Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

15 juin 2009 15h14 HE

IPFPC : La sécurité des installations nucléaires au Canada a-t-elle une valeur ?

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 15 juin 2009) - Les activités d'autorisation et de surveillance réglementaires de l'industrie nucléaire canadienne et de ses installations sont menacées par les dispositions insistantes du gouvernement fédéral en matière de "responsabilité financière", alors qu'il entreprend l'Examen stratégique de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN), l'organisme fédéral responsable de la réglementation de l'industrie nucléaire canadienne.

Les membres de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (l'Institut), le syndicat qui représente les employés de la CCSN, sont troublés par le fait que l'idéologie politique du gouvernement et l'opportunisme dont il fait preuve continuent d'avoir préséance sur la raison et le bon sens lorsque vient le temps de prendre des décisions.

La méthode des "compressions à tout prix" adoptée par l'Examen stratégique ne tient aucun compte de l'analyse que la Commission a elle-même faite de ses besoins opérationnels et d'effectifs futurs et qu'elle a présentée au gouvernement au début de l'année. Au moment où la CCSN doit recruter beaucoup de personnel afin de gérer la demande croissante pour ses services, surtout dans le cadre de ses activités d'autorisation et de surveillance, le gouvernement lui somme de faire sept millions de dollars (7 000 000 $) d'économies, ce qui représente cinq pour cent (5%) du budget de la CCSN.

Gary Corbett, président intérimaire de l'Institut, de souligner : "La sécurité des Canadiens doit toujours avoir préséance sur l'aspect financier, surtout dans une industrie où les compressions peuvent avoir des conséquences de longe durée pour ceux qui travaillent dans les installations nucléaires et pour les citoyens dont la sécurité dépend largement de ces travailleurs professionnels."

L'Examen stratégique a déjà gravement et dangereusement compromis la capacité de la fonction publique fédérale de continuer à bien servir les Canadiens.

"Nous avons déjà vu l'effet que cet examen a eu sur l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Le gouvernement aurait dû apprendre de ses erreurs. Il n'est pas du tout logique d'exposer le public à plus de risque en essayant de faire économiser sept millions de dollars à la CCSN. "Le gouvernement doit faire preuve d'un engagement plus sérieux envers l'exploitation sécuritaire et la surveillance adéquate de ces installations."

L' Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente 57 000 ingénieurs, scientifiques et autres professionnels du secteur public partout au Canada, dont 520 travaillent à la Commission canadienne de sûreté nucléaire. Plus de 600 membres de l'Institut travaillent également aux installations nucléaires de Chalk River et de Whiteshell.

Renseignements

  • Chantal Lecours
    613-228-6310, poste 2229
    613-864-4368 (cell)
    ou
    Pierre Villon
    613-228-6310, poste 2228
    613-794-9369 (cell)