Agence spatiale canadienne

Agence spatiale canadienne

02 juil. 2009 14h34 HE

Des scientifiques canadiens mettent à jour des indices sur le cycle de l'eau sur Mars

LONGUEUIL, QUEBEC--(Marketwire - 2 juillet 2009) - D'après les résultats préliminaires de la mission du module d'atterrissage martien Phoenix (publiés cette semaine dans le magazine Science), la neige et les nuages de glace et d'eau jouent un rôle crucial dans l'échange d'eau entre l'atmosphère et la surface de Mars, ce qui porte à croire que la planète rouge et la Terre se ressemblent plus qu'on ne le croyait jusqu'à présent.

La découverte surprise de neige martienne a été faite en 2008 par la station météorologique de confection canadienne embarquée sur l'atterrisseur martien Phoenix. Cette découverte aide maintenant à expliquer l'évolution du cycle de l'eau sur Mars et à comprendre, tout spécialement, les changements saisonniers, soient la progression en hiver et le retrait en été, de la calotte glaciaire se trouvant aux pôles martiens. L'équipe scientifique qui a contribué à l'article intitulé Mars Water-Ice Clouds and Precipitation explique comment la vapeur d'eau est projetée en altitude pendant la journée pour former, dans la basse atmosphère, des nuages de cristaux de glace qui ressemblent à des nuages cirrus sur Terre et comment, au cours de la nuit, l'eau précipite dans l'atmosphère pour se transformer en neige.

"Ce phénomène est similaire au poudrin de glace observé dans l'Arctique. Si on scrute le ciel de nuit dans cette région, on peut voir de fins cristaux de glace tomber doucement vers nous", explique le scientifique en chef pour la station météorologique de Phoenix Jim Whiteway, de l'Université York. "On peut toujours voir les étoiles dans le ciel, mais c'est comme une faible chute de neige continuelle composée de cristaux de glace."

Avant la mission Phoenix, les scientifiques ne s'attendaient pas à observer des précipitations sur Mars. Ils n'avaient pas, non plus, prédit que les nuages se formaient aussi bas. "Nous savions que la calotte glaciaire progressait aussi loin que le site d'atterrissage de Phoenix en hiver, mais nous ne savions pas comment la vapeur d'eau circulait entre l'atmosphère et le sol", dit Whiteway. "Maintenant, nous savons qu'il neige sur Mars et que ce phénomène fait partie du cycle hydrologique de la planète."

La participation du Canada à la mission Phoenix a mis à profit l'expertise de l'Agence spatiale canadienne, du secteur privé et de la communauté scientifique des quatre coins du pays. "La station météorologique du module Phoenix est un hommage au talent et à la vigueur du secteur spatial canadien", dit Alain Berinstain, directeur de l'Exploration planétaire et de l'Astronomie spatiale à l'Agence spatiale canadienne. "Ce n'est pas une mince tâche que de construire une série d'instruments scientifiques assez délicats pour pouvoir prendre des mesures très précises, mais assez robustes pour survivre à un voyage vers Mars. La station météorologique du Canada a fonctionné comme un charme tout au long de la mission en dépit de l'environnement hostile de la planète rouge. Elle a recueilli des données d'une grande précision qui ont permis aux scientifiques canadiens de découvrir une nouvelle pièce dans le casse-tête martien."

L'Université York dirige l'équipe scientifique canadienne avec la participation de l'Université de l'Alberta, de l'Université Dalhousie, d'Optech et de Ressources naturelles Canada (Commission géologique du Canada) et la collaboration internationale de l'Institut météorologique de la Finlande. MDA Missions spatiales est l'entrepreneur principal chargé de la station météorologique en partenariat avec Optech. L'Agence spatiale canadienne a investi 37 millions de dollars dans la conception, la construction et l'exploitation de la station météorologique et le soutien scientifique connexe.

Quelques heures après l'atterrissage de la sonde Phoenix, la station météorologique a commencé à relayer vers la Terre les données de température et de pression prises au site d'atterrissage et à mesurer la poussière, les nuages et le brouillard dans la basse atmosphère. Pendant la mission, on a enregistré une température maximale de moins 19,6 degrés Celsius et une température minimale de moins 97,7 degrés Celsius. Le lidar canadien à bord du module Phoenix (un instrument laser de la taille d'une boîte à chaussures) a sondé l'atmosphère martienne sur une base quotidienne pendant toute la durée de la mission pour un total d'environ 137 heures d'exploitation (approximativement une heure par journée martienne) émettant ainsi 49 423 600 impulsions laser. Juché au sommet du mât de la station météorologique, le capteur de vent provenant de l'Université d'Aarhus au Danemark a mesuré la vitesse et la direction des vents et a détecté la présence de plusieurs tourbillons de poussière au site d'atterrissage. Les vents au site d'atterrissage de Phoenix atteignaient généralement entre 3 et 5 mètres par seconde, soit entre 11 et 18 km/h. Cette moyenne a augmenté à environ 10 m/s, ou 36 km/h, pour les 50 derniers sols de la mission, lorsque l'hiver s'est installé. Les vents ont atteint une vitesse record de 16 m/s ou 58 km/h.

L'article écrit par l'équipe scientifique canadienne est disponible aux journalistes abonnés à la page Web Science de SciPak dans la section sécurisée d'EurekAlert!. Pour ce faire, il suffit de consulter le site Web http://www.eurekalert.org/jrnls/sci/. Les journalistes peuvent aussi demander une copie de l'article en communiquant avec l'équipe de SciPak au 202-326-6440 ou à scipak@aaas.org.

La mission Phoenix est dirigée par le chercheur principal Peter H. Smith de l'Université de l'Arizona et son équipe de cochercheurs. Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA s'occupe de gérer le projet, tandis que Lockheed Martin Space Systems veille au développement du partenariat. L'Agence spatiale canadienne, l'Université de Neuchâtel (Suisse), l'Université de Copenhague, l'Université d'Aarhus (Danemark), l'Institut Max Planck (Allemagne) et l'Institut météorologique de la Finlande contribuent également à la mission.

A propos de l'Agence spatiale canadienne

Etablie en 1989, l'Agence spatiale canadienne est chargée de coordonner, au nom du gouvernement du Canada, tous les programmes et politiques civils dans le domaine spatial. L'ASC dispense ses services dans les quatre grands axes suivants : observation de la Terre, exploration et sciences spatiales, télécommunications par satellites et sensibilisation à l'espace et éducation. L'ASC mise sur la collaboration internationale pour favoriser le développement industriel et la recherche scientifique de calibre mondial au profit de l'humanité.

Renseignements

  • Agence spatiale canadienne
    Media Relations
    450-926-4370
    www.asc-csa.gc.ca
    ou
    Université York - Relations avec les médias
    Janice Walls
    416-736-2100 x22101
    wallsj@yorku.ca