Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

21 juin 2009 11h44 HE

Le SCFP à la Ville de Windsor : un médiateur est nécessaire pour diriger les négociations

WINDSOR, ONTARIO--(Marketwire - 21 juin 2009) - Dans une lettre envoyée à la Ville de Windsor et datée du samedi 20 juin, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) offre de reprendre les discussions à condition que les deux parties s'entendent pour avoir recours aux services d'un médiateur. Ce dernier aurait comme mandat de diriger le processus de négociation.

Linda Thurston-Neeley, directrice régionale adjointe au SCFP, voit cela comme une condition nécessaire à la reprise des discussions : "L'atmosphère des négociations a été empoisonné depuis le tout début et nous avons perdu toute confiance dans le processus", a affirmé Mme Thurston-Neeley. "Le recours pour pratique déloyale de travail que nous avons intenté cette semaine contre la Ville de Windsor est une conséquence directe du manque de respect que l'employeur a démontré jusqu'à maintenant. Pour que les discussions puissent reprendre de façon juste et équitable, nous croyons qu'un médiateur de confiance doit être appelé."

Jim Wood, président de la section locale 82, et Jean Fox, présidente de la section locale 543, sont d'accord avec cette alternative et espèrent que les discussions reprendront dans un meilleur état d'esprit. "Nos membres ont envoyé un signal très clair ce vendredi : ils sont prêts à aller jusqu'au bout pour conserver les avantages sociaux aux retraités", a déclaré M. Wood. "Tous sont d'accord pour dire que nous devons retourner à la table de négociation le plus tôt possible, mais les conditions favorables doivent être réunies. Un médiateur de confiance permettrait justement cela."

Renseignements

  • Communications SCFP
    Luc Tittley
    519-564-7468