Industrie Canada

Industrie Canada

15 oct. 2007 09h36 HE

Industrie Canada : Le gouvernement respecte un engagement du budget de 2007 en finançant sept centres d'excellence

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 15 oct. 2007) - L'honorable Jim Prentice, ministre de l'Industrie, et l'honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, ont annoncé aujourd'hui le versement de 105 millions de dollars à sept centres d'excellence axés sur des domaines clés pour le Canada, soit la recherche et la commercialisation.

"Le nouveau gouvernement du Canada s'engage à miser sur les points forts du pays en matière de sciences et de technologie en tirant parti de l'excellente capacité de recherche de centres comme le Li Ka Shing Knowledge Institute, a déclaré le ministre Prentice. Grâce à ce financement et au travail en partenariat avec les autres ordres de gouvernement et le secteur privé, les nouveaux centres d'excellence permettront au Canada d'être un leader mondial dans des secteurs stratégiques qui présentent des possibilités scientifiques et un avantage concurrentiel."

"Dans le budget de 2007, nous nous sommes engagés à améliorer la qualité de vie des Canadiens en appuyant davantage les sciences et la technologie, a souligné le ministre Flaherty. Nous vivons dans une économie mondiale hautement concurrentielle, et il est capital que nous amorcions des changements dans des domaines comme l'environnement, l'énergie et les soins de santé en faisant preuve d'innovation et en nous tournant vers l'avenir."

Voici la liste des sept centres d'excellence axés sur la recherche et la commercialisation :

- Le Li Ka Shing Knowledge Institute de l'Hôpital St. Michael, affilié à l'Université de Toronto.

- Le Brain Research Centre de l'Université de la Colombie-Britannique.

- La Canada School of Energy and Environment à l'Université de l'Alberta, à l'Université de Calgary et à l'Université de Lethbridge.

- Le Centre de réadaptation des accidents vasculaires cérébraux de la Fondation des maladies du cour, affilié à l'Université de Toronto et à l'Université d'Ottawa.

- L'Institut neurologique de Montréal de l'Université McGill.

- L'Institut national d'optique de Québec.

- Le Life Sciences Research Institute de Halifax, affilié à l'Université Dalhousie.

La nouvelle insistance encore plus stratégique du gouvernement sur les sciences et la technologie aura pour résultat d'assurer une vie meilleure aux Canadiens, à leurs familles et à nos collectivités, et de leur offrir des rues plus propres et sécuritaires, de meilleurs médicaments et soins de santé, une meilleure éducation qui mènera à de meilleurs emplois de même qu'un meilleur avenir pour leurs enfants.

Dans le budget de 2007, le nouveau gouvernement du Canada s'est engagé à verser 105 millions de dollars en 2007-2008 pour soutenir l'exploitation de ces centres.


FICHE D'INFORMATION

Sept centres d'excellence en commercialisation et en recherche

Eléments clés du volet "avantage entrepreneurial" de la nouvelle stratégie des sciences et de la technologie (S et T) du Canada, les sept centres d'excellence sont axés sur des domaines clés pour le Canada, soit la recherche et la commercialisation. La stratégie des S et T se veut un cadre pluriannuel qui créera un climat des affaires incitant le secteur privé à innover et orientera l'investissement intelligent et stratégique des fonds publics.

Par le truchement de la stratégie, le gouvernement favorisera une excellence de calibre mondial, ciblera davantage de ressources vers des secteurs prioritaires dans l'intérêt national, créera des partenariats, collaborera avec les provinces et se tiendra lui-même responsable de la réalisation de résultats qui importent à la population canadienne.

Le budget de 2007 prévoit le versement de 105 millions de dollars aux sept centres, qui sont tous admissibles aux concours lancés dans le contexte du nouveau programme de Centres d'excellence en commercialisation et en recherche (195 millions de dollars au cours des deux prochaines années).

Voici une présentation des sept centres.

- Le Li Ka Shing Knowledge Institute (http://www.stmichaelshospital.com/knowledgeinstitute/index.php) (site en anglais seulement) vise à renforcer l'application des connaissances dans le secteur des soins de santé en conjuguant recherche, enseignement et soins cliniques. Situé à l'Hôpital St. Michael de Toronto (affilié à l'Université de Toronto), il regroupe les activités de soins cliniques, de recherche et d'enseignement de l'Hôpital St. Michael en mettant l'accent sur la conversion du savoir.

Le Li Ka Shing Knowledge Institute élaborera des méthodes nouvelles et améliorées qui viseront à transférer le savoir des chercheurs aux praticiens, puis aux patients en conjuguant recherche, enseignement et soins cliniques. Il se concentrera d'abord sur la santé dans les zones urbaines, les maladies cardiaques et pulmonaires, le diabète, la nutrition, les lésions cérébrales et l'arrêt d'organes multiples. Il misera sur les équipes de recherche existantes, qui se composent de scientifiques, de coordonnateurs de la recherche, de programmeurs et de techniciens.

L'institut sera logé dans des installations à la fine pointe qui seront d'une superficie de 22 296 mètres carrés et réparties entre deux immeubles de neuf étages, à savoir le Keenan Research Centre et le Li Ka Shing International Centre in Health Care Education.

Le Li Ka Shing Knowledge Institute a vu le jour grâce à un don de 25 millions de dollars effectué par M. Li Ka-shing à l'Hôpital St. Michael. Le gouvernement de l'Ontario y investit en outre 23 millions de dollars et l'Hôpital St. Michael s'est engagé à verser 71 millions de dollars par l'entremise de sa fondation et de son budget d'exploitation.

- Le Brain Research Centre (BRC) (http://www.brain.ubc.ca/index.php) (site en anglais seulement) est le fruit d'un partenariat conclu entre Vancouver Coastal Health (VCH) et l'Université de la Colombie-Britannique (UCB). Etabli à l'hôpital de l'UCB qu'exploite VCH, il cherche à acquérir de nouvelles connaissances sur le fonctionnement du cerveau humain qu'il soit sain ou malade. Le BRC vise à utiliser ce savoir pour favoriser de nouveaux traitements et diagnostics relatifs aux maladies du cerveau, à améliorer la capacité d'apprentissage du cerveau humain et à prévenir les déclins qui nuisent à un vieillissement harmonieux. En outre, il s'efforce d'offrir un enseignement et une formation ainsi que de constituer des partenariats industriels et de fonder des entreprises dérivées, afin de créer de l'emploi et de la richesse au sein de l'économie.

Le BRC repose sur six piliers de la recherche neuroscientifique : la neurodégénérescence (maladies d'Alzheimer et de Parkinson, sclérose latérale amyotrophique); la sclérose en plaques; la santé mentale (schizophrénie et troubles de l'humeur) et les toxicomanies; l'accident vasculaire cérébral; les lésions neurologiques; et la vision. Le centre s'est engagé à mettre au point de nouvelles technologies pour aider l'établissement des diagnostics et traiter ces affections. L'imagerie diagnostique et la génomique constituent deux grands secteurs technologiques au centre.

Plus de 175 membres du corps enseignant sont affilés au BRC. Ils représentent 20 départements et 6 facultés universitaires. Le centre entretient des rapports avec chacun des hôpitaux d'enseignement du Lower Mainland, ainsi qu'avec l'Université Simon Fraser, l'Université de Victoria et l'Université du Nord de la Colombie-Britannique.

- La Canada School of Energy and Environment (CSEE) (http://www.engineering.ualberta.ca/nav02.cfm?nav02=43128&nav01=18430) (site en anglais seulement) facilitera la mise en commun des connaissances issues de la recherche ainsi que de la collaboration dans les domaines de l'énergie et de l'environnement.

L'Université de l'Alberta, l'Université de Calgary et l'Université de Lethbridge établissent la CSEE sous forme d'institut virtuel. Aspirant à devenir un chef de file mondial de l'intégration de la recherche, des politiques et de la technologie pour les secteurs des ressources naturelles et de l'énergie, la CSEE rassemblera des chercheurs, des universitaires et des technologues. On s'attend à ce que l'école commence ses activités au cours de la prochaine année. La CSEE s'emploiera principalement à favoriser la mise au point et la commercialisation de nouveaux procédés destinés à rendre les sources d'énergie actuelles plus propres et plus efficaces. En outre, elle facilitera le développement et la commercialisation de sources d'énergie émergentes et de remplacement, comme le charbon propre, les piles à combustible, la capture et le stockage du CO2, la gestion de l'eau, la biomasse, l'hydrogène et l'amélioration de la récupération du pétrole et du gaz, y compris la récupération et le raffinage des sables bitumineux et du pétrole lourd.

La CSEE tirera parti des points forts des trois universités dans les domaines du droit, de l'économie, du génie, de la chimie, de la géologie, des sciences de l'environnement, de la science politique, des sciences sociales et de la gestion des affaires. De surcroît, le gouvernement de l'Alberta et le secteur privé participeront à ses activités.

- Affilié à l'Université de Toronto et à l'Université d'Ottawa, le Centre de réadaptation des accidents vasculaires cérébraux de la Fondation des maladies du cour (http://www.heartandstroke-centrestrokerecovery.ca/who.php) (site en anglais seulement) cherche à établir un programme de recherche sur la guérison du cerveau qui débouchera sur des améliorations fonctionnelles efficaces après un accident vasculaire cérébral (AVC).

Le centre élaborera un programme exhaustif de recherche intégrée et translationnelle englobant la biologie moléculaire, des modèles de laboratoire et des études cliniques qui aideront à préparer le terrain à la conception et à l'essai plus rapides d'interventions et de thérapies novatrices à la suite d'un AVC. La recherche se concentre sur la révélation de la cascade d'événements qui se produisent après un AVC aux niveaux moléculaire et cellulaire, afin de découvrir de nouvelles interventions susceptibles de modifier les issues négatives; sur l'utilisation d'interventions qui ont fait leurs preuves pour d'autres maladies, afin d'améliorer les résultats pour les victimes d'AVC; et sur la mise au point et la validation de nouvelles interventions visant à améliorer les résultats sur le plan cognitif après un AVC.

Organisme virtuel, le centre est le fruit de la collaboration entre la Fondation des maladies du cour de l'Ontario, l'Institut de recherche en santé d'Ottawa, le Sunnybrook Health Sciences Centre, ainsi que le Rotman Research Institute et la Kunin-Lunenfeld Applied Research Unit de Baycrest. Il a été établi en 2002 par un protocole d'entente qui engage chacun des quatre organismes à financer ses activités.

- L'Institut neurologique de Montréal (INM) (http://francais.mni.mcgill.ca/) est un établissement d'enseignement et de recherche de l'Université McGill au sein duquel des équipes multidisciplinaires de spécialistes des sciences fondamentales et de cliniciens-chercheurs génèrent de l'information fondamentale sur le système nerveux qu'ils appliquent pour comprendre et traiter les maladies neurologiques.

L'INM a été fondé en 1934 par Wilder Penfield, neurochirurgien et scientifique de renom, à titre d'hôpital et d'institut de recherche intégrés. Il a évolué en un établissement de recherche consacré aux neurosciences. Depuis longtemps, l'Institut applique les découvertes scientifiques à la pratique clinique.

Les activités de recherche de l'INM se réalisent dans 12 unités distinctes mais intimement liées qui s'intéressent à toute la gamme des neurosciences modernes. Parmi les atouts de l'Institut qui sont reconnus à l'échelle internationale, on trouve le Centre d'imagerie cérébrale McConnell ainsi que les groupes qui s'occupent de l'épilepsie, de la neuropsychologie, de la neuroimmunologie, des systèmes neuronaux complexes et des maladies neuromusculaires.

- L'Institut national d'optique (INO) (http://www.ino.ca/Fr/Accueil.aspx) de Québec est un centre d'expertise en optique et en photonique. Il a pour mission d'accroître l'avantage concurrentiel d'entreprises grâce à des solutions et à des plates-formes technologiques novatrices qui font appel à l'optique et à la photonique. Ces technologies sont appliquées dans des domaines comme l'aérospatiale, l'agroalimentaire, le secteur biomédical, les sciences de la vie, l'environnement, la foresterie, l'optique et les lasers, la sécurité et la défense, les télécommunications, et les transports.

L'Institut national d'optique emploie plus de 200 personnes dans ses installations de Québec, d'une superficie de plus de 17 600 mètres carrés, qui sont reconnues pour leurs laboratoires à la fine pointe. Il attribue sa croissance à sa capacité de créer de la propriété intellectuelle, qu'il valorise par des contrats de recherche-développement, la production de prototypes, le transfert de technologies et la promotion de projets novateurs et créateurs d'emplois. Au cours des 5 dernières années, l'INO a généré des revenus totalisant 141 millions de dollars. Il est à l'origine de 20 entreprises dérivées en optique et en photonique, et a procédé à 28 transferts technologiques vers l'industrie. En outre, il détient 62 brevets d'invention.

L'INO travaille en association avec les gouvernements québécois et fédéral, le secteur privé et des partenaires qui collaborent avec lui dans des projets internationaux.

- Situé à l'Université Dalhousie, le Life Sciences Research Institute (LSRI) (http://communications.medicine.dal.ca/newsroom/lsri.htm) (site en anglais seulement) de Halifax aménagera un centre d'excellence en commercialisation et en recherche. Pour ce faire, il renforcera et édifiera une grappe technologique en sciences de la vie en Nouvelle-Ecosse et au Canada atlantique.

Le LSRI fournira des locaux décloisonnés pour des activités de recherche et d'incubation d'entreprises, à l'intention du secteur des sciences de la vie et de la biotechnologie de la région de Halifax, qui est en pleine croissance. Il incitera la réalisation d'initiatives de recherche dans les sciences et les technologies de la santé et de la vie qui peuvent engendrer des applications pratiques et commerciales. L'institut vise à accroître les activités de recherche commune, à produire de nouvelles applications pratiques et commerciales, et à susciter la croissance de la région de l'Atlantique en encourageant l'activité économique et en formant des travailleurs hautement qualifiés. Le principal locataire sera le Brain Repair Centre, qui se consacre à la recherche en santé et à la découverte de traitements, de remèdes et de stratégies de prévention pour des affections comme les maladies de Parkinson et d'Alzheimer et les traumatismes médullaires.

Principal établissement membre du LSRI, l'Université Dalhousie a collaboré avec Capital Health et le IWK Health Centre pour le mettre au point. Parmi les autres partenaires, on trouve l'Agence de promotion économique du Canada atlantique l'Institut du biodiagnostic du Centre national de recherches Canada, BioNova et la province de la Nouvelle-Ecosse.

Renseignements

  • Cabinet de l'honorable Jim Prentice
    Ministre de l'Industrie
    Deirdra McCracken
    Attachée de presse
    613-995-9001
    ou
    Industrie Canada
    Relations avec les médias
    613-943-2502