Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies

Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies

21 juin 2010 09h53 HE

L'Association canadienne des directeurs d'école souscrit à de nouvelles normes pour renforcer les efforts de prévention de l'abus de substances en milieu scolaire

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 21 juin 2010) - L'Association canadienne des directeurs d'école a souscrit aux toutes premières normes nationales d'excellence pour les initiatives de prévention de la toxicomanie dans les écoles canadiennes. Les nouvelles normes, intitulées Consolider nos forces : Normes canadiennes de prévention de l'abus de substances en milieu scolaire, ont été publiées aujourd'hui par le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) et seront bientôt distribuées aux 5000 membres (écoles primaires et secondaires) de l'Association partout au Canada. 

Créées par des spécialistes canadiens en prévention sous la direction du CCLAT, les normes scolaires sont la ressource la plus complète à l'appui du travail des employés des établissements et conseils scolaires et des autres professionnels de la santé publique ou de la prévention en charge d'initiatives de prévention en milieu scolaire. Comptant 17 normes, sept principes directeurs et un manuel, les normes en milieu scolaire aideront les écoles à analyser, à élaborer et à appliquer des initiatives globales de prévention de l'abus de substances.

« Les normes scolaires sont une excellente source d'information pour les administrateurs, a affirmé Bill Tucker, vice-président (section Est) de l'Association. Nous appuyons fermement cette ressource, car elle propose un langage commun, un processus et un point de départ indispensables pour l'élaboration de programmes de prévention qui guideront les administrateurs et leurs équipes tout au long d'un processus pratique approuvé par certains des meilleurs spécialistes au pays dans le domaine », a ajouté M. Tucker.

Directeur d'une école alternative et ancien directeur des services de garde en milieu fermé et de détention préventive des services correctionnels pour jeunes à Terre-Neuve-et-Labrador, M. Tucker a passé la majeure partie de sa carrière à s'occuper d'élèves « à risque ». Il connaît donc les effets dévastateurs de la toxicomanie et ses méfaits sur les jeunes Canadiens, leurs familles et les institutions sociales.

« Il est crucial de renforcer les initiatives de prévention de la toxicomanie en milieu scolaire, car c'est habituellement à l'adolescence que de nombreux jeunes consomment pour la première fois, parfois dès l'âge de 11 ans dans certains groupes à risque, a affirmé Rita Notarandrea, première dirigeante adjointe du CCLAT. Une expérience précoce et l'adoption d'habitudes de consommation dangereuses au cours de l'adolescence constituent d'importants facteurs qui augmentent le risque de développer des problèmes, comme la dépendance et les maladies chroniques, qui se perpétueront à l'âge adulte. »

Des études montrent que 60 p. cent des utilisateurs de drogues illicites ont entre 15 et 24 ans et que les jeunes qui consomment régulièrement, fortement ou dans un contexte dangereux ont plus de risques de connaître divers effets nocifs immédiats ou à long terme pouvant nuire aux résultats scolaires de diverses façons, à savoir :

  • un élève en état d'ivresse ou avec la gueule de bois durant un jour d'école apprend moins, et la consommation répétée affectera les résultats scolaires;
  • la consommation de substances chez les jeunes qui n'ont pas atteint leur pleine maturité physique, psychologique ou sociale peut nuire au développement cérébral et interrompre des processus essentiels de croissance;
  • la consommation de substances chez les jeunes est souvent liée à des difficultés sociales ou émotionnelles et à un comportement perturbateur qui influent sur l'environnement social et scolaire des autres.

Les normes scolaires demandent que soit adoptée une approche sanitaire globale de la prévention tenant compte du milieu social et physique de l'école, de l'enseignement et de l'apprentissage, des partenariats et des services, ainsi que de la politique scolaire sur la santé.

« Elles soulignent l'importance d'intégrer les efforts de prévention de la toxicomanie à la mission et aux activités des écoles soucieuses de promouvoir la santé dans le cadre d'une initiative globale sur la santé, a remarqué Mme Notarandrea. Nous avons pu compter sur un appui financier précieux de la Stratégie nationale antidrogue du gouvernement fédéral dans la conception de cette ressource. »

« Toute personne qui prend part à des programmes de prévention de la toxicomanie dans une école devrait lire Consolider nos forces, car il s'agit d'un guide inestimable », a soutenu M. Tucker.

Contexte

Les normes scolaires sont l'une des séries de normes en cours d'élaboration en vue d'accroître l'efficacité des efforts de prévention déployés partout au Canada. Le CCLAT publiera sous peu L'union fait la force : Normes canadiennes de prévention de l'abus de substances en milieu communautaire et Lignes directrices canadiennes de formation sur la prévention de l'abus de substances en milieu familial : un supplément aux normes canadiennes de prévention de l'abus de substances en milieu scolaire et communautaire.

Ensemble, ces documents établiront des points de repère pour le rendement et ouvriront la voie à l'établissement de programmes factuels et intégrés de prévention de l'abus de substances au Canada.

Les normes canadiennes de prévention de l'abus de substances chez les jeunes relèvent de la Stratégie de prévention en toxicomanie chez les jeunes Canadiens – collaboration pilotée par le CCLAT et des partenaires clés visant à diminuer l'usage de drogues illicites chez les jeunes Canadiens de 10 à 24 ans. L'initiative s'inscrit dans la Stratégie nationale antidrogue du gouvernement fédéral.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

À propos du CCLAT (www.cclat.ca)

Titulaire d'un mandat législatif visant à réduire les méfaits liés à l'alcool et aux autres drogues, le CCLAT assure un leadership quant aux priorités nationales, favorise l'application des connaissances dans le domaine et crée des partenariats durables qui optimisent les efforts collectifs. Le CCLAT reçoit l'appui financier de Santé Canada.

Renseignements