Ressources humaines et Développement des compétences Canada

Ressources humaines et Développement des compétences Canada

04 août 2009 11h45 HE

Le gouvernement du Canada appuie la mobilité des massothérapeutes

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 4 août 2009) - Le gouvernement du Canada s'emploie à aider les massothérapeutes en appuyant l'élimination des obstacles à la mobilité de la main-d'oeuvre dans l'ensemble du Canada. Le ministre du Commerce international, ministre de la porte d'entrée de l'Asie-Pacifique et ministre régional pour la Colombie-Britannique, l'honorable Stockwell Day, a fait cette annonce aujourd'hui au nom de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, l'honorable Diane Finley.

"Dans la conjoncture économique actuelle, il est plus important que jamais d'encourager la reconnaissance des qualifications et des accréditations à l'échelle du pays, a déclaré le ministre Day. Une telle reconnaissance permet aux travailleurs de choisir parmi un large éventail de possibilités d'emploi et offre aux employeurs un bassin de candidats qualifiés plus vaste et plus riche."

Le College of Massage Therapists de la Colombie-Britannique recevra 87 226 dollars du gouvernement du Canada pour organiser des consultations avec les représentants des organismes de réglementation de l'industrie dans le but d'élaborer un plan qui permettra l'établissement de normes nationales pour la pratique de la massothérapie.

Bien que le projet vise d'abord à aider les massothérapeutes formés au Canada, la pleine mobilité s'appliquera également aux personnes formées à l'extérieur et accréditées pour travailler au Canada.

Par l'apport de modifications au chapitre 7 de l'Accord sur le commerce intérieur, le gouvernement du Canada, les provinces, les territoires et les organismes de réglementation travaillent ensemble pour éliminer les entraves au commerce intérieur et accroître la mobilité de la main-d'oeuvre au pays. L'élaboration de normes nationales pour les industries réglementées est une mesure qui s'harmonise avec les nouveaux engagements en matière de mobilité de la main-d'oeuvre visant à permettre aux Canadiens et aux Canadiennes de travailler partout au pays sans qu'il soit nécessaire de suivre une formation, de passer des examens ou de se prêter à des évaluations supplémentaires.

Ce communiqué est offert, sur demande, en médias substituts.


DOCUMENT D'INFORMATION

L'Accord sur le commerce intérieur, signé par l'ensemble des provinces et des territoires ainsi que par le gouvernement du Canada, est entré en vigueur en 1995 dans le but de faciliter le mouvement des personnes, des investissements et des services dans l'ensemble du pays. En décembre 2008, on a annoncé des modifications au chapitre 7 de l'Accord, qui porte sur la mobilité interprovinciale de la main-d'oeuvre. Ces modifications font en sorte que les travailleurs certifiés dans une profession réglementée dans une province ou un territoire le sont également dans une autre province ou un autre territoire.

La mobilité de la main-d'oeuvre se traduit par la possibilité pour les travailleurs d'exercer leur profession ou leur métier là où il existe des possibilités d'emploi. Chaque année, environ 200 000 Canadiens et Canadiennes déménagent dans une autre province ou un autre territoire et cherchent alors du travail. Il existe parfois des obstacles à la mobilité de la main-d'oeuvre et un travailleur certifié dans une province ou un territoire peut devoir se prêter à une nouvelle évaluation pour obtenir une attestation lui permettant de travailler dans une autre province ou un autre territoire.

Pour faciliter la mobilité de la main-d'oeuvre, le premier ministre Stephen Harper et les premiers ministres provinciaux et territoriaux ont approuvé les modifications à l'Accord sur le commerce intérieur durant la réunion des premiers ministres sur l'économie tenue en janvier. Les nouvelles dispositions de l'Accord permettront d'éliminer les entraves au commerce intérieur et d'accroître la mobilité de la main-d'oeuvre au Canada. Aux termes de ces dispositions, les gouvernements provinciaux et territoriaux et les organismes de réglementation doivent reconnaître leurs attestations respectives, ce qui permettra d'éviter les processus longs et coûteux que suppose la délivrance de nouvelles attestations.

Le projet du College of Massage Therapists de la Colombie-Britannique permettra aux organismes de réglementation qui régissent la profession de massothérapeute de s'entendre sur les stratégies ainsi que les prochaines étapes visant à accroître la mobilité des massothérapeutes, conformément au chapitre 7 de l'Accord, et de les consolider.

Plus précisément, les objectifs du projet sont les suivants :

- déterminer le niveau de complexité de chaque compétence;

- obtenir l'assentiment des organismes de réglementation qui sont ou qui seront concernés en les invitant à participer au processus et en réalisant une enquête de validation nationale;

- mettre au point un nouveau profil de compétences qui servira de norme nationale et, par conséquent, de norme commune pour l'accréditation interprovinciale.

Pour de plus amples renseignements sur la mobilité de la main-d'oeuvre, consultez le site Web suivant : http://www.rhdcc.gc.ca/fra/competence/mobilite_maindoeuvre/index.shtml.

Renseignements

  • Cabinet de la ministre Finley
    Michelle Bakos
    Attachée de presse
    819-994-2482
    ou
    Ressources humaines et Développement des compétences Canada
    Bureau des relations avec les médias
    819-994-5559