Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

05 févr. 2010 11h03 HE

La relance de l'emploi repose sur les mesures gouvernementales

Le secteur privé est trop faible pour prendre les devants, dit Georgetti

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 5 fév. 2010) - Le gouvernement fédéral doit investir davantage dans les services publics et les infrastructures pour créer de bons emplois et relancer l'économie, affirme Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

Georgetti réagissait à la publication des données de Statistique Canada sur la population active pour janvier 2010. Le taux de chômage se maintient à 8,3 % et le Canada compte 1,53 million de sans-emploi. "Il n'y aura pas de véritable reprise économique tant que les sans-emploi n'auront pas de nouveaux emplois à plein temps permettant de subvenir aux besoins d'une famille", dit-il.

"Le gouvernement fédéral déposera son nouveau budget dans quelques semaines et doit absolument y prévoir des fonds de relance", affirme Georgetti. "Le secteur privé ne peut, en ce moment, créer suffisamment d'emplois pour stimuler l'économie. Il est temps de mettre en oeuvre des stratégies de développement industriel et des politiques d'achat pour créer des emplois au Canada.

Georgetti a récemment écrit à tous les députés et députées ainsi qu'aux premiers ministres et aux ministres des Finances provinciaux et territoriaux pour les exhorter à accroître les mesures de relance économique pour créer des emplois et favoriser la croissance. Il ajoute que des économistes de banques et de groupes de réflexion sont du même avis. "Le gouvernement doit aider davantage. Ce n'est pas le moment de fermer les robinets."

Georgetti signale que les quelque 500 000 Canadiens et Canadiennes devenus prestataires d'assurance-emploi en 2009 épuiseront leurs prestations, car il est difficile de trouver un nouvel emploi. "Nous devons permettre à ces personnes de retourner au travail, et les mesures de relance sont la solution."

Brève analyse de Sylvain Schetagne, économiste principal du CTC

A la suite des pertes d'emploi (-28 300) de décembre 2009 et du taux de chômage qui a fait du surplace au cours des trois derniers mois, le nombre d'emplois a augmenté de 43 000 en janvier 2010. Toutefois, ce nombre cache le fait que 41 500 de ces emplois sont à temps partiel. Le taux de chômage a légèrement diminué pour s'établir à 8,3 % (or, il était de 6,3 % en octobre 2008).

Un sondage mené auprès d'une quinzaine d'économistes du secteur privé publié cette semaine prédit un taux de chômage de 8,5 % pour 2010. Le Canada compte actuellement 1 531 700 personnes en chômage, ce qui représente une augmentation de 35 % depuis octobre 2008.

La mesure la plus globale du chômage, qui tient compte des travailleuses et des travailleurs découragés et à temps partiel involontaire, a continué d'augmenter depuis le début de la crise, passant de 9 % en janvier 2008 à 12,3 % en janvier 2010. La durée de la période de chômage est aussi à la hausse. Le pourcentage des personnes en chômage depuis plus de six mois est passé de 12,7 % en janvier 2008 à 20,3 % en janvier 2010 (données non désaisonnalisées). Autrement dit, en janvier 2010, plus de 300 000 personnes en chômage au Canada l'étaient depuis 27 semaines ou plus. Le nombre de travailleuses et travailleurs canadiens mis à pied depuis octobre 2008 s'élève à 279 800. Celui des emplois à plein temps perdus depuis octobre 2008 s'élève à 333,200.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca

Renseignements

  • Sylvain Schetagne
    Economiste
    613-668-4372
    ou
    Dennis Gruending
    Communications
    613-526-7431 ou Portable : 613-878-6040