Ordre des Technologues en Radiologie du Québec

Ordre des Technologues en Radiologie du Québec
Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec

Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec

25 nov. 2008 07h00 HE

Pénurie de technologues en radiologie et d'inhalothérapeutes

Des dizaines d'examens et de tests reportés : les listes d'attente s'allongent... encore

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 25 nov. 2008) - Chaque jour, chaque semaine, des centaines de patients ne peuvent passer un examen de radiologie ou un test cardiorespiratoire en raison d'une pénurie importante et croissante de technologues en radiologie et d'inhalothérapeutes.

L'année dernière, on estimait que le délai supplémentaire encouru par les patients pour passer leur examen de radiologie pouvait aller de une à huit semaines, selon l'endroit et selon le type d'examen. "Le ministre de la Santé et le premier ministre sont parfaitement au courant de cette situation, affirme M. Richard Lessard, t.r., président de l'Ordre des technologues en radiologie du Québec (www.otrq.qc.ca), puisque la pénurie a été documentée en 2005 dans une planification de la main-d'oeuvre réalisée par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Même constat pour la présidente de l'Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec (www.opiq.qc.ca) , Mme Céline Beaulieu, inh. : "Nous constatons une augmentation du nombre de traitements qui ne sont pas donnés aux personnes hospitalisées atteintes de maladies respiratoires. De plus, le délai d'attente - et par le fait même les listes d'attente - ne cessent d'augmenter pour passer une épreuve ou un test diagnostique de la fonction cardiorespiratoire."

En radio-oncologie, plusieurs dizaines de postes de technologues en radiologie ne sont pas comblés en raison du manque d'effectifs ; il manquera 61 technologues en radio-oncologie en 2009-2010 au Québec. Ce chiffre ne tient même pas compte de l'ouverture prochaine de centres de radiothérapie à l'hôpital Charles-Lemoyne et à la Cité de la Santé. Toujours selon le MSSS, il manquera 120 technologues en radiodiagnostic d'ici 15 ans, alors que l'on prévoit que 55 % des effectifs auront quitté la profession. Même situation alarmante en médecine nucléaire, secteur où il manquera 112 technologues dans 15 ans (38,5 % des effectifs quitteront la profession d'ici 15 ans).

Du côté des inhalothérapeutes, la situation n'est guère mieux. Les membres de l'OPIQ doivent faire de plus en plus d'heures supplémentaires pour répondre aux besoins des patients. Or, selon la planification de main-d'oeuvre réalisée par le MSSS, la pénurie d'inhalothérapeutes, estimée à 33 en 2008-2009, atteindra 52 inhalothérapeutes en 2015 et 226 en 2020.

Les technologues en radiologie et les inhalothérapeutes approuvent les mesures annoncées par le premier ministre pour favoriser l'embauche et la rétention des infirmières, mais ils s'expliquent mal comment le premier ministre peut ne pas dire un seul mot sur la pénurie de technologues en radiologie et d'inhalothérapeutes, encore moins proposer des mesures pour que les patients aient accès à ces professionnels. "La pénurie dans nos professions a autant d'impact sur les patients que la pénurie d'effectifs infirmiers", insistent M. Lessard et Mme Beaulieu.

"Nous demandons au premier ministre du Québec de nous indiquer les mesures qu'il entend prendre afin d'attirer des jeunes à la profession de technologue en radiologie et d'inhalothérapeute et retenir nos effectifs les plus expérimentés. L'OTRQ et l'OPIQ ont plusieurs idées à ce sujet et les deux présidents sont parfaitement disposés à en discuter avec M. Jean Charest", de conclure Richard Lessard et Céline Beaulieu.

A propos des technologues en radiologie

Les technologues en radiologie réalisent les examens de radiologie diagnostique, de médecine nucléaire, ainsi que les traitements de radiothérapie. Ils réalisent, entre autres, les mammographies, les échographies, les tomodensitométries, les examens de résonance magnétique, les scintigraphies et les tomographies par émission de positrons. Ils traitent les cancers avec la radiation. Ils utilisent aussi toutes les autres formes d'énergie pour traiter ou diagnostiquer les maladies. Information : www.otrq.qc.ca.

A propos des inhalothérapeutes

L'inhalothérapeute oeuvre dans les soins du système cardiorespiratoire et exerce sa profession en étroite collaboration avec les médecins et les autres professionnels de la santé. L'inhalothérapeute travaille principalement dans les centres hospitaliers de soins de courte durée. Il exerce dans les unités de soins (chirurgie et médecine), aux blocs opératoires, à l'urgence, aux soins intensifs, dans les unités de physiologie respiratoire, en néonatalogie et, de façon générale, dans tous les endroits où l'on s'occupe du système cardiorespiratoire. Information : www.opiq.qc.ca.

Une "Lettre ouverte aux chefs des partis" est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/Lettre_ouverte.pdf

Renseignements

  • Renseignements et demandes d'entrevue :
    INDICO Communication
    Serge Vallières
    514-849-7000, Poste 223
    Cellulaire : 514-892-7205