Corporation miniere Alexis
TSX : AMC

Corporation miniere Alexis

09 févr. 2010 08h30 HE

Les objectifs d'Alexis en 2010 : croissance de la production aurifère et des ressources pour accroître la valeur pour les actionnaires

- Alexis a extrait 34 872 onces d'or en 2009 et compte des stocks de plus de 7 400 onces - La fusion avec Garson est complétée et ce faisant, les ressources ont plus que doublé - Le réaménagement de l'usine Aurbel est terminé : début des opérations en février - Les études 43-101 à la mine Snow Lake avancent tel que prévu - Mine Lac Pelletier - le programme d'échantillonnage en vrac progresse - Les programmes d'exploration en surface vérifient des cibles à fort potentiel

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 9 fév. 2010) - CORPORATION MINIERE ALEXIS (TSX:AMC) ("Alexis" ou la "Société") a le plaisir d'émettre une mise à jour et un aperçu des progrès et des prévisions de croissance pour 2010 et 2011 visant à accroître la valeur pour ses actionnaires en vue d'atteindre le statut de "producteur d'or de niveau intermédiaire". Alexis concentrera ses efforts sur l'avancement de ses nouveaux projets importants, soit la mine Lac Pelletier et la mine Snow Lake, tout en réalisant des travaux d'exploration pour découvrir de nouvelles mines sur ses vastes propriétés à fort potentiel situées dans trois camps miniers, soit Val-d'Or et Rouyn-Noranda au Québec, et Snow Lake au Manitoba.

- Alexis a extrait 34 872 onces d'or en 2009 et compte des stocks de plus de 7 400 onces

A la mine Lac Herbin de Val-d'Or, 32 998 onces d'or ont été extraites en 2009, dont 3 400 onces étaient entreposées en surface à la fin de l'année. La production prévue en 2010 devrait s'élever à 35 000 onces alors que la mine suit son plan d'exploitation sur une durée de vie de cinq ans. Une autre 1 874 once d'or ont été extraites au projet Lac Pelletier dans le cadre du programme souterrain d'exploration et d'échantillonnage en vrac (voir section sur la mine Lac Pelletier ci-dessous). Selon les estimations, le minerai présentement entreposé en surface aux mines Lac Herbin et Lac Pelletier renferme environ 7 400 onces d'or.

L'estimation des ressources et des réserves en fin d'année au Lac Herbin est présentement en révision, mais il semble que l'exploration en 2009 aura permis d'atteindre l'objectif annuel de remplacer les réserves exploitées dans l'année. D'autres détails seront fournis lorsque les résultats annuels et du quatrième trimestre seront communiqués en mars 2010.

- Le réaménagement de l'usine Aurbel est terminé : début des opérations en février

Le réaménagement de l'usine de traitement Aurbel a été mené à terme en janvier, dans les délais et les budgets prévus. Tout le personnel requis a été engagé et reçoit présentement une formation et des directives en santé et sécurité. L'usine devrait commencer à traiter du minerai en février, suite à l'obtention du permis d'exploitation final du gouvernement du Québec. Compte tenu des stocks de minerai assez importants, une campagne d'usinage à forfait du minerai Lac Herbin a débuté le 28 janvier 2010, à une usine de traitement située à proximité. Alexis anticipe pouvoir usiner tous les stocks restants ainsi que la production sortant de la mine d'ici la fin du deuxième trimestre.

- La fusion avec Garson est complétée et ce faisant, les ressources ont plus que doublé

Alexis a réussi à acquérir plus de 95 % des actions en circulation de Garson Gold Corporation et a mis fin à sa récente offre d'achat d'actions. Alexis a entamé les procédures visant à convertir les actions en circulation qui restent de Garson Gold Corporation.

L'acquisition a pour effet de doubler (et même plus) les ressources totales dans les catégories mesurées et indiquées, ainsi que présumées (voir communiqué du 22 janvier 2010). Alexis renommera la mine New Britannia, qui sera dorénavant citée comme la "mine Snow Lake".

- Les études 43-101 à la mine Snow Lake avancent tel que prévu

Une étude d'évaluation économique préliminaire conforme à la norme canadienne 43-101 sera complétée au cours du premier trimestre sur les ressources principales à la propriété de la mine Snow Lake à Snow Lake, Manitoba. Une étude de faisabilité indépendante conforme à la norme 43-101 se poursuivra par la suite, pour se terminer d'ici la fin juin 2010. Une mise à jour des ressources et du plan d'exploitation avancent à bon train et le projet suit son cours tel que prévu.

- Mine Lac Pelletier - le programme d'échantillonnage en vrac progresse

Le programme souterrain au Lac Pelletier avait pour but de confirmer le modèle des ressources et d'extraire un premier échantillon en vrac de 40 000 onces de la Zone 4 à la mine Lac Pelletier de Rouyn-Noranda, Québec. Le programme suit son cours, et 1 001 mètres de rampe ont été dénoyés, 1 522 mètres de galeries et de monteries ont été excavés, générant 19 057 tonnes de matériel minéralisé, et un premier lot de 9 627 tonnes a été usiné en 2009. Au total, 5 617 mètres de forage de définition ont été complétés. De plus, une deuxième voie d'accès a été complétée lors du programme afin de se conformer aux normes de sécurité plus strictes.

Le premier lot de 9 627 tonnes de l'échantillon en vrac a été usiné en décembre 2009. Au total, 1 175 onces d'or ont été récupérées de cet échantillon, pour un taux de récupération moyen de 96,2 %. Environ 4 200 tonnes, soit plus de 43,5 % du lot, provenaient de galeries d'accès excavées à l'extérieur des blocs de minerai inclus dans les réserves, un "boni" imprévu. Les galeries d'accès excavées pour permettre à la machinerie d'accéder aux veines minéralisées sont plus larges que les futurs chantiers, par conséquent le taux de dilution pour ce premier échantillon était supérieur à celui prévu au plan d'exploitation. Un autre lot de minerai de 9 800 tonnes à une teneur de 4,1 g Au/t est présentement entreposé en surface en attendant l'usinage.

Jusqu'à présent, le programme révèle que la géométrie des veines dans la Zone 4 est différente de l'interprétation antérieure basée sur les résultats de forage en surface. Les veines aurifères sont représentées par un réseau de veines de cisaillement qui s'apparente à un filet de pêche, chaque veine atteignant 100 mètres de long par 80 mètres de hauteur dans l'axe de pendage. Les veines sont plus fortement inclinées qu'anticipé. De nouvelles veines aurifères ont été identifiées au sein de ce réseau ainsi que dans le cisaillement A. La Zone 3, qui avait fait l'objet de travaux d'exploration en 1992, est entièrement confinée dans le cisaillement B à l'extrémité nord de la zone minéralisée. Plusieurs nouveaux développements sont considérés encourageants :

- Les veines plus fortement inclinées devraient permettre l'exploitation par longs trous moins coûteuse et une réduction importante de l'exploitation par chambres et piliers initialement envisagée lors de l'étude de préfaisabilité (voir communiqué du 16 juillet 2009).

- Le pendage plus abrupt et le nombre plus élevé de veines pourraient mener à une augmentation des ressources dans la zone.

- La présence de minéralisation dans des "blocs hors-ressources" observée dans les galeries d'accès offre la possibilité de placer les futures excavations d'accès à la mine au sein de matériel minéralisé. Ceci permettrait de réduire substantiellement le coût en capital de développement de la mine (comparativement au développement prévu dans du matériel stérile).

Alexis réalisera d'autres travaux d'excavation de galeries et de monteries, ainsi que du forage au diamant pour mieux définir la géométrie des veines de cisaillement dans la Zone 4, afin de modéliser les ressources et concevoir les infrastructures et la séquence d'abattage. Le programme plus élaboré devrait générer 7 000 tonnes supplémentaires de minerai lors des premières phases d'abattage. Cet ajout au programme implique 3 mois de travaux supplémentaires, pour une date d'achèvement en mai 2010.

- Les programmes d'exploration en surface vérifient des cibles à fort potentiel

Alexis entreprendra un programme d'exploration en 2010 avec un budget prévu de 5 millions $ dans les secteurs de Val-d'Or et Rouyn-Noranda au Québec et de 5 millions $ dans la région de Snow Lake au Manitoba. Il est prévu de compléter plus de 80 000 mètres de forage d'exploration en surface en 2010. Les programmes sont axés sur la découverte et les programmes prévus en 2010 cibleront d'abord :

- Les extensions de la mine Snow Lake et de la Zone 3, Manitoba

Les travaux d'exploration historiques dans les extensions latérales des gîtes connus sont très limités. Les travaux de forage auront donc pour but de vérifier les extensions près de la surface des lentilles à l'est de la mine Snow Lake (anciennement la mine New Britannia), ainsi qu'à l'est et à l'ouest de la Zone 3. D'autres forages cibleront les extensions des blocs de ressources déjà définis.

- Les zones aurifères Herbin Ouest et NEF, propriété Aurbel, Val-d'Or

L'exploration sur la propriété Aurbel de 100 km2, entourant la mine Lac Herbin et l'usine de traitement Aurbel, a réussi en 2009 à identifier deux secteurs d'intérêt spécifiques qui montrent de fortes similitudes avec les premiers résultats d'exploration au gisement Lac Herbin. Les indices Herbin Ouest et NEF seront vérifiés par le biais de travaux de forage en surface. D'autres indices et cibles ailleurs sur la propriété seront également investigués.

- Les cibles de SMV Deep West et Manitou-Barvue

Les travaux de forage d'exploration ont repris à l'aide d'une foreuse dans la partie centrale du camp de Val-d'Or, reconnu pour ses gisements polymétalliques de sulfures massifs volcanogènes (SMV). Alexis a grandement avancé sa recompilation du secteur suite à la découverte de la zone Deep West en octobre 2008. Au départ, deux autres sondages seront implantés pour vérifier les extensions en profondeur dans l'axe de plongée du gisement Manitou-Barvue et un sondage ciblera la zone Deep West, en hauteur dans l'axe de plongée de la découverte d'origine. Les travaux de compilation en 2009 ont confirmé que cette zone de sulfures massifs polymétalliques se trouve au sein d'un grand pli et que ses extensions se projettent vers le sud-ouest et vers la surface, dans des secteurs qui ont fait l'objet de travaux antérieurs très limités.

Le contenu technique et scientifique du présent communiqué a été révisé par David Rigg, géo., et Keith Boyle, ing., personnes qualifiées tel que défini par la norme canadienne 43-101. Les programmes individuels sont supervisés par les personnes qualifiées suivantes : Lac Herbin : Jean Bastien, ing., directeur; Lac Pelletier : Pascal Hamelin, ing., directeur, et Martin Perron, ing., surintendant de la géologie; et Snow Lake : J. Lavigne, géo., VP Exploration. Les personnes qualifiées ont révisé et autorisé le contenu du présent communiqué.

A propos de Corporation minière Alexis

Corporation minière Alexis est une société minière canadienne inscrite à la Bourse de Toronto (symbole "AMC"). Alexis possède une mine d'or en production à Val-d'Or et a le droit d'acquérir un intérêt de 100 % dans la propriété aurifère Lac Pelletier à Rouyn-Noranda, où un programme souterrain d'exploration et d'échantillonnage en vrac est en cours. Alexis fait de l'exploration dans les prolifiques camps miniers de Val-d'Or (212 km2 en propriété exclusive) et Rouyn-Noranda (785 km2 en coentreprise à 50/50 avec Xstrata Copper). Un troisième pôle d'intérêt se trouve dans le camp minier à fort potentiel de Snow Lake au Manitoba, où Alexis prévoit compléter une étude de faisabilité sur la mine Snow Lake (anciennement la mine New Britannia) en 2010 ainsi que des travaux d'exploration sur l'ensemble de ses propriétés. Alexis dispose présentement de quatre foreuses en surface mobilisées pour l'exploration. Pour de plus amples détails sur Corporation minière Alexis, veuillez consulter le site web de la Société au : www.alexisminerals.com.

Informations prospectives

Le présent communiqué comprend des " informations prospectives " au sens des lois canadiennes applicables sur les valeurs mobilières. Les informations prospectives comprennent notamment, sans s'y limiter, des énoncés portant sur les résultats financiers ou d'exploitation futurs d'Alexis et ses projets, l'identification de réserves et de ressources minérales, le coût et le capital requis pour les projets d'exploration, les dépenses d'exploration, la durée prévue des futurs travaux d'exploration, les besoins en capital supplémentaire, la règlementation gouvernementale s'appliquant aux opérations minières, les risques environnementaux, les dépenses de réhabilitation, les contestations ou les réclamations liées aux titres, les risques non assurés, et la durée et l'issue possible de litiges en cours et d'enjeux règlementaires. De façon générale, les informations prospectives peuvent être identifiées par l'emploi de terminologie prospective comme "planifie", "prévoit" ou "ne prévoit pas", "est attendu", "budget", "échéancier", "estime", "prévisions", "entend", "anticipe" ou "n'anticipe pas", "est d'avis" ou des variations de ces termes et expressions, ou des formulations qui suggèrent que certaines actions, événements ou résultats "pourraient" ou "devraient" se produire, "seront entreprises", "se produiront" ou "seront atteints". Les informations prospectives sous-tendent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels, le niveau d'activité, le rendement ou les réalisations de la Société soient sensiblement différents de ceux exprimés ou suggérés par de telles informations prospectives, incluant sans s'y limiter, les risques décrits dans la notice annuelle de la Société. Bien que la Société ait tenté d'identifier les facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats présentés dans les informations prospectives, il pourrait y avoir d'autres facteurs qui auraient pour effet que les résultats ne soient pas tels qu'anticipés, estimés ou prévus. Rien ne garantit que ces informations s'avéreront exactes, et il s'ensuit que les résultats réels et les événements futurs pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans de tels énoncés. Par conséquent, le lecteur ne devrait pas se fier indûment aux informations prospectives. La Société n'assume aucune obligation d'actualiser les informations prospectives, sauf si requis par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Renseignements