Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) - Ottawa

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) - Ottawa

12 avr. 2010 10h21 HE

Le SCFP demande à Flaherty de bonifier le RPC et de resserrer les lois

WINNIPEG, MANITOBA--(Marketwire - 12 avril 2010) - À une table ronde sur les régimes de retraite qui aura lieu avec le ministre des Finances Jim Flaherty aujourd'hui, Paul Moist, président national du SCFP, exigera des réformes au système de régimes de retraite du Canada afin qu'un plus grand nombre de Canadiens puissent prendre leur retraite avec un revenu suffisant.

« Plus de 11 millions de travailleurs canadiens n'ont aucun régime de retraite d'employeur, a affirmé M. Moist. Et au-delà d'un million de personnes âgées vivent sous le seuil de la pauvreté établi par Statistique Canada. En l'absence de lois plus strictes pour protéger ces régimes de retraite, les gens se rendent compte que leur avenir n'est pas aussi sûr qu'ils le pensaient. »

« Au Canada, nous avons l'habitude de prendre soin les uns des autres. Nous devons maintenir cette belle tradition et réformer notre système de revenu de retraite afin qu'un plus grand nombre de Canadiens puissent prendre leur retraite dans la dignité. »

Paul Moist soutient que l'on peut remédier aux lacunes du système de pensions du pays en élargissant le Régime des pensions du Canada (RPC), en haussant le Supplément de revenu garanti (SRG) et en adoptant des lois plus strictes pour protéger les régimes de retraite au travail contre les faillites, les investissements à haut risque et la sous-capitalisation des employeurs.

« L'effondrement des marchés de l'année dernière a accentué ce que beaucoup d'entre nous savons depuis des années : les investissements privés individuels comme les REÉR n'assurent pas une sécurité suffisante à la retraite. Le RPC, qui exige des cotisations obligatoires, est une réussite démontrée. Hélas, les prestations actuelles du RPC sont insuffisantes. Mais en les doublant, nous pourrions améliorer la sécurité à la retraite des 93 pour cent de travailleurs canadiens qui cotisent au régime. »

M. Moist demande aussi au gouvernement de modifier la Loi sur la faillite et l'insolvabilité de manière à ce qu'employeurs et retraités soient mieux protégés en cas de faillite.

« Ce qu'ont vécu les travailleurs et les retraités de Nortel est déchirant. Les travailleurs ne devraient pas avoir à payer pour les faillites de leurs employeurs en renonçant à leurs régimes de retraite. »

Pour en savoir plus sur le plan du SCFP pour remédier à la crise des régimes de retraite du Canada, consultez : http://scfp.ca/regimes-de-retraite/vers-un-avenir-plus-sr-rglons-la-crise

Renseignements

  • SCFP
    Relations avec les médias
    613-808-0675