Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

12 mars 2010 11h00 HE

La crise de l’emploi demeure grave : M. Georgetti dit que le gouvernement doit en faire plus pour aider les travailleuses et les travailleurs mis à pied

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 12 mars 2010) - Le chômage est beaucoup plus marqué aujourd'hui qu'il ne l'était il y a 16 mois et le gouvernement fédéral doit en faire davantage pour aider les travailleuses et les travailleurs mis à pied, selon Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

M. Georgetti commentait la publication par Statistique Canada des données de février 2010 sur la population active. Le taux de chômage est de 8,2 % et 1,52 million de Canadiennes et de Canadiens sont en chômage. «Les bulletins de nouvelles teintés de rose nous indiquent que nous assistons à une reprise économique, mais nous avons perdu plus de 250 000 emplois à plein temps depuis octobre 2008 et il faudra beaucoup de temps pour les remplacer», de dire M. Georgetti.

Il déclare que le gouvernement fédéral a, en préparant son récent budget, manqué une occasion d'aider davantage les sans-emploi pendant qu'ils cherchent du travail. «L'actuel gouvernement a procédé à quelques rafistolages mais a refusé de réparer notre Régime d'AE brisé.» M. Georgetti dit que seule environ la moitié des sans-emploi reçoit des prestations et que bon nombre de ceux qui y avaient droit cessent de toucher des prestations parce qu'ils n'arrivent pas à trouver de nouveaux emplois.

M. Georgetti dit qu'il trouve particulièrement inquiétante la situation des jeunes travailleuses et travailleurs, dont le taux de chômage demeure inacceptable. «Le budget fédéral ne comprend vraiment rien pouvant donner de l'espoir aux jeunes travailleuses et travailleurs à l'approche du printemps et de l'été. Le gouvernement doit tout simplement en faire plus pour les aider.»

Analyse rapide de Sylvain Schetagne, économiste principal du CTC

Environ 6 mois après que bien des personnes ont déclaré que la récession était terminée au Canada, le taux de chômage est demeuré élevé, à 8,2 %, en février 2010. Au cours de ce mois, 20 900 emplois ont été créés, tous dans le secteur public. Le taux de participation, soit le pourcentage de la population qui travaille ou qui cherche activement un emploi, diminue. Cela prouve que de nombreux Canadiens et Canadiennes sont découragés de ne pas pouvoir trouver un emploi.

Le «vrai» taux de chômage, qui tient compte des travailleurs et travailleuses découragés de chercher un emploi et de ceux qui travaillent involontairement à temps partiel, était de 12,1 % le mois dernier. En février 2008, le «vrai» taux de chômage était de 8,9 %.

Le nombre des sans-emploi demeure de plus de 33 % supérieur à ce qu'il était avant le début de la crise de l'emploi, 1 519 400 travailleurs et travailleuses ayant été en chômage le mois dernier par rapport à 1 137 400 en octobre 2008.

La proportion des sans-emploi du Canada qui étaient en chômage depuis plus de 6 mois a atteint le niveau record de 20,36 % en février 2010 alors qu'elle était de 12,19 % en février 2008.

En dernier lieu, le marché du travail a continué de se dégrader pour les jeunes travailleuses et travailleurs. Les travailleuses et les travailleurs de 15 à 24 ans constituaient environ la moitié des personnes mises à pied vers le milieu de la récession et leur taux de chômage a augmenté en février. En février, il se situait à 15,1 % alors qu'il était inférieur à 12 % avant octobre 2008.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca

Renseignements

  • Economiste principal du CTC
    Sylvain Schetagne
    613-526-7412
    ou
    Communications du CTC
    Dennis Gruending
    613-526-7431 ou 613-878-6040 (cellulaire)