Commissariat aux langues officielles

Commissariat aux langues officielles

20 nov. 2007 08h35 HE

Le commissaire aux langues officielles réclame une meilleure gestion de la dualité linguistique à l'étranger

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 20 nov. 2007) - Les langues officielles demeurent dans une situation précaire dans les affaires étrangères du Canada en raison d'un manque d'orientation stratégique, a déclaré aujourd'hui Graham Fraser, commissaire aux langues officielles, dans le suivi de l'étude Une fenêtre sur le monde : La dualité linguistique dans les relations internationales du Canada, réalisée par le Commissariat en 2004. Parmi les 29 recommandations formulées dans l'étude de 2004, 10 ont été mises en oeuvre, 14 l'ont été de manière partielle et cinq ne l'ont pas été du tout. "Bien que nous ayons observé des progrès dans certains secteurs, trois ans après l'étude initiale, nous souhaitions une gestion plus intégrée et plus exhaustive des langues officielles dans les relations internationales du Canada, déclare le commissaire. Suite aux obligations imposées aux ministères par la nouvelle partie VII de la Loi sur les langues officielles, je m'attends à voir de nettes améliorations dans ce domaine au cours des mois à venir."

A l'instar de toutes les institutions fédérales, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), le ministère du Patrimoine canadien (PCH) et le Bureau du Conseil privé (BCP) ont désormais l'obligation de prendre des mesures concrètes pour promouvoir la pleine reconnaissance et l'usage du français et de l'anglais dans la société canadienne. "Ces obligations juridiques s'appliquent tant ici au Canada qu'à l'étranger", précise le commissaire. "De plus, ces ministères ont devant eux une occasion idéale de maximiser le potentiel de notre dualité linguistique à l'étranger en coopérant à la promotion du français et de l'anglais dans les relations internationales du Canada."

Le commissaire a fait ressortir que les Canadiens se tournent souvent vers les missions à l'étranger lorsqu'ils se trouvent dans une situation vulnérable, que ce soit dans le contexte d'un conflit, de la perte d'un passeport ou d'autres urgences, en ajoutant que les services dans les deux langues sont essentiels. L'étude de suivi révèle que les services consulaires sont fournis dans les deux langues officielles, mais il reste du travail à faire pour améliorer les services de sécurité bilingues. La dualité linguistique est une valeur canadienne clé et un élément distinctif de notre identité collective. Notre réseau compte plus de 260 bureaux diplomatiques et consulaires dans 150 pays et constitue la présence internationale la plus visible du Canada, mais les services de sécurité sont souvent le premier point de contact", explique le commissaire. La prestation de services dans les deux langues officielles ne vise pas seulement à sauvegarder notre image de pays accueillant à l'échelle internationale, mais c'est aussi une question de respect pour les citoyens canadiens."

Le commissaire a également fait part de ses inquiétudes à propos des restrictions budgétaires apportées au Programme de diplomatie ouverte (PDO) du MAECI de même qu'au sujet de la suppression du Fonds de promotion de la Francophonie. Sur ce dernier point, il a invité le Ministère à évaluer les répercussions de la suppression du Fonds sur sa capacité de contribuer à la promotion de la dualité linguistique sur la scène internationale. "Tout affaiblissement de la capacité de promouvoir les langues officielles dans les affaires internationales du Canada constitue un recul. Le gouvernement devrait plutôt prendre des mesures concrètes pour souligner l'importance de mettre en valeur la dualité linguistique du Canada dans nos relations internationales."



RECOMMANDATIONS
Suivi de l'étude
Une fenêtre sur le monde :
La dualité linguistique dans les relations internationales du Canada


Parmi les 29 recommandations formulées dans l'étude de 2004 à l'intention du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, du ministère du Patrimoine canadien et du Bureau du conseil privé, 10 ont été pleinement mises en oeuvre, 14 l'ont été de manière partielle et cinq ne l'ont pas été du tout. Le commissaire a émis 10 nouvelles recommendations (huit au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, une au Bureau du conseil privé et une tant au ministère des Affaires étrangères qu'au ministère du Patrimoine canadien). Quatre nouveaux délais ont été fixés pour la mise en oeuvre des recommandations de l'étude Une fenêtre sur le monde : La dualité linguistique dans les relations internationales du Canada, publiée en 2004.

A) Nouvelles recommandations sont disponibles à adresse suivante : http://www.ccnmatthews.com/docs/off1120.pdf

B) Nouveaux délais pour la mise en oeuvre des recommandations de l'étude Une fenêtre sur le monde : La dualité linguistique dans les relations internationales du Canada, publiée en 2004.



---------------------------------------------------------------------------
Septembre 2008 pour la mise en oeuvre de la recommandation de 2004 que le
ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, de concert
avec le ministère du Patrimoine canadien, élabore des stratégies de
communications internes pour mieux faire comprendre l'importance de la
dualité linguistique à ses employés canadiens dans les missions et à ses
employés recrutés sur place au regard de la diversité culturelle et des
initiatives connexes du gouvernement.
---------------------------------------------------------------------------
Septembre 2008 pour que le ministère des Affaires étrangères et du Commerce
international produise les résultats de son examen des répercussions de la
politique d'unilinguisme anglais de la Coopération économique de la zone
Asie-Pacifique sur la collectivité francophone du Canada.
---------------------------------------------------------------------------
Septembre 2008 pour que le ministère des Affaires étrangères et du Commerce
international procède à l'examen recommandé dans l'étude de 2004, afin de
déterminer l'adéquation les mécanismes existants de surveillance des
activités des programmes d'études canadiennes, sont adéquats dans le but
d'accroître leur efficacité et de favoriser, s'il y a lieu, une approche
proactive de la promotion de la dualité linguistique du Canada.
---------------------------------------------------------------------------
Septembre 2008 pour que le ministère des Affaires étrangères et du Commerce
international adopte le programme de soutien exhaustif dont il était
question dans la recommandation formulée en 2004. Ce programme permettra
d'assurer que tous les employés des missions qui sont recrutés sur place
possèdent les compétences requises en matière de bilinguisme. Il comportera
les lignes directrices, les ressources et l'aide directe nécessaires.
---------------------------------------------------------------------------

Renseignements

  • Demandes d'information ou d'entrevue :
    Commissariat aux langues officielles
    Robin Cantin, Gestionnaire, Relations avec les médias
    613-995-0374
    Cellulaire : 613-324-0999/Sans frais : 1-877-996-6368
    robin.cantin@ocol-clo.gc.ca