Groupe d'experts indépendant sur le rôle futur du Canada en Afghanistan

Groupe d'experts indépendant sur le rôle futur du Canada en Afghanistan

22 janv. 2008 10h00 HE

Le Canada appelé à réorienter les priorités de sa mission en Afghanistan

Le Groupe d'experts indépendant établit des conditions relatives au prolongement de la mission militaire

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 22 jan. 2008) - Le Canada doit mettre un plus grand accent sur les questions de diplomatie et de reconstruction en ce qui concerne son rôle futur en Afghanistan, et les militaires canadiens doivent progressivement délaisser les missions de combat pour se concentrer davantage sur la formation des forces nationales de sécurité afghanes, selon ce que recommande un groupe d'experts dans le rapport qu'il a présenté aujourd'hui au gouvernement fédéral.

"L'engagement du Canada en Afghanistan tel que nous le recommandons ne doit pas être timoré ni sans balises", peut-on lire dans le rapport du Groupe d'experts indépendant sur le rôle futur du Canada en Afghanistan.

"Par respect pour les Afghans et pour nos alliés, et considérant nos propres besoins futurs en matière de sécurité, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cette mission soit couronnée de succès", a déclaré John Manley, président du Groupe. "Il est évident que l'engagement pris à l'égard de l'Afghanistan par des gouvernements canadiens successifs n'a pas encore été mené à terme. Ultimement, l'objectif consiste à faire en sorte que les Afghans soient en mesure d'assurer eux-mêmes leur sécurité."

Selon les recommandations du Groupe, la mission militaire dans le Sud de l'Afghanistan devrait être prolongée au-delà de février 2009, sous réserve des deux conditions suivantes :

1. Que les partenaires de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) déploient un nouveau groupement tactique dans la province de Kandahar, afin de permettre aux Forces canadiennes d'accélérer la formation de l'Armée nationale afghane.

2. Que le gouvernement mette à la disposition des Forces canadiennes au plus tard en février 2009 de nouveaux hélicoptères de transport de moyen tonnage ainsi que des véhicules aériens sans pilote (UAV) à haute performance.

Si ces conditions ne sont pas respectées, le Groupe recommande au gouvernement de faire savoir aux autorités afghanes et aux pays alliés qu'il entend transférer la responsabilité de la sécurité à Kandahar.

Le Groupe recommande également au gouvernement du Canada de procéder à une nouvelle offensive diplomatique pour veiller à ce que l'effort international visant à aider les Afghans à reconstruire leur pays et à régler leurs désaccords soit mieux coordonné et produise des résultats mesurables. Selon le rapport, le premier ministre doit prendre personnellement la direction de cette démarche diplomatique.

"Le premier ministre jouit d'une influence considérable, et nous lui demandons d'user de celle-ci dans toute la mesure possible compte tenu de la contribution du Canada aux efforts déployés en Afghanistan", a indiqué M. Manley. "Plus particulièrement, il est selon nous essentiel qu'on s'emploie à améliorer la cohérence et l'efficacité des activités menées par le personnel militaire et civil des différents pays. En outre, il s'avère urgent de réduire les tensions régionales et de faire pression sur le gouvernement afghan pour qu'il prenne des mesures plus fermes en vue de s'attaquer à la corruption et de fournir des services de base à la population afghane. Il faudrait réorganiser l'aide du Canada en matière de développement afin de favoriser l'atteinte de ces objectifs."

Le Groupe mentionne également que le gouvernement doit s'efforcer de mieux informer les Canadiennes et les Canadiens quant aux raisons de l'engagement du Canada en Afghanistan, aux difficultés et aux risques associés à cette mission, ainsi qu'aux résultats que l'on peut raisonnablement espérer obtenir.

Le Groupe d'experts indépendant sur le rôle futur du Canada en Afghanistan a été mis sur pied en octobre 2007, à la demande du premier ministre Stephen Harper. Ce Groupe a pour mandat de conseiller le Parlement sur les options qui s'offriront concernant la mission canadienne en Afghanistan une fois que celle-ci sera arrivée à terme, en février 2009.

Outre John Manley, le Groupe est composé de Jake Epp, ancien ministre fédéral, de Paul Tellier, ancien greffier du Conseil privé, de Derek Burney, ancien ambassadeur du Canada aux Etats-Unis, et de Pamela Wallin, ancienne consule générale du Canada à New York.

Le rapport du Groupe est disponible sur Internet aux deux sites Web suivants :

www.independent-panel-independant.ca

www.collectionscanada.gc.ca/afghanistan

Renseignements