Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins

Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins

17 juin 2009 16h11 HE

Les mésaventures de Tryphon le cachalot

TADOUSSAC, QUEBEC--(Marketwire - 17 juin 2009) - Ce cachalot avait fait les manchettes le 10 juin dernier. La veille en soirée, des croisiéristes de Sept-Iles avaient signalé au Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (1-877-7baleine) un cachalot piégé dans des câbles de casiers à crabe. Rapidement, une équipe d'intervention composée d'agents de Pêches et Océans Canada et des spécialistes de la Station de recherche des îles Mingan (MICS) s'étaient rendus sur place pour valider la situation. La nuit tombant, il avait fallu remettre le sauvetage aux aurores du lendemain. Entre temps, des consultations élargies avaient permis de préciser le plan et les consignes de sécurité. Le cachalot est en effet un animal puissant qui peut devenir agressif s'il se sent menacé.

Au matin, le pêcheur avait réussi à alléger Tryphon de 13 casiers. L'équipe d'intervention avait pris le relais, et, au bout de plusieurs heures de travail, Tryphon reprenait le large, apparemment vigoureux. Malheureusement, il traînait encore du cordage. Un appel à la vigilance avait alors été lancé à la grandeur du Saint-Laurent pour suivre l'état de l'animal.

Le 15 juin au matin, à quelque 400 km de Sept-Iles, des riverains des Bergeronnes signalaient la présence d'un cachalot. Peu de temps après, l'équipe du Groupe de recherche et d'éducation pour les mammifères marins (GREMM) se rendait sur les lieux et confirmait que c'était bien Tryphon et qu'il avait toujours des cordages aux niveaux de la tête et de la nageoire dorsale. La journée a permis au GREMM et au parc marin d'évaluer l'état de l'animal. L'équipe du MICS est venue de Mingan pour tenter une intervention le lendemain dès l'aube dans le but de retirer les cordages restant. L'animal, nomade, est cependant resté introuvable malgré la vigilance de tous, chercheurs, garde côtière, pilotes, traversiers et industrie d'observation. Si on voit un cachalot, le mot d'ordre reste d'appeler Urgences Mammifères Marins et de rester à distance. On reconnaît le cachalot à son souffle oblique, son allure de sous-marin, sa peau sombre et plissée et la grande queue triangulaire hissée haut dans les airs avant la plongée. Il souffle souvent de 30 à 40 fois avant de partir pour 45 minutes sous les flots. Tryphon se distingue par des marques sur la bordure de sa queue; sa présence dans le Saint-Laurent est documentée par le GREMM depuis 1991.

Renseignements