BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

22 juin 2010 09h00 HE

Le Nouveau-Brunswick devrait connaître la croissance après une légère récession-BMO

- Une croissance économique stable de 2,5 % et plus est prévue au cours des deux prochaines années.

- De grands projets d'immobilisations sont en cours, y compris un investissement de 1,6 milliard de dollars par le gouvernement provincial.

FREDERICTON, NOUVEAU-BRUNSWICK--(Marketwire - 22 juin 2010) - Après une récession relativement légère, l'économie du Nouveau-Brunswick devrait connaître une croissance de 2,5 % en 2010 et de 2,6 % en 2011, selon le rapport sur les perspectives provinciales de la direction des études économiques de BMO Marchés des capitaux (TSX:BMO)(NYSE:BMO).

« De grands projets d'immobilisation comme la mise à niveau de l'usine nucléaire de Point Lepreau et le terminal de gaz naturel liquéfié Canaport ont été des points d'appui clés pendant la récession, mais ces projets ont pris fin », a déclaré Robert Kavcic, économiste, BMO Marchés des capitaux. « Cette situation atténuera la stimulation découlant du programme d'investissement en capital de 1,6 milliard de dollars sur deux ans réalisé par le gouvernement provincial, dont environ la moitié sera déployée au cours de l'exercice 2010-2011. »

Malgré une remontée récente, la vigueur du huard et la faiblesse de la demande américaine nuiront aux exportations et à l'activité manufacturière. Toutefois, la robustesse du marché de l'emploi et les effets positifs des réductions de l'impôt sur le revenu devraient contribuer à soutenir l'activité des consommateurs – les ventes de détail ont connu une vigoureuse hausse annuelle de 8,9 % au premier trimestre.

La province du Nouveau-Brunswick prévoit un déficit budgétaire de 749 millions de dollars au cours de l'exercice 2010-2011 (2,8 % du PIB) alors qu'elle accroît ses dépenses et ses immobilisations et continue d'appliquer son programme de réduction des impôts. La province prévoit revenir à un faible excédent d'ici l'exercice 2014-2015. Les déficits tiennent compte des dépenses relatives aux pensions, qui s'élèvent à 200 millions de dollars dans l'exercice de 2009-2010, avant de diminuer graduellement jusqu'à zéro à la fin de l'horizon de prévision.

Une refonte du régime fiscal de la province se poursuit comme prévu. Tous les taux de l'impôt sur le revenu des particuliers diminueront de nouveau en 2010, pour toucher leur niveau le plus bas en 2012. En tout, les réductions d'impôt coûteront 258 millions de dollars dans l'exercice 2010-2011, et passeront à 380 millions de dollars d'ici l'exercice 2012-2013.

Vous pouvez trouver le rapport intégral (en anglais seulement) à l'adresse www.bmocm.com/economics.

Renseignements