Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

09 avr. 2010 11h14 HE

Le Canada a besoin de bons emplois

Le chômage chez les jeunes est aussi un problème, dit Georgetti

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 9 avril 2010) - L'accès limité à des emplois de qualité permettant de faire vivre une famille continue de poser un problème même au moment où le Canada commence à se sortir d'une récession dévastatrice, dit Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

Georgetti réagissait à la publication des données de Statistique Canada sur la population active pour mars 2010. Le taux de chômage reste inchangé à 8,2 % et le Canada compte 1,51 million de sans-emploi. «La qualité des emplois créés continue de poser un problème», affirme Georgetti. « Nous avons perdu 287 000 emplois à plein temps depuis octobre 2008 et, trop souvent, ils sont remplacés par des emplois à temps partiel à faible salaire et par des emplois autonomes précaires.

Le président du CTC fait observer qu'il s'inquiète particulièrement des jeunes, qui ont été durement frappés par la récession. «Le taux de chômage chez les jeunes est demeuré élevé tout au long de l'hiver, et la population étudiante à la recherche d'emploi viendra maintenant gonfler leurs rangs. Le gouvernement doit leur venir en aide d'une façon quelconque.»

Georgetti ajoute que des recherches du CTC révèlent que quelque 500 000 Canadiens et Canadiennes devenus prestataires d'assurance-emploi en 2009 épuiseront leurs prestations parce qu'il est toujours difficile de trouver un emploi. «Le gouvernement fédéral coupe dans les prestations d'a.-e. depuis une quinzaine d'années et un trop grand nombre de sans-emploi ont été laissés à eux-mêmes au cours de la récente récession. Une réforme du régime d'assurance-emploi s'impose.»

Analyse rapide de Sylvain Schetagne, économiste principal du CTC

Il y avait plus d'emploi en mars 2010 qu'en février, mais les nouveaux emplois étaient plus précaires. Le mois dernier, le marché du travail comptait 32 200 emplois de plus, mais 14 200 emplois à plein temps ont été éliminés, portant l'augmentation nette à 17 900 emplois.

En dépit des quelques signes de redressement de l'économie canadienne, le taux de chômage en mars 2010 est demeuré à 8,2 %, le même qu'en février. En mars, le pourcentage de Canadiens et Canadiennes en chômage pendant plus de six mois a atteint le niveau le plus élevé depuis le début de la crise de l'emploi en 2008. En mars, 21,75 % des personnes en chômage, soit plus de une sur cinq, l'étaient depuis plus de six mois. En mars 2008, le pourcentage des personnes en chômage depuis plus de six mois était de 12,4 %.

Le taux «réel» de chômage, taux qui comprend les travailleuses et travailleurs découragés et ceux qui travaillent à temps partiel indépendamment de leur volonté, est demeuré très élevé en mars 2010, s'établissant à 12,4 %. En mars 2008, le taux « réel » de chômage était de 8,9 %. Le taux « réel » de chômage n'a montré aucun signe d'amélioration entre mars 2009 et mars 2010, restant inchangé à 12,4 %.

Le nombre de sans-emploi en mars a continué d'être plus de 33 % supérieur à ce qu'il était avant le début de la crise de l'emploi en 2008. Il y avait 1 515 100 sans-emploi le mois dernier à comparer à 1 137 400 en octobre 2008.

Enfin, les jeunes travailleurs et travailleuses âgés de 15 à 24 ans ont continué de faire face à un taux de chômage élevé. En fait, le taux de chômage chez les jeunes a augmenté en mars 2010 pour atteindre 15,6 %, à comparer aux taux inférieurs à 12 % avant octobre 2008.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site Web : www.congresdutravail.ca.

Renseignements

  • CTC
    Sylvain Schetagne
    Economiste principal
    613-526-7412
    ou
    CTC
    Dennis Gruending
    Communications
    613-526-7431
    Mobile: 613-878-6040