Exportation et developpement Canada

Exportation et developpement Canada

27 avr. 2010 12h06 HE

L'économie est dans une zone critique et les menaces planent toujours sur la reprise, d'après les prévisions d'EDC

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 27 avril 2010) - Les exportations du Canada devraient augmenter de 11 % en 2010, car elles commencent à se remettre de la pire année du passé récent, mais plusieurs nuages devront se dissiper avant que le monde sorte de la zone critique, d'après les Prévisions à l'exportation publiées aujourd'hui par Exportation et développement Canada (EDC).

EDC prévoit également que les exportations du Canada augmenteront de 7 % en 2011, lorsque, selon elle, une véritable croissance durable commencera.

« Malgré les affirmations à l'effet contraire depuis plus d'un an, la reprise mondiale se fait encore attendre », a déclaré Peter Hall, économiste en chef à EDC.

« Certes, la croissance a repris, et l'élan saute parfois aux yeux. Mais il y a une grande différence entre la fin d'une récession et le début d'une reprise. Une reprise véritable exige un rythme de croissance beaucoup plus soutenu et dynamique que ce que nous avons vu jusqu'ici et des taux d'activité beaucoup plus élevés que les taux actuels. La reprise est peut-être en vue, mais nous n'y sommes pas encore tout à fait. »

Les prévisions d'EDC font remarquer que, malgré certaines statistiques actuelles positives sur la croissance, ces chiffres sont appuyés par une dose massive de mesures de relance publiques. La valeur des programmes de relance dans les économies développées atteint presque 4 % du PIB de l'OCDE, ce qui est considérable par rapport à la croissance annuelle moyenne dans ces économies.

« Essentiellement, les mesures de relance font gagner du temps jusqu'à ce que la reprise débute pour de vrai », a affirmé M. Hall. « Y sommes-nous presque? Nous n'arriverons pas au but tant que les énormes excès qui se sont accumulés à la fin de la période d'essor ne seront pas éliminés. La bonne nouvelle, c'est que la réduction de ces excès est constante et énergique. La mauvaise, c'est que nous devrons attendre la fin de l'année avant que l'équilibre du marché permette une nette remontée en puissance des principaux moteurs de l'économie. »

EDC croit qu'il y a quatre risques, à mesure que l'économie avance vers une reprise durable.

  • Les mesures de relance : Les mesures de relance posent un problème pour l'économie puisqu'elles cesseront bientôt de contribuer à la croissance fondamentale, ce qui en surprendra plusieurs. Si la croissance globale s'affaiblit avant la reprise fondamentale, un retour de l'incertitude pourrait nuire à la croissance globale.

  • Les marchés financiers : Des mesures extraordinaires ont réussi à sauver les institutions financières occidentales au bord du gouffre à la fin de 2008, mais il faut encore surmonter une autre épreuve. Les défauts de paiement sur les prêts atteignent maintenant leurs pics, avec un retard par rapport au cycle économique, comme ils ont tendance à le faire habituellement. Il est crucial que le secteur se sorte indemne de cette phase du cycle, mais c'est aussi essentiel pour les perspectives économiques en général.

  • La flambée des prix des produits de base : La hausse des cours du pétrole et des métaux de base a été très forte récemment, mais ces augmentations de prix se sont accompagnées de stocks encore élevés et à la hausse, d'une capacité de production excédentaire et d'une faible demande globale. EDC prévoit un affaiblissement ordonné des prix, mais il y a un danger qu'une brusque correction ébranle la confiance globale.

  • L'inflation : Elle est devenue de plus en plus préoccupante ces dernières semaines. D'après les prévisions d'EDC, le chômage élevé et l'utilisation généralement faible des capacités laissent penser que les pressions sur l'inflation de base resteront faibles pendant un certain temps, même si la croissance s'accélère rapidement. Le défi de la politique monétaire consistera à éliminer les stimulants sans perturber la croissance actuelle, avant qu'une reprise durable s'installe.

« Ces risques devraient maintenir le niveau de prudence dans l'économie assez élevé pour que les défis puissent probablement être gérés rapidement et avec la même coordination qui a rendu les mesures récentes si efficaces », a déclaré M. Hall.

Par conséquent, EDC prévoit que la croissance mondiale atteindra probablement 3,7 % cette année, ce qui constituera une vaste amélioration par rapport à la contraction de 1,1 % en 2009, mais ne suffira pas pour qu'on puisse parler d'une véritable reprise. D'autres améliorations des facteurs fondamentaux devraient permettre une croissance de 4,2 % en 2011. EDC prévoit que les économies développées seront bien loin de la moyenne cette année, mais qu'elles gagneront du terrain à nouveau en 2011, tandis que les marchés émergents devraient avancer plus rapidement et d'un pas plus assuré.

EDC prévoit que l'économie canadienne progressera de 2,5 % cette année et de 2,9 % en 2011, après une contraction de 2,6 % en 2009. La croissance des exportations devrait être plus forte, et certaines industries, comme l'automobile, afficheront des hausses à deux chiffres. Mais même pour les secteurs pour lesquels la croissance sera la plus rapide, les niveaux d'activité à la fin de l'année resteront bien inférieurs aux sommets précédents.

« La récession a éreinté les exportateurs canadiens, mais lorsque la reprise s'installera, la croissance augmentera brusquement jusqu'à ce que l'économie retrouve les niveaux de production normaux. Cette période est en vue, et si nous manœuvrons bien dans la zone critique, notre prochain grand défi consistera à appuyer cette robuste croissance », a ajouté M. Hall.

Les Prévisions à l'exportation semestrielles d'EDC traitent de la conjoncture mondiale actuelle des exportations, y compris des perspectives en ce qui concerne les taux d'intérêt et les taux de change. Il y est aussi question de stratégies d'exportation afin d'aider les entreprises canadiennes à réduire leurs risques au minimum. Enfin, elles analysent tout un éventail de risques auxquels les exportateurs devraient être préparés. Les Prévisions sont affichées sur le site Web d'EDC http://www.edc.ca/prévisions.

Organisme de crédit à l'exportation du Canada, EDC offre des solutions commerciales novatrices pour aider les exportateurs et les investisseurs canadiens à réussir sur les marchés mondiaux. Chaque année, plus de 8 400 entreprises canadiennes et leurs clients étrangers tirent profit de ses connaissances et de ses partenariats pour faire des affaires sur environ 200 marchés. Société financièrement autonome, EDC est un chef de file reconnu dans l'établissement de rapports financiers et l'analyse économique. Elle figure parmi les 100 meilleurs employeurs du Canada pour la neuvième année consécutive.

Renseignements

  • Exportation et développement Canada
    Philippe Taylor
    613-598-2904
    Blackberry: ptaylor@edc.ca