Les Mines J.A.G. Ltée
TSX CROISSANCE : JML

Les Mines J.A.G. Ltée

20 oct. 2009 12h29 HE

Les Mines J.A.G. Ltée : Résultats prometteurs suite à la troisième année de recherche de pétrole et de gaz sur la propriété Témiscouata

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 20 oct. 2009) - Les Mines J.A.G. Ltée ("JAG" - La Société) (TSX CROISSANCE:JML) annonce qu'elle a complété la troisième année de son programme de recherche de pétrole et de gaz sur sa propriété Témiscouata et qu'au cours de celle-ci, elle a réalisé, tel que prévu, un second levé pédogéochimique dans un secteur ciblé en 2008, des levés radiométrique et gravimétrique ainsi que des analyses Rock Eval sur une centaine d'échantillons de roches sédimentaires de la propriété.

Les résultats prometteurs du premier levé géochimique mené par JAG en 2008 ont incité la Société à concentrer les travaux de sa troisième année d'exploration dans les secteurs de St-Eusèbe, Packington et Notre-Dame-du-Lac, situés à l'ouest du lac Témiscouata. Ainsi, JAG a complété, dans ces secteurs, un second levé géochimique plus détaillé, au cours duquel ont été recueillis, le long de 25 sections de longueur et d'orientation variables, plus de 450 échantillons de sol et 450 échantillons de gaz, prélevés dans la zone sous-saturée en eau du sol et analysés pour leur contenu en méthane (C1), éthane (C2), propane (C3) et butane (C4). Ce second levé confirme les résultats obtenus en 2008 et le caractère anomalique des sols des secteurs de St-Eusèbe et de Packington.

Dans la partie nord de la propriété Témiscouata, les bruits de fond des concentrations en éthane et en méthane des échantillons de gaz présents dans les sols sont respectivement de 21 ppb et de 1 200 ppb, alors que près du village de St-Eusèbe, les concentrations en éthane atteignent plus de 1 000 ppb pour plusieurs échantillons de sol; la concentration la plus élevée en éthane s'élève à 7 631 ppb et celle en méthane à plus de 4 000 000 ppb. A l'approche de la faille du Témiscouata, marquée par une dépression topographique et un changement de grain tectonique, les concentrations en éthane deviennent élevées et très hautement anomaliques. Du côté sud-est de la faille, la densité spatiale des anomalies augmente rapidement au-dessus des roches sédimentaires dévoniennes de la Formation de Témiscouata et ce, jusqu'à la trace axiale de l'anticlinal régional. Par ailleurs, les rapports éthane/propane des échantillons de gaz prélevés dans les sols suggèrent la présence d'hydrocarbures thermogéniques pouvant contenir de l'huile ou des condensats. Bien que ce résultat contraste avec le degré relativement élevé de maturation thermique de la matière organique contenue dans les roches sédimentaires de cette partie des Appalaches, les proportions de propane et de butane sont trop élevées pour que les hydrocarbures (C1 à C4) proviennent d'une source n'ayant produit que des gaz secs.

La Société a aussi réalisé un levé radiométrique régional dans cette zone d'intérêt. Les cartes radiométriques (%K, eTh et eU) montrent de fortes anisotropies et permettent d'identifier des domaines géochimiques distincts, qui sont le reflet de contrastes lithologiques. Les anomalies radiométriques identifiées se superposent localement aux anomalies pédogéochimiques et montrent des enrichissements en U et en K, qui ont pu être provoqués par des suintements d'hydrocarbures dans les sols. De façon générale, les abondances en uranium augmentent en passant des roches cambro-ordoviciennes situées au NO de la faille régionale du Témiscouata vers les roches dévoniennes situées au SE de la structure régionale, les plus fortes anomalies en uranium ayant été observées dans la partie sud de l'anticlinal du Témiscouata. De plus, le levé gravimétrique effectué par JAG au printemps 2009, à plus de 1 025 stations, a montré que les principales anomalies radiométriques et pédogéochimiques sont concentrées dans une zone située au-dessus d'un important creux gravimétrique et que les plus fortes concentrations en éthane ont été obtenues dans les sols situés au-dessus de la partie la plus négative de l'anomalie de Bouguer. JAG compte d'ailleurs concentrer les efforts de sa quatrième année d'exploration dans ce secteur anomalique.

Rappelons que la propriété Témiscouata est située dans la partie sud-ouest du bassin de la Gaspésie, que la région demeure inexplorée pour les hydrocarbures et que l'état des connaissances y est encore moindre que dans le reste du bassin. Néanmoins, les résultats prometteurs obtenus jusqu'à présent motivent la Société à poursuivre son programme d'exploration.

Ce communiqué a été rédigé par la géologue, Madame Geneviève Camiré en collaboration avec Dr. Marc Richer-LaFlèche, géologue chargé du projet.

A PROPOS DE JAG

JAG détient depuis avil 2006, des permis de recherche pour le gas et le pétrole, couvrant une superficie totale de 332 790 hectares répartis dans trois régions, soit le Témiscouata, Lac St-Jean et Charlevoix. Plus de 1 146 000$ de travaux d'exploration ont été réalisés avec la collaboration de l'Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) sur ces trois propriétés.

JAG est aussi active sur la propriété aurifère "Belleterre" (canton de Guillet). La propriété est composée de 77 cellules et couvre une superficie de 1 153 hectares. Plus de 3 000 000$ ont été dépensés en travaux d'exploration. Le secteur le plus prometteur de la propriété est celui de l'Aubelle-1, résultant de plusieurs découvertes d'indices d'or et d'argent. Des travaux sont présentement en cours sur la propriété, incluant une campagne de forage d'environ 4 000 mètres.

"La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué."

Renseignements