Les Vêtements de Sport Gildan Inc.
TSX : GIL
NYSE : GIL

Les Vêtements de Sport Gildan Inc.

09 févr. 2010 16h39 HE

Les Vêtements de Sport Gildan Inc. annonce ses résultats pour le premier trimestre de l'exercice 2010

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 9 fév. 2010) - Les Vêtements de Sport Gildan Inc. (TSX:GIL)(NYSE:GIL) -

- Bénéfice par action ajusté de 0,24 $ US, contre 0,04 $ US au T1 2009

- Croissance de 20 % du chiffre d'affaires comparativement à celui du T1 2009

- Part de marché de 61,3 % sur le réseau américain de distribution de vente en gros

- Marges brutes consolidées de 29,8 %

- Flux de trésorerie disponibles de 43 millions de dollars US pour le trimestre

- Progression soutenue des activités de vente au détail

- Perspectives pour l'exercice entier reconfirmées

Les Vêtements de Sport Gildan Inc. (TSX:GIL)(NYSE:GIL) annonce aujourd'hui ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2010 et reconfirme les hypothèses reliées au chiffre d'affaires et à la marge brute énoncées auparavant dans ses perspectives pour l'exercice entier.

Chiffre d'affaires et bénéfice du premier trimestre

Gildan affiche un bénéfice net de 28,0 millions de dollars US et un bénéfice dilué par action de 0,23 $ US pour le premier trimestre terminé le 3 janvier 2010, compte tenu d'une charge de restructuration de 0,01 $ US par action liée à la consolidation de ses activités de distribution aux Etats-Unis qui a été annoncée le 10 décembre 2009. Pour le premier trimestre de l'exercice 2009, le bénéfice net s'était chiffré à 4,4 millions de dollars US, ou 0,04 $ US par action. Exclusion faite des charges de restructuration pour chacun des exercices, le bénéfice net ajusté pour le premier trimestre de l'exercice 2010 s'est élevé à 29,2 millions de dollars US, ou 0,24 $ US par action, comparativement à 5,3 millions de dollars US, ou 0,04 $ US par action, pour le premier trimestre de l'exercice 2009. L'augmentation considérable du bénéfice net et du bénéfice par action au cours du premier trimestre comparativement à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent est attribuable à la forte croissance des volumes de ventes unitaires de vêtements de sport, à des coûts de fabrication, du coton et d'énergie plus favorables, ainsi qu'aux gammes de vêtements de sport plus favorables, ces facteurs ayant été en partie contrebalancés par la baisse des prix de vente des vêtements de sport. Le bénéfice par action du premier trimestre a été légèrement plus élevé que la prévision interne de la Société, puisque les activités promotionnelles plus faibles que prévu dans le réseau de distribution de vente en gros aux Etats-Unis et les gammes de produits plus favorables ont plus que contrebalancé l'effet du calendrier de réapprovisionnement dans le réseau de distribution de vente en gros aux Etats-Unis, ce qui favorise les expéditions de vêtements de sport dès le début du deuxième trimestre de l'exercice.

Le chiffre d'affaires net du premier trimestre de l'exercice 2010 s'est établi à 220,4 millions de dollars US, en hausse de 19,8 % par rapport à celui de 184,0 millions de dollars US inscrit au premier trimestre de l'exercice précédent. Les ventes de vêtements de sport et de sous-vêtements se sont chiffrées à 152,9 millions de dollars US, en hausse de 32,0 % par rapport à celles de 115,8 millions de dollars US enregistrées au cours de la même période en 2009, tandis que les ventes de chaussettes se sont élevées à 67,5 millions de dollars US, comparativement à 68,2 millions de dollars US pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le premier trimestre est habituellement le plus faible de l'exercice sur le plan des ventes de vêtements de sport de Gildan, en raison des variations saisonnières.

La reprise marquée des ventes de vêtements de sport et de sous-vêtements par rapport à celles de la même période de l'exercice 2009 découle principalement de l'augmentation de 31,5 % des volumes de ventes unitaires de vêtements de sport attribuable à l'augmentation de la part de marché sur le réseau américain de distribution de vente en gros, de la diminution du déstockage saisonnier effectué par les distributeurs comparativement au premier trimestre de l'exercice 2009 et de l'augmentation de la percée des marchés internationaux et des autres marchés du vêtement imprimé. Ces facteurs favorables ainsi que les avantages découlant de la gamme plus favorable de vêtements de sports ont été partiellement contrebalancés par un recul de 8,9 %, pour l'ensemble du secteur, des expéditions unitaires des distributeurs américains aux imprimeurs sérigraphes américains ainsi que par le repli d'environ 3,5 % des prix de vente nets des vêtements de sport en comparaison avec le premier trimestre de l'exercice 2009.

Le tableau qui suit présente, pour le trimestre civil terminé le 31 décembre 2009, un sommaire des données du rapport S.T.A.R.S. publié par ACNielsen Market Decisions, lequel fait état des volumes d'expéditions unitaires de vêtements de sport des distributeurs américains de vente en gros aux imprimeurs sérigraphes américains.



Trois mois terminés les Trois mois terminés les
31 décembre 31 décembre
2009 c. 2008 2009 2008
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Croissance unitaire Part de marché
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Gildan Secteur Gildan
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Tous les produits 5,0 % (8,9)% 61,3 % 53,3 %
T-shirts 5,5 % (8,9)% 62,7 % 54,2 %
Vêtements molletonnés 1,7 % (7,2)% 56,8 % 51,9 %
Chandails sport (0,1)% (12,5)% 40,3 % 35,4 %
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------


Au 31 décembre 2009, les stocks globaux du réseau américain de distribution avaient baissé de 15,5 % par rapport à l'année précédente, et la part de Gildan des stocks des distributeurs s'établissait à 49,8 %, comparativement à sa part de marché de 61,3 % au cours du premier trimestre, tel qu'il est indiqué ci-dessus. Les données préliminaires du rapport S.T.A.R.S. pour janvier 2010 indiquent que les expéditions pour l'ensemble de l'industrie ont reculé de 1,5 % par rapport à celles de janvier 2009 alors que la part de marché de Gildan pour toutes les catégories de produits confondues s'est élevée à 64,3 %, contre 61,3 % pour le trimestre terminé en décembre.

Au premier trimestre, les ventes de chaussettes sont demeurées sensiblement les mêmes qu'au trimestre correspondant de l'exercice précédent, malgré la diminution des ventes ayant découlé de l'abandon de programmes de chaussettes non rentables et de programmes de vêtements pour bébés et de layettes portant des marques sous licence, qui avaient été obtenus dans le cadre de l'acquisition de Kentucky Derby Hosiery et qui ne cadraient pas avec le modèle de gestion de Gildan. L'effet de l'abandon de ces programmes a été en grande partie contrebalancé par le rendement des programmes de chaussettes poursuivis, notamment en ce qui a trait aux nouvelles marques privées de chaussettes des détaillants du marché de masse lancées au cours de l'exercice 2009.

Les marges brutes consolidées du premier trimestre se sont établies à 29,8 %, contre 21,1 % au premier trimestre de l'exercice 2009. L'augmentation des marges brutes comparativement à l'année précédente est attribuable à l'accroissement considérable des efficiences en matière de fabrication, à la baisse des coûts du coton et de l'énergie et à une gamme plus favorable de vêtements de sport, ces facteurs ayant été en partie contrebalancés par le recul des prix de vente nets des vêtements de sport ainsi que par l'incidence des provisions supplémentaires pour désuétude de stocks.

Les frais généraux et frais de vente et d'administration du premier trimestre se sont établis à 34,0 millions de dollars US, contre 33,5 millions de dollars US pour le premier trimestre de l'exercice 2009. La légère hausse des frais généraux et frais de vente et d'administration par rapport à l'année précédente est attribuable à l'incidence de l'appréciation du dollar canadien sur les frais d'administration du siège social et à l'augmentation de la charge de rémunération variable liée au rendement. Ces facteurs ont été partiellement contrebalancés par la non-récurrence d'une provision pour créances douteuses inscrite au premier trimestre de l'exercice 2009 ainsi que par la diminution des frais juridiques et autres honoraires. Les frais généraux et frais de vente et d'administration, en pourcentage du chiffre d'affaires, ont reculé pour s'établir à 15,4 %, comparativement à 18,2 % pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Flux de trésorerie et situation financière

La Société a généré des flux de trésorerie disponibles de 42,5 millions de dollars US au premier trimestre. Les débiteurs ont reculé de 81,9 millions de dollars US en comparaison à leur niveau au 4 octobre 2009, et la Société demeure satisfaite de la situation quant au recouvrement de ses créances et de son risque de crédit. Les stocks ont augmenté de 43,1 millions de dollars US au cours du trimestre, les stocks de vêtements de sport finis ayant été accrus dans le but de répondre à la forte demande de t-shirts au cours de la haute saison estivale. La Société a engagé des dépenses en immobilisations de 34,0 millions de dollars US, destinées principalement à son nouveau centre de distribution et immeuble à bureaux attenant à Charleston, en Caroline du Sud, ainsi qu'au démarrage de l'usine de chaussettes Rio Nance 4 au Honduras. La Société a également versé environ 13 millions de dollars US pour la composante provinciale du règlement fiscal conclu avec l'Agence du revenu du Canada. Une provision avait été constituée à l'égard de la totalité de ce paiement au cours du quatrième trimestre de 2008. La Société a terminé le premier trimestre avec de la trésorerie et des équivalents de trésorerie de 141,1 millions de dollars US, et sa facilité de crédit bancaire de 400 millions de dollars US demeurait inutilisée.

Progression des programmes de vente au détail

La Société a commencé à expédier des produits à Walmart, sous la marque Starter, dans le cadre du nouveau programme de sous-vêtements et de nouveaux programmes de chaussettes. De plus, la Société a commencé à expédier des produits dans le cadre d'autres nouveaux programmes de sous-vêtements et de chaussettes à l'intention de détaillants nationaux, tel qu'il avait été annoncé en décembre. L'occasion est bonne pour la Société de miser sur ces programmes, et elle discute activement avec des détaillants du marché de masse pour mettre en place d'autres programmes de vente au détail, conformément à sa stratégie consistant à devenir un fournisseur de premier plan de gammes complètes de chaussettes, de sous-vêtements et de vêtements de sport auprès des détaillants du marché de masse.

Perspectives

La Société a reconfirmé les perspectives et les hypothèses reliées au chiffre d'affaires et à la de marge pour l'exercice entier qu'elle avait présentées le 10 décembre 2009. La Société continue de prévoir que le chiffre d'affaires de l'exercice entier dépassera légèrement 1,2 milliard de dollars US, en hausse d'environ 17 % par rapport à celui de l'exercice 2009 et que la marge brute pour l'exercice entier sera d'environ 26 %. Nous prévoyons que les cours plus élevés du coton devraient avoir une incidence défavorable sur les marges brutes au second semestre de l'exercice, du fait que l'augmentation des cours ne se traduira vraisemblablement pas par une augmentation des prix de vente. La Société a continué de formuler ses hypothèses en présumant que la faiblesse de la conjoncture économique se poursuivra et que la demande dans l'ensemble du secteur ne connaîtra aucune croissance pendant le reste de l'exercice. Selon les données provisoires fournies dans le rapport S.T.A.R.S. pour janvier 2010, la demande dans l'ensemble du réseau américain de distribution de vente en gros semblerait se stabiliser.

La Société a accru ses prévisions reliées aux dépenses en immobilisations pour les porter à environ 145 millions de dollars US pour l'exercice 2010, comparativement à des dépenses en immobilisations de 130 millions de dollars US originellement anticipées en décembre. Cette hausse est attribuable à l'accélération des projets prévus d'expansion de la capacité de couture nécessaire pour soutenir la croissance projetée du chiffre d'affaires de la Société, à l'expansion de la capacité et aux machines à tricoter supplémentaires à la nouvelle usine de chaussettes Rio Nance 4, ainsi qu'aux investissements supplémentaires dans le projet d'installation d'un système de production d'énergie à partir de résidus de biomasse au Honduras, qui devraient entraîner des économies de coûts additionnelles.


Données sur les actions en circulation

Au 31 janvier 2010, 121 039 631 actions ordinaires étaient émises et en circulation, tandis que 1 462 901 options sur actions et 903 714 unités d'actions dilutives de négociation restreinte (les "UANR visant des actions nouvelles") étaient en cours. Chaque option sur action donne droit au porteur d'acheter une action ordinaire à la fin de la période d'acquisition des droits à un prix déterminé à l'avance. Chaque UANR visant des actions nouvelles confère au porteur le droit de recevoir une action ordinaire nouvelle à la fin de la période d'acquisition des droits, sans qu'aucune contrepartie monétaire ne soit versée à la Société. Toutefois, l'acquisition des droits sur au moins 50 % des UANR dépend de l'atteinte d'objectifs déterminés par le conseil d'administration.



Faits saillants financiers

-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
(en millions de dollars US, sauf les montants
par action ou à moins d'avis contraire) T1 2010 T1 2009
-------------------------------------------------------------------------
(non vérifié) (non vérifié)

Chiffre d'affaires net 220,4 184,0
Bénéfice brut 65,7 38,9
Frais généraux et frais de vente
et d'administration 34,0 33,5
Bénéfice d'exploitation 30,2 4,5
BAIIA 1) 44,4 17,6
Bénéfice net 28,0 4,4
Bénéfice net ajusté 2) 29,2 5,3
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice dilué par action 0,23 0,04
Bénéfice dilué par action ajusté 2) 0,24 0,04
-------------------------------------------------------------------------
Marge brute 29,8 % 21,1 %
Frais généraux et frais de vente
et d'administration en pourcentage
du chiffre d'affaires 15,4 % 18,2 %
Marge d'exploitation 13,7 % 2,4 %
-------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés aux
activités d'exploitation 73,9 15,9
Flux de trésorerie disponibles 3) 42,5 2,9
-------------------------------------------------------------------------


3 janvier 4 octobre 4 janvier
Aux 2010 2009 2009
-------------------------------------------------------------------------
(non vérifié) (non vérifié) (non vérifié)
Stocks 345,0 301,9 386,4
Comptes clients 77,7 159,6 84,2
Excédent de la trésorerie sur
le total de la dette
(dette nette)(4) 137,9 95,3 (36,8)
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
1), 2), 3), 4) : Il y a lieu de se reporter à la rubrique "Mesures
financières non conformes aux PCGR" du présent
communiqué de presse.
Certains légers écarts dus à des facteurs
d'arrondissement existent entre les états financiers
et ce tableau sommaire.


Informations à l'intention des actionnaires

Le présent communiqué doit être lu parallèlement au rapport de gestion du premier trimestre de 2010 de Gildan daté du 9 février 2010 et à ses états financiers consolidés intermédiaires pour le trimestre terminé le 3 janvier 2010 (accessibles au http://gildan.com/corporate/IR/quarterlyReports.cfm), qui sont intégrés par référence au présent communiqué et qui seront déposés par Gildan auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières et de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis.

Les Vêtements de Sport Gildan Inc. tiendra une conférence téléphonique aujourd'hui à 17 h HNE pour discuter de ses résultats. Cette téléconférence sera accessible au 800-261-3417 (Canada et Etats-Unis) ou au 617-614-3673 (international) suivi du code 68365130, ou par webdiffusion audio en direct sur le site Web de Gildan (section "Investisseurs") au : http://gildan.com/corporate/IR/webcastPresentations.cfm. Si vous ne pouvez y participer, une retransmission sera accessible à compter de 20 h HNE le même jour au 888-286-8010 (Canada et Etats-Unis) ou au 617-801-6888 (international) suivi du code 36782235 jusqu'au mardi 16 février 2010 à minuit, ou par webdiffusion audio sur le site Web de Gildan pendant 30 jours.

Profil

Gildan est une entreprise à intégration verticale du secteur de la commercialisation et de la fabrication de vêtements de base de qualité. La Société est le principal fournisseur de vêtements de sport destinés au marché de la sérigraphie aux Etats-Unis et au Canada. Gildan est également un important fournisseur pour ce même marché en Europe et sa présence est en croissance au Mexique et dans la région Asie-Pacifique. La Société vend des t-shirts, des chandails sport et des vêtements molletonnés non imprimés en grandes quantités à des grossistes, vêtements qui sont par la suite ornés de motifs ou de logos par des imprimeurs sérigraphes. Ultimement, les consommateurs achètent les produits qui portent l'étiquette Gildan lors d'événements sportifs, de spectacles ou d'événements professionnels, ainsi que dans les destinations de voyage et de tourisme. Les produits Gildan sont également utilisés en guise d'uniformes de travail ainsi que pour d'autres fonctions semblables afin de véhiculer une identité individuelle, de groupe ou d'équipe. La Société est aussi l'un des plus grands fournisseurs de chaussettes de marque privée et de marque Gildan vendues principalement aux détaillants du marché de masse. De plus, Gildan s'est fixée comme objectif de devenir un important fournisseur de sous-vêtements pour hommes et garçons et de vêtements de sport non imprimés aux détaillants du marché de masse de la vente au détail en Amérique du Nord.

Enoncés prospectifs

Certains énoncés qui figurent dans le présent communiqué de presse constituent des énoncés prospectifs au sens de la loi intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des Etats-Unis et des lois et de la réglementation sur les valeurs mobilières du Canada. Ces énoncés sont assujettis à des risques, incertitudes et hypothèses importants. Les énoncés prospectifs comprennent notamment de l'information sur nos objectifs et sur les stratégies visant à atteindre ces objectifs, en plus de renseignements sur nos opinions, nos plans, nos attentes, nos prévisions, nos estimations et nos intentions. Les énoncés prospectifs se reconnaissent généralement à l'emploi de termes ayant une connotation conditionnelle ou prospective, tels que "peut", "fera", "s'attend à", "prévoit", "a l'intention de", "estime", "suppose", "anticipe", "planifie", "croit", "continue", de la forme négative de ces expressions ou des variantes de celles-ci ou de termes semblables. Le lecteur est invité à consulter les documents que nous avons déposés auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières et de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis ainsi que la rubrique "Risques et incertitudes" et les risques décrits à la rubrique "Gestion des risques financiers" du rapport de gestion annuel de 2009, mis à jour ultérieurement dans notre rapport de gestion intermédiaire du premier trimestre de 2010, pour une analyse des facteurs pouvant influer sur nos résultats futurs. Les principaux facteurs et les principales hypothèses qui ont été retenus pour tirer une conclusion ou formuler une prévision ou une projection sont également présentés dans le présent document.

Les énoncés prospectifs sont, de par leur nature, incertains et les résultats ou les événements qui y sont prévus pourraient différer considérablement des résultats ou des événements réels. Les facteurs marquants qui pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent considérablement des conclusions, hypothèses ou projections reflétées dans ces énoncés prospectifs comprennent notamment :

- notre capacité à mettre nos stratégies et plans de croissance à exécution et, notamment, à réaliser les gains de parts de marché, la mise en oeuvre des mesures de compression des coûts, et la conclusion et l'intégration réussies des acquisitions;

- l'intensité de la concurrence et notre capacité de la soutenir efficacement;

- l'adversité de l'évolution de la conjoncture et des conditions financières dans le monde ou dans un ou plusieurs des marchés que nous desservons;

- notre dépendance à l'égard d'un petit nombre de clients d'envergure;

- le fait que nos clients ne soient pas dans l'obligation de passer un minimum de commandes fermes;

- notre capacité à prévoir l'évolution des préférences et tendances de consommation;

- notre capacité à gérer nos niveaux de stocks en fonction de l'évolution de la demande;

- les fluctuations et la volatilité des cours des matières premières entrant dans la confection de nos produits, comme le coton et les fibres de polyester;

- notre dépendance à l'égard de fournisseurs clés et notre capacité à maintenir un approvisionnement ininterrompu en matières premières;

- les risques liés aux conditions météorologiques et au climat politique et socioéconomique propres aux pays où nous exerçons nos activités;

- la perturbation des activités de fabrication et de distribution par des conflits de travail, l'instabilité politique, le mauvais temps, les catastrophes naturelles et d'autres événements ou sinistres imprévus;

- la modification de lois et accords sur le commerce international sur lesquels compte actuellement la Société pour exercer ses activités de fabrication ou pour l'application des mesures de protection qu'ils prévoient;

- les facteurs ou circonstances qui pourraient faire grimper notre taux d'imposition effectif, dont le résultat de vérifications fiscales ou la modification de lois ou traités fiscaux applicables;

- la conformité à la réglementation en matière d'environnement, de fiscalité, de commerce international, d'emploi, de santé et sécurité au travail ainsi qu'à d'autres lois et règlements dans les territoires où nous excerçons nos activités;

- notre grande dépendance à l'égard de nos systèmes informatisés pour la conduite de nos activités commerciales;

- l'évolution de nos relations de travail avec nos employés ou des règlements sur l'emploi au Canada comme à l'étranger;

- une mauvaise presse à la suite d'une violation des lois du travail ou pour des pratiques professionnelles ou commerciales contraires à l'éthique par la Société ou ses sous-traitants;

- notre dépendance à l'égard de gestionnaires clés et notre capacité à attirer et à retenir à notre personnel clé;

- l'évolution ou le risque de violation des lois et règlements sur la sécurité des produits de consommation;

- les modifications de conventions et d'estimations comptables;

- l'exposition aux risques découlant des instruments financiers, dont le risque de crédit, le risque d'illiquidité, le risque de change et le risque de taux d'intérêt.

Ces facteurs pourraient faire en sorte que le rendement et les résultats financiers réels de la Société au cours des périodes futures diffèrent de façon marquée des estimations ou des projections à l'égard de la performance ou des résultats futurs exprimés, expressément ou implicitement, dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne tiennent pas compte de l'incidence que les opérations ou les éléments non récurrents ou particuliers annoncés ou qui se produiront après le dépôt des états financiers pourraient avoir sur les activités de la Société. Par exemple, ils ne tiennent pas compte de l'incidence des cessions, des acquisitions ou autres transactions, des dépréciations d'actifs ou d'autres charges annoncées ou qui sont constatées après la formulation des énoncés prospectifs. L'incidence financière de ces opérations et d'éléments non récurrents ou inhabituels peut se révéler complexe et dépend nécessairement des faits propres à chacun d'eux.

Même si nous sommes d'avis que les attentes exprimées dans nos énoncés prospectifs sont raisonnables, rien ne peut garantir qu'elles se concrétiseront. Les énoncés prospectifs ont pour but de fournir au lecteur une description des attentes de la direction quant à la performance financière de la Société pour l'exercice 2010 et ils risquent de ne pas convenir à d'autres fins. De plus, à moins d'indication contraire, les énoncés prospectifs présentés dans ce communiqué ont été établis en date de ce dernier, et nous ne nous engageons nullement à les actualiser publiquement ni à les réviser à la lumière de nouveaux renseignements ou d'événements futurs ou pour quelque autre motif que ce soit, sauf si les lois ou les règlements applicables l'exigent. Les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué sont présentés sous réserve expresse de cette mise en garde.

Mesures financières non conformes aux PCGR

Le présent communiqué comporte des références à certaines mesures financières non conformes aux PCGR comme le BAIIA, le bénéfice net ajusté, le bénéfice dilué par action ajusté, les flux de trésorerie disponibles, le total de la dette et l'excédent de la trésorerie sur le total de la dette/dette nette. Ces mesures non conformes aux PCGR n'ont pas de sens normalisé aux termes des PCGR du Canada et il est donc peu probable qu'elles soient comparables à des mesures semblables présentées par d'autres entreprises. Par conséquent, elles ne doivent pas être considérées isolément. Les modalités et les définitions relatives aux mesures non conformes aux PCGR utilisées dans le présent communiqué et un rapprochement de chacune d'elles avec la mesure conforme aux PCGR la plus directement comparable figurent ci-dessous.

1) BAIIA

Le BAIIA correspond au bénéfice avant les intérêts, les impôts et l'amortissement et ne tient pas compte de l'incidence des charges de restructuration et autres charges ainsi que de la participation ne donnant pas le contrôle dans la coentreprise consolidée. Nous nous servons du BAIIA, entre autres mesures, pour évaluer notre rendement d'exploitation. Nous croyons aussi que cette mesure est couramment utilisée par des investisseurs et des analystes pour mesurer la capacité d'une entreprise à assurer le service de la dette et à s'acquitter d'autres obligations de paiement, ou en tant qu'instrument d'évaluation courant. Nous ne tenons pas compte de la dotation aux amortissements, qui n'entraîne pas de décaissement de par sa nature et peut varier considérablement selon les méthodes comptables utilisées ou des facteurs hors exploitation tels que le coût historique. Le fait d'exclure ces éléments ne signifie pas qu'ils sont nécessairement non récurrents.



-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
(en millions de dollars US) T1 2010 T1 2009
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice net 28,0 4,4
Charges de restructuration et autres charges 1,6 0,9
Amortissement 16,0 15,9
Variation de l'amortissement compris dans les stocks (2,6) (4,4)
Intérêts, montant net - 0,9
Impôts sur le bénéfice 1,2 0,3
Participations ne donnant pas le contrôle
dans la coentreprise consolidée 0,2 (0,4)
-------------------------------------------------------------------------
BAIIA 44,4 17,6
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Certains légers écarts dus à des facteurs d'arrondissement existent entre
les états financiers et ce tableau sommaire.


2) Bénéfice net ajusté et bénéfice dilué par action ajusté

Le bénéfice net ajusté et le bénéfice dilué ajusté correspondent au bénéfice net et au bénéfice dilué par action exclusion faite des charges de restructuration et autres charges et compte tenu de l'économie d'impôts, comme l'explique la note 7 afférente aux états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés. La Société utilise et présente ces mesures non conformes aux PCGR pour mesurer son rendement d'exploitation d'une période à l'autre, sans tenir compte des variations liées à l'incidence des charges de restructuration et autres charges, qui pourraient fausser l'analyse des tendances de son rendement commercial. Le fait d'exclure ces éléments ne signifie pas qu'ils sont nécessairement non récurrents.



-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
(en millions de dollars US, sauf
les montants par action) T1 2010 T1 2009
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice net 28,0 4,4
Ajustement pour tenir compte des éléments suivants :
Charges de restructuration et autres charges 1,6 0,9
Recouvrement d'impôts lié aux charges de
restructuration et autres charges (0,4) -
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice net ajusté 29,2 5,3
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice de base par action 0,23 0,04
Bénéfice dilué par action 0,23 0,04
Bénéfice dilué par action ajusté 0,24 0,04
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Certains légers écarts dus à des facteurs d'arrondissement existent entre
les états financiers et ce tableau sommaire.


3) Flux de trésorerie disponibles

Les flux de trésorerie disponibles correspondent aux flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation, y compris la variation nette des soldes hors caisse du fonds de roulement, après déduction des flux de trésorerie liés aux activités d'investissement, à l'exclusion des acquisitions d'entreprises. Nous estimons que les flux de trésorerie disponibles constituent un important indicateur de la santé et du rendement financier de l'entreprise, car ils révèlent la disponibilité des flux de trésorerie après les dépenses en immobilisations qui permettent de rembourser la dette et de réinvestir dans l'entreprise. Nous croyons que cette mesure est couramment utilisée par des investisseurs et des analystes aux fins de l'évaluation d'une entreprise et de ses éléments d'actif sous-jacents.



-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
(en millions de dollars US) T1 2010 T1 2009
-------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation 73,9 15,9
Flux de trésorerie liés aux activités d'investissement (31,4) (12,1)
Ajustement pour tenir compte de l'élément suivant :
Liquidités soumises à restrictions remboursées
relativement à une acquisition - (0,9)
-------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie disponibles 42,5 2,9
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Certains légers écarts dus à des facteurs d'arrondissement existent entre
les états financiers et ce tableau sommaire.


4) Total de la dette et excédent de la trésorerie sur le total de la dette/dette nette

Nous estimons que le total de la dette et l'excédent de la trésorerie sur le total de la dette/(dette nette) constituent des indicateurs importants de notre levier financier.



-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
(en millions de dollars US) T1 2010 T4 2009 T1 2009
-------------------------------------------------------------------------
Tranche (de la dette à long terme)
échéant à moins de un an (2,0) (2,8) (3,0)
Dette à long terme (1,2) (1,6) (48,2)
-------------------------------------------------------------------------
Total de la dette (3,2) (4,4) (51,2)
Trésorerie et équivalents de trésorerie 141,1 99,7 14,4
-------------------------------------------------------------------------
Excédent de la trésorerie sur
le total de la dette (dette nette) 137,9 95,3 (36,8)
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Certains légers écarts dus à des facteurs d'arrondissement existent entre
les états financiers et ce tableau sommaire.

Renseignements

  • Relations avec les investisseurs :
    Laurence G. Sellyn
    Premier vice-président, chef des services financiers
    et administratifs
    514-343-8805
    lsellyn@gildan.com
    ou
    Sophie Argiriou
    Directrice, communications avec les investisseurs
    514-343-8815
    sargiriou@gildan.com
    ou
    Relations avec les médias :
    Geneviève Gosselin
    Directrice, communications corporatives
    514-343-8814
    ggosselin@gildan.com