Ministère de la Justice Canada

Ministère de la Justice Canada

18 août 2010 13h05 HE

Le ministre de la Justice rencontre la nouvelle ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 18 août 2010) - L'honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a rencontré aujourd'hui Mme Sue O'Sullivan, la nouvelle ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels, et s'est engagé à œuvrer avec elle à la défense des victimes d'actes criminels.

« Le gouvernement du Canada s'est engagé à appuyer les victimes d'actes criminels ainsi qu'à veiller à ce qu'elles soient mieux représentées dans le système de justice pénale et qu'elles aient un meilleur accès aux services qui sont à leur disposition, a déclaré le ministre Nicholson. Je sais que Mme O'Sullivan s'imposera comme une représentante solide des victimes d'actes criminels au Canada et je la remercie d'avoir accepté de tenir ce rôle important. »

« Aider les victimes d'actes criminels est ma passion depuis des années et je suis ravie de pouvoir améliorer le sort de ces personnes au Canada, a déclaré Mme O'Sullivan. Ensemble, avec les victimes qui communiquent avec nous, les autres ministères et les organismes canadiens qui se consacrent à aider les victimes, nous allons agir pour veiller à ce que leurs besoins et leurs préoccupations soient entendus et dûment pris en compte. »

Mme O'Sullivan est entrée en fonction le 16 août 2010 à la suite d'une longue et fructueuse carrière au sein des services de police.

La création du Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels faisait partie de l'enveloppe de 52 millions de dollars annoncée en 2007 en vue de mieux répondre aux besoins des victimes d'actes criminels, laquelle comprenait notamment :

  • le Fonds d'aide aux victimes, qui fournit des ressources aux victimes d'actes criminels, appuie les services provinciaux et territoriaux ainsi que les organismes non gouvernementaux;

  • l'appui aux Canadiens victimes d'actes criminels à l'étranger;

  • des audiences à la Commission nationale des libérations conditionnelles;

  • des aides au témoignage pour aider les enfants victimes ou témoins d'actes criminels, dans le cadre de témoignages par vidéoconférence;

  • l'aide aux victimes d'actes criminels touchées par des lacunes de services, en particulier les populations du Nord et les populations autochtones.

En outre, le Budget de 2010 a majoré cette enveloppe de 6,6 millions de dollars sur deux ans.

Le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels est indépendant du gouvernement. Il aide les victimes à répondre à leurs propres besoins, défend leurs intérêts et formule des recommandations à l'intention du gouvernement fédéral sur des questions qui touchent les victimes. Les provinces et les territoires demeurent les principaux prestataires de services auprès des victimes d'actes criminels.

Pour de plus amples informations sur l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels, veuillez consulter le : http://www.victimesdabord.gc.ca/

(English version available)

Fiche d'information : Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels

Le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels a été créé en 2007 pour aider les victimes d'actes criminels et leur famille de façon directe, en répondant aux questions et en traitant les plaintes, ou de façon indirecte, en favorisant l'instauration de changements systémiques positifs. La création du Bureau découle de l'engagement continu du gouvernement du Canada envers les victimes d'actes criminels.

Le mandat de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels se rapporte exclusivement aux questions de responsabilité fédérale. Le Bureau :

  • aide les victimes à se renseigner sur les programmes et les services fédéraux et à y accéder;

  • traite les plaintes déposées par les victimes au sujet des ministères, des organismes, des lois ou des politiques de ressort fédéral;

  • réfère les victimes aux programmes et services existants dans leur ville ou dans leur province;

  • signale les problèmes et formule des recommandations à l'intention du gouvernement fédéral quant à la façon d'améliorer ses politiques et ses lois en vue de répondre aux besoins des victimes;

  • informe les décideurs des besoins et des préoccupations des victimes;

  • s'emploie à promouvoir les principes établis dans la Déclaration canadienne des principes fondamentaux de justice relatifs aux victimes de la criminalité auprès des décideurs et des responsables des politiques.

Le Bureau offre une assistance directe aux victimes, aux organismes de service aux victimes et au grand public par l'entremise de ses lignes téléphoniques gratuites et bilingues ainsi qu'en répondant aux courriels et aux lettres qu'il reçoit.

L'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels peut examiner des éléments pertinents et formuler des recommandations à l'intention du gouvernement fédéral :

  • à sa discrétion, ou

  • à la demande d'une victime, d'un organisme de service aux victimes ou d'un avocat, concernant d'autres questions de responsabilité fédérale

Les ministres de la Justice ou de la Sécurité publique peuvent contraindre l'ombudsman à examiner une question particulière. Bien que les recommandations de l'ombudsman ne lient pas le gouvernement, ce dernier se doit d'en tenir compte. L'ombudsman n'empiète pas sur les compétences des provinces, mais veille plutôt à ce que le gouvernement fédéral respecte ses engagements et ses responsabilités envers les victimes d'actes criminels.

L'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels est nommé par le gouverneur en conseil pour un mandat de 3 ans.

Biographie de Sue O'Sullivan, B.A., O.O.M.

Ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels

Sue O'Sullivan défend les victimes d'actes criminels et travaille avec elles depuis le début de sa carrière d'agente de police, en mai 1981. Au fil de sa carrière, elle a travaillé dans divers domaines, notamment les services de patrouille, le s services d'enquêtes criminelles et le soutien des opérations. Mme O'Sullivan était chef adjointe du Service de police d'Ottawa depuis quatre ans.

Au cours de sa carrière, Mme O'Sullivan a assidûment préconisé l'amélioration des services aux victimes. Elle a récemment collaboré avec des représentants d'organismes d'aide aux victimes des trois paliers de gouvernement afin d'élaborer le Programm e de coordination de l'aide aux victimes.

Mme O'Sullivan est très active dans sa collectivité. Elle participe aux activités du Conseil pour l'avancement des Grands Frères Grandes Sœurs d'Ottawa, du Conseil d'administration du Centre de traitement pour jeunes Dave Smith, de l'organisme Six ans et gagnant et de la Fondation Rêve d'Enfants, chapitre d'Ottawa. Mme O'Sullivan est récipiendaire de la Médaille du Jubilé de la Reine Elizabeth II, du Prix Femme de mérite du YMCA-YWCA (Prix du secteur public) et du Prix du leadership communautaire d'Ottawa-Centre de la Chambre des communes. En 2006, Son Excellence la gouverneure générale du Canada l'a nommée Officier de l'Ordre du mérite des corps policiers. 

Mme O'Sullivan est titulaire d'un baccalauréat en droit et sociologie, avec spécialisation en criminologie et services correctionnels, de l'Université Carleton, et elle est diplômée du Programme de leadership policier (ACPO et Université de Toronto). Mme O'Sullivan a deux enfants, Katie et Jonathan. Elle maîtrise le français.

Renseignements

  • Cabinet du ministre de la Justice
    Pamela Stephens
    Attachée de presse
    613-992-4621
    ou
    Ministère de la Justice
    Relations avec les médias
    613-957-4207
    www.canada.justice.gc.ca