Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

23 janv. 2007 14h50 HE

CTC/M. Georgetti au sujet des pensions : «Le raisonnement de la FCEI est sens dessus dessous»

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 23 jan. 2007) - Le Congrès du travail du Canada incite la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) à reconsidérer ses conclusions sur le droit des employés et employées du secteur public à des pensions qu'ils méritent par leur dur travail et leurs cotisations afin de pouvoir vivre leurs vieux jours dans la dignité et la sécurité économique.

"La pensée de la FCEI est sens dessus dessous et sa soi-disant étude sur les pensions n'indique pas les vrais problèmes", déclare Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

"Au lieu de chercher une marée montante qui lève tous les bateaux, la FCEI tente de faire couler les modestes perspectives de retraite de classe moyenne dont les employées et employés publics se sont dotés grâce à leur dur travail."

M. Georgetti a écrit une lettre à Catherine Swift, présidente de la FCEI, au sujet de ses déclarations publiques sur la question. Il s'étonne que ces déclarations expriment un point de vue qui ne favorise nullement les membres de la FCEI.

"Puisque les Canadiens et les Canadiennes s'attendent de tirer un meilleur revenu des régimes de pensions publics et privés... un plus grand nombre de pensionnés pourraient acheter les biens et les services des petits et moyens employeurs qui jouent un rôle crucial dans l'économie canadienne."

"Collaborons à l'établissement d'une stratégie permettant de voir à ce que les petits et moyens employeurs aient des régimes de retraite acceptables. Il y a de nombreuses idées à cette fin."

"L'une d'entre elles est de demander une bien meilleure réglementation des comptes d'épargne personnelle comme les REER canadiens. Nous devrions faire pression sur le Parlement ensemble pour qu'il réglemente mieux notre secteur des services financiers afin que les Canadiens et Canadiennes qui travaillent dur conservent une plus grande partie de leurs fonds de retraite."

Une autre idée serait l'instauration d'un " supplément volontaire employeur / employé au Régime de pensions du Canada. Les petits et moyens employeurs qui n'ont pas les ressources pour avoir leur propre régime de retraite pourraient payer une somme modeste au RPC, et les travailleurs et travailleuses pourraient faire de même. Ils pourraient profiter de la solidité de ce roc de Gibraltar du Canada."

Et la lettre se termine comme suit : "Dans un marché du travail en diminution, cela pourrait faire des merveilles pour la conservation du personnel des membres de la FCEI... L'avenir de la sécurité de la retraite du Canada repose entre nos mains. Mettons de côté les armes idéologiques et examinons une politique qui permet aux travailleuses et aux travailleurs canadiens d'avancer ensemble."

Le texte intégral de la lettre se trouve sur le site Web du Congrès du travail du Canada, à côté du présent communiqué de presse.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 135 conseils du travail de district. Site web : www.congresdutravail.ca

Renseignements

  • Congrès du travail du Canada
    Jean Wolff
    613-526-7431 et 613-878-6040