Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

04 mars 2010 17h44 HE

Georgetti affirme que la meilleure façon d'éliminer le déficit fédéral est de remettre 1,5 million de chômeurs et chômeuses au travail

Le Canada a besoin de nouvelles mesures de relance, d'une AE bonifiée et d'une taxe sur les finances mondiales

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 4 mars 2010) - Le budget fédéral ne prévoit pas de plan pour créer des emplois pour les 1,5 million de personnes au chômage ni pour promouvoir la prospérité économique, affirme Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

« Nous avons perdu plus de 300 000 emplois à plein temps depuis octobre 2008 », dit Georgetti. « Il n'y aura pas de reprise tant qu'il n'y aura pas de relance de l'emploi, mais je ne vois pas grand-chose dans le budget qui permettrait d'y arriver. »

Georgetti demande à Ottawa d'accroître les dépenses de relance économique. « L'augmentation des dépenses publiques a stabilisé l'économie. Tout semble signaler que nous ne sommes pas encore à bout de nos peines, et réduire les dépenses publiques ne ferait qu'aggraver le problème. Imaginez où nous serions aujourd'hui si nous n'avions rien fait, comme le proposait le gouvernement il n'y a que 16 mois. »

Georgetti fait observer que le secteur privé ne s'est pas encore rétabli et ne peut, en ce moment, créer suffisamment de bons emplois et stimuler l'économie. « Le temps est venu d'accroître l'aide fédérale pour améliorer les infrastructures publiques et les services publics comme principaux moteurs de la productivité future du secteur privé. Le temps est également venu d'adopter des stratégies de développement industriel et des politiques d'achat qui créeront des emplois permettant aux Canadiennes et aux Canadiens de faire vivre une famille. »

Georgetti reconnaît que le gouvernement ne devrait pas se retrouver avec un déficit élevé à long terme, mais il ajoute que : « Pour équilibrer le budget, il faut un faible chômage, de bons emplois et une assiette fiscale solide et progressiste. Les réductions d'impôt ont nui à la capacité fiscale nécessaire pour offrir de bons programmes, et se sont surtout les riches qui en ont bénéficié. »

Il a renouvelé la demande du CTC concernant la réforme de l'assurance-emploi. « Le gouvernement a fait quelques retouches à l'AE, mais a refusé de remédier à un régime qui ne fonctionne pas. » Georgetti ajoute qu'environ seulement la moitié des personnes au chômage touchent des prestations et qu'un grand nombre épuiseront leurs prestations avant d'avoir réussi à trouver un nouvel emploi.

Georgetti demande également au gouvernement d'annuler les réductions d'impôt accordées aux entreprises. « N'oublions pas que c'est le secteur financier qui a provoqué le ralentissement et la crise économique qui en a résulté. Bay Street et Wall Street ont empoché des milliards de dollars à nos dépens. Nous avons payé le prix de leurs excès par les pertes d'emplois, un chômage élevé, des communautés dévastées et des familles ébranlées. Pour comble, nous avons payé deux fois : d'abord avec nos économies et nos régimes de pensions, puis par le renflouage avec l'argent des contribuables. Nous devrions plutôt augmenter les impôts du secteur financier pour payer le prix des dommages que sa cupidité a causés à notre pays. »

Georgetti se joint aux leaders internationaux, dont le président français, Nicolas Sarkozy, et le premier ministre britannique, Gordon Brown, pour demander une taxe internationale sur la spéculation financière et les opérations boursières. Il se dit déçu que le premier ministre Harper ait refusé d'appuyer la mesure proposée. « Demander à l'industrie financière de payer sa juste part pour réparer les dégâts qu'elle a causés est une simple question de justice. » Georgetti ajoute que le mouvement syndical international insistera sur la mise en place d'une taxe lorsque les leaders du G8 et du G20 se réuniront au Canada en juin.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site Web : www.congresdutravail.ca

Renseignements

  • CTC
    Communications
    Dennis Gruending
    613-878-6040 (mobile)