Environnement Canada

Environnement Canada

26 août 2009 10h41 HE

Célébration de l'investissement du gouvernement du Canada dans des réserves canadiennes de la biosphere dans le sud-ouest de la Nouvelle-Ecosse

ANNAPOLIS ROYAL, NOUVELLE-ECOSSE--(Marketwire - 26 août 2009) - Au nom du ministre de l'Environnement Jim Prentice, Greg Kerr, député de West Nova, se joint à des représentants de la réserve de la biosphère de Southwest Nova pour célébrer la récente annonce d'un financement de 5 millions de dollars échelonné sur cinq ans, fourni par le gouvernement du Canada, pour 14 des 15 réserves de la biosphère au Canada et l'Association de la réserve de la biosphère de Southwest Nova. Dans le cadre de ce financement, la réserve de la biosphère de Southwest Nova recevra 57 000 $ par an jusqu'en 2013.

Le ministre Prentice a déclaré ce qui suit : "Cet engagement reflète l'importance que le gouvernement du Canada accorde à la protection de la riche biodiversité de l'ensemble du pays. Les réserves de la biosphère au Canada sont d'excellents exemples d'initiatives communautaires qui visent à protéger notre environnement naturel tout en assurant la croissance continue de l'économie locale d'une façon écologiquement durable".

Les réserves de la biosphère sont des aires désignées et reconnues à l'échelle internationale par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le but d'y mettre à l'essai des approches pratiques axées sur le maintien d'un équilibre entre la conservation et le développement. Elles comprennent une ou plusieurs aires protégées majeures, une zone tampon accueillant des activités compatibles avec l'aire de conservation et une vaste aire de coopération dans laquelle des pratiques de gestion durable des ressources sont encouragées et élaborées. Le réseau mondial compte 553 réserves de la biosphère dans 107 pays.

Bob Maher, président de l'Association de la réserve de la biosphère de Southwest Nova, a déclaré ce qui suit : "Grâce à ce financement, nous avons pu embaucher un coordonnateur de projet et commencer à répondre à des préoccupations régionales liées à la mobilisation des jeunes et au développement rural. Le nouveau financement renforcera notre réseau national de réserves de la biosphère et notre collaboration avec des organisations environnementales du sud-ouest de la Nouvelle-Ecosse".

La réserve de la biosphère de Southwest Nova a été désignée comme telle par l'UNESCO en 2001. Elle couvre 1 546 374 hectares et comprend les comtés d'Annapolis, de Digby, de Yarmouth, de Shelburne et de Queens, ainsi que le lieu historique et parc national du Canada Kejimkujik et l'espace naturel Tobeatic. Elle abrite plus de 30 espèces en péril telles que la couleuvre mince, le petit polatouche, le monarque, la tortue mouchetée, le corégone de l'Atlantique, le Pluvier siffleur, la flore de la plaine côtière de l'Atlantique et des lichens rares.

Greg Kerr a déclaré ce qui suit : "La réserve de la biosphère de Southwest Nova est un excellent exemple d'initiative communautaire qui favorise la conservation et la protection de notre environnement naturel tout en assurant la croissance continue de l'économie et des collectivités locales d'une façon écologiquement durable".

L'investissement du gouvernement du Canada facilitera des activités et des projets entrepris dans la réserve de la biosphère et liés à la conservation, au développement durable et au renforcement des capacités dans les domaines de la recherche et de l'éducation. Il aidera aussi à coordonner des projets de sensibilisation des jeunes et de mobilisation communautaire, à promouvoir le tourisme et les activités économiques durables, à intégrer la planification de la viabilité des collectivités des 16 unités municipales de la réserve de la biosphère de Southwest Nova et à sensibiliser le public.

Heureux de l'annonce d'aujourd'hui, Gerald Keddy, député de South Shore-Margaret's, a ajouté ce qui suit : "En favorisant des pratiques de gestion durable des ressources, la réserve de la biosphère de Southwest Nova renforce la valeur de conservation des aires protégées du Canada. Le gouvernement du Canada est fier de soutenir une organisation qui partage son engagement à l'égard de la conservation des terres et de la protection de la biodiversité".

Also available in English


FICHE D'INFORMATION

RESERVES DE LA BIOSPHERE DU CANADA

Les réserves de la biosphère sont des aires désignées et reconnues à l'échelle internationale par l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture), dans le cadre du Programme sur l'homme et la biosphère (MAB), dans le but d'y mettre à l'essai des approches pratiques axées sur le maintien d'un équilibre entre la conservation et le développement. Elles comprennent une ou plusieurs aires protégées majeures telles que des parcs nationaux ou des réserves nationales de faune aux fins de la conservation des écosystèmes et de la biodiversité indigène, une zone tampon accueillant des activités compatibles avec l'aire de conservation et une vaste aire de coopération dans laquelle les pratiques de gestion durable des ressources sont encouragées et élaborées. L'Association canadienne des réserves de la biosphère compte 15 réserves qui couvrent une superficie totale de 102 237 kilomètres carrés dans 8 provinces.

Le programme, en vigueur depuis 1970, compte 553 sites actuellement reconnus dans 107 pays. Dans les réserves de la biosphère, les gens mettent en pratique diverses manières de soutenir l'économie locale et d'utiliser les ressources tout en conservant la diversité biologique.

Des mécanismes de gouvernance ont été établis dans le but d'utiliser des connaissances scientifiques en vue :

- de réduire la perte de biodiversité;

- d'améliorer les moyens de subsistance;

- d'améliorer les conditions sociales, économiques et culturelles et ainsi assurer la durabilité de l'environnement.

Les réserves de la biosphère sont des organisations bénévoles qui reçoivent parfois du financement pour des projets déterminés, selon les circonstances particulières et l'importance historique, ou encore des contributions en nature dans le cadre de programmes gouvernementaux ou par l'intermédiaire de fondations privées.

La plupart des réserves de la biosphère au Canada sont constituées en organisations sans but lucratif, et certaines ont le statut d'organisations de bienfaisance. Les autres sont administrées par des organisations établies dans leur région respective. Les activités qu'on y entreprend sont déterminées dans le cadre de programmes locaux, mais certaines peuvent être liées à des programmes nationaux ou internationaux.

Les réserves de la biosphère lancent des projets mis en oeuvre dans le cadre de partenariats avec des entreprises et des organisations gouvernementales ou non qui manifestent leur intérêt. Elles dirigent également des activités et des projets entrepris par d'autres organisations qui partagent les mêmes objectifs.

Exemples de projets :

- Etablissement de parcelles de surveillance de la biodiversité forestière (la réserve de la biosphère de l'Escarpement du Niagara offre aussi à des étudiants une formation dans le cadre d'un partenariat avec l'Université de Waterloo)

- Elaboration d'un modèle national pour la promotion et la détermination de possibilités de tourisme durable, notamment dans la réserve de la biosphère de l'Arche de Frontenac

- Elaboration de modèles locaux pour des activités d'adaptation aux changements climatiques dans le cadre d'une collaboration avec l'Université de Toronto

- Construction de parcelles témoins pour la restauration écologique

L'ASSOCIATION CANADIENNE DES RESERVES DE LA BIOSPHERE

L'Association canadienne des réserves de la biosphère (ACRB) est une organisation de bienfaisance sans but lucratif établie à Ottawa. Créée en 1998, elle vise à faciliter la communication et la collaboration entre les réserves de la biosphère du Canada.

En outre, l'ACRB permet de présenter d'une seule voix des projets d'envergure nationale et met en valeur les réserves de la biosphère comme modèles de développement communautaire durable. Elle élabore et dirige des projets nationaux au profit de l'ensemble de ses réserves. Ces projets portent notamment sur la surveillance de la biodiversité, le développement de l'écotourisme, la cartographie des changements des paysages, l'adaptation aux changements climatiques, la restauration écologique, l'élaboration de plans de coopération et le suivi social. L'ACRB assure aussi des levées de fonds, des activités de communication et la publication de matériel didactique.

L'ACRB est dirigée par un conseil d'administration qui comprend un directeur représentant chacune des 15 réserves de la biosphère, un représentant de Parcs Canada et un représentant d'Environnement Canada. Ce conseil donne des avis sur les projets proposés par l'ACRB et les orientations stratégiques, notamment en ce qui concerne les levées de fonds et les stratégies de partenariat. Lors de sa réunion annuelle tenue en juin, l'ACRB a commencé à élaborer un plan stratégique qui définira son orientation pour les cinq prochaines années.

FINANCEMENT

Dans le Budget de 2008, le gouvernement du Canada a prévu un financement de 5 millions de dollars échelonné sur cinq ans pour soutenir les réserves de la biosphère et l'ACRB.

Des 15 réserves de la biosphère du Canada, 14 recevront un financement. La quinzième - celle de la baie Clayoquot - reçoit déjà un financement de base du gouvernement fédéral.

Renseignements

  • Cabinet du ministre de l'Environnement
    Frédéric Baril
    Attaché de presse
    819-997-1441
    ou
    Environnement Canada
    Relations avec les médias
    819-934-8008
    1-888-908-8008
    www.ec.gc.ca