ASSOCIATION NATIONALE DES EDITEURS DE LIVRES

ASSOCIATION NATIONALE DES EDITEURS DE LIVRES
Union des écrivaines et des écrivains québécois

Union des écrivaines et des écrivains québécois

22 oct. 2007 14h32 HE

Forum sur la littérature nationale, 1er novembre 2007, Les acteurs du milieu du livre s'engagent

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 22 oct. 2007) - L'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) et l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) rendront publiques les conclusions du Forum sur la littérature nationale au Centre d'archives de Montréal, le 1er novembre prochain.

Le milieu du livre québécois se donne les moyens de ses ambitions

La dernière phase du Forum sur la littérature nationale n'est ni plus ni moins qu'un sommet où les différents acteurs du milieu du livre, de l'édition et de la diffusion, les gouvernements et les médias feront connaître leurs engagements quant aux façons de donner à notre littérature nationale la place qui lui revient dans les écoles, dans le milieu culturel québécois et sur la scène internationale et les moyens qu'ils entendent prendre pour y parvenir.

Une synergie dans le milieu

Ce sommet du 1er novembre est donc l'aboutissement de plusieurs mois de travail où tous les intervenants du milieu ont discuté des enjeux au cour de l'avenir de l'industrie du livre québécois : la place de notre littérature dans les écoles et les cégeps; les difficultés de la mise en marché du livre de littérature nationale en termes de visibilité, d'accessibilité, de concentration et des nouvelles technologies; le sous-financement et la sous-capitalisation des maisons d'édition; la compétition internationale, les ventes et les achats de droit sur le marché international, l'exportation, la diffusion et la distribution sur les marchés étrangers; les réseaux de diffusion du livre de littérature sur le marché domestique par les bibliothèques, les festivals, les salons, les tournées d'auteurs, etc.

Le livre, "un poids lourd" de la culture québécoise

L'industrie du livre est en pleine croissance au Québec. Chaque année, 4 400 titres sont édités. Quant aux revenus attribuables à la vente de livres, ils étaient de 731 M$ en 2005 par rapport à 616,2 M$ en 2001. C'est bien supérieur à ceux que génèrent le disque (288 M$, en 2001) et le spectacle de variétés (127,6 M$, en 2005). Le marché du livre équivaut à celui du film dont le chiffre d'affaires est d'environ 800 M$ par an (les recettes en salles et les revenus du DVD). Soulignons également qu'on comptait 4 300 professionnels de l'écriture au Québec en 2003-2004, dont près de 1 400 écrivains, et que 10 552 emplois dépendaient de l'industrie du livre, en 1998. Ajoutons que des actions ont été entreprises par l'industrie pour que la littérature québécoise soit plus visible sur la scène internationale, notamment avec la création de Québec Edition. Ces résultats fort encourageants sont toutefois encore bien insuffisants quant à la circulation, la visibilité et la mise en valeur de notre littérature nationale, que ce soit au Québec ou à l'étranger.

La tenue du Forum sur la littérature nationale est rendue possible grâce à l'apport financier de la Société de développement des entreprises culturelles du Québec, du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Patrimoine canadien (PADIE).

Renseignements