WWF-Canada

WWF-Canada

26 mars 2010 10h50 HE

Le succès mondial d'Une Heure pour la Terre démontre un appui massif à l'égard de la lutte contre les changements climatiques que le G8 ne saurait ignorer

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 26 mars 2010) - On s'attend à ce que la population canadienne participe massivement samedi à la manifestation Une Heure pour la Terre en vue de montrer qu'elle appuie fortement le principe d'une action fédérale en matière de changements climatiques. Au-delà de 3400 villes et municipalités dans 125 pays se sont inscrites aux activités prévues dans le cadre de l'événement, dont plus de 290 au Canada. On estime que dix millions de Canadiens, et près d'un milliard de personnes dans le monde, éteindront les lumières pendant une heure, un geste symbolique destiné à illustrer leur appui à la lutte contre les changements climatiques.

" Année après année, le succès d'Une Heure pour la Terre démontre que la population canadienne désire voir son gouvernement placer l'économie verte à l'ordre du jour sur les scènes nationale et internationale ", affirme Keith Stewart, directeur du programme en matière de changements climatiques au WWF-Canada. " Les Canadiens ne désirent pas balayer le problème sous le tapis pour laisser à leurs enfants le soin d'y trouver une solution plus tard, ils veulent s'y attaquer dès maintenant. "

D'après un sondage effectué pour le WWF-Canada à l'approche d'Une Heure pour la Terre :

  • Quatre-vingt-huit pour cent des Canadiens pensent qu'il est " important " ou " primordial " pour le Canada " de jouer un rôle de premier plan dans la promotion de solutions mondiales en matière de changements climatiques, en collaborant avec d'autres pays et en montrant l'exemple ". Seulement 9 % estiment que ce n'est " pas très important " ou " pas important du tout ".

  • Quatre-vingt-cinq pour cent des Canadiens estiment que le Canada peut faire " quelque chose " ou " beaucoup " pour contribuer à la recherche de solutions mondiales en matière de changements climatiques. Seulement 14 % croient que son action ne changera " rien du tout " ou " très peu de choses ".

Ces données sont publiées à l'approche de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8 à Gatineau, lundi, en vue de préparer l'ordre du jour du prochain Sommet du G8. Le Canada accueillera et coprésidera les rencontres du G8 et du G20 en juin 2010. Même si le bureau du premier ministre a annoncé que la question des changements climatiques sera à l'ordre du jour, rien n'indique pour l'instant qu'on en débattra à la rencontre de lundi; aucune rencontre des ministres de l'Environnement n'a été prévue non plus avant le Sommet du G8.

Par ailleurs, le Canada reste l'un des seuls pays à n'avoir pas encore annoncé le montant de sa contribution au nouveau fonds de 30 milliards de dollars pour 2010-2012 prévu dans le cadre de l'Accord de Copenhague pour aider les pays pauvres à affronter les changements climatiques. La juste part du Canada devrait se situer entre 320 et 420 millions de dollars par année et s'ajoute aux fonds actuels consacrés à l'Aide publique au développement.

" A Copenhague, les dirigeants mondiaux se sont entendus sur deux choses. La première, c'est la nécessité de maintenir le réchauffement planétaire sous la barre critique des deux degrés. La deuxième, c'est que les engagements actuels ne permettront pas d'y parvenir ", ajoute Keith Stewart. " Le Canada a le devoir, en sa qualité d'hôte, de mettre le dossier du climat à l'ordre du jour des rencontres du G8 et du G20 pour combler cet écart qui risque de miner la crédibilité des décideurs. "

Précisions à l'intention des rédacteurs

Les résultats du sondage proviennent du Baromètre canadien sur l'environnement, une enquête réalisée par Environics Research du 4 au 9 février 2010.

Autres renseignements concernant Une Heure pour la Terre : www.UneHeurePourLaTerre.ca

Pour une analyse de "l'écart" entre les réductions les plus ambitieuses promises à ce jour en matière d'émissions et celles qu'il faudrait préconiser pour se donner la moindre chance d'atteindre l'objectif de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des deux degrés, consultez : http://assets.panda.org/downloads/the_stepping_stone_final_280110.pdf (en anglais)

Renseignements

  • WWF-Canada
    Keith Stewart
    Directeur du programme Changements climatiques
    416-489-4567, poste 7257
    Cell: 647-328-5518
    kstewart@wwfcanada.org
    ou
    WWF-Canada
    Zoë Caron, Spécialiste en matière de lutte contre les
    changements climatiques
    416-489-4567, poste 7267
    Cell: 647-993-5251
    zcaron@wwfcanada.org