Association canadienne des banques alimentaires

Association canadienne des banques alimentaires

08 nov. 2007 11h00 HE

L'utilisation des banques alimentaires reste élevée, une situation totalement inacceptable

Une nouvelle étude montre que plus de 720 000 Canadiens, dont 39 % sont des enfants, comptent actuellement sur les programmes alimentaires d'urgence pour manger

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 8 nov. 2007) - L'Association canadienne des banques alimentaires (ACBA) a annoncé aujourd'hui les résultats du rapport du Bilan-Faim 2007. En mars 2007 seulement, 720 231 personnes ont reçu de l'aide des banques alimentaires au Canada. Les banques alimentaires ont fourni 2 344 462 repas aux personnes dans le besoin durant cette même période.

La nécessité d'avoir des banques alimentaires existe dans chaque province et territoire. Elle existe dans les cités canadiennes en pleine croissance, dans les petites collectivités et dans les communautés du Nord. Elle se fait davantage sentir chez les chômeurs, mais aussi chez les travailleurs dont les emplois sont peu rémunérés.

" Près de 20 % des gens qui reçoivent de l'aide des banques alimentaires mentionnent qu'ils ont des emplois ou reçoivent des prestations d'assurance-emploi. Voilà une bien triste réalité dans un pays aussi prospère que le nôtre, de dire Katharine Schmidt, directrice générale de l'ACBA. Il faut en faire plus pour aborder les besoins des citoyens les plus pauvres du Canada. Nous nous devons, y compris le gouvernement, d'avoir une perspective beaucoup plus globale pour réduire la faim au Canada. "

Pour la première fois, le Bilan-Faim 2007 a étudié la situation du logement des personnes qui reçoivent de l'aide des banques alimentaires. Les résultats indiquent que 85,9 % des clients sont locataires; 7, 7 % sont propriétaires et ce pourcentage passe à 16,7 % dans les villes dont la population est inférieure à 10 000 habitants.

Ed Borkowski, président du conseil d'administration de l'ACBA, a commenté le rapport. " Il est très inquiétant de constater que 39 % des clients des banques alimentaires soient des enfants de moins de 18 ans. Une proportion de 51 % des ménages qui reçoivent de l'aide alimentaire ont au moins un enfant. Les enfants qui ont faim risquent d'éprouver de sérieux problèmes de développement, incluant des problèmes de comportement, un piètre rendement scolaire et des troubles mentaux. Nous avons la capacité d'assurer la sécurité alimentaire à toutes les familles canadiennes, mais nous avons besoin de leadership de la part des gouvernements fédéral et provinciaux. "

Le nombre de personnes qui utilisent les banques alimentaires est resté supérieur à 700 000 par mois depuis 1997. Ce nombre est 91 % plus élevé qu'en 1989 lorsque le sondage Bilan-Faim a été réalisé la première fois.

Le Bilan-Faim 2007 exige l'élaboration de politiques intégrées et flexibles qui appuient des revenus assurant une meilleure sécurité financière et qui augmentent la capacité des Canadiens à satisfaire leurs besoins fondamentaux, tant ceux de leurs familles que leurs propres besoins.

Pour consulter le rapport complet du Bilan-Faim 2007 et pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez visiter le site http://www.cafb-acba.ca/english/EducationandResearch-ResearchStudies.html.

Au sujet de l'ACBA

Fondée en 1985, l'Association canadienne des banques alimentaires (ACBA) est un organisme de coordination qui représente un réseau national de banques alimentaires régionales et communautaires, y compris des associations provinciales et des centres de distribution d'aliments. L'ACBA est la voix des banques alimentaires au Canada; ses membres et leurs organismes accrédités viennent en aide à environ 90 p. cent des personnes qui ont recours à des programmes d'aide alimentaire d'urgence au pays. En 2006, par l'entremise du Système national de partage des aliments, l'ACBA a acheminé à ses membres plus de 8,5 millions de livres de dons provenant de l'industrie alimentaire, d'une valeur équivalant à 17 millions $. En plus des aliments reçus de l'ACBA, les banques alimentaires communautaires comptent principalement sur leurs bénévoles pour recueillir et distribuer environ 150 millions de livres d'aliments par année. L'ACBA effectue de la recherche, s'implique dans la sensibilisation du public et revendique des changements aux politiques publiques pour éliminer les causes de la faim et de l'insécurité alimentaire au Canada. Bien que l'ACBA fournisse quotidiennement de la nourriture à l'intention des gens dans le besoin, son but ultime est un Canada libre de la faim.

Au sujet du sondage Bilan-Faim

Lancé en 1989, le Bilan-Faim est le seul sondage national qui mesure l'utilisation des programmes alimentaires d'urgence au Canada. L'information recueillie est d'une valeur inestimable car elle forme la pierre angulaire de nombreuses activités de l'ACBA durant l'année. Parmi les avantages que procure le Bilan-Faim, il permet à l'ACBA de gérer le Système national de partage des aliments sur une base de " partage équitable ", de présenter de l'information exacte et opportune aux donateurs et aux médias, et reflète les grandes inquiétudes des membres dans une variété de forums publics.

Renseignements

  • ACBA
    Micky Fraterman
    (416) 305-0762 (le 8 novembre 2007)
    (416) 203-9241, poste 28