Corporation Minière Osisko
TSX : OSK
FRANKFURT : EWX

Corporation Minière Osisko

11 août 2009 09h36 HE

Osisko signe une entente d'option avec Exploration Midland pour la propriété aurifère Dunn

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 11 août 2009) - Corporation Minière Osisko ("Osisko") (TSX:OSK)(FRANCFORT:EWX) a le plaisir d'annoncer la signature d'une entente d'option avec Exploration Midland Inc. ("Midland") (TSX CROISSANCE:MD) pour la propriété aurifère Dunn, située approximativement 35 kilomètres au nord-est de Rouyn-Noranda dans la région de l'Abitibi au Québec. La propriété comprend 51 claims couvrant une superficie de 1 990 hectares dans les cantons de Cléricy et de La Pause.

Osisko a l'option d'acquérir une participation de 50% dans la propriété Dunn sur une période de trois ans en contrepartie de: i) paiements en espèces totalisant 140 000 $ incluant un paiement de 50 000 $ à la signature et ii) de dépenses d'exploration totalisant 1 300 000 $ incluant un minimum de 320 000 $ la première année (engagement ferme). Suite à l'acquisition d'une participation initiale de 50 %, Osisko aura l'option d'acquérir une participation additionnelle de 15 % sur livraison d'une étude de faisabilité bancaire aux conditions suivantes : i) des paiements annuels en espèces de 40 000 $ et ii) des dépenses d'exploration minimales de 200 000 $ chaque année jusqu'à la livraison d'une étude de faisabilité bancaire dans un délai de trois ans. Une autre possibilité pour Osisko d'acquérir cette participation additionnelle de 15 % serait de prendre en charge l'ensemble des activités d'exploration et de mise en valeur sur la propriété Dunn, auquel cas elle s'assurera une participation additionnelle de 1 % par tranche de 1 000 000 $ investie dans la propriété, à concurrence d'un investissement de 15 millions $. Midland sera gérant des travaux sur le projet jusqu'à l'achèvement d'une étude de préfaisabilité positive.

La propriété Dunn offre un excellent potentiel aurifère du fait qu'elle couvre, sur une étendue de 8 kilomètres, une partie de la faille Manneville, une faille subsidiaire secondaire reconnue comme une branche de la fameuse faille Porcupine-Destor, une structure aurifère majeure en Abitibi. L'environnement géologique de la propriété Dunn est similaire au gîte Barnat Sud sur la propriété Canadian Malartic d'Osisko, c'est-à-dire une juxtaposition faillée de sédiments clastiques et d'unités ultramafiques, recoupée par un essaim de dykes porphyriques. Des indices d'or, incluant des découvertes relativement récentes par Exploration Typhon Inc. et Ressources Cartier, sont connus à l'est et à l'ouest de la propriété Dunn, le long de la faille Manneville. Les 8 kilomètres de cette structure qui sont situés sur la propriété Dunn ont été très peu travaillés, avec historiquement moins de dix forages rapportés dans les travaux d'exploration antérieurs.

Un programme d'exploration de 540 000 $ débutera immédiatement et comprendra de la cartographie géologique et un levé géophysique au sol (levé magnétique et de polarisation provoquée) ainsi qu'une campagne de forage sur des anomalies choisies (2000 mètres).

Corporation Minière Osisko développe actuellement le gisement aurifère Canadian Malartic et les zones minéralisées adjacentes en vue d'exploiter une mine à ciel ouvert d'envergure et à fort tonnage. La société est bien financée avec un fonds de roulement de 400 millions de dollars et réalise présentement un programme intensif de développement minier, de définition de réserves et d'exploration. Le gisement Canadian Malartic représente actuellement l'un des plus gros inventaires de réserves aurifères au Canada dans un seul gisement, et continue de croître par le forage en cours de nouvelles zones minéralisées. Les réserves sur la propriété Canadian Malartic sont présentement évaluées à 6,28 millions d'onces, en plus de (incluant le gîte Barnat) 3,65 millions d'onces en ressources mesurées et indiquées et de 0,84 million d'onces en ressources présumées.

Mise en garde concernant les estimations de ressources minérales

Dans le présent communiqué, les termes ressources mesurées, indiquées et présumées sont utilisés comme des mesures relatives du niveau de confiance dans l'estimation des ressources. Le lecteur est avisé que les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales économiques et que la viabilité économique de ressources qui ne sont pas des réserves minérales n'a pas été démontrée. De plus, les ressources présumées sont considérées trop spéculatives d'un point de vue géologique pour y appliquer des considérations économiques. On ne doit pas supposer que des ressources minérales présumées seront éventuellement converties, en tout ou en partie, à une catégorie supérieure. Selon la réglementation canadienne, les estimations de ressources minérales présumées ne peuvent servir de base pour les études de faisabilité ou de préfaisabilité ou les études économiques, à l'exception des études d'évaluation préliminaire tel que défini par le Règlement 43-101. Le lecteur est avisé qu'on ne doit pas supposer que des travaux ultérieurs sur les ressources citées se solderont par des réserves minérales pouvant être exploitées de façon économique.

Enoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans ce communiqué peuvent être considérés comme des "énoncés prospectifs". Tous les énoncés dans ce communiqué qui ne sont pas des faits historiques et qui font référence à des événements ou des développements que la Société prévoit sont des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont des énoncés qui ne sont pas des faits historiques et qui peuvent généralement, mais pas forcément, être identifiés par l'emploi de mots comme "prévoit", "planifie", "anticipe", "croit", "a l'intention", "estime", "projette", "potentiel" et d'autres expressions semblables, ou que des événements ou des conditions "se produiront", "pourraient" ou "devraient" se produire. Bien que la Société est d'avis que les attentes exprimées dans ces énoncés prospectifs se fondent sur des hypothèses raisonnables, incluant sans s'y limiter, que toutes les conditions techniques, économiques et financières seront rencontrées de façon à ce que le projet Canadian Malartic atteigne le stade de production commerciale, ces énoncés ne garantissent pas les résultats futurs, et les résultats réels pourraient différer sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs. Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, citons notamment le prix de l'or, l'accès à des consultants et du personnel qualifiés dans les secteurs du développement minier et du traitement du minerai, les résultats découlant des activités d'exploration et de mise en valeur, l'expérience limitée de la Société en matière d'exploitation et de mise en valeur de propriétés minières, les risques non assurés, l'évolution de la réglementation, les vices de titres, la disponibilité de la main-d'oeuvre, du matériel et de l'équipement, les délais d'obtention des approbations gouvernementales, le rendement réel des installations, de l'équipement et des procédés par rapport aux spécifications et aux attentes, les impacts environnementaux imprévus sur les activités minières, les cours du marché, l'accès soutenu à des capitaux et du financement, et la conjoncture économique en général.
Ces facteurs sont plus amplement décrits dans la plus récente Notice annuelle de la Société déposée sur SEDAR, laquelle fournit également d'autres hypothèses générales en lien avec ces énoncés. La Société met en garde le lecteur à l'effet que la liste de facteurs importants ci-dessus n'est pas exhaustive. Les investisseurs et les autres lecteurs qui se fondent sur les énoncés prospectifs de la Société devraient porter une attention particulière aux facteurs mentionnés ci-dessus, ainsi qu'aux incertitudes qu'ils sous-tendent et aux risques qu'ils comportent. La Société est d'avis que les attentes reflétées dans ces énoncés prospectifs sont raisonnables, mais il n'y a aucune garantie que ces attentes s'avéreront exactes et par conséquent, l'on ne devrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs compris dans ce communiqué. Ces énoncés sont établis en date du présent communiqué de presse.

Renseignements

  • Corporation Minière Osisko
    John Burzynski
    Vice-président Développement corporatif
    514-735-7131
    www.osisko.com
    ou
    Corporation Minière Osisko
    Sylvie Prud'homme
    Relations avec les investisseurs
    514-735-7131
    Sans frais : 1-888-674-7563