MINES RICHMONT INC.
TSX : RIC
NYSE Amex : RIC

MINES RICHMONT INC.

08 avr. 2010 13h15 HE

Mines Richmont annonce un programme de forage de surface de 10 000 mètres sur la propriété Wasamac

MONTRÉAL, QUÉBEC, CANADA--(Marketwire - 8 avril 2010) - Mines Richmont inc. (TSX:RIC)(NYSE Amex:RIC), (« Richmont » ou « la Compagnie ») a le plaisir d'annoncer qu'elle va débuter une campagne de forage de 10 000 mètres en mai 2010 sur la propriété Wasamac, propriété exclusive de la Compagnie. La propriété, située à 15 km à l'ouest de la ville de Rouyn-Noranda, Québec, au cœur du camp minier aurifère de l'Abitibi, a connu une production de 252 923 onces d'or entre 1965 et 1971. Cette propriété consiste en trois concessions minières et un claim, pour une superficie totale de 7,58 km2 (757,65 hectares). Il n'y a aucune royauté ou droit de rachat sur cette propriété.

Considérant le prix de l'or très favorable et la reprise des activités au projet Francoeur, Richmont planifie de nouveaux travaux d'exploration sur cette propriété. Le programme de forage, qui comprendra approximativement 20 sondages, ciblera les extensions des zones minéralisées connues à l'intérieur du cisaillement Wasa et vérifiera la continuité de la minéralisation afin d'augmenter le niveau des ressources actuelles. Après cette campagne de forage, dont les résultats sont attendus pour le début du quatrième trimestre de 2010, Richmont réévaluera les ressources de ce projet en considérant une approche avec teneur de coupure plus basse.

La zone de cisaillement Francoeur-Wasa, la cible géologique la plus favorable pour l'exploration aurifère dans le secteur, traverse le centre de la propriété avec une orientation de 260 degrés et un pendage variant entre 50 et 55 degrés vers le nord. La minéralisation, qui demeure ouverte en profondeur, est associée à une dissémination de pyrite fine dans des roches volcaniques altérées à l'intérieur de la zone de cisaillement. Quatre zones aurifères sont connues à l'intérieur du cisaillement Wasa. Il s'agit de la zone Principale, la zone no 1, la zone no 2, et la zone Macwin. Un autre secteur d'intérêt, la zone Wildcat, est située à environ 300 mètres au sud de la zone Principale, à l'intérieur d'un cisaillement plongeant vers le sud et sub-parallèle au cisaillement Wasa.

De 2002 à 2004, plusieurs campagnes de forage de surface, pour un total de 13 754 mètres, ont confirmé la minéralisation de la zone no 2 contenue à l'intérieur du cisaillement Wasa. Ce forage a permis d'estimer des ressources présumées de 1 282 000 tonnes à une teneur de 6,92 g/t Au, pour 285 200 onces d'or.

Géologie locale de la propriété Wasamac
http://media3.marketwire.com/docs/G%c3%a9ologie%20locale%20Wasamac.pdf

Localisation de la propriété Wasamac
http://media3.marketwire.com/docs/Localisation%20Wasamac.pdf

Détails supplémentaires sur la propriété Wasamac
La minéralisation aurifère fut découverte sur la propriété Wasamac en 1936 à partir de travaux de surface. Depuis cette découverte, une quantité considérable de travaux d'exploration et de développement ont été réalisés sur la propriété, menant à la découverte de plusieurs zones minéralisées. L'exploitation de la mine Wasamac, intermittente entre 1965 et 1971, a permis la production, principalement à partir de la zone principale, de 1 892 448 tonnes de minerai à une teneur de 4,16 g/t Au pour un total de 252 923 onces d'or.

Le 7 mai 1986, Ressources Minières Rouyn (maintenant Mines Richmont inc.), a signé un accord d'option avec Minerais Lac, le détendeur de la propriété à l'époque. Cette entente permettait à Ressources Minières Rouyn d'acquérir un intérêt de 50 % dans la propriété en réalisant des travaux d'exploration totalisant 5,0 millions de dollars.

En 1992, Mines Richmont a acquis 100 % de la propriété Wasamac. La Compagnie a ensuite procédé au dénoyage, à la réhabilitation des infrastructures souterraines et à la réalisation de forages de surface. Le contexte économique défavorable de l'époque a forcé la Compagnie à arrêter les opérations et à mettre le projet en veille en 1994. Un programme de forage, réalisé entre 2002 et 2004, a intersecté la minéralisation dans le cisaillement Wasa, démontrant l'excellent potentiel en profondeur.

La propriété Wasamac est localisée à moins de 10 km à l'est du projet Francoeur de Richmont et approximativement à 100 km à l'ouest de son usine Camflo.

À propos de Mines Richmont inc.

La Compagnie a produit plus de 1 000 000 d'onces d'or à partir de ses exploitations minières au Québec, en Ontario et à Terre-Neuve depuis 1991. Grâce à son expérience considérable en exploration, développement et exploitation aurifères, la Compagnie est bien placée pour accroître son inventaire de réserves nord-américaines de façon rentable par une combinaison de croissance interne, d'acquisitions stratégiques et de partenariats. Richmont diffuse régulièrement des nouvelles et d'autres renseignements importants sur son site Internet (www.richmont-mines.com).

Déclarations prospectives

Le présent communiqué renferme des déclarations prospectives qui comportent des risques et des incertitudes. Dans ce communiqué, l'emploi des termes « projeter », « prévoir », « pouvoir » et des expressions semblables, de même que d'autres verbes au futur, a pour but d'identifier des déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont fondées sur nos attentes actuelles et ne représentent qu'un mode temporel. Les facteurs qui peuvent causer une différence importante entre les résultats réels et ceux indiqués dans les déclarations prospectives incluent les changements dans le prix de l'or au marché, la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain, la teneur du minerai extrait et des difficultés imprévues dans les activités minières pouvant influer sur les revenus et les coûts de production. D'autres éléments, telles des incertitudes en matière de réglementation gouvernementale, pourraient également modifier les résultats. S'il y a lieu, d'autres risques peuvent être décrits dans la notice annuelle ainsi que dans les rapports annuels et intérimaires de Mines Richmont inc.

Règlement 43-101

Le présent communiqué a été révisé par M. Daniel Adam, géo. Ph.D., directeur de l'exploration, un employé de Mines Richmont inc. et une personne qualifiée selon le Règlement 43-101. L'estimation des ressources de la propriété Wasamac est basée sur le rapport technique 43-101 daté du 24 mars 2004, réalisé par M. Mathieu Guay, géo., une personne qualifiée selon le règlement 43-101. L'estimation des ressources a été mise à jour en janvier 2005, pour refléter les résultats obtenus avec des forages supplémentaires, par une personne qualifiée de Mines Richmont, tel que défini par le règlement 43-101.

Mise en garde à l'intention des investisseurs américains concernant les estimations des ressources

L'estimation des ressources contenue dans le présent communiqué a été préparée en conformité avec le Règlement 43-101 adopté par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières. Les exigences du R 43-101 diffèrent grandement de celles de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis, soit la United States Securities and Exchange Commission (« SEC »). Dans le présent communiqué, nous utilisons les termes ressources « mesurées », « indiquées » et « présumées ». Bien que ces termes soient reconnus et requis au Canada, la SEC ne les reconnaît pas. La SEC permet aux entreprises minières américaines, lors de leurs présentations auprès de la SEC, de dévoiler uniquement les gisements minéraux qui constituent des « réserves ». Selon les normes américaines, la minéralisation ne peut pas être classée comme une réserve à moins que la décision rendue stipule que la minéralisation peut être économiquement et légalement extraite au moment auquel la décision est rendue. Les investisseurs américains ne doivent pas tenir pour acquis qu'une ressource mesurée ou indiquée sera convertie, en tout ou en partie, en « réserve ». De plus, les « ressources présumées » recèlent une bonne part d'incertitude quant à leur existence et à la possibilité qu'elles puissent être exploitées de façon économique et légale; de plus, les investisseurs américains ne doivent pas présumer que les « ressources présumées » existent ou peuvent être légalement ou économiquement exploitées, ni qu'elles passeront un jour à une catégorie supérieure.

Renseignements