Croix-Rouge canadienne

Croix-Rouge canadienne
Action Mines Canada

Action Mines Canada
Embajada de Mexico en Canada

Embajada de Mexico en Canada

05 nov. 2007 09h00 HE

Des membres de la société civile et de la communauté diplomatique se réunissent à l'occasion de la Journée mondiale d'action pour l'interdiction des bombes à sous-munitions

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 5 nov. 2007) - La Journée mondiale d'action pour l'interdiction des bombes à sous-munitions (BASM) a lieu aujourd'hui, le lundi 5 novembre 2007. A cette occasion, des femmes et des hommes du monde entier se mobiliseront pour faire part à leurs gouvernements de leurs inquiétudes au sujet de l'utilisation des BASM et pour les sensibiliser aux graves torts qui sont causés aux populations civiles et qui sont à fois prévisibles et évitables. Cette date marque une autre étape clé : nous sommes à un mois de la prochaine conférence du processus d'Oslo, qui se tiendra à Vienne, du 5 au 7 décembre, et au cours de laquelle s'ouvriront les négociations sur les dispositions d'un nouveau traité devant être conclu d'ici 2008.

Pour souligner cette date importante, Action Mines Canada, le chef de file de la campagne canadienne pour l'interdiction des BASM et des mines antipersonnel, donne une réception ce soir en l'honneur de la communauté diplomatique, en collaboration avec les ambassades d'Autriche et du Mexique - deux des pays faisant partie du noyau dur qui est le moteur du processus d'Oslo. Cette réunion permettra aux délégués de ces pays et aux membres de la société civile d'examiner les défis qu'il faudra relever d'ici l'adoption d'un nouveau traité et de célébrer leur participation à un processus historique. Par ailleurs, elle donnera l'occasion aux délégués des pays qui restent en dehors du processus d'être informés des derniers développements en ce qui concerne le projet de traité sur l'interdiction des BASM. L'objectif que se sont fixé les participants au processus d'Oslo est ambitieux : ils souhaitent conclure le traité d'ici 2008. La Conférence de Vienne s'ouvrira le 4 décembre par une séance de discussion au sommet.

"Le processus d'Oslo visant à négocier un nouveau traité sur les BASM d'ici 2008 a été lancé en février dernier. Sept mois plus tard, plus de 80 pays, y compris la moitié de ceux qui produisent et qui stockent ces armes, se sont déjà engagés dans le processus, a déclaré Son Excellence Otto Ditz, ambassadeur de l'Autriche. Ce soutien extraordinaire de la part des Etats qui ont investi lourdement dans les BASM vient renforcer la nécessité de prendre rapidement des mesures pour interdire ces armes."

La Croix-Rouge canadienne, qui milite activement pour l'interdiction des BASM qui sont peu fiables et qui manquent de précision, a tenu une conférence de presse ce matin en collaboration avec Action Mines Canada. "La Croix-Rouge canadienne vise à améliorer la vie des personnes les plus vulnérables en suscitant un élan humanitaire au Canada et partout dans le monde. Elle a pour mission de protéger et de faire respecter la personne humaine en préconisant l'application du droit et des valeurs humanitaires, explique Paul Wharram, secrétaire général par intérim de la Croix-Rouge canadienne. Le fait qu'on ait eu recours aux BASM au cours des 40 dernières années, notamment pour atteindre des cibles militaires dans des régions densément peuplées - une situation qui est bien plus courante qu'on ne pourrait le croire de nos jours - nous préoccupe beaucoup. D'ici l'adoption d'un nouveau traité, nous demandons au Canada et aux autres gouvernements de cesser immédiatement d'utiliser ces armes et de détruire leurs stocks."

"On ne se demande plus si un nouveau traité sur les BASM verra le jour. Aujourd'hui, on se pose plutôt des questions sur l'efficacité d'un tel instrument, a déclaré Son Excellence, Emilio Goicoechea, ambassadeur du Mexique. Un nouveau traité solide et efficace devra être global et fondé sur une approche intégrée. Il devra être fondamentalement axé sur l'aspect humanitaire, et pas uniquement sur le désarmement. En fait, il ne visera pas à interdire une catégorie d'armes, mais plutôt à protéger les populations civiles et à les aider à faire face aux répercussions de la guerre."

"Ce que nous avons retenu du processus d'Ottawa visant l'interdiction des mines antipersonnel, il y a dix ans, c'est que l'adoption d'un traité solide et efficace a également des répercussions majeures sur les pays qui ne s'engagent pas immédiatement dans le processus. Elle impose un nouveau modèle de comportement que presque tous les gouvernements sont prêts à suivre, précise Paul Hannon, directeur général d'Action Mines Canada. Nous pensons que l'histoire se répétera dans le cas du traité sur les BASM. Une fois qu'il sera entré en vigueur, rares sont les Etats qui seront prêts à essuyer les reproches que la communauté internationale ne manquera pas de formuler chaque fois que des BASM seront utilisées."

Action Mines Canada (AMC), une coalition d'organisations non gouvernementales canadiennes, est un chef de file international qui ouvre afin d'enrayer les graves conséquences qu'entraînent les mines et autres débris de guerre explosifs (DGE) sur les plans humanitaire, environnemental et du développement.

La Croix-Rouge canadienne est membre du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est formé de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, du Comité international de la Croix-Rouge et de 185 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. La Croix Rouge canadienne vise à améliorer les conditions d'existence des personnes vulnérables en mobilisant le pouvoir de l'humanité au Canada et partout dans le monde.

Pour plus de renseignements sur les événements, les BASM ou la pétition, visitez notre site Web, au www.minesactioncanada.org.

La Croix-Rouge canadienne est membre du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est formé de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, du Comité international de la Croix-Rouge et de 185 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. La Croix-Rouge canadienne vise à améliorer les conditions d'existence des personnes vulnérables en mobilisant le pouvoir de l'humanité au Canada et partout dans le monde.

Renseignements

  • Action Mines Canada
    Janis Grychowski
    613-241-3777
    613-620-1653
    ou
    Croix-Rouge canadienne
    Angela Hoyt
    613-740-1994
    613-222-6196