Citoyenneté et Immigration Canada

Citoyenneté et Immigration Canada

22 sept. 2009 11h43 HE

Le ministre Kenney annonce un financement pour aider des réfugiés francophones à se réétablir à Winnipeg

WINNIPEG, MANITOBA--(Marketwire - 22 sept. 2009) - Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, M. Jason Kenney, a annoncé aujourd'hui que les réfugiés francophones pris en charge par le gouvernement qui vivent dans le quartier Saint-Boniface de Winnipeg bénéficieront d'un meilleur accès aux services devant les aider à s'établir dans la collectivité.

La Société franco-manitobaine recevra près de 112 000 $ de fonds fédéraux pour aider 50 réfugiés francophones pris en charge par le gouvernement à se faire une nouvelle vie au Manitoba. Ces services les aident entre autres à trouver un logement provisoire ou permanent et à mener des activités quotidiennes comme effectuer des opérations bancaires et s'occuper de son foyer. De plus, on les aiguillera vers les programmes fédéraux et provinciaux pertinents. Ces services seront fournis par l'Accueil francophone, filiale de la Société franco-manitobaine. Le financement vient du Programme d'aide au réétablissement (PAR) de Citoyenneté et Immigration Canada.

"Le gouvernement est déterminé à aider les gens qui sont vraiment dans le besoin à commencer leur nouvelle vie au Canada, a déclaré le ministre Kenney. L'espoir et les rêves qu'ils portent en eux contribueront à l'édification d'un Canada plus riche et plus solide."

"Nous remercions le ministre Kenney et son ministère de cet investissement important pour notre collectivité. Ces fonds permettront à l'Accueil francophone d'augmenter grandement la quantité de services d'aide à l'établissement destinés aux réfugiés francophones pris en charge par le gouvernement. Comme le gouvernement du Canada, nous avons à cour d'améliorer la vie de ces nouveaux arrivants et de faire en sorte que leur établissement soit une expérience plaisante", a expliqué Daniel Boucher, président-directeur général de la Société franco-manitobaine.

"Des organisations comme la Société franco-manitobaine et l'Accueil francophone reflètent bien l'hospitalité de notre collectivité. Les services qu'elles fournissent aident les nouveaux réfugiés francophones à s'établir et à se sentir chez eux", a ajouté Shelly Glover, députée fédérale de la circonscription de Saint-Boniface.

Pour 2009-2010, Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a réservé plus de 3,8 millions de dollars pour aider les réfugiés au Manitoba. En tout, plus de 44,5 millions de dollars ont été mis de côté en vertu du PAR pour aider au réétablissement des réfugiés au niveau national, exception faite du Québec, qui reçoit des fonds en vertu de l'Accord Canada-Québec.

Ces services de réétablissement viennent s'ajouter aux services et programmes d'établissement financés par CIC pour aider tous les nouveaux arrivants, y compris les réfugiés, à s'établir et à s'intégrer dans leur nouvelle collectivité. Pour ces programmes et services plus vastes, le Manitoba va recevoir près de 28 millions de dollars en financement de base d'établissement en 2009-2010, soit une augmentation de plus de six millions de dollars (ou 22 p. 100) par rapport à l'année précédente.

Les services d'établissement et de réétablissement sont une partie essentielle du programme d'immigration du gouvernement du Canada. Ils aident les immigrants, y compris les réfugiés, à surmonter les obstacles auxquels doit habituellement faire face un nouvel arrivant et ils sont indispensables à l'intégration socio-économique à long terme des immigrants.

De 10 000 à 12 000 réfugiés venant d'outre-mer se réétablissent au Canada tous les ans. Cela représente 10 p. 100 des 100 000 réfugiés réétablis dans le monde. En 2009, le Canada accueillera de 7 300 à 7 500 réfugiés pris en charge par le gouvernement par l'intermédiaire du PAR et de 3 300 à 4 500 réfugiés par l'intermédiaire du programme de parrainage privé de réfugiés.

L'annonce faite aujourd'hui souligne l'engagement qu'a pris le gouvernement du Canada d'augmenter le nombre des immigrants qui parlent le français dans les collectivités à minorité francophone et de soutenir leur intégration en améliorant l'accès aux services d'établissement.

Renseignements