Customs and Immigration Union (CIU)

Customs and Immigration Union (CIU)

10 janv. 2007 09h00 HE

La CEUDA réclame une sécurité renforcée à la frontière

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 10 jan. 2007) - A la suite de trois incidents sérieux qui se sont produits la semaine dernière à trois différents postes frontaliers au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique, le syndicat représentant les agent-e-s des douanes canadiennes travaillant aux premières lignes demande au gouvernement Harper de se pencher sur les lacunes persistantes en matière de sécurité à la frontière canado-américaine en vue de les corriger.

" En l'espace de seulement quelques jours, nous avons constaté qu'en Colombie-Britannique, une personne décrite par la GRC comme représentant "un danger pour les enfants" a pu s'enfuir d'un poste frontalier sans être poursuivie ni appréhendée... Nous avons appris, par le biais des autorités américaines, qu'un homme a tenté d'entrer au Canada via le Québec en dissimulant un AK47 pleinement chargé avec lames-chargeurs prêtes à l'emploi... Et nous avons pu confirmer les défaillances flagrantes et continues de l'information mise à la disposition des agents, des défaillances qui mettent en péril leur sécurité, ainsi que la sécurité des Canadiens ", a observé le président national de l'Union Douanes Accises (CEUDA), M. Ron Moran.

L'incident de la Colombie-Britannique a eu lieu le 4 janvier dernier au poste frontalier de Peace Arch, qui connaît un fort achalandage. Après avoir interrogé un Américain de sexe masculin soupçonné de vouloir s'en prendre à des enfants, les agents du poste d'inspection primaire lui ont demandé de ranger son véhicule pour un contrôle. C'est alors que l'individu s'est enfui pour filer vers le nord et pénétrer illégalement au pays. Notons que la politique actuelle de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) interdit aux agents de poursuivre les fugitifs. En fait, le Canada est l'un des seuls pays au monde qui ne s'est pas doté d'une patrouille frontalière. Les agents ont donc fait appel au détachement de Surrey de la Gendarmerie Royale du Canada, mais les autorités ont été incapables de localiser le véhicule. On croit maintenant que cette personne est retournée aux Etats-Unis sans jamais avoir été inquiétée par la police.

" Si ce genre d'incident peut se produire au poste frontalier le plus achalandé de l'ouest du Canada, il est clair qu'il peut se produire ailleurs. Il semble bien que les Canadiens et leurs enfants ont subi un risque accru parce que nous n'avons pas le droit de faire ce que la raison commande lorsqu'on enfreint la loi de manière aussi flagrante : poursuivre le suspect et l'appréhender. Les Canadiens méritent une meilleure protection ", de noter M. Moran.

Le deuxième incident est survenu le 2 janvier dernier. Les autorités américaines ont révélé avoir découvert dans le véhicule d'un Américain d'origine serbe une arme cachée et chargée à bloc, de type AK47. Or, ce résident de Phoenix, Adam Predin, 31 ans, venait juste de se faire refuser l'entrée au pays par les agents de l'ASFC du poste frontalier de Lacolle, au Québec. " Nous sommes extrêmement reconnaissants envers le nouveau gouvernement conservateur d'avoir reconnu les risques auxquels nos membres sont exposés. L'exemple précité souligne l'importance de munir nos agents d'armes à feu. Il faut faire de ce dossier une priorité et mettre fin aux délais bureaucratiques ", explique M. Moran.

La CEUDA connaît depuis longtemps les lacunes dans l'information liée à la sécurité dont disposent le personnel des douanes affecté aux premières lignes et les agents d'immigration. Elle a récemment demandé au gouvernement de mettre sur pied un système d'information complet et transparent avec reconnaissance biométrique faciale aux points d'entrée au pays.

Cet état de fait donnait lieu à un autre incident survenu cette fois-ci à Fort Erie, en Ontario, le 30 décembre dernier. Des agents de l'ASFC faisant preuve de vigilance ont découvert que l'utilisation continue de systèmes informatiques multiples et désuets pouvait mener à des situations inquiétantes. En effet, ils ont révélé que des individus connus comme étant armés et dangereux font l'objet d'un contrôle secondaire à l'intérieur des murs sans que les agents concernés ne soient informés au préalable du risque potentiel. Or, cette pratique contredit totalement la politique courante de l'ASFC qui veut que les agents, lorsqu'ils identifient de telles personnes, les laissent entrer au Canada, pour ensuite informer la police dans l'espoir, assez improbable, qu'elles soient interceptées.

" L'absence de patrouille frontalière et le manque de moyens pour traiter de pareils cas posent un risque évident pour les Canadiens. Les systèmes de données de l'ASFC sont tellement inefficaces qu'ils ne suivent même pas les politiques officielles, ce qui met encore plus en péril la vie de nos agents. Voilà bien la preuve que le nouveau gouvernement doit immédiatement mettre en place des mesures correctives, comme celles soumises le mois dernier au ministre de la Sécurité publique, Stockwell Day, dans le cadre du Plan d'action pour une frontière sécuritaire de la CEUDA. Il est temps de passer à l'action ", a conclu M. Moran.

Pour prendre connaissance du Plan d'action pour une frontière sécuritaire, veuillez consulter le site Web de la CEUDA, à l'adresse www.ceuda.psac.com.

La CEUDA est une composante de l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), qui représente les agent-e-s des douanes canadiennes travaillant aux premières lignes et les agent-e-s d'immigration. La CEUDA représente également les agent-e-s d'enquête, du renseignement et des politiques commerciales ; ceux et celles chargés de l'exécution de la Loi sur l'immigration (service intérieur) et les agent-e-s d'audience ; de même que l'ensemble du personnel de soutien - tous des employé-e-s de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

Renseignements