Technologies du développement durable Canada

Technologies du développement durable Canada

02 déc. 2009 13h26 HE

Les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur du transport industriel des marchandises au Canada pourraient être réduites de moitié grâce aux technologies propres,...

...selon un nouveau rapport. Ce secteur produit plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre du Canada

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 2 déc. 2009) - Un nouveau rapport de Technologies du développement durable du Canada (TDDC) conclut qu'un investissement stratégique de 1,5 milliard de dollars dans les technologies propres permettrait au secteur du transport industriel des marchandises du Canada de réduire de 49 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

L'Analyse d'investissement du DD sur le transport industriel des marchandises indique que les émissions de gaz à effet de serre augmenteront de 40 % en raison de la croissance du secteur si aucune mesure n'est prise. Cependant, un tel investissement permettrait non seulement d'effacer cette hausse, mais aussi de réduire les émissions de 9 % en deçà des niveaux actuels pour ce secteur.

L'analyse de TDDC démontre que le développement, la démonstration et la commercialisation de nouvelles solutions technologiques pourraient aider le Canada à bâtir sur ses grandes forces et à améliorer sa compétitivité. Elle indique qu'un investissement direct de 500 millions de dollars de la part du gouvernement générerait des retombées supplémentaires de un milliard de dollars du secteur privé dans le secteur du transport industriel des marchandises, en plein essor, qui représente plus de 440 000 emplois au Canada.

"Lorsque l'économie canadienne croît, nous expédions davantage de marchandises et, par conséquent, nous produisons davantage d'émissions de gaz à effet de serre. Grâce aux investissements stratégiques dans la technologie propre et dans l'infrastructure s'y rapportant, nous pourrions renverser la vapeur", a déclaré Vicky Sharpe, présidente-directrice générale de TDDC. "Si nous réduisons la consommation d'énergie et la production d'émissions associées au transport des marchandises, nous pouvons assurer la durabilité de l'environnement, de l'économie et de la société tout en améliorant la productivité."

L'Analyse d'investissement du DD sur le transport industriel des marchandises cible les occasions d'investir dans les technologies de pointe afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du transport industriel, notamment dans le transport ferroviaire, le transport maritime, le camionnage routier, le transport de marchandises hors route et le transport intermodal.

L'immense territoire du Canada et son vaste marché de l'exportation font en sorte que les activités liées au transport industriel contribuent pour environ 37 % du total des émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie du Canada. Près de la moitié de cette consommation énergétique est attribuable au transport de marchandises.

"Nous avons besoin d'une approche collective pour réduire les émissions de gaz à effet de serre issues du transport des marchandises, a affirmé Rick Whittaker, vice-président des investissements et chef de la technologie de TDDC. Une solution optimale consisterait à l'intégration de développement technologique dans chaque mode de transport, qui, combiné au déploiement stratégique d'une infrastructure, permettrait d'accroître l'efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre."

Le rapport est disponible en entier dans la section du Centre des connaissances du site Web de TDDC à www.sdtc.ca/fr

A propos de TDDC

TDDC est une fondation autonome qui a reçu 1,05 milliard $ du gouvernement du Canada dans le cadre de son engagement à créer un environnement durable et une qualité de vie élevée pour tous les Canadiens.

TDDC exploite deux fonds qui visent le développement et la démonstration de solutions technologiques novatrices. D'une valeur de 550 millions $, le Fonds Technologies du DDMC soutient des projets qui touchent les changements climatiques, la pureté de l'air, la propreté de l'eau et la salubrité des sols. Le Fonds de biocarburants ProGenMC de TDDC, d'une valeur de 500 millions $, appuie la création d'installations de démonstration à grande échelle, premières du genre, qui produiront les combustibles renouvelables de la prochaine génération.

TDDC fonctionne comme une société sans but lucratif. Elle a collaboré avec les secteurs public et privé notamment l'industrie, le milieu universitaire, les organismes non gouvernementaux (ONG) et tous les ordres de gouvernement pour réaliser ce mandat.

CONTEXTE

L'Analyse d'investissement du DD sur le transport industriel des marchandises

L'Analyse d'investissement du DD sur le transport industriel des marchandises est le sixième rapport d'une série de rapports produits par TDDC. Ces rapports sont le fruit de consultations auprès de nombreux décideurs publics ainsi que d'intervenants de l'industrie et du milieu universitaire. L'information a été analysée avec des données du marché de même que des études et des rapports actuels pour produire un rapport d'investissement qui offre une vision commune du potentiel commercial. Ces rapports servent à orienter le processus de décision de TDDC en matière d'investissement. Des rapports antérieurs sur l'Analyse d'investissement du DD ont examiné des sujets tels que l'éco-efficacité des immeubles commerciaux, l'électricité renouvelable, les combustibles traditionnels propres, les biocarburants et l'hydrogène. On peut les consulter à la section du Centre de connaissances du site Web de TDDC au www.sdtc.ca/fr.

La présente Analyse d'investissement du DD se concentre sur les répercussions environnementales, économiques et sociétales du secteur canadien du transport industriel des marchandises. Elle aborde l'implantation possible d'une infrastructure et d'une technologie durables visant à contrer les effets négatifs associés à la consommation d'énergie, comme les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de principaux contaminants atmosphériques (PCA), ainsi que les effets sur la qualité des sols et de l'eau.

Le rapport a ciblé des obstacles ou des besoins dans chaque secteur, techniques et non techniques, qui mettent en évidence ceux auxquels le gouvernement et l'industrie doivent s'intéresser.

Besoins non techniques

1. Le risque financier constitue un obstacle considérable au développement et à l'adoption de technologies dans le secteur du transport industriel. Le renouvellement du parc de véhicules exige des capitaux considérables et les investissements en recherche, en développement et en commercialisation sont marginaux ou peu élevés dans ce secteur.

2. Il n'y a pas de signal de prix à long terme, ce qui nuit à la motivation pour apporter des changements. Les réductions des émissions ne sont pas monétisées efficacement et la fluctuation des prix de l'essence contribue à l'incertitude et au report des mesures à prendre, nuisant davantage à la concurrence dans ce secteur lorsque les prix augmentent.

3. La collecte, la communication et le partage d'information sont fragmentés ou inexistants. Non seulement cette situation se traduit par un manque de connaissance du secteur, ce qui brime l'entreprise qui doit prendre des décisions éclairées et l'expéditeur qui veut mettre en place une logistique efficace, mais elle nuit à l'élaboration d'une politique gouvernementale solide et à un investissement stratégique dans l'infrastructure.

4. Des règlements et des normes sont nécessaires pour encourager le développement et l'adoption de technologies lorsque les forces du marché ne réussissent pas à générer les signaux appropriés. De plus, une harmonisation judicieuse des règlements et des normes peut lever les obstacles découlant de discontinuités réglementaires d'un domaine de services à l'autre, particulièrement lorsque des efficacités opérationnelles sont en cause.

Besoins techniques

1. Approvisionnement énergétique : le développement et la mise en place de solutions de rechange aux sources d'énergie fondées sur les combustibles fossiles.

2. Stockage d'énergie : l'élaboration de procédés chimiques et mécaniques avancés en vue de mettre au point des systèmes de récupération et de stockage d'énergie à haut rendement, fiables et moins coûteux.

3. Conversion énergétique : le développement de technologies de réduction d'émissions avant et après la combustion ainsi que de systèmes intégrés servant à limiter l'émission de flux de déchets des véhicules, l'optimisation des systèmes auxiliaires à bord, des percées liées à la technologie des systèmes d'entraînement primaires existante et la mise au point de systèmes d'entraînement primaires avancés de remplacement pour diminuer les inefficacités et les pertes d'énergie des systèmes.

4. Conception de véhicule : La mise en place de technologies avancées et la conception de véhicules de remplacement visant à augmenter l'efficacité globale des véhicules grâce à des stratégies d'allègement ainsi qu'à une aérodynamique et à une hydrodynamique évoluées.

5. Optimisation de la logistique, des communications et du système : Une technologie d'acquisition de données et de communication en temps réel pour permettre une planification logistique efficace et une optimisation des routes tout en offrant de l'information au camionneur.

Renseignements

  • Relations avec les médias :
    TDDC
    Patrice Breton
    Directeur des communications
    613-234-6313, poste 295
    media@sdtc.ca
    ou
    Processus de demande :
    TDDC
    Rob Barkwell
    Gestionnaire des demandes
    613-234-6313, poste 349
    r.barkwell@sdtc.ca