Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins

Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins

09 juil. 2009 11h31 HE

Le cachalot de Sept-Iles retrouvé mort près de Rimouski

TADOUSSAC, QUEBEC--(Marketwire - 9 juillet 2009) - On se rappellera du cachalot qui s'était pris dans des câbles de casiers à crabe dans la baie de Sept-Iles le 9 juin dernier. L'incident avait été signalé à Urgences Mammifères Marins (1-877-7baleine), et une équipe d'intervention de Pêches et Océans Canada et de la Station de recherche des îles Mingan (MICS), assistée du pêcheur, avait tenté de libérer l'animal piégé. Le cachalot avait repris le large en mi-journée le 10, apparemment vigoureux, mais traînant toujours des câbles et des bouées. Le 15 juin, il avait été repéré au large des Bergeronnes, 400 km en amont, traînant toujours des câbles. Une évaluation de son état et une tentative de désempêtrement avaient été faits par le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM) et le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, en collaboration avec le MICS. Le 23 juin, il flottait mort au large de Pointe-au-Père et sa carcasse avait été perdue de vue par la suite.

Triste fin pour ce géant, reconnu par des encoches sur la bordure de sa queue comme étant Tryphon, un cachalot fréquentant l'estuaire du Saint-Laurent depuis 1991. Chaque année, les résidants, croisiéristes et chercheurs guettaient son retour. Le cachalot est une espèce rare pour le Saint-Laurent, et Tryphon était de loin le plus fidèle parmi les quelque 30 individus photographiés par le GREMM dans l'estuaire au fil des ans. Les partenaires du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins espéraient bien que la carcasse soit retrouvée, pour tenter de mieux documenter comment la baleine avait péri et récupérer des éléments pour mettre en valeur la dépouille et ainsi contribuer à faire connaître l'espèce et les périls qui guettent les baleines dans nos eaux.

C'est hier que l'appel tant attendu est arrivé : des touristes l'ont retrouvé par hasard gisant sur une plage isolée au bout de l'île Saint-Barnabé, en face de Rimouski. La carcasse a été sécurisée pour éviter qu'elle ne reparte avec la marée. Une équipe du Réseau s'affaire aujourd'hui à documenter les blessures et l'empêtrement. Grâce au support de la Fondation de la faune du Québec, une opération pour récupérer les mâchoires et les cordages qui les entourent est également en cours. Cette opération a été priorisée car ce sont des éléments précieux et forts pour la sensibilisation. Exploramer et le GREMM évaluent la faisabilité de récupérer la carcasse entière, une opération audacieuse en raison du lieu d'échouage.

Pour en savoir plus sur les partenaires et le mandat du Réseau : www.baleinesendirect.net/reseau

Renseignements

  • Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins
    Véronik de la Chenelière
    Porte parole
    418-235-4701