Table ronde nationale sur l'environnement et l'economie

Table ronde nationale sur l'environnement et l'economie

26 nov. 2009 00h01 HE

L'infrastructure du Nord n'est pas prête pour le changement climatique, conclut la TRNEE

Un rapport recommande la mise à jour des codes du bâtiment, de meilleures données sur le climat et la climatologie et l'inclusion du Nord dans les solutions d'adaptation

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 26 nov. 2009) - L'infrastructure et les collectivités du Nord canadien ne sont pas préparées à faire face efficacement à la menace émergente que pose le changement climatique aux routes, aux bâtiments, aux sites d'élimination des déchets industriels, à l'infrastructure de transmission de l'énergie et aux autres infrastructures essentielles, selon un nouveau rapport publié par la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie.

"Le Nord canadien est sur la ligne de front du changement climatique", affirme la TRNEE, ce qui exige un effort soutenu pour faire en sorte que l'infrastructure et les collectivités soient mieux préparées à s'adapter au changement climatique attendu, qui pourrait entraîner la dégradation du pergélisol, la fonte des routes de glace, des ondes de tempêtes et l'érosion des côtes.

Parmi ses 16 recommandations, Franc Nord : adaptation de l'infrastructure du Nord canadien au changement climatique suggère de mettre à jour les codes et les normes de construction et de génie, d'améliorer les données et l'information sur le climat et le pergélisol, d'examiner les changements à apporter au système d'assurance et d'utiliser les programmes fédéraux de financement des infrastructures pour faire en sorte que la construction des nouvelles infrastructures tienne compte de l'évolution du climat.

Le rapport arrive juste au moment où les nations du monde se rencontrent à Copenhague pour discuter de la meilleure façon de travailler ensemble pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, blâmés pour différents phénomènes arctiques comme la dégradation du pergélisol, la fonte de la glace marine et les changements aux régimes de précipitations. Par contre, si la diminution des émissions de carbone est importante à long terme, la TRNEE souligne que l'adaptation à l'échelon local est critique pour composer aujourd'hui avec des effets du changement climatique qui semblent inévitables.

Le rapport pourra être téléchargé depuis le site Web de la TRNEE www.nrtee-trnee.ca/franc-nord.

"Le changement climatique connaît sa progression la plus rapide dans les régions arctiques, exigeant du Canada qu'il devienne un chef de file mondial dans les pratiques d'adaptation, explique le président de la Table ronde, Bob Page. Nous croyons que notre rapport s'inscrit dans un créneau important pour la mise en place par le gouvernement fédéral de sa Stratégie pour le Nord."

Le rapport note que les routes de glace fondent plus tôt au printemps, forçant les collectivités à recourir à l'avion pour importer les produits de base, tandis que la fonte du pergélisol peut déstabiliser les fondations des bâtiments. Par ailleurs, l'augmentation des chutes de neige et les changements dans les conditions de glace ajouteront des charges sur les immeubles et les infrastructures de communications et de transmission de l'énergie, construits pour des conditions de neige et de glace différentes. La dégradation du pergélisol peut aussi miner les pistes d'atterrissage et les routes, tandis que les ondes de tempête augmentent le risque pour les collectivités côtières et peuvent forcer la relocalisation des infrastructures.

La Table ronde a constaté que les normes et les codes nationaux n'accordaient pas suffisamment d'importance aux intérêts et aux conditions du Nord et qu'il existait des écarts importants dans la disponibilité et l'accessibilité des données qui forment la base de la gestion des risques et de la prévention des pertes en matière d'infrastructure. La TRNEE a également constaté que la capacité des collectivités nordiques d'évaluer le risque posé par le changement climatique aux infrastructures était inégale et insuffisante. L'absence de stratégies coordonnées entraîne des réponses gouvernementales au gré des circonstances qui pourraient être inefficaces et coûteuses.

"Des bâtiments aux routes, des aéroports aux pipelines, les infrastructures sont essentielles à la sécurité des collectivités modernes, explique le président et premier dirigeant de la TRNEE, David McLaughlin. Cette nouvelle étude de l'infrastructure du Nord menée par la TRNEE offre des conseils pratiques pour rendre l'infrastructure plus résiliente et moins vulnérable au changement climatique."

La TRNEE s'est penchée sur le rôle de trois mécanismes clés pouvant être utilisés dans la gestion du risque pour l'infrastructure :

1. les codes, les normes et les instruments connexes, qui fixent les exigences de construction, d'entretien et autres de l'infrastructure;

2. les polices d'assurance, qui peuvent offrir des mesures incitatives de rajustement des primes afin de réduire le risque;

3. les politiques de gestion des catastrophes, qui peuvent augmenter le degré de préparation des collectivités et leur capacité de réaction en cas de catastrophe.

Voici quelques points saillants des 16 recommandations formulées par la TRNEE.

- Les codes et les normes nationaux d'ingénierie et de construction doivent être revus et modifiés pour tenir compte des risques découlant du changement climatique.

- Le gouvernement du Canada doit rajuster les moyens de financement pour le développement et la restauration des infrastructures, afin qu'ils deviennent des incitations à intégrer le risque de dommage causé par le changement climatique aux décisions en matière d'infrastructure.

- Les gouvernements et l'industrie de l'assurance doivent travailler ensemble pour que les produits d'assurance encouragent les modifications abordables à l'infrastructure pour tenir compte des risques liés au climat.

- Tous les ordres de gouvernements doivent collaborer avec les experts du Nord à élaborer les meilleures lignes directrices possible en matière d'aménagement et d'ingénierie pour le Nord.

- Le gouvernement du Canada doit investir dans la mise à jour et la transmission des données plus complètes sur le climat, les projections liées au changement climatique, et les informations en ce qui a trait à l'aménagement des infrastructures.

- Le gouvernement du Canada a besoin de diffuser l'expertise et l'expérience du Nord canadien dans la lutte contre les risques climatiques à l'infrastructure avec d'autres nations polaires dans le cadre de la Stratégie pour le Nord du Canada.

Franc Nord s'inscrit dans la participation du Canada à l'Année polaire internationale (2007-2008), un grand programme scientifique international axé sur l'Arctique et l'Antarctique.

Durant ses travaux, la TRNEE a consulté plus de cent intervenants, incluant des experts de l'infrastructure, des représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, des résidents du Nord et des représentants des peuples autochtones.

La TRNEE est un organisme indépendant du gouvernement fédéral ayant pour mandat d'effectuer des recherches et de formuler des conseils sur les enjeux de développement durable intéressant le Canada et les Canadiens.

Pour de plus amples renseignements ou pour des demandes d'entrevue avec le président de la TRNEE Bob Page, le premier dirigeant David McLaughlin ou la vice-présidente Francine Dorion, veuillez communiquer avec Brian Laghi.

Renseignements