Fonction Publique de l'Ontario (SEFPO)

Fonction Publique de l'Ontario (SEFPO)

22 janv. 2008 07h30 HE

La fièvre monte au collège Algonquin au sujet de la campagne d'adhésion au SEFPO et se transforme en bataille au sujet de la liberté d'expression

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 22 jan. 2008) - La campagne d'adhésion au syndicat pour obtenir les droits syndicaux pour les employés à temps partiel et de session dans les collèges communautaires de l'Ontario s'est transformée en une bataille sur la liberté d'expression au collège Algonquin d'Ottawa.

Le collège a fait savoir au Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) qu'il ne peut pas coller d'affiches ou même parler de personne à personne au sujet de la campagne d'adhésion syndicale dans les zones communes sur le campus durant les pauses.

"Cette censure évidente d'une activité légitime et légale constitue un viol des droits du personnel au collège Algonquin" a déclaré Roger Couvrette, président de l'organisation provinciale des employés à temps partiel et de session. "Le collège n'a aucun droit d'empêcher les travailleurs de s'informer au sujet de la campagne d'adhésions syndicale."

Couvrette a déclaré que le collège contrevient à l'article deux de la Charte canadienne des droits et libertés, qui garantit la liberté d'expression, la liberté de réunion pacifique et la liberté d'association, ainsi que d'autres droits. Il projette avec d'autres activistes du SEFPO de coller des affiches avec la copie de la Charte lors d'un événement médiatique aujourd'hui à 10h30.

La campagne d'adhésions syndicale du SEFPO, qui se déroule dans 24 collèges communautaires et concerne plus de 12 500 travailleurs, est la campagne de recrutement syndicale la plus importante dans l'histoire de l'Ontario.

"Lorsque nous avons la possibilité de proposer aux employés de signer une carte syndicale, la majorité écrasante de ces derniers signent sans l'ombre d'une hésitation," a affirmé Couvrette. "Le collège Algonquin sait que le seul moyen de nous empêcher d'obtenir les droits syndicaux consiste à empêcher les travailleurs de s'informer au sujet de notre campagne, mais cela ne marchera pas."

"Si, dans le passé, les travailleurs avaient attendu la permission de leur patron pour adhérer à un syndicat, ils seraient encore en train d'attendre," a-t-il ajouté. "Nous n'allons pas attendre. Nous informons nos collègues de travail de ce que représente pour nous tous et toutes le droit à la négociation collective et nous allons poursuivre cette tâche."

Couvrette a appelé cette opposition du collège Algonquin à la campagne d'adhésions syndicales "une mesure à courte vue".

"Les bons dirigeants de collèges savent que de meilleurs emplois pour les employés à temps partiel et de session vont améliorer leur recrutement de personnel et le taux de rétention de leurs employés, en outre, cela ne peut qu'améliorer la qualité de l'éducation dispensée aux étudiants que nous servons tous."

Renseignements

  • Fonction publique de l'Ontario (SEFPO)
    Roger Couvrette
    Tél.cell.: (416) 553-0769
    Site Web: www.sefpo.org