MethylGene Inc.
TSX : MYG

MethylGene Inc.

02 juin 2007 16h00 HE

MethylGene et Pharmion présentent des résultats préliminaires sur le MGCD0103 lors de la 43e Assemblée annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO)

Obtention d'un taux de réponses substantiel dans deux études cliniques sur le MGCD0103 L'administration monothérapeutique du MGCD0103 dans une étude de phase II a entraîné un taux de réponses de 40 % et un taux de maîtrise de la maladie de 45 % chez des patients souffrant de lymphome de Hodgkin rebelle ou récidivant L'administration concomitante de MGCD0103 et de Vidaza® dans une étude de phases I/II a entraîné un taux de réponses global de 30 % chez des patients souffrant de SMD ou de LMA, et un taux de réponses de 37 % dans l'intervalle des doses actives rapportées antérieurement

CHICAGO, ILLINOIS--(Marketwire - 2 juin 2007) - MethylGene Inc. (TSX:MYG) et Pharmion (NASDAQ:PHRM), en association avec leur collaborateur Taiho Pharmaceutical (Tokyo, Japon), ont présenté aujourd'hui des résultats préliminaires provenant d'études de phase I et de phases I/II dans lesquelles leur candidat anticancéreux chef de file, un nouvel inhibiteur isosélectif d'histone-désacétylases (HDAC) du nom de MGCD0103, a présenté une activité antitumorale significative chez des patients atteints de lymphome de Hodgkin, de syndrome myélodysplasique ou de leucémie myélogène aiguë. Ces données ont été présentées à Chicago, lors de la 43e Assemblée annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO).

Lymphome de Hodgkin (Etude no 010)

Les données qui ont été présentées montrent que l'administration du MGCD0103 à des patients souffrant de lymphome de Hodgkin récidivant ou n'ayant répondu à aucun traitement antérieur (lymphome rebelle) - dont une greffe de moelle osseuse dans plusieurs cas - s'accompagne d'un taux de réponses partielles de 40 % et d'un taux de maîtrise de la maladie de 45 %. Globalement, 75 % des patients ont présenté un rétrécissement de la taille de la tumeur, celui-ci dépassant les 30 % dans 60 % des cas.

"C'est tout à fait étonnant, qu'à lui seul, le MGCD0103 ait produit autant de réponses cliniques objectives dans cette population de patients," de remarquer le Dr Anas Younes, M.D., chercheur principal, Professeur de médecine, Directeur, Clinical Investigation and Translational Research, Department of Lymphoma/Myeloma du M.D. Anderson Cancer Center. "Etant donné qu'il n'existe pas de traitement approuvé pour ceux dont la maladie a progressé après la greffe, l'ajout du MGCD0103 à l'arsenal thérapeutique constituerait un atout fort utile et bienvenu pour le traitement du lymphome de Hodgkin, d'autant plus que cet agent possède un mode d'action différent des autres et qu'il s'administre par voie orale."

Ces données ont été présentées dans le cadre du symposium clinique intitulé Breaking the Silence of the Genome: HDAC Inhibitors, qui portait sur le potentiel de cette nouvelle catégorie d'agents thérapeutiques et sur les progrès accomplis dans ce domaine. Les HDAC sont des enzymes qui concourent à la désacétylation des histones, une forme de régulation des gènes que l'on qualifie d'épigénétique et qui pourrait atténuer, ou, si l'on préfère, rendre silencieux les gènes suppresseurs de tumeurs, ce qui aurait pour conséquence de favoriser la croissance tumorale. Le MGCD0103, qui s'administre par voie orale, est un inhibiteur sélectif d'HDAC, car il cible certaines isoformes spécifiques des HDAC de la classe I. Nos résultats précliniques semblent indiquer que ces isoformes spécifiques jouent un rôle important dans la biologie du cancer et que par conséquent, l'utilisation de tels inhibiteurs sélectifs pourrait constituer un traitement plus efficace et moins toxique que l'emploi d'inhibiteurs non sélectifs.

Syndrome myélodysplasique (SMD) et leucémie myélogène aiguë (LMA) (Etude no 005)

Les données de notre étude no 005, présentées sous forme d'affiche par le Dr Guillermo Garcia-Manero, M.D., chercheur principal, Professeur agrégé, Chef, Section of Myelodysplastic Syndromes, Department of Leukemia du M.D. Anderson Cancer Center, montrent que l'administration concomitante de MGCD0103 et de Vidaza® (azacitidine pour injection) a produit un taux de réponses de 30 % chez l'ensemble des patients, et de 37 % dans l'intervalle des doses actives rapportées antérieurement. Parmi les 37 patients de cette étude, onze sujets (soit deux patients souffrant de SMD et neuf de LMA) ont présenté une réponse clinique objective. De plus, ce traitement combiné possède de bonnes propriétés pharmacodynamiques ainsi qu'un profil d'innocuité acceptable chez ces patients.

"Le MGCD0103 et Vidaza sont deux agents épigénétiques actifs dans le traitement monothérapeutique de la LMA et du SMD," de souligner le Dr Garcia-Manero. "Toutefois, notre étude montre que ces agents peuvent être administrés conjointement et que l'activité clinique qui en résulte est supérieure à celle de chacun d'eux pris isolément."

"L'activité du MGCD0103 administré seul dans notre essai sur le lymphome de Hodgkin est très encourageante," de remarquer M. Donald F. Corcoran, président et chef de la direction de MethylGene. "Bien qu'ils aient déjà reçu de nombreux traitements, ces patients voient leur maladie évoluer, et aucune autre forme de traitement ne s'offre actuellement à eux. De plus, les réponses observées dans notre étude sur l'administration conjointe du MGCD0103 et de Vidaza cadrent avec les données obtenues précédemment. Les résultats de ces deux études en cours orienteront la planification prochaine de nouveaux essais à répartition aléatoire plus importants, ou encore d'études destinées à étayer une demande d'homologation."

"L'étonnante activité monothérapeutique ainsi que l'effet synergique très encourageant observé avec Vidaza dans ces deux études augmentent notre enthousiasme face au rôle des interventions épigénétiques dans le traitement du cancer et au potentiel du MGCD0103." de remarquer M. Patrick J. Mahaffy, président et chef de la direction de Pharmion."

Détails sur les études cliniques

Etude de phase II sur les effets du MGCD0103, un nouvel inhibiteur d'HDAC isosélectif actif par voie orale, dans le traitement du lymphome de Hodgkin rebelle ou récidivant (résumé no 8000, étude no 010)

L'administration monothérapeutique de MGCD0103 par voie orale a produit un effet antitumoral important chez les patients souffrant de lymphome de Hodgkin rebelle ou récidivant. Dans cette étude, les patients n'ont reçu que du MGCD0103, administré trois fois par semaine pendant quatre semaines (un cycle) à la dose initiale de 110 mg. Les objectifs de cette étude étaient de déterminer le taux de réponses et le taux de maîtrise de la maladie, de même que l'innocuité du produit, sa toxicité, et divers marqueurs pharmacodynamiques. En date de mai 2007, 22 patients prenaient part à cette étude, dont 20 étaient évaluables.

Tous les patients admis dans cette étude avaient déjà reçu au moins deux traitements chimiothérapeutiques, le nombre allant jusqu'à neuf dans certains cas et la médiane s'établissant à quatre. De plus, 59 % d'entre eux avaient déjà reçu une radiothérapie et 86 % une greffe de moelle osseuse autologue. Globalement, huit patients ont présenté une réponse objective (deux réponses complètes (RC) et six réponses partielles (RP)) et neuf sujets ont vu leur état se stabiliser (SM) (pendant plus de six mois dans un cas). Le taux de réponses de cette population de patients en rechute ou particulièrement difficile à traiter s'élève donc à 40 % et le taux de maîtrise de la maladie (RC+RP+SM plas grand ou égal à 6 mois), à 45 %. Au total, 75 % des patients ont présenté un rétrécissement de la taille de la tumeur, celui-ci dépassant les 30 % dans 60 % des cas. La moitié des patients sont demeurés sous traitement pendant quatre cycles ou plus.

Fatigue et effets secondaires gastro-intestinaux sont les manifestations indésirables les plus courantes, qu'une modification de la posologie a suffi à atténuer chez plusieurs des patients. Une inhibition des HDAC de 20 % ou plus a été constatée chez 78 % des onze patients testés. L'admission des patients dans cette étude devrait être terminée d'ici la fin de l'année et d'autres études à venir, en cours de planification, devraient être annoncées plus tard cette année. Parmi celles-ci pourraient figurer des essais destinés à étayer une demande d'homologation du MGCD0103 comme traitement monothérapeutique ou combiné du lymphome de Hodgkin. A l'heure actuelle, cinq patients sont toujours sous traitement.

Etude de phases I/II sur les effets du MGCD0103, un inhibiteur d'HDAC isosélectif actif par voie orale, administré en concomitance avec de l'azacitidine dans le traitement du syndrome myélodysplasique (SMD) à risque élevé ou de la leucémie myélogène aiguë (LMA) (résumé no 7062, étude no 005)

Les objectifs de cette étude comprenaient la détermination du taux de réponses, de la dose maximale tolérée, de l'innocuité, de la tolérabilité, des paramètres pharmacocinétiques ainsi que du degré d'inhibition de l'enzyme cible.

L'activité a été évaluée chez un total de 37 patients parmi lesquels 30 ont reçu des doses dont l'efficacité clinique avait déjà été documentée (doses de MGCD0103 de 60 mg, 90 mg et 110 mg). Soixante-dix-huit pour cent des patients, dont l'âge médian était de 67 ans, avaient déjà reçu un traitement chimiothérapeutique avant l'étude. Onze patients ont présenté une réponse clinique objective, portant à 30 % le taux de réponses global et à 37 % le taux de réponses dans l'intervalle des doses actives rapportées antérieurement. Six de ces onze répondants sont toujours sous traitement après avoir reçu environ cinq cycles (durée moyenne de 5 mois). Neufs réponses ont été observées parmi les patients souffrant de LMA et deux parmi ceux atteints de SMD. Les manifestations toxiques limitant la dose étaient de nature gastro-intestinale. La dose maximale tolérée (DMT) établie initialement était de 110 mg, mais l'admission de nouveaux patients à cette dose en a commandé une réévaluation, aussi les suivants ont-ils reçu une dose initiale de 90 mg trois fois par semaine, accompagnée d'une dose de Vidaza conforme aux spécifications du fabricant. Les paramètres pharmacocinétiques des deux agents combinés sont semblables à ceux de chacun des agents administrés seuls. Les réponses observées se détaillent comme suit : cinq réponses complètes (RC), cinq réponses complètes avec rétablissement partiel de la numération globulaire périphérique (RC-p) et une réponse partielle (RP). Une inhibition significative de l'activité des HDAC a été observée chez la plupart des patients.

L'admission des patients se poursuit et devrait prendre fin d'ici la fin de l'année. D'autres études sont prévues, dont certains essais à répartition aléatoire comprenant un nombre potentiellement plus élevé de patients atteints de l'une ou l'autre de ces affections (SMD et LMA), ou d'une des deux seulement (SMD ou LMA).

Un mot sur le lymphome de Hodgkin

Le lymphome de Hodgkin (LH) est un cancer du système lymphatique caractérisé par la présence de cellules de Reed-Sternberg, qui prend naissance dans les ganglions lymphatiques et qui se propage ensuite aux autres organes, comme le poumon, le foie, le tissu osseux et la moelle. On ignore encore la cause du LH, mais on sait que le virus Epstein-Barr, le VIH et des antécédents familiaux constituent des facteurs de risque. La prévalence est légèrement plus élevée chez les hommes, et l'âge médian des personnes atteintes est de 38 ans. A l'heure actuelle, on dénombre environ 150 000 cas aux E.-U. et on estime que 8000 nouveaux cas seront diagnostiqués dans ce pays cette année.

Un mot sur le syndrome myélodysplasique (SMD) et la leucémie myélogène aiguë (LMA)

Les syndromes myélodysplasiques sont un ensemble de maladies graves et potentiellement fatales dans lesquelles la moelle osseuse ne fonctionne pas normalement et produit par conséquent des cellules sanguines immatures ou anormales. La maladie débute lorsqu'un phénomène cause une anomalie du matériel génétique (chromosomes) de l'une des cellules souches produites dans la moelle osseuse. Par la suite, cette cellule souche engendre des cellules qui possèdent elles aussi ladite anomalie. Avec le temps, le nombre de cellules anormales augmente dans la moelle osseuse, si bien que ces dernières finissent par devenir plus nombreuses que les cellules sanguines saines. Or ces cellules anormales étant moins aptes à engendrer des globules fonctionnels, il en résulte une diminution de la numération globulaire (cytopénie).

Comme elles ne possèdent pas suffisamment de cellules sanguines normales - globules rouges, globules blancs et plaquettes -, les personnes qui souffrent de SMD sont exposées à toute une série de symptômes et complications, comme l'anémie, la faiblesse, la fatigue, l'infection et les hémorragies. Chez la plupart des patients, l'insuffisance médullaire entraîne le décès par suite d'hémorragies et d'infections, mais dans 40 % des cas, le SMD se transforme en leucémie myélogène aiguë (LMA). L'incidence de SMD est plus élevée chez les patients de plus de 60 ans.

D'après l'Aplastic Anemia and MDS International Foundation, environ 10 000 à 30 000 nouveaux cas de SMD sont diagnostiqués chaque année aux Etats-Unis. Toutefois, le SMD n'étant pas une maladie à déclaration obligatoire, l'incidence précise demeure difficile à évaluer.

A propos de MethylGene

Société biopharmaceutique ouverte se consacrant à la découverte, à la mise au point et à la commercialisation de nouveaux agents pour le traitement du cancer, MethylGene Inc. (TSX:MYG) concentre ses efforts dans quelques-uns des domaines les plus prometteurs pour le traitement du cancer, tels que l'inhibition des histone-désacétylases (HDAC) et des kinases. En effet, notre plus important produit, le MGCD0103, est un inhibiteur d'HDAC isosélectif actif par voie orale, qui fait actuellement l'objet de plusieurs études cliniques sur le traitement des tumeurs solides ou hématologiques. Parmi celles-ci, trois essais de phase II et deux essais de phases I/II explorent les effets du MGCD0103 administré seul dans le premier cas, et en association avec Vidaza ou Gemzar® dans le second. MethylGene possède également le MGCD265, un inhibiteur de kinases actif par voie orale qui cible certains récepteurs à tyrosine kinase, à savoir c-Met, Tie-2, Ron et ceux du VEGF. MethylGene possède également plusieurs programmes précliniques d'HDAC en dehors du domaine de l'oncologie, qui touchent à des indications telles que les infections fongiques (traitement par le MGCD290, candidat clinique, combiné avec les azoles afin de surmonter la résistance fongique) et la maladie de Huntington, ainsi qu'un programme d'inhibiteurs de bêta-lactamases destinés à vaincre la résistance aux antibiotiques. Nos partenaires pour le développement et la commercialisation comprennent Pharmion, Taiho Pharmaceutical, Merck et EnVivo Pharmaceuticals. Pour plus amples renseignements, visitez notre site Internet au www.methylgene.com.

A propos de Pharmion

Pharmion est une société pharmaceutique spécialisée dans l'acquisition, le développement et la commercialisation de produits novateurs aux Etats-Unis, en Europe et dans d'autres pays pour le traitement des patients souffrant d'affections hématologiques et de cancers. Pharmion offre un certain nombre de produits sur le marché, parmi lesquels figure le premier médicament épigénétique approuvé, Vidaza, un agent de déméthylation de l'ADN. Pour plus amples renseignements sur Pharmion, visitez le site Internet de l'entreprise au www.pharmion.com.

Certains énoncés contenus dans le présent communiqué, sauf les énoncés relatifs à des faits qui peuvent être vérifiés de façon indépendante à la date des présentes, peuvent constituer des énoncés prospectifs. Ces énoncés, qui sont fondés sur les attentes actuelles de la direction de MethylGene, comportent de par leur nature plusieurs risques et incertitudes, connus et inconnus, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de MethylGene. Ces risques et incertitudes pourraient faire en sorte que le rendement, les réalisations ou les résultats futurs diffèrent considérablement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Ces réalisations, ce rendement ou ces résultats comprennent notamment ce qui suit : le moment de l'application de mesures réglementaires et leurs conséquences ; la poursuite des collaborations ; les résultats d'essais cliniques ; le moment du recrutement des participants ou de la fin des essais cliniques ; le succès, l'efficacité ou l'innocuité du MGCD0103, du MGCD265 ou du MGCD290 ; la capacité d'extrapoler, de formuler et de fabriquer des quantités suffisantes, conformes aux BPF, de MGCD0103, de MGCD265 ou de MGCD290 à des fins cliniques ou de commercialisation ; le succès relatif ou l'échec du développement d'un composé ou d'un nouveau produit, notamment le MGCD0103, le MGCD265 ou le MGCD290, ainsi que de l'obtention de l'approbation des organismes de réglementation ou de l'acception du composé ou du nouveau produit par le marché. Ces risques comprennent notamment l'incidence de la conjoncture économique générale et de la conjoncture économique dans le secteur pharmaceutique, les changements apportés à la réglementation des territoires dans lesquels MethylGene exerce des activités, la volatilité des marchés boursiers, les fluctuations des coûts, les attentes à l'égard de notre position en matière de propriété intellectuelle ainsi que notre capacité à protéger notre propriété intellectuelle et à exploiter notre entreprise sans enfreindre les droits de propriété intellectuelle de tiers, l'évolution de la concurrence, notamment les changements apportés au degré de soin pour les diverses indications auxquelles MethylGene participe et l'évolution de la concurrence résultant de regroupements, de même que d'autres risques, dont nous vous invitons instamment à prendre connaissance et qui sont décrits dans la notice annuelle de MethylGene pour l'exercice terminé le 31 décembre 2006, sous la rubrique "Facteurs de risque", de même que dans le prospectus déposé le 23 février 2007 ainsi que dans tous les autres documents déposés par MethylGene, documents que l'on peut consulter sur www.sedar.com.
Par conséquent, les résultats réels futurs peuvent différer considérablement des résultats attendus qui sont exprimés dans les énoncés prospectifs. Les lecteurs ne devraient pas se fier indûment aux énoncés prospectifs inclus dans les présentes. Ces énoncés sont donnés uniquement en date des présentes et, à moins que la loi ne l'exige, MethylGene n'est pas tenue de les mettre à jour à la lumière de faits nouveaux, de circonstances nouvelles ou d'autres éléments.

Safe Harbor Statement under the Private Securities Litigation Reform Act of 1995 : Le présent communiqué contient des énoncés prospectifs, dont certaines déclarations sommaires relatives aux résultats provisoires ou préliminaires obtenus dans les études cliniques portant sur le MGCD0103. Fondés sur les attentes actuelles, ces énoncés comportent plusieurs risques et incertitudes connus ou non, qui pourraient faire en sorte qu'en bout de ligne, les résultats obtenus diffèrent considérablement de ceux qui y sont résumés. Certaines des études cliniques décrites dans ce communiqué sont menées par des chercheurs indépendants, aussi Pharmion ne peut ni contrôler, ni prédire les résultats finaux de ces études. Il est possible qu'à la suite de l'analyse complète des résultats détaillés d'une étude, les résultats initiaux ou préliminaires ne soient pas confirmés. De même, il se peut que l'analyse ultérieure des données d'une étude clinique ou l'examen et l'analyse des données d'autres études cliniques fassent ressortir de nouvelles informations concernant l'innocuité, l'efficacité et la tolérabilité du MGCD0103. Le lecteur peut prendre connaissance des autres risques et incertitudes relatifs à Pharmion et à ses activités en consultant la section intitulée "Facteurs de risque" du rapport trimestriel de Pharmion pour le trimestre se terminant le 31 mars 2007 (Form 10-Q), ou encore en consultant son rapport annuel pour l'exercice se terminant le 31 décembre 2006 (Form 10-K) ou les autres documents déposés auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Les énoncés prospectifs sont valables uniquement en date des présentes et Pharmion n'est pas tenue de les mettre à jour ou de les modifier à la lumière de faits nouveaux, de circonstances nouvelles ou d'autres éléments. Pharmion n'est pas tenue non plus de commenter ou de corriger les informations susceptibles de figurer dans les rapports publiés par la communauté des investisseurs et décline toute responsabilité à cet égard.

Renseignements

  • Rx Communications Group, LLC
    Rhonda Chiger
    917-322-2569
    rchiger@rxir.com
    ou
    MethylGene Inc.
    Donald F. Corcoran
    Président et chef de la direction
    514-337-3333, poste 373
    www.methylgene.com
    ou
    Pharmion Corporation
    Breanna Burkart
    Director, Investor Relations and Corporate Communications
    +1 720-564-9144
    ou
    Pharmion Corporation
    Anna Sussman
    Director, Investor Relations and Corporate Communications
    +1 720-564-9143
    www.pharmion.com
    ou
    Personne-ressource sur place
    Tara May
    +1 303-646-7832