Société Parkinson Canada

Société Parkinson Canada

07 avr. 2010 09h42 HE

La maladie de Parkinson...C'est plus que des symptômes moteurs...La Société Parkinson Canada invite, en avril, les Canadiens à vérifier leurs connaissances à propos du Parkinson

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 7 avril 2010) - La Société Parkinson Canada a conçu un nouveau moyen de renseigner le public et invite les Canadiens à vérifier leurs connaissances sur la maladie de Parkinson au moyen d'un test. Le questionnaire, facile à remplir, fait partie des activités se déroulant au cours du mois de la sensibilisation à la maladie de Parkinson. Il a été conçu pour aider les gens à comprendre que la maladie de Parkinson, c'est bien plus que des troubles moteurs (troubles du mouvement).

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative évolutive touchant plus de 100 000 Canadiens qui doivent lutter quotidiennement contre ses multiples symptômes. Le simple fait de marcher, de parler, de manger ou d'écrire peut devenir un défi. Il existe également des symptômes non moteurs qui nuisent à la qualité de vie. Parmi ceux-ci, on trouve la perte de l'odorat (anosmie), la dépression, les troubles du sommeil et la détérioration des facultés cognitives. Les gens qui souffrent de Parkinson doivent souvent affronter de nombreux préjugés et subir l'isolement. Il existe, de plus, des pressions financières potentielles, si la capacité de travailler des personnes est réduite et qu'elles perdent la sécurité que procure un revenu stable. 

La plupart du temps, la maladie commence à se manifester au début de la soixantaine, mais elle peut également frapper de jeunes personnes dans la trentaine ou même dans la vingtaine. 

« Nous espérons que cet outil éducatif permettra au public de comprendre que la maladie de Parkinson c'est beaucoup plus que des symptômes du mouvement et que, bien souvent, les défis auxquels doivent faire face quotidiennement les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ne correspondent pas à ce que les gens peuvent s'imaginer habituellement », déclare Joyce Gordon, la présidente-directrice générale de la Société Parkinson Canada.

La recherche d'un remède ou d'un traitement qui guérirait cette maladie se poursuit. Il existe, par ailleurs, une nécessité dont il faut tenir compte : celle d'éduquer le public et de renforcer la sensibilisation à la maladie de Parkinson.

La stimulation profonde du cerveau effectuée au moyen d'une chirurgie, ainsi que certains médicaments, ont facilité le parcours de vie de Ryan DeLong, 33 ans, qui a reçu il y a quatre ans, un diagnostic de la maladie de Parkinson établi par son neurologue. 

« Certaines personnes ont de la difficulté à imaginer qu'un homme aussi jeune que moi puisse être atteint de la maladie de Parkinson. » déclare DeLong qui continue de raconter, à différentes occasions, son histoire à des étudiants, même s'il a dû abandonner l'enseignement il y a deux ans.

Tout au long du mois d'avril, la Société Parkinson Canada, de concert avec ses 12 partenaires régionaux regroupant 235 sections et groupes de soutien, présentera des séances d'information et de sensibilisation. Elle organise également des activités de collecte de fonds dans plusieurs localités partout au Canada. 

Depuis 1965, la Société Parkinson Canada est le seul organisme de charité canadien qui se consacre à la recherche et à la sensibilisation concernant cette maladie, tout autant qu'au soutien et à la défense de plus de 100 000 Canadiens qui vivent avec la maladie de Parkinson. Au mois de septembre, dans 87 localités, d'un bout à l'autre du pays, des marcheurs participeront à la Grande randonnée Parkinson : on peut s'inscrire en ligne à compter du 7 avril. L'objectif est de trois millions de dollars cette année.

Renseignements