégorie spéculative et un montant de 2 476 millions n'était pas coté (respectivement, 15 405 millions, 649 millions et 3 054 millions de dollars au 31 octobre 2009). Au 31 juillet 2010, 350 millions étaient utilisés sur ces facilités conformément aux modalités de ces concours de trésorerie (185 millions au 31 octobre 2009), dont 301 millions (293 millions de dollars américains) (158 millions ou 146 millions de dollars américains au 31 octobre 2009) avaient trait à l'entité de titrisation américaine des clients dont traite la note 4.

Facilités de rehaussement de crédit

Lorsque les conditions le justifient, nous fournissons des facilités de rehaussement partiel de crédit pour des transactions effectuées dans le cadre de programmes de PCAA qui sont administrés par nous ou par des tiers. Les facilités de rehaussement de crédit sont incluses dans les concours de trésorerie. Ces facilités comprennent les montants qui ont trait à notre entité de titrisation américaine des clients dont il est question à la note 4.

Facilités de financement de premier rang

Nous fournissons un soutien sous forme de financement de premier rang à nos entités de gestion de placements structurés et à notre entité de protection de crédit. La majorité de ces facilités soutiennent le remboursement de billets de premier rang des entités de gestion de placements structurés. Au 31 juillet 2010, 5 631 millions de dollars avaient été utilisés (7 342 millions au 31 octobre 2009) conformément aux modalités des facilités de financement relatives aux entités de gestion de placements structurés et à l'entité de protection de crédit dont traite la note 4.

En plus de notre investissement dans des billets assujettis à l'Accord de Montréal, nous avons fourni une facilité de prêt de premier rang de 300 millions de dollars. Aucun montant n'avait été utilisé dans le cadre de cette facilité au 31 juillet 2010 ni au 31 octobre 2009.

Instruments dérivés

Certains de nos instruments dérivés correspondent à la définition comptable d'une garantie lorsque nous sommes d'avis qu'ils sont reliés à un actif, à un passif ou à un titre de participation détenu par la partie visée par la garantie dès l'entrée en vigueur du contrat. Afin de réduire les risques liés à ces instruments dérivés, nous concluons des contrats qui couvrent les risques en question.

Le swap sur défaillance position vendeur exige que nous indemnisions une contrepartie par suite d'un incident de crédit relié à un engagement de référence, comme une obligation ou un prêt. Le montant maximal à payer en vertu de swaps sur défaillance est égal à leur montant nominal de référence, qui était de 41 927 millions de dollars au 31 juillet 2010 (51 072 millions au 31 octobre 2009), dont 38 656 millions avaient trait à des swaps de catégorie investissement, 2 851 millions avaient trait à des swaps de catégorie spéculative et 420 millions n'étaient pas cotés (45 843 millions, 5 034 millions et 195 millions, respectivement, au 31 octobre 2009). La durée de ces contrats varie de un jour à dix ans. La juste valeur du passif lié à ces instruments dérivés incluse dans les montants relatifs aux instruments dérivés inscrits à notre bilan consolidé était de 1 216 millions au 31 juillet 2010 (2 159 millions au 31 octobre 2009).

Les options position vendeur comprennent les ententes contractuelles par lesquelles l'acheteur obtient le droit, mais non l'obligation, d'exiger que nous achetions un montant déterminé de devises, de produits de base ou d'instruments de créances ou de capitaux propres à un prix établi, à une date prédéterminée ou à n'importe quel moment dans un délai donné. Le montant maximal à payer en vertu de ces options position vendeur ne peut être l'objet d'une estimation raisonnable en raison de la nature de ces contrats. La durée de ces contrats varie de moins de un mois à 12 ans. La juste valeur du passif lié à ces instruments dérivés incluse dans les montants relatifs aux instruments dérivés inscrits à notre bilan consolidé était de 601 millions de dollars au 31 juillet 2010 (667 millions au 31 octobre 2009), instruments dont aucun n'était coté (667 millions n'étaient pas cotés au 31 octobre 2009).

Les options position vendeur comprennent également les engagements contractuels en vertu desquels nous convenons de verser à l'acheteur, selon un montant nominal de référence donné, la différence entre le prix ou le taux du marché et le prix d'exercice ou le taux de l'instrument sous-jacent. Le montant maximal à payer en vertu de ces contrats n'est pas déterminable en raison de leur nature. La durée de ces contrats varie de 11 mois à 25 ans. La juste valeur du passif lié à ces instruments dérivés incluse dans les montants relatifs aux instruments dérivés inscrits à notre bilan consolidé était de 120 millions de dollars au 31 juillet 2010 (118 millions au 31 octobre 2009), et aucun de ces instruments n'était coté à ces dates.

Note 7 : Acquisitions

Nous comptabilisons les acquisitions d'entreprises selon la méthode de l'acquisition. Selon cette méthode, le prix payé pour une entreprise doit être attribué aux actifs acquis, y compris les actifs incorporels identifiables, et aux passifs pris en charge, selon leur juste valeur à la date d'acquisition. Tout excédent est alors comptabilisé comme un écart d'acquisition. Les résultats d'exploitation des entreprises acquises sont intégrés à nos états financiers consolidés à compter de la date d'acquisition.

AMCORE Bank N.A. (AMCORE)

Le 23 avril 2010, nous avons acquis de Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) certains actifs et passifs d'AMCORE pour une contrepartie totale de 253 millions de dollars, sous réserve d'un rajustement postérieur à la conclusion de la transaction, établi en fonction de l'actif net. Au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010, nous avons réduit le prix d'achat de 28 millions de dollars pour le porter à 225 millions de dollars en raison de la réévaluation de l'actif net acquis. Selon les modalités de l'acquisition, FDIC absorbe 80 % des pertes liées aux prêts acquis. Cette acquisition accélère notre stratégie de croissance et renforce notre position déjà solide dans le Midwest des Etats-Unis en accroissant notre présence en Illinois et au Wisconsin. Dans le cadre de cette acquisition, nous avons obtenu un actif incorporel constitué de dépôts de base amorti selon la méthode dégressive sur une période n'excédant pas dix ans. L'écart d'acquisition relatif à cette transaction est déductible à des fins fiscales. L'actif acquis et le passif pris en charge sont inclus dans notre unité d'exploitation Services bancaires Particuliers et entreprises - Etats-Unis.

Diners Club

Le 31 décembre 2009, nous avons acquis de Citigroup le montant net des sommes à recouvrer auprès des titulaires de cartes de la franchise nord-américaine de Diners Club pour une contrepartie en espèces totale de 882 millions de dollars, sous réserve d'un rajustement postérieur à la conclusion de la transaction, établi en fonction de l'actif net. Compte tenu du rajustement de 44 millions de dollars postérieur à la conclusion de la transaction, le prix d'achat final a été réduit à 838 millions de dollars au cours du trimestre terminé le 30 avril 2010. L'acquisition du montant net des sommes à recouvrer auprès des titulaires de cartes Diners Club nous donne le droit d'émettre des cartes Diners Club à des entreprises et à des professionnels aux Etats-Unis et au Canada et nous permettra d'accélérer notre projet visant à accroître nos activités dans le secteur des voyages et du divertissement à l'intention des entreprises clientes de l'Amérique du Nord. Dans le cadre de cette acquisition, nous avons acquis un actif incorporel constitué de relations d'affaires avec des clients, qui est amorti selon la méthode dégressive sur une période de 15 ans, et un actif incorporel se composant de logiciels, qui est amorti selon la méthode linéaire sur une période de cinq ans. L'écart d'acquisition relatif à cette transaction est déductible à des fins fiscales. Diners Club fait partie de notre unité d'exploitation Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada.

Paloma Securities L.L.C. (Paloma)

Le 23 décembre 2009, nous avons conclu l'acquisition de certains actifs utilisés dans le cadre des activités de prêt de titres de Paloma pour une contrepartie en espèces de 7 millions de dollars et nous avons embauché son équipe de prêt de titres à l'échelle mondiale. L'acquisition de Paloma nous permet d'élargir nos activités de prêt de titres. L'écart d'acquisition relatif à cette transaction est déductible à des fins fiscales. Cette acquisition fait partie de notre unité d'exploitation BMO Marchés des capitaux.

Integra GRS (Integra)

Le 23 novembre 2009, nous avons conclu l'acquisition des activités de tenue de registres d'Integra, filiale en propriété exclusive d'Integra Capital Management Corporation, pour une contrepartie en espèces de 16 millions de dollars, incluant un rajustement du prix d'achat postérieur à la conclusion de la transaction de 3 millions de dollars reflétant la contrepartie additionnelle due au vendeur au titre des autres contrats de clients attribués à la Banque depuis la date de la conclusion de la transaction. L'acquisition d'Integra élargit notre gamme existante de services de gestion du patrimoine. Dans le cadre de cette transaction, nous avons acquis un actif incorporel constitué de relations d'affaires avec des clients, qui est amorti selon la méthode linéaire sur une période de cinq ans, et un actif incorporel se composant de logiciels, qui est amorti de façon linéaire sur trois ans. L'écart d'acquisition relatif à cette transaction est déductible à des fins fiscales. Integra fait partie de notre unité d'exploitation groupe Gestion privée.

Compagnie d'Assurance-Vie AIG du Canada

(BMO Société d'assurance-vie)

Le 1er avril 2009, nous avons mené à terme l'acquisition de la totalité des actions avec droit de vote en circulation de la Compagnie d'Assurance-Vie AIG du Canada pour une contrepartie en espèces de 330 millions de dollars, sous réserve d'un rajustement postérieur à la conclusion de la transaction et établi en fonction de l'actif net. Le rajustement postérieur à la conclusion de la transaction est désormais connu et le prix d'achat a été réduit à 278 millions de dollars.

Le tableau ci-dessous résume les justes valeurs estimatives des actifs acquis et des passifs pris en charge à la date de l'acquisition :



(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
AMCORE Diners Club Paloma Integra
----------------------------------------------------------------------------
Encaisse 1) 420 - - -
Valeurs mobilières 10 - - -
Prêts 1 551 873 - -
Bureaux et matériel - - - -
Ecarts d'acquisition 86 5 7 7
Actifs incorporels 24 63 - 9
Actifs divers 494 9 - -
----------------------------------------------------------------------------
Total de l'actif 2 585 950 7 16
----------------------------------------------------------------------------
Dépôts 2 207 - - -
Passifs divers 153 112 - -
----------------------------------------------------------------------------
Total du passif 2 360 112 - -
----------------------------------------------------------------------------
Prix d'achat 225 838 7 16
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
La répartition du prix d'achat d'AMCORE, de Diners Club, de Paloma et d'
Integra est susceptible d'être établie de façon plus précise au terme de
l'évaluation des actifs acquis et des passifs pris en charge.

1) L'encaisse, qui a été acquise dans le cadre de l'acquisition d'AMCORE,
comprend la trésorerie et les équivalents de trésorerie de même que les
dépôts portant intérêt.


Note 8 : Rémunération du personnel

Options sur actions

Au cours de la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010, nous avons attribué un total de 1 737 204 options sur actions. La juste valeur moyenne pondérée de ces options attribuées au cours de la période de neuf mois terminée le 31 juillet 2010 était de 9,97 $ l'option. Les hypothèses moyennes pondérées suivantes ont été utilisées pour déterminer la juste valeur des options à la date d'attribution :



Pour les options attribuées au cours de la période de neuf mois terminée le
31 juillet 2010
----------------------------------------------------------------------------
Rendement prévu des actions 6,6 %
Volatilité prévue du cours des actions 27,5 %
Taux de rendement sans risque 2,9 %
Période prévue jusqu'à l'exercice (en années) 6,5
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Des changements dans les hypothèses utilisées peuvent produire des justes
valeurs estimatives différentes.

Charges liées aux prestations de retraite et aux autres avantages sociaux
futurs

Le tableau qui suit fait état des charges liées aux prestations de retraite
et aux autres avantages sociaux futurs :

(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
Régimes Autres avantages
de retraite sociaux futurs
----------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes de 31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
trois mois terminées le 2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Prestations constituées
des employés 32 29 5 3
Frais d'intérêts sur
l'obligation au titre des
prestations constituées 63 64 15 12
Perte actuarielle
constatée dans la charge 18 18 - -
Amortissement du coût des
modifications aux régimes 4 4 (2) (1)
Rendement prévu des actifs
des régimes (73) (60) (2) (1)
----------------------------------------------------------------------------
Charge liée aux prestations
constituées 44 55 16 13
Charge liée au Régime de
pensions du Canada et au
Régime des rentes du Québec 17 16 - -
Charge liée aux régimes à
cotisations déterminées 2 1 - -
----------------------------------------------------------------------------
Total des charges liées aux
prestations de retraite et
aux autres avantages sociaux
futurs 63 72 16 13
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


----------------------------------------------------------------------------
Régimes Autres avantages
de retraite sociaux futurs
----------------------------------------------------------------------------
Pour les périodes de 31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
neuf mois terminées le 2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Prestations constituées
des employés 96 97 15 9
Frais d'intérêts sur
l'obligation au titre
des prestations constituées 191 195 43 38
Perte actuarielle constatée
dans la charge 55 56 2 -
Amortissement du coût des
modifications aux régimes 12 10 (5) (5)
Rendement prévu des actifs
des régimes (218) (183) (4) (4)
----------------------------------------------------------------------------
Charge liée aux prestations
constituées 136 175 51 38
Charge liée au Régime de
pensions du Canada et au
Régime des rentes du Québec 49 49 - -
Charge liée aux régimes à
cotisations déterminées 7 5 - -
----------------------------------------------------------------------------
Total des charges liées aux
prestations de retraite et
aux autres avantages sociaux
futurs 192 229 51 38
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Note 9 : Dette subordonnée

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2010, nous avons remboursé la totalité de nos billets à moyen terme de série C, première tranche, à 4,00 %, échéant en 2015, d'un montant total de 500 millions de dollars. Les billets ont été remboursés à un prix correspondant à 100 % du montant en capital, majoré des intérêts courus à la date du remboursement.

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2009, nos débentures série 12 portant intérêt au taux de 10,85 %, d'une valeur de 140 millions de dollars, sont arrivées à échéance.

Note 10 : Titres d'une fiducie de capital

Au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010, nous avons racheté la totalité de nos titres d'une fiducie de capital - série A (appelés BOaTS) pour un montant équivalant à 1 000 $ majoré des distributions non versées indiquées, soit un rachat totalisant 350 millions de dollars.

Note 11 : Capital-actions

Au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010, nous n'avons pas émis ni racheté d'actions privilégiées.

Au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2009, nous avons émis 16 000 000 d'actions privilégiées de catégorie B à taux rajusté tous les cinq ans et à dividende non cumulatif de 5,4 %, série 23, au prix de 25,00 $ l'action, le prix d'émission global étant de 400 millions de dollars.

Au cours du trimestre terminé le 30 avril 2009, nous avons émis 11 000 000 d'actions privilégiées de catégorie B à taux rajusté tous les cinq ans et à dividende non cumulatif de 6,5 %, série 21, au prix de 25,00 $ l'action, le prix d'émission global étant de 275 millions de dollars.

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2009, nous avons émis 33 340 000 actions ordinaires au prix de 30,00 $ l'action, le prix d'émission global étant de 1,0 milliard de dollars.

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2009, nous avons émis 6 000 000 d'actions privilégiées de catégorie B à taux rajusté tous les cinq ans et à dividende non cumulatif de 6,5 %, série 18, au prix de 25,00 $ l'action, le prix d'émission global étant de 150 millions de dollars.

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2009, nous avons racheté la totalité de nos 10 000 000 d'actions privilégiées de catégorie B à dividende non cumulatif, série 6, qui étaient classées dans le passif, au prix de 25,00 $ l'action, majoré des dividendes déclarés et non versés à la date du rachat, le prix de rachat global étant d'environ 253 millions de dollars.

Le 19 novembre 2009, nous avons renouvelé notre offre publique de rachat dans le cours normal des activités, ce qui nous permet de racheter jusqu'à 15 000 000 de nos actions ordinaires au cours de la période comprise entre le 2 décembre 2009 et le 1er décembre 2010.

Nous n'avons pas racheté d'actions ordinaires en vertu de notre offre publique de rachat dans le cours normal des activités.

Actions autodétenues

Lorsque nous achetons nos actions ordinaires dans le cadre de nos activités de négociation, nous comptabilisons le coût de ces actions comme une réduction des capitaux propres. Si ces actions sont revendues pour une valeur supérieure à leur coût, l'écart est comptabilisé comme une augmentation du surplus d'apport. Si ces actions sont revendues pour une valeur inférieure à leur coût, l'écart est d'abord comptabilisé comme une réduction du surplus d'apport, dans la mesure où des montants relatifs aux actions autodétenues sont compris dans le surplus d'apport, puis l'excédent est comptabilisé comme une réduction des bénéfices non répartis.



Capital-actions en circulation a)

(en millions de dollars canadiens,
sauf indication contraire) 31 juillet 2010
----------------------------------------------------------------------------
Nombre d'actions Montant Convertibles en...
----------------------------------------------------------------------------
Actions privilégiées classées
dans les capitaux propres
Catégorie B - Série 5 8 000 000 200 -
Catégorie B - Série 10 c) 12 000 000 396 actions ordinaires b)
Catégorie B - Série 13 14 000 000 350 -
Catégorie B - Série 14 10 000 000 250 -
Catégorie B - Série 15 10 000 000 250 -
Catégorie B - Série 16 12 000 000 300 -
Catégorie B - Série 18 6 000 000 150 -
Catégorie B - Série 21 11 000 000 275 -
Catégorie B - Série 23 16 000 000 400 -
----------------------------------------------------------------------------
2 571
Actions ordinaires 562 858 261 6 740
----------------------------------------------------------------------------
Capital-actions 9 311
----------------------------------------------------------------------------
Options sur actions émises en
vertu du régime d'options sur s.o. 16 027 785 actions
actions ordinaires
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
a) Pour de plus amples renseignements, se reporter aux notes 21 et 23
afférentes à nos états financiers consolidés de l'exercice terminé le 31
octobre 2009, aux pages 144 à 148 de notre Rapport annuel 2009.
b) Le nombre d'actions pouvant être émises en vertu de la conversion ne
peut être déterminé avant la date de la conversion.
c) Valeur nominale de 300 millions de dollars américains.

s.o. - sans objet

Note 12 : Résultat par action

Les tableaux qui suivent présentent le résultat de base et dilué par action
de la Banque :

Résultat de base par action

(en millions de dollars
canadiens, sauf indication Pour les périodes de Pour les périodes de
contraire) trois mois terminées le neuf mois terminées le
----------------------------------------------------------------------------
31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 669 557 2 071 1 140
Dividendes sur les actions
privilégiées (33) (33) (102) (82)
----------------------------------------------------------------------------
Résultat net attribuable aux
actionnaires ordinaires 636 524 1 969 1 058
----------------------------------------------------------------------------
Nombre moyen d'actions
ordinaires en circulation
(en milliers) 561 839 547 134 558 047 536 855
----------------------------------------------------------------------------
Résultat de base par action
(en dollars canadiens) 1,13 0,97 3,53 1,97
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Résultat dilué par action

(en millions de dollars
canadiens, sauf indication Pour les périodes de Pour les périodes de
contraire) trois mois terminées le neuf mois terminées le
----------------------------------------------------------------------------
31 juillet 31 juillet 31 juillet 31 juillet
2010 2009 2010 2009
----------------------------------------------------------------------------
Résultat net attribuable aux
actionnaires ordinaires,
rajusté pour tenir compte
de la dilution 636 524 1 970 1 059
----------------------------------------------------------------------------
Nombre moyen d'actions
ordinaires en circulation
(en milliers) 561 839 547 138 558 047 536 864
----------------------------------------------------------------------------
Actions convertibles 252 253 252 253
Options sur actions pouvant
être exercées 1) 11 073 12 488 11 060 6 360
Actions ordinaires pouvant
être rachetées (7 968) (9 911) (7 905) (5 145)
----------------------------------------------------------------------------
Nombre moyen d'actions
ordinaires en circulation
compte tenu des titres
dilutifs (en milliers) 565 196 549 968 561 454 538 332
----------------------------------------------------------------------------
Résultat dilué par action
(en dollars canadiens) 1,13 0,97 3,51 1,97
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
1) En calculant le résultat dilué par action, nous avons exclu le nombre
moyen des options sur actions en cours, soit 1 207 385 et 2 484 804,
dont le prix d'exercice moyen pondéré a été de 65,80 $ et de 60,93 $
pour les périodes de trois et de neuf mois terminées respectivement le
31 juillet 2010 (3 318 064 et 10 345 987 options d'un prix moyen pondéré
de 59,86 $ et 44,50 $ pour les périodes de trois et de neuf mois
terminées respectivement le 31 juillet 2009), le prix moyen pour la
période n'ayant pas été supérieur au prix d'exercice.


Note 13 : Gestion du capital

Notre objectif consiste à maintenir une assise financière solide grâce à une structure rentable qui respecte nos ratios cibles pour le capital réglementaire, correspond à notre évaluation interne du capital en fonction des risques, est conforme à nos cotes de crédit cibles, soutient les stratégies de nos groupes d'exploitation et accroît la confiance des déposants et la valeur à long terme pour les actionnaires.

Au 31 juillet 2010, nous avons atteint nos cibles en matière de capital. La situation de notre capital au 31 juillet 2010 est exposée en détail dans la section Gestion du capital, à la page 16 de notre Rapport de gestion inclus dans le présent Rapport aux actionnaires pour le troisième trimestre.

Note 14 : Gestion des risques

Nous avons recours à une méthode globale pour constater, mesurer, surveiller et gérer les risques auxquels nous devons faire face à l'échelle de l'organisation. Les principaux risques liés aux instruments financiers sont le risque de crédit et de contrepartie, le risque de marché et le risque de liquidité et de financement.

Risque de crédit et de contrepartie

Nous sommes exposés au risque de crédit découlant de la possibilité que des contreparties ne s'acquittent pas de leurs obligations financières envers nous. Le risque de crédit est lié principalement aux prêts, aux instruments dérivés négociés sur les marchés hors cote et aux autres instruments de crédit. Il s'agit du plus important risque mesurable auquel nous devons faire face.

Risque de marché

Le risque de marché représente le risque d'incidence négative, sur le bilan ou l'état des résultats, de fluctuations défavorables de la valeur des instruments financiers à la suite d'une variation de certains paramètres du marché, notamment : les taux d'intérêt, les taux de change, le cours des actions et le prix des produits de base, et leur volatilité implicite, ainsi que les écarts de taux, la migration du crédit et les défaillances. Nous sommes exposés au risque de marché en raison de nos activités de négociation et de prise ferme, ainsi que de nos activités bancaires structurelles.

Risque de liquidité et de financement

Le risque de liquidité et de financement désigne la possibilité de subir une perte si nous ne sommes pas en mesure de respecter nos engagements financiers en temps opportun et à des prix raisonnables lorsqu'ils arrivent à échéance. Notre politique consiste à nous assurer de toujours disposer d'actifs liquides et d'une capacité de financement suffisants pour faire face à nos engagements financiers, y compris les obligations envers les déposants et les fournisseurs, ainsi qu'à nos engagements au titre de prêts, d'investissements et de nantissements, même en période difficile. La gestion du risque de liquidité et de financement est essentielle pour assurer le maintien de la confiance des déposants et la stabilité du revenu net.

Les principales mesures au 31 juillet 2010 sont exposées dans la section Gestion des risques, aux pages 11 à 13 de notre Rapport de gestion inclus dans le présent Rapport aux actionnaires pour le troisième trimestre.

Note 15 : Segmentation opérationnelle et géographique

Groupes d'exploitation

Nous exerçons nos activités par l'entremise de groupes d'exploitation, chacun de ces groupes ayant un mandat distinct. Nous déterminons nos groupes d'exploitation d'après notre structure de gestion et, par conséquent, il se peut que nos groupes et les résultats qui leur sont attribués ne puissent pas être comparés à ceux d'autres entreprises de services financiers. Nous évaluons les résultats de nos groupes en utilisant des mesures comme le revenu net, la croissance des revenus, le rendement des capitaux propres, le profit économique net et le ratio des frais autres que d'intérêts au revenu (ou ratio de productivité), ainsi que le levier d'exploitation avant amortissement.

Services bancaires Particuliers et entreprises

Les Services bancaires Particuliers et entreprises (Services bancaires PE) sont constitués de deux unités d'exploitation : Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada et Services bancaires Particuliers et entreprises - Etats-Unis.

Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada

Les Services bancaires Particuliers et entreprises - Canada (PE Canada) offrent une gamme complète de produits et services aux particuliers et aux entreprises, notamment en matière de services bancaires courants, de financement, d'investissement et de cartes de crédit, de même qu'un éventail complet de produits aux entreprises, de produits liés aux marchés financiers et de services-conseils, le tout par l'entremise d'un réseau de distribution comprenant des succursales, des services bancaires par téléphone et en ligne, des spécialistes en prêts hypothécaires et des guichets automatiques. Depuis le troisième trimestre de 2009, puisque les activités liées aux dépôts à terme sont désormais mieux alignées sur la stratégie de PE Canada en matière de produits de détail, les résultats de ces activités sont compris dans PE Canada plutôt que dans le groupe Gestion privée. Les chiffres des périodes antérieures ont été retraités pour tenir compte de ce reclassement.

Services bancaires Particuliers et entreprises - Etats-Unis

Les Services bancaires Particuliers et entreprises - Etats-Unis (PE Etats-Unis) offrent une gamme complète de produits et services aux particuliers et aux entreprises de marchés de choix du Midwest américain, par l'intermédiaire de succursales et de circuits de services bancaires en direct comme les services bancaires par téléphone, les services bancaires en ligne et un réseau de guichets automatiques. Au deuxième trimestre de 2010, nous avons repéré un certain nombre de moyennes entreprises américaines clientes qui seraient mieux servies par des services bancaires aux entreprises et avons transféré leurs comptes de BMO Marchés des capitaux aux Services bancaires PE - Etats-Unis. Les chiffres des périodes précédentes ont été retraités pour refléter ce reclassement.

Groupe Gestion privée

Le groupe Gestion privée (groupe GP), qui exerce ses activités sous les marques BMO au Canada et Harris aux Etats-Unis, réunit tous nos services de gestion de patrimoine. Le groupe GP sert une grande diversité de segments de clientèle, qui vont du marché grand public aux clients à valeur nette très élevée en passant par certains segments choisis de clients institutionnels. Nous offrons à notre clientèle une vaste gamme de produits et solutions en matière de gestion de patrimoine, notamment des services de courtage traditionnels et en ligne et de l'assurance au Canada, et des services de gestion privée et des produits de placement au Canada et aux Etats-Unis. Depuis le troisième trimestre de 2009, toutes nos activités d'assurance sont comprises dans le groupe GP, ce qui intègre notre capacité en matière d'assurance et les compétences qui caractérisent déjà ce groupe au sein de notre gamme de services liés à la gestion de patrimoine. Les chiffres des périodes précédentes ont été retraités pour tenir compte de ce reclassement.

BMO Marchés des capitaux

BMO Marchés des capitaux (BMO MC) englobe tous nos secteurs d'activité qui offrent des services aux grandes entreprises, aux institutions et aux administrations publiques. Au Canada et aux Etats-Unis, BMO MC est présent dans un large éventail de secteurs et il compte également des clients au Royaume-Uni, en Europe, en Asie et en Australie. Il offre à sa clientèle une gamme complète de services financiers, notamment en matière de prise ferme de titres d'emprunt et de participation, de crédit aux grandes entreprises, de financement de projets, de fusions et d'acquisitions, de services-conseils, de banques d'affaires, de titrisation, de gestion de trésorerie, de gestion du risque de marché, de recherche sur titres d'emprunt et de participation, ainsi que de vente et de négociation de titres institutionnels. Au deuxième trimestre de 2010, nous avons repéré un certain nombre de moyennes entreprises américaines clientes qui seraient mieux servies par des services bancaires aux entreprises et avons transféré leurs comptes de BMO MC aux Services bancaires PE - Etats-Unis. Les chiffres des périodes précédentes ont été retraités pour refléter ce reclassement.

Services d'entreprise

Les Services d'entreprise comprennent les unités fonctionnelles qui offrent une expertise et un soutien en matière de gouvernance dans des domaines tels que la planification stratégique, le droit, les finances, la vérification interne, la gestion des risques, les communications, l'économie, le marketing d'entreprise, les ressources humaines et l'apprentissage. Les résultats d'exploitation comprennent les revenus et les frais liés à certaines activités de titrisation, aux opérations de couverture visant les revenus de sources étrangères et aux activités relevant de la gestion de certains postes du bilan et de la structure globale de l'actif et du passif.

L'unité Technologie et opérations (T&O) nous fournit des services de gestion, de soutien et de gouvernance en matière de technologie de l'information, de services d'exploitation, d'opérations immobilières et d'impartition. T&O axe ses efforts sur les priorités liées à la qualité et à l'efficience établies à l'échelle de l'organisation afin d'offrir aux clients une expérience exceptionnelle.

Aux fins de la communication de l'information financière, les résultats d'exploitation de T&O sont inclus dans ceux des Services d'entreprise. Cependant, les coûts des services de T&O sont transférés aux trois groupes d'exploitation. Par conséquent, les résultats des Services d'entreprise reflètent en grande partie les activités décrites plus haut.

Les données des Services d'entreprise comprennent également les revenus et les frais résiduels représentant l'écart entre les montants réellement gagnés ou engagés et les montants affectés à chaque groupe d'exploitation.

Normes de présentation

La présentation des résultats de nos unités d'exploitation est fondée sur nos systèmes internes de communication de l'information financière. Les conventions comptables utilisées par ces unités sont généralement conformes à celles qui sont utilisées dans la préparation des états financiers consolidés, tel que nous l'expliquons à la note 1. Les différences notables dans les mesures comptables sont le rajustement sur une base d'imposition comparable et les dotations à la provision pour pertes sur créances, qui sont expliqués ci-dessous.

Base d'imposition comparable

Nous analysons le revenu net d'intérêts sur une base d'imposition comparable (bic) par groupe d'exploitation. Cette base comprend un rajustement qui augmente les revenus calculés selon les PCGR et la charge d'impôts sur les bénéfices établie selon les PCGR d'un montant qui porterait les revenus tirés de certains éléments exonérés d'impôt à un niveau auquel ces revenus sont assujettis à l'impôt, au taux d'imposition prévu par la loi. Les rajustements bic des groupes d'exploitation sont éliminés dans les résultats des Services d'entreprise.

Pour le trimestre considéré, nous avons comptabilisé certaines opérations de BMO MC sur une base qui reflète leur bic. Nous estimons que ces ajustements sont utiles et qu'ils traduisent la façon dont BMO MC gère ses activités, puisqu'ils permettent une meilleure comparaison entre les revenus imposables et les revenus assortis d'avantages fiscaux. La variation donne lieu à des augmentations du revenu net d'intérêts et des impôts sur les bénéfices de BMO MC, et des montants correspondants sont enregistrés dans les Services d'entreprise. De façon globale, le revenu net des deux groupes n'a pas varié. Les chiffres des périodes précédentes ont été retraités pour tenir compte de ce reclassement.

Dotations à la provision pour pertes sur créances

Les dotations à la provision pour pertes sur créances sont généralement établies à l'égard de chaque groupe en fonction des pertes prévues pour chacun des groupes. Les écarts entre les dotations pour pertes prévues et les dotations exigées en vertu des PCGR sont attribués aux Services d'entreprise.

Comptabilisation des opérations de titrisation

Au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2010, nous avons modifié notre façon de présenter les actifs titrisés dans nos informations sectorielles. Auparavant, certains actifs hypothécaires titrisés n'étaient pas présentés dans le bilan de PE Canada. Désormais, nous présentons tous les actifs hypothécaires titrisés dans PE Canada et les montants compensatoires sont comptabilisés dans les Services d'entreprise. Le revenu net d'intérêts gagné sur l'ensemble des actifs hypothécaires titrisés est compris dans le revenu net d'intérêts de PE Canada. Auparavant, le revenu net d'intérêts gagné sur certains actifs hypothécaires titrisés était inclus dans le revenu autre que d'intérêts de PE Canada. Les données des périodes antérieures au 31 janvier 2010 ont été retraitées en fonction de cette nouvelle présentation.

Répartitions intergroupes

Diverses méthodes d'estimation et de répartition sont utilisées dans la préparation de l'information financière concernant les groupes d'exploitation. Nous attribuons les frais directement liés à la production de revenus aux groupes qui ont obtenu ces revenus. Les frais qui ne sont pas directement liés à la production de revenus, comme les frais généraux, sont répartis entre les groupes d'exploitation selon des formules de répartition appliquées de manière uniforme. Le revenu net d'intérêts des groupes d'exploitation reflète la répartition interne des charges et des crédits attribués aux actifs, aux passifs et au capital des groupes, aux taux du marché, compte tenu des échéances et des devises appropriées. La compensation de l'incidence nette de ces charges et crédits est reflétée dans les résultats des Services d'entreprise.

Information géographique

Nous exerçons nos activités principalement au Canada et aux Etats-Unis mais aussi au Royaume-Uni, en Europe, dans les Caraïbes et en Asie, régions qui sont regroupées sous le poste Autres pays. Nous répartissons nos résultats par région selon l'emplacement du groupe responsable de la gestion des actifs, des passifs, des revenus et des frais y afférents, sauf pour ce qui est de la dotation consolidée à la provision pour pertes sur créances, qui est répartie en fonction du pays où le risque ultime est assumé.

Le tableau ci-dessous présente nos résultats et actifs moyens répartis par unité d'exploitation :



(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
Pour la période Total
de trois mois Services (selon
terminée le 31 PE PE Groupe d'entre- les
juillet 2010 2) Canada Etats-Unis GP BMO MC prise 1) PCGR)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 1 065 275 92 355 (216) 1 571
Revenu autre que
d'intérêts 425 86 452 326 47 1 336
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 1 490 361 544 681 (169) 2 907
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 129 31 1 66 (13) 214
Amortissement 32 17 9 11 49 118
Frais autres que
d'intérêts 731 251 393 410 (5) 1 780
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 598 62 141 194 (200) 795
Impôts sur les
bénéfices 172 22 33 64 (184) 107
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - 19 19
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 426 40 108 130 (35) 669
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 147 195 32 517 14 425 197 638 5 842 397 617
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition
(au) 121 1 026 364 114 2 1 627
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Pour la période Total
de trois mois Services (selon
terminée le 31 PE PE Groupe d'entre- les
juillet 2009 2) Canada Etats-Unis GP BMO MC prise 1) PCGR)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 975 276 87 390 (262) 1 466
Revenu autre que
d'intérêts 387 87 434 568 36 1 512
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 1 362 363 521 958 (226) 2 978
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 97 23 1 37 259 417
Amortissement 36 18 8 13 51 126
Frais autres que
d'intérêts 699 233 394 469 (48) 1 747
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 530 89 118 439 (488) 688
Impôts sur les
bénéfices 168 31 5 129 (221) 112
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - 19 19
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 362 58 113 310 (286) 557
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 139 761 37 691 12 941 232 280 (156) 422 517
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition
(au) 119 979 345 106 2 1 551
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Pour la période Total
de neuf mois Services (selon
terminée le 31 PE PE Groupe d'entre- les
juillet 2010 2) Canada Etats-Unis GP BMO MC prise 1) PCGR)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 3 073 799 266 1 095 (608) 4 625
Revenu autre que
d'intérêts 1 236 247 1 386 1 350 137 4 356
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 4 309 1 046 1 652 2 445 (471) 8 981
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 370 93 5 198 130 796
Amortissement 97 48 28 31 148 352
Frais autres que
d'intérêts 2 095 697 1 170 1 328 (75) 5 215
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 1 747 208 449 888 (674) 2 618
Impôts sur les
bénéfices 523 71 110 284 (497) 491
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - 56 56
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 1 224 137 339 604 (233) 2 071
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 144 069 32 441 14 037 199 417 4 909 394 873
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition
(au) 121 1 026 364 114 2 1 627
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Pour la période Total
de neuf mois Services (selon
terminée le 31 PE PE Groupe d'entre- les
juillet 2009 2) Canada Etats-Unis GP BMO MC prise 1) PCGR)
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 2 819 956 265 1 245 (1 157) 4 128
Revenu autre que
d'intérêts 1 085 262 1 202 1 030 368 3 947
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 3 904 1 218 1 467 2 275 (789) 8 075
Dotation à la
provision pour
pertes sur créances 285 69 4 113 746 1 217
Amortissement 105 61 23 34 139 362
Frais autres que
d'intérêts 2 026 731 1 143 1 306 34 5 240
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts
et part des
actionnaires sans
contrôle dans des
filiales 1 488 357 297 822 (1 708) 1 256
Impôts sur les
bénéfices 471 122 44 209 (787) 59
Part des actionnaires
sans contrôle dans
des filiales - - - - 57 57
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 1 017 235 253 613 (978) 1 140
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 139 773 44 028 11 057 257 768 (4 047) 448 579
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition
(au) 119 979 345 106 2 1 551
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
1) Les Services d'entreprise comprennent l'unité Technologie et opérations.
2) Les données des groupes d'exploitation sont présentées sur une base
d'imposition comparable - voir la section Normes de présentation.

Les données des périodes antérieures ont été retraitées afin de tenir compte
des changements apportés, au cours de la période à l'étude, à la structure
organisationnelle et au mode de présentation.


Le tableau ci-dessous présente nos résultats et actifs moyens répartis par
région :

(en millions de dollars canadiens)
----------------------------------------------------------------------------
Pour la période de trois mois Autres
terminée le 31 juillet 2010 Canada Etats-Unis pays Total
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 1 198 346 27 1 571
Revenu autre que d'intérêts 1 004 281 51 1 336
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 2 202 627 78 2 907
Dotation à la provision pour pertes
sur créances 110 104 - 214
Amortissement 88 29 1 118
Frais autres que d'intérêts 1 270 467 43 1 780
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts et part des
actionnaires sans contrôle dans des
filiales 734 27 34 795
Impôts sur les bénéfices 102 8 (3) 107
Part des actionnaires sans contrôle
dans des filiales 15 4 - 19
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 617 15 37 669
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 252 642 116 854 28 121 397 617
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition (au) 448 1 158 21 1 627
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Pour la période de trois mois Autres
terminée le 31 juillet 2009 Canada Etats-Unis pays Total
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 1 020 380 66 1 466
Revenu autre que d'intérêts 1 083 287 142 1 512
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 2 103 667 208 2 978
Dotation à la provision pour pertes
sur créances 154 243 20 417
Amortissement 93 32 1 126
Frais autres que d'intérêts 1 268 439 40 1 747
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts et part des
actionnaires sans contrôle dans des
filiales 588 (47) 147 688
Impôts sur les bénéfices 135 (26) 3 112
Part des actionnaires sans contrôle
dans des filiales 13 6 - 19
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 440 (27) 144 557
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 262 875 130 315 29 327 422 517
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition (au) 436 1 091 24 1 551
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Pour la période de neuf mois Autres
terminée le 31 juillet 2010 Canada Etats-Unis pays Total
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 3 521 1 012 92 4 625
Revenu autre que d'intérêts 3 238 944 174 4 356
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 6 759 1 956 266 8 981
Dotation à la provision pour pertes
sur créances 387 417 (8) 796
Amortissement 264 85 3 352
Frais autres que d'intérêts 3 747 1 341 127 5 215
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts et part des
actionnaires sans contrôle dans des
filiales 2 361 113 144 2 618
Impôts sur les bénéfices 462 26 3 491
Part des actionnaires sans contrôle
dans des filiales 42 14 - 56
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 1 857 73 141 2 071
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 256 020 111 248 27 605 394 873
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition (au) 448 1 158 21 1 627
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------


Pour la période de neuf mois Autres
terminée le 31 juillet 2009 Canada Etats-Unis pays Total
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net d'intérêts 2 636 1 230 262 4 128
Revenu autre que d'intérêts 2 896 919 132 3 947
----------------------------------------------------------------------------
Revenu total 5 532 2 149 394 8 075
Dotation à la provision pour pertes
sur créances 392 805 20 1 217
Amortissement 256 103 3 362
Frais autres que d'intérêts 3 721 1 401 118 5 240
----------------------------------------------------------------------------
Revenu avant impôts et part des
actionnaires sans contrôle dans des
filiales 1 163 (160) 253 1 256
Impôts sur les bénéfices 174 (112) (3) 59
Part des actionnaires sans contrôle
dans des filiales 40 17 - 57
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Revenu net 949 (65) 256 1 140
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Actif moyen 269 085 149 384 30 110 448 579
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition (au) 436 1 091 24 1 551
----------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------

Les données des périodes antérieures ont été retraitées afin de tenir compte
des changements apportés, au cours de la période à l'étude, à la structure
organisationnelle et au mode de présentation.


Assemblée annuelle de 2011
La prochaine assemblée annuelle des actionnaires aura lieu
le mardi 22 mars 2011 à Vancouver, en Colombie-Britannique.


Renseignements