Association des banquiers canadiens

Association des banquiers canadiens

10 févr. 2010 13h12 HE

Parents et adolescents conviennent que la littératie financière est une affaire de famille

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 10 fév. 2010) - Les adolescents comme leurs parents reconnaissent l'importance de la littératie financière et les deux groupes sont d'accord sur le rôle clé que jouent les parents dans l'éducation financière de leurs enfants. Ces constatations font partie des résultats d'une récente enquête menée par le Strategic Counsel pour le compte de l'Association des banquiers canadiens (ABC). Conçue afin de comparer l'évaluation faite par les parents du niveau de littératie financière de leurs adolescents avec l'auto-évaluation faite par les adolescents mêmes, l'enquête a également révélé que la majorité des personnes dans les deux groupes est d'avis que les adolescents disposent de fortes compétences pour gérer leur argent mais que les compétences financières plus sophistiquées, telles qu'effectuer des placements ou comprendre leur historique de crédit, restent à développer.

L'apprentissage commence à la maison

Selon les résultats de l'enquête, une vaste majorité d'adolescents (86 %) et de parents (95 %) conviennent que la compréhension des aspects liés à l'argent et aux finances est une importante composante de l'éducation de l'individu. Ayant mentionné les parents comme première source d'information sur la gestion de l'argent et des finances, les deux tiers des adolescents (65 %) et près des trois quarts des parents (73 %) pensent que cet apprentissage commence à la maison. En outre, 81 % des adolescents et 92 % des parents discutent de questions financières, ensemble, à la maison.

« Ces résultats, qui montrent que des discussions au sujet de la gestion de l'argent et des questions liées aux finances ont lieu dans les ménages partout au pays, sont encourageants », souligne Mme Nancy Hughes Anthony, présidente et chef de la direction de l'ABC. « La crise financière mondiale a certainement mis l'accent sur l'importance de la littératie financière et de la gestion personnelle des finances. Il est donc réconfortant de constater que les parents discutent de ces questions avec leurs adolescents. »

Les autres sources d'information au sujet des questions financières sont la recherche personnelle (autodidacte) pour 18 % des adolescents et 13 % des parents, et les cours structurés pour 12 % des adolescents et 7 % des parents.

Compétences financières 

Un des résultats encourageants de l'enquête montre que près des deux tiers des répondants dans les deux groupes (68 % d'adolescents et 64 % de parents) trouvent que les adolescents ont de bonnes ou de très bonnes connaissances de base en finances. De plus, 72 % des adolescents et 66 % des parents croient que les adolescents sont bien préparés ou très bien préparés à assumer la gestion de leur argent.

L'enquête s'est penchée, par ailleurs, sur des habiletés financières spécifiques :

  • 84 % des adolescents et 68 % des parents ont indiqué que les adolescents manifestent une excellente ou une bonne compréhension de l'importance d'économiser.
  • 73 % des adolescents et 59 % des parents ont mentionné que les adolescents possèdent d'excellentes ou de bonnes capacités de gestion de leur propre argent.
  • 66 % des adolescents et 52 % des parents ont indiqué que les adolescents ont d'excellentes ou de bonnes habiletés d'épargner pour leur avenir.

Une révélation intéressante : 64 % des adolescents disent avoir mis de l'argent de côté pour leurs études alors que seulement 56 % des parents pensent que leurs adolescents épargnent à cette fin. Ces résultats suggèrent que les adolescents usent d'une plus grande autonomie par rapport à la gestion de leurs finances personnelles que ce que croient leurs parents.

Il y a lieu d'améliorer

Les deux groupes conviennent que les adolescents possèdent des compétences de base en gestion de l'argent relativement fortes, mais il n'en est pas de même pour les questions financières un peu plus complexes, comme le révèle l'enquête :

  • 56 % des adolescents et 64 % des parents ont mentionné que les adolescents ont de mauvaises capacités ou des capacités passables à comprendre la cote de solvabilité et leur historique de crédit.
  • 59 % des adolescents et 71 % des parents ont mentionné que les adolescents ont une mauvaise compréhension ou une compréhension passable de l'investissement.
  • 63 % des adolescents et 71 % des parents ont indiqué que les adolescents ont une mauvaise compréhension ou une compréhension passable de l'emprunt et de l'accès au prêt et au crédit. 

Les compétences financières augmentent avec l'âge

Ces chiffres montrent qu'il y a certainement lieu d'améliorer les connaissances des adolescents quant aux questions financières complexes. Mais il faut souligner que, dans chaque catégorie de questions, plus l'adolescent sondé est âgé, plus son auto-évaluation de ses capacités financières est positive.

Par exemple, 67 % de tous les adolescents ont décrit comme excellentes ou bonnes leurs capacités de tenir un budget. Toutefois, des nuances apparaissent quand on divise les réponses selon les tranches d'âge :

  • Parmi les 14-15 ans, 58 % affirment avoir d'excellentes ou de bonnes capacités.
  • Parmi les 16-17 ans, ce chiffre monte à 66 %.
  • Parmi les 18-19 ans, l'écart se creuse, avec 73 %.

Il s'agit d'une tendance constatée dans chaque section de cette enquête.

« Avec l'expérience, il est certain qu'on acquiert des capacités et une plus grande confiance en soi », explique Mme Hughes Anthony. « Plus les adolescents sont âgés, plus ils ont eu des contacts avec l'argent. Par exemple, ceux qui ont un emploi à temps partiel reçoivent un salaire. Cette interaction régulière avec l'argent est peut-être une occasion pour accroître leurs connaissances des questions financières. Parallèlement, la plupart des adolescents n'ont pas eu l'occasion de faire des placements et d'obtenir du crédit. Ils vont donc nécessairement se donner une évaluation moins favorable dans ces domaines. »

Méthodologie de l'enquête

La présente enquête a été effectuée par le Strategic Counsel à la demande de l'Association des banquiers canadiens. L'enquête comportait deux volets conformes à un quota par région et par tranche d'âge. Le premier volet, mené du 8 au 13 décembre 2009, s'adressait à 1 000 adolescents âgés entre 14 et 19 ans. Le deuxième volet, mené du 9 au 14 décembre 2009, s'adressait à 1 000 parents d'adolescents âgés entre 14 et 19 ans. La marge d'erreur d'un échantillon aléatoire de 1 000 répondants est de ± 3,1 %, à un intervalle de confiance de 95 %.

Un document d'information ainsi que les résultats détaillés de l'enquête se trouvent sur www.cba.ca.

Les banques et la littératie financière

Les banques au Canada offrent à leurs jeunes clients un matériel éducatif varié, leur expliquant, par exemple, comment lire un relevé de compte, comment fonctionne l'intérêt, ainsi que l'importance de l'épargne et de l'établissement d'un budget. Un grand nombre de banques offrent également aux jeunes et aux étudiants des comptes bancaires sans frais afin de leur permettre d'avoir une expérience directe de la gestion de l'argent et des services bancaires.

L'ABC appuie depuis longtemps la littératie financière au Canada. Voilà plus d'une décennie que l'ABC donne aux Canadiens un accès à la littératie financière grâce à VotreArgent, son programme de séminaires destiné aux étudiants. Ce programme a déjà enseigné à plus de 186 000 élèves de la 4e année et de la 5e année du secondaire les rudiments de la tenue de budget, de l'épargne, du crédit, du placement et de la protection contre la fraude.

Les séminaires gratuits sont animés par des banquiers bénévoles de la collectivité qui inculquent aux jeunes canadiens le sens de la gestion responsable de l'argent. Le programme VotreArgent est offert en partenariat avec l'Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC). Les enseignants et les banquiers qui désirent en connaître davantage au sujet de VotreArgent sont priés de visiter le site www.votreargent.cba.ca. 

L'Association des banquiers canadiens représente 50 banques membres, soit des banques canadiennes ainsi que des filiales et des succursales de banques étrangères exerçant des activités au Canada, et leurs 263 400 employés. L'ABC préconise l'adoption de politiques publiques efficaces, favorisant le maintien d'un système bancaire solide et stable au profit des Canadiens et de l'économie canadienne. Également, l'Association encourage la littératie financière pour permettre aux individus de prendre des décisions éclairées en matière de finance. www.cba.ca.

Renseignements

  • Association des banquiers canadiens
    Christelle Chesneau
    514-840-8722, poste 722
    Courriel : cchesneau@cba.ca