MADD Canada

MADD Canada

16 mai 2006 15h39 HE

MADD Canada: la publication du rapport « Possibilités de progrès »

« Il est possible de réduire le nombre de jeunes Canadiens tués en raison de la conduite avec facultés affaiblies » - MADD Canada Attention: Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales, Rédacteur au transport WINNIPEG, MANITOBA--(CCNMatthews - 16 mai 2006) - Il existe des initiatives législatives « toutes faites » qui permettraient de réellement réduire le nombre de jeunes Canadiens tués et blessés sur les routes du Canada en raison de la conduite avec facultés affaiblies. MADD Canada exhorte les gouvernements des provinces à relever le défi de rendre nos routes plus sécuritaires pour les jeunes conducteurs - un groupe d'âge surreprésenté dans les statistiques sur les collisions et les mortalités associées à la conduite avec facultés affaiblies.

Lors d'une conférence de presse à Winnipeg pour marquer la publication du rapport « Opportunities for Progress » (Possibilités de progrès), la présidente nationale de MADD Canada a fait remarquer que l'adoption des mesures nécessaires au Canada pour faire une différence pour les jeunes conducteurs dans le dossier de la conduite avec facultés affaiblies est une question de volonté politique. Karen Dunham a souligné que les administrations provinciales et territoriales devraient « examiner de près l'approche sérieuse du ministre de la Justice Gordon Mackintosh » à la prévention des décès attribuables à la conduite avec facultés affaiblies sur les routes et les autoroutes du Manitoba.

« Nos recherches font ressortir des initiatives législatives précises qui permettraient de faire une différence appréciable au chapitre de la réduction du nombre de jeunes tués dans des incidents de conduite avec facultés affaiblies, affirme Mme Dunham. Qu'ils soient conducteurs, passagers, piétons, cyclistes, motoneigistes ou conducteurs de véhicules tout-terrain, nous savons que ce sont les habitudes de consommation d'alcool et de drogues des jeunes conjuguées à leur comportement au volant qui font en sorte qu'ils enregistrent le taux le plus élevé de décès dans des collisions imputables à la conduite avec facultés affaiblies. C'est pour cette raison que MADD Canada demande aux gouvernements des provinces d'agir en fonction des faits connus, de resserrer l'application des lois courantes et d'adopter de nouvelles lois au nom de la sécurité de cette génération de conducteurs novices. »

« Les décès de la route demeurent la première cause de décès chez les jeunes, poursuit Mme Dunham. Puisque nous sommes conscients de mesures efficaces pour réduire les incidents de conduite avec facultés affaiblies impliquant les jeunes, les gouvernements ont une obligation morale d'intervenir dans ce dossier. »

« Il est possible de réduire le nombre de jeunes Canadiens tués en raison de la conduite avec facultés affaiblies », soutient la présidente nationale de MADD Canada.

« Opportunities for Progress » propose une approche globale qui permettrait aux gouvernements des provinces de réellement réduire le bilan de décès imputables à la conduite avec facultés affaiblies chez les jeunes conducteurs. Ce rapport présente une série de recommandations axées sur des mesures réglementaires concernant la commercialisation et la vente d'alcool aux jeunes ainsi que sur le renforcement des pouvoirs d'exécution des services policiers.

La recommandation concernant la mise en oeuvre d'un programme d'octroi de permis par étapes à trois paliers qui prévoit une limite de zéro en matière d'alcoolémie pour les conducteurs âgés de moins de 21 ans constitue la pièce maîtresse de ce rapport. Mme Dunham applaudit le gouvernement du Manitoba qui vient d'annoncer que tous les nouveaux conducteurs devront respecter la tolérance zéro en matière d'alcoolémie pendant cinq ans. « Cette initiative carrément supérieure à nos recommandations saura faire une différence. En prévoyant l'ajout d'une nouvelle mesure de sauvegarde, cette initiative aura une incidence sur les décès liés à l'alcool chez les conducteurs âgés de 18 à 20 ans qui commencent à conduire sans supervision environ au même moment qu'ils atteignent l'âge légal pour consommer de l'alcool. Elle permettra de refaire le point sur le lien entre la consommation et la conduite - soit que l'on ne doit pas conduire si l'on consomme. »

Parmi les autres recommandations notables, soulignons : conférer aux policiers le droit d'arrêter les véhicules au hasard et d'exiger que les conducteurs novices et les accompagnateurs présentent leur documentation ; mise en œuvre de programmes R.I.D.E. ou de vérifications ponctuelles ciblant particulièrement les régions qui présentent régulièrement une forte concentration de jeunes conducteurs aux facultés affaiblies ; conférer aux policiers le droit d'exiger qu'un conducteur se soumette à des tests de coordination motrice lorsqu'ils ont des motifs raisonnables pour soupçonner la présence de drogues dans son organisme ; et assurer une application plus rigoureuse de la loi actuelle régissant les permis d'alcool dans les établissements autorisés.

Le problème

La population de Canadiens âgés de 16 à 25 est en pleine croissance et la vaste majorité de ces derniers détiennent un permis de conduire. Malgré les progrès des 25 dernières années, les collisions de la route demeurent la première cause de décès et de graves blessures pour ce groupe d'âge. En 2004, plus de 780 jeunes ont péri dans des collisions de la route et il est estimé que le bilan de blessures s'élève à 60 000. Selon une estimation modérée, plus de 45 % de ces décès sont liés à l'alcool et, bien que de nouvelles recherches s'imposent, de toute évidence les collisions liées à la consommation de drogues réclament davantage de jeunes vies.

La réalité est la suivante : les jeunes enregistrent les plus hauts taux de décès et de blessures de la route par habitant et par kilomètre parcouru et ils sont singulièrement surreprésentés dans toutes les catégories de mortalités associées aux collisions.

Ces pertes de vies insensées devraient constituer une importante source d'inquiétude publique ainsi que le point de mire des stratégies des gouvernements axées sur la sécurité routière, l'alcool et les drogues. Pour faire en sorte qu'une autre génération de jeunes conducteurs, passagers et piétons ne soit pas condamnée à faire partie des statistiques sur ces pertes évitables, nous devons impérativement adopter une démarche globale pour contrer la conduite avec facultés affaiblies et réduire le nombre de décès et de blessures attribuables aux incidents d'alcool et de drogues au volant.

Le rapport

Le rapport « Opportunities for Progress » de MADD Canada est une réalisation des professeurs E. Chamberlain et R. Solomon de la faculté de droit de l'Université de Western Ontario. Ce rapport recense les meilleures recommandations en matière de réforme législative qui permettraient aux provinces et aux territoires de réduire les collisions de la route impliquant des jeunes Canadiens. Le professeur Solomon, coauteur du rapport, souligne que les pratiques et les pouvoirs d'exécution de la police, la responsabilité civile et la réglementation des routes, des conducteurs et de la possession d'un véhicule relèvent largement de la compétence des provinces. De surcroît, les provinces contrôlent généralement la vente, la fourniture et la consommation d'alcool ainsi que la délivrance de permis aux établissements où l'alcool est vendu ou consommé.

Selon le professeur Solomon : « Les provinces disposent du pouvoir législatif nécessaire pour élaborer, mettre en œuvre et assurer le respect de politiques efficaces en matière de conduite avec facultés affaiblies axées sur les jeunes. Il s'agit d'un grave problème et ce sont les provinces qui sont le mieux placées pour produire les meilleurs résultats. »

MADD Canada s'est engagé à visiter chaque administration au cours des six prochains mois pour discuter de ses recommandations concernant les jeunes et la conduite avec facultés affaiblies.

Veuillez visiter www.madd.ca pour consulter le rapport intégral et la documentation complémentaire.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les porte-parole de MADD Canada :
Karen Dunham, Présidente nationale (506) 650-7473
Robert Solomon, Directeur des politiques juridiques (coauteur du rapport) (519) 661-3603
Andrew Murie, Chef de la direction 1 (800) 665-6233, poste 224
/Renseignements: www.madd.ca/ IN: JUSTICE, POLITIQUE, TRANSPORT

Renseignements

  • Andrew Murie, Chef de la direction
    Numéro de téléphone: 800-665-6233 poste 224
    Courriel: amurie@madd.ca