Technologies du développement durable Canada

Technologies du développement durable Canada

15 juin 2010 16h08 HE

Développement du secteur des techniques propres d'ici 2020 : Le secteur des technologies propres promet de devenir une des locomotives de la croissance économique du Québec

Rapport sur la croissance et la mise en marché des technologies propres de TDDC 2010 : Publication aujourd'hui de l'édition québécoise

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 15 juin 2010) - TDDC souligne la publication aujourd'hui de l'édition québécoise du premier rapport exhaustif canadien sur les industries associées aux technologies propres. La version québécoise du 2010 SDTC Cleantech Growth and Go-to-Market Report , écrite par le Groupe Russell Mitchell, est basée sur les données fournies par 168 entreprises œuvrant dans le secteur des technologies propres, dont 33 sont établies au Québec.

« Ce rapport illustre les forces du Québec dans la mise au point des technologies propres, et il trace la stratégie qui lui permettra de devenir encore plus fort, affirme Vicky Sharpe, présidente-directrice générale de Technologies du développement durable Canada (TDDC). Il est essentiel de compter sur des appuis solides à l'intérieur du pays afin d'attirer le capital de financement nécessaire pour commercialiser les produits et être concurrentiel sur le marché mondial. Les gouvernements ont un rôle permanent à jouer dans la consolidation des entreprises québécoises axées sur les technologies propres et dans le développement des marchés intérieurs. »

Dans le rapport, on formule entre autres les observations suivantes :

  • En moyenne, le Québec possède deux fois plus d'entreprises de technologies propres fondées sur la propriété intellectuelle développée en milieu universitaire que le reste du pays. Ceci est de bon augure pour les technologies propres du Québec, car la propriété intellectuelle reposant sur la recherche universitaire est caractéristique des entreprises connaissant une forte croissance.
  • Le Québec est un chef de file dans le développement des technologies reliées à l'eau, et il compte plus d'entreprises œuvrant dans ce domaine que toute autre province.
  • Dans l'ensemble, les entreprises québécoises axées sur les technologies propres sont plus évoluées que celles établies ailleurs au Canada. L'âge moyen d'une entreprise de technologies propres canadienne est de quatorze ans, tandis que celui d'une telle société québécoise est de dix-neuf ans.
  • Malgré la maturité de ses entreprises, les réseaux de distribution des produits et procédés propres du Québec sont en général moins élaborés que ceux du reste du Canada.

Le rapport expose également le plan « 20 d'ici 2020 », qui fixe l'objectif consistant à développer vingt entreprises canadiennes de technologies propres ayant des revenus annuels s'élevant à 100 millions $ chacune d'ici 2020, ainsi que les points que le gouvernement québécois, le gouvernement fédéral et le secteur privé doivent prendre en considération. Les recommandations abordent les problèmes structurels susceptibles d'entraver l'éventuel progrès de ce secteur. Ces problèmes sont les suivants :

  • Le secteur possède des produits prêts à être commercialisés et est capable de croissance, mais est constamment sous-financé, ne recevant en moyenne que 30% des capitaux que le même secteur aux États-Unis au même stade.
  • Au Canada, les marchés intérieurs devant accueillir les entreprises de technologies propres manquent de dynamisme. L'éco-approvisionnement par les grands producteurs, entre autres par l'État et les grandes institutions, est essentiel pour le secteur.
  • Les équipes de gestion qui investissent dans la commercialisation se trouvent récompensées par la croissance. De nombreuses entreprises présentent une piètre performance à cause d'un sous-investissement systémique dans les disciplines cruciales pour le marché.

La publication du rapport coïncide avec l'ouverture des nouveaux bureaux de TDDC au Québec. « Ces nouveaux bureaux nous permettront d'intensifier nos liens et nos interactions avec le secteur des technologies propres du Québec, note la docteure Sharpe. Nous sommes impatients de travailler plus étroitement avec nos partenaires québécois afin de continuer à développer l'économie des technologies propres de cette province. »

À propos de TDDC

Technologies du développement durable Canada (TDDC) est une fondation autonome établie par le gouvernement du Canada qui lui a octroyé 1,05 milliard $ dans le cadre de son engagement à créer un environnement durable et une qualité de vie élevée pour tous les Canadiens.

TDDC exploite deux fonds qui visent le développement et la démonstration de solutions technologiques novatrices. D'une valeur de 550 millions $, le Fonds Technologies du DD(MC) soutient des projets qui s'attaquent aux changements climatiques ainsi qu'aux problèmes de pureté de l'air, de propreté de l'eau et de salubrité des sols. Le Fonds de biocarburants ProGen(MC), d'une valeur de 500 millions $, appuie la création d'installations de démonstration à grande échelle, premières du genre, qui produiront les carburants renouvelables de la prochaine génération.

TDDC est une société sans but lucratif. Elle collabore avec les secteurs public et privé, notamment l'industrie, le milieu universitaire, les organismes non gouvernementaux et tous les ordres de gouvernement pour réaliser ce mandat.

Renseignements

  • Sustainable Development Technology Canada
    Patrice Breton
    Director, Communications
    613-234-6313 ext. 295
    media@sdtc.ca