Exploration Midland inc.
TSX CROISSANCE : MD

Exploration Midland inc.

03 mars 2010 09h00 HE

Exploration Midland optionne son projet de terres rares Ytterby à Japan Oil, Gas and Metals National Corporation

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 3 mars 2010) - Exploration Midland Inc. («Midland») (TSX CROISSANCE:MD) a le plaisir d'annoncer la signature d'un protocole d'entente avec Japan Oil, Gas and Metals National Corporation («JOGMEC») pour son projet de terres rares («ÉTR») Ytterby. Cette propriété qui est présentement détenue à 100 % par Midland comprend 1804 claims couvrant une superficie d'environ 679 kilomètres carrés. Le Projet Ytterby est maintenant constitué de 4 blocs de claim distincts situés entre 200 et 230 kilomètres à l'est et au nord-est de Schefferville, Québec. Le bloc principal du projet Ytterby est stratégiquement bien situé à 5 kilomètres au sud du gîte d'éléments des terres rares («ÉTR») de Strange Lake et de la Zone-B, une nouvelle découverte en ÉTR qu'a annoncé Quest Uranium Corporation en 2009 (voir le communiqué de presse de Quest Uranium du 19 août, 2009). Cette position confère à Midland le contrôle quasi entier du pluton de Napeu Kainiut hôte du Complexe Peralkalin de Strange Lake.

JOGMEC a l'option d'acquérir un intérêt de 50 % dans le projet Ytterby d'ici le 31 mars 2012, en contrepartie de dépenses d'exploration pour un montant total de 2 700 000 $, comme suit :

  • paiement initial de 200 000 $ dans les 30 jours suivant la signature du protocole; et

  • financement de travaux d'exploration pour une somme totale de 2 500 000 $, dont une somme de 1 000 000 $ au cours de la première année.

Cette entente est conditionnelle à la réalisation d'une vérification diligente dans un délai de 30 jours. Lorsque cette vérification sera complétée à la satisfaction de JOGMEC, Midland et JOGMEC constitueront un comité de gestion pour diriger les travaux d'exploration et Midland sera l'opérateur. Midland agira à titre d'opérateur tant qu'elle détiendra un intérêt égal ou supérieur à 50 % dans le projet et planifie présentement le premier programme d'exploration, qui débutera en mai 2010.

Midland est fière de s'associer à une importante société japonaise telle que JOGMEC et se réjouit d'entreprendre son premier programme d'exploration.

Basé sur des sources provinciales et fédérales de levés de fonds de lacs, des cartographies géologiques, de recensements d'indices minéralisés et des levés géophysiques aéroportés, les blocs de claim du projet Ytterby montrent tous de vastes aires fortement anomales en yttrium, uranium, lanthane et de béryllium dans les fonds de lacs, combinées à des anomalies radiométriques d'uranium (eU) et de thorium (eTh) à l'intérieur du Batholithe de Mistastin. Toutes ces indications suggèrent la présence de systèmes similaires en nature au gîte de Strange Lake et que les propriétés très peu explorées de Midland ont un potentiel élevé de découvertes pour des gîtes d'ÉTR associés à des intrusions intracratoniques.

Des forages aux diamants réalisés par Quest Uranium en 2009, effectués à seulement 5 kilomètres au nord de la propriété de Midland, ont confirmé l'expansion potentielle des ressources de la Zone B dans toutes les directions, particulièrement en profondeur et dans la plongée vers le nord-est (voir le communiqué de presse de Quest Uranium du 12 novembre dernier). Il est anticipé qu'un calcul de ressource déduite de la Zone-B et de la zone principale (Main Zone) sera complété au cours de second trimestre de 2010. Le gîte de Strange Lake (ancienne ressource pre-NI-43101, estimée à 52 millions de tonnes à 3,25 % ZrO2, 0,56 % NbO5, 0,66 % Y2O3, 0,12 % BeO et d'un total d'ÉTR de 1,3 %) se niche au sein d'un pluton granitique peralcalin qui est associé au Batholite mésoprotérozoique de Mistastin. Le gîte de Strange Lake a été trouvé dans les années 80 par Iron Ore Company (IOC) en tentant d'expliquer des anomalies de fonds de lacs.

Le secteur de Strange Lake pourrait devenir une future source mondiale de métaux des terres rares. De récents résultats d'analyses géochimiques indiquent que le secteur contient aussi un pourcentage élevé d'éléments de terres rares lourdes plus dispendieuses (europium au lutécium, une série de 9 éléments du tableau périodique) qui pourraient devenir en très forte demande avec l'émergence des technologies vertes comme les industries automobiles électriques et hybrides, les éoliennes et les ampoules écoénergétiques.

À propos de JOGMEC

JOGMEC a été constituée en février 2004, dans le cadre du regroupement de Japan National Oil Corporation (JNOC) et de Metal Mining Agency of Japan (MMAJ). Elle est sous la juridiction du ministère japonais de l'économie, du commerce et de l'industrie et a pour mandat d'investir dans des projets de développement miniers partout dans le monde, dans le but d'assurer à l'industrie japonaise un approvisionnement constant en ressources naturelles.

À propos d'Exploration Midland

Midland mise sur l'excellent potentiel minéral et le climat d'investissement favorable du Québec pour faire la découverte de nouveaux gisements d'or, de métaux usuels et de terres rares de classe mondiale. Midland est fier de compter sur des partenaires renommés tels que Mines Agnico-Eagle Limitée, Corporation Minière Osisko, North American Palladium Limitée et Soquem inc. Midland préfère travailler en partenariat et entend conclure rapidement des ententes à cet égard en ce qui concerne ses propriétés nouvellement acquises. La direction évalue actuellement d'autres opportunités et projets afin d'accroître le portfolio de la Société.

Ce communiqué de presse a été préparé par Gino Roger, ingénieur géologue et personne qualifiée selon la norme canadienne 43-101.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué.

Ce communiqué de presse renferme certains énoncés prospectifs qui comprennent des éléments de risque et d'incertitude et nul ne peut garantir que ces énoncés se révèleront exacts. Il s'ensuit que les résultats réels et les évènements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés par de tels énoncés. Ces risques et incertitudes sont décrits dans le rapport annuel et lors de dépôts par Midland auprès des autorités règlementaires.

Renseignements