SOURCE: Kantar Health

03 mai 2010 08h00 HE

La réputation de l’industrie pharmaceutique aux yeux des médecins généralistes américains est en nette amélioration et se révèle être la meilleure parmi tous les pays soumis à l’étude.

Les oncologues du RU sont les médecins les plus en faveur de l’industrie pharmaceutique.

NEW YORK, NY--(Marketwire - May 3, 2010) - Les médecins généralistes américains (PCP-médecins de premier recours en anglais) se sont remis à donner une bonne réputation à l’industrie pharmaceutique alors que les marchés européens subissent encore les effets d’une attitude négative de la part de ce type de médecins. Selon une étude effectuée par Kantar Health, l’une des premières sociétés d’études de marchés et de conseils internationaux en matière de santé, les oncologues britanniques sont en faveur de l’industrie et ceci, de façon marquée.

« Ce que pensent plus précisément les clients est que l’image d’une société -- qu’elle soit donnée négativement ou positivement par la réputation-- a un impact crucial sur les résultats de cette société,» déclare Mark Sales, Directeur de la marque internationale et de la gestion des actionnaires de Kantar Health. « Elle affecte les ventes, les initiatives prises en faveur de la marque sans oublier de déterminer sa réputation chez les clients ; réputation qui ne manque pas d’affecter d’autres clients mais aussi les actionnaires. Les mesures prises par une société et notamment en matière de vente et de marketing, influencent les opinions, les sentiments des clients et cette même société est alors susceptible de se développer positivement ou négativement. »

Les médecins généralistes américains donnent une bonne réputation à l’industrie pharmaceutique si on la compare aux résultats de l’étude de 2009 ; le marché américain est le seul à donner une bonne réputation à cette industrie. Les oncologues américains ont néanmoins une attitude légèrement défavorable en ce qui la concerne.

Les médecins généralistes britanniques lui donne désormais une meilleure réputation si l’on en croit l’étude de 2009 - alors qu’il était visible que leur attitude était, au préalable, la plus négative possible - mais de façon générale, ils continuent quant même de donner à l’industrie pharmaceutique une réputation négative. Les oncologues britanniques, par contre, sont les seuls à témoigner d’un sentiment positif envers l’industrie.

Les médecins français, qu’ils soient généralistes ou oncologues, sont engagés dans une campagne de réputation la plus négative qu’il soit au détriment de l’industrie pharmaceutique. Les oncologues et médecins généralistes italiens arrivent juste derrière les français en ce qui concerne l’attitude envers l’industrie ; négative.

Les médecins généralistes allemands sont quelque peu négatifs et leurs homologues oncologues sont légèrement positifs. En Espagne par contre, l’industrie pharmaceutique profite d’une réputation relativement bonne de la part des médecins généralistes mais pas de celle des oncologues qui se révèle être légèrement négative.

« Les résultats de notre étude révèle que les investissements et efforts faits par certaines sociétés leur ont permis de se construire un portefeuille bien garni de clients, » déclare M. Sales. « Si une société est sujette à une réputation négative (ou bouche à oreille), elle doit s’occuper de la situation immédiatement afin qu’elle ne finisse pas par se retrouver face à des clients récalcitrants. »

L’index TRI*M(TM) permet d’évaluer la fidélité des clients
Les résultats obtenus par Kantar Health et portant sur les relations, la résistance des marchés et la réputation, sont basés sur une enquête via Internet impliquant plus de 1 800 médecins généralistes et oncologues des États-Unis, de France, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne et du R-U. L'index TRI*M(TM), propriété de Kantar et source de l’étude, évalue l’intensité des relations. TRI*M permet aux sociétés d’évaluer la résistance défavorable ou l’attitude favorable du marché grâce à la détermination du nombre de clients tombant dans quatre catégories principales : les apôtres, les rebelles, les otages et les mercenaires.

Les sociétés ayant été les sujets de l’étude sont Abbott, AstraZeneca, Bayer/Schering, Boehringer Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Eli Lilly, GlaxoSmithKline, Janssen-Cilag, Merck, Novartis, Novo Nordisk, Pfizer/Wyeth, Roche, Sanofi-Aventis, Schering Plough et Takeda.

Apropos de Kantar Health (www.kantarhealth.com)
Kantar Health est l'une des principales sociétés de conseil mondiales dédiées à la santé, elle se spécialise dans l'optimisation de gamme, l'accès au marché, la sécurité et les résultats, ainsi que sur la connaissance des marques et des clients. Formée par le regroupement de Consumer Health Sciences, MattsonJack, TNS Healthcare et Ziment, elle représente la nouvelle génération de partenaires d'aide à la décision des secteurs de la pharmacie et des biotechnologies et propose des conseils basés sur des preuves pour soutenir le succès global et local de ses clients.

Avec plus de 40 bureaux en Amérique, en Europe, en Asie-Pacifique, au Moyen-Orient et en Afrique, Kantar Health offre la plus vaste implantation mondiale et la meilleure connaissance locale pour contribuer au développement des meilleures performances de ses clients en tout lieu. Ses solutions à la pointe du marché garantissent des décisions et des actions optimales tout au long du cycle de vie de la marque, de l'évaluation des opportunités et du dimensionnement des marchés... au positionnement des marques et à la création des messages... jusqu'à la gestion des relations avec les partenaires et au suivi des résultats des traitements.

Renseignements



  • Coordonnées
    Pour de plus amples informations sur Kantar Health, veuillez contacter :
    Paula Paradise
    Vice- présidente de Global Marketing
    href="Mail to:paula.paradise@kantarhealth.com">paula.paradise@kantarhealth.com
    +1-484-442-1431

    Concernant les informations destinées à la Presse veuillez contacter :
    Nicole Mudloff
    Peppercom Inc.
    nmudloff@peppercom.com
    +1-212-931-6168